8 avril : des mil­liers d’AESH avec les ensei­gnants et les parents exigent la satis­fac­tion des revendications !

10 Avr, 2021À la une, Com­mu­ni­qués

Temps de lec­ture : ( mots)

Mal­gré les res­tric­tions de nos libertés

Plus de 1000 à Paris, 500 à Tours, 250 à Lyon, 100 à Tou­louse, 70 à Avi­gnon, 60 à Pau, 50 à Beau­vais, 40 à Bourg-en-Bresse, 50 à Saint-Étienne, 50 à Mont-de-Mar­san, 50 à Laval, 40 à Nantes…

Mal­gré le confi­ne­ment et les res­tric­tions, sur l’air des Gilets jaunes, les AESH, les ensei­gnants, les parents d’élèves, ont scan­dé, dans la rue, leurs revendications.

Aban­don des PIAL, des recru­te­ments mas­sifs, un vrai sta­tut, un vrai salaire !

Devant le minis­tère, une AESH a pris la parole pour inter­pel­ler le ministre. Elle exerce en ULIS et prend en charge la classe de 12 élèves toute seule depuis la ren­trée parce qu’aucun ensei­gnant n’a été nom­mé. Pour 700€ par mois ! « Honte à vous M. le Ministre, on n’en peut plus, on a des loyers à payer et vous êtes tran­quille sur votre fau­teuil. Les moyens, ils existent, on n’est pas dans un pays sous déve­lop­pé. On veut un vrai sta­tut, un vrai salaire, une vraie for­ma­tion ».

Devant la DSDEN de l’Ain, une AESH a expri­mé la colère de tous ses collègues :

« Aujourd’hui la majo­ri­té de nous fait 26H sur le ter­rain, mais qu’en est-il de nos heures de concer­ta­tions, de pré­pa­ra­tion de tra­vail ? Elles dépassent lar­ge­ment les 125 heures annexes. Ce tra­vail, nous l’effectuons avec notre propre maté­riel faute de bud­get à nous consa­crer dans les éta­blis­se­ments. Pour­quoi n’aurions-nous pas droit à la prime infor­ma­tique de 150 euros allouée aux enseignants ?

Un vrai sta­tut nous per­met­trait éga­le­ment d’obtenir la prime REP et REP+ car nous aus­si nous inter­ve­nons dans les zones d’éducation prio­ri­taires, ren­con­trant les mêmes dif­fi­cul­tés que les enseignants.

Nous deman­dons un VRAI SALAIRE décent, un temps plein pour 24h00, qui nous per­met­trait de vivre sans être obli­gé d’avoir un deuxième tra­vail. Les soi­gnants ont obte­nu 183 euros d’augmentation pour­quoi pas nous ? »

Une AESH, devant le Rec­to­rat de Cler­mont : « La mise en place des PIAL et de la mutua­li­sa­tion à tout va ne fait que pré­ca­ri­ser encore plus notre place ! L’administration nous dit que c’est mieux pour l’élève, ça le pousse vers l’autonomie : On se moque de nous ! »

Oui, la situa­tion est insup­por­table pour les per­son­nels, elle est insup­por­table aus­si pour les élèves :

  • L’enseignement spé­cia­li­sé est déman­te­lé depuis des années,
  • Les élèves noti­fiés voient leur nombre d’heures d’accompagnement dégrin­go­ler, leur AESH s’en aller du jour au lendemain.

Ça s’apparente ni plus ni moins à de la maltraitance.

Cette mobi­li­sa­tion s’inscrit dans un mou­ve­ment de fond

Un mou­ve­ment de fond qui a ame­né les per­son­nels à faire grève et mani­fes­ter avec les parents d’élèves chaque semaine depuis le 26 jan­vier pour exi­ger des postes, des rem­pla­çants, pour pro­tes­ter contre les fer­me­tures de classes et exi­ger les ouver­tures nécessaires.

Le Ministre et ses repré­sen­tants ne pour­ront pro­fi­ter long­temps de l’état d’urgence sani­taire pour tour­ner le dos reven­di­ca­tions qui seules peuvent répondre à la bonne marche du ser­vice public.

Avec la CGT-FO, la FNEC FP-FO exige « du gou­ver­ne­ment pour tous les ser­vices publics l’arrêt des sup­pres­sions de postes et de moyens et la créa­tion des postes et moyens néces­saires à l’accomplissement de leurs mis­sions, dans les hôpi­taux, les écoles ».

La FNEC FP-FO invite les per­son­nels à se réunir dès la rentrée

Le minis­tère a reçu une délé­ga­tion en audience. Aucune réponse n’a été appor­tée, sinon la vague pers­pec­tive d’une reva­lo­ri­sa­tion en 2022 dans le cadre du Grenelle.

Les mani­fes­tants ont expri­mé leur colère et leur déter­mi­na­tion à pour­suivre le com­bat. La FNEC FP-FO invite les per­son­nels à se réunir dès la ren­trée, et à prendre contact avec les parents d’élèves, pour dis­cu­ter des suites et des moyens de gagner sur les revendications.

La FNEC FP-FO renou­vel­le­ra son pré­avis de grève en tant que de besoin. Une inter­syn­di­cale s’est réunie hier pour réaf­fir­mer les reven­di­ca­tions et se réuni­ra à nou­veau dès la semaine de la rentrée.

à Mon­treuil, le 9 avril 2021

Inter­pel­la­tions poli­cières, gardes à vue : la réponse du gou­ver­ne­ment aux lycéens est inadmissible !

La FNEC FP-FO condamne avec la plus grande fer­me­té l’interpellation par les forces de l’ordre du pré­sident de la FIDL, Sacha HALGAND, le mer­cre­di 5 mai. Il a été inter­pel­lé alors qu’il mani­fes­tait devant le lycée Saint-Exu­pé­ry à Mantes-la-Jolie pour dénon­cer les…

Bre­vet et Bac­ca­lau­réat : le ministre place les per­son­nels et les élèves dans une situa­tion impos­sible ! Il doit prendre ses responsabilités

La double peine pour les élèves et les per­son­nels Des mois de cours sup­pri­més, une pré­pa­ra­tion aux exa­mens dif­fé­rente d’un éta­blis­se­ment à un autre, un enchaî­ne­ment de confi­ne­ment, décon­fi­ne­ment et un ensei­gne­ment hybride dégra­dé… Les lycéens, avec leurs parents, se…

AESH : plus que jamais déter­­mi­­né-es, en grève le jeu­di 3 juin !

L’intersyndicale natio­nale CGT éduc’action, FNEC-FP-FO, FSU, SNALC, SNCL-FAEN, SUD édu­ca­tion appelle à une nou­velle jour­née de grève le 3 juin pour obte­nir satis­fac­tion aux reven­di­ca­tions légi­times des AESH pour l’amélioration des salaires et la créa­tion d’un…

Vio­lences inad­mis­sibles contre la CGT : Sou­tien sans faille à nos cama­rades ! Pas touche au droit de manifester !

La mani­fes­ta­tion du 1er mai à Paris, comme ailleurs, a été mar­quée par des cor­tèges mas­sifs et déter­mi­nés. En plein état d’urgence, des dizaines de mil­liers de mani­fes­tants se sont mobi­li­sés sur leurs reven­di­ca­tions, sur les reven­di­ca­tions des organisations…

Jour­née inter­na­tio­nale des tra­vailleurs du 1er mai 2021 : pour les liber­tés syn­di­cales, pour défendre nos conquêtes sociales !

Au congrès de l’Internationale de l’Éducation en 2019, la réso­lu­tion por­tée par FNEC-FP FO/France, SNE­TAA-FO/­France, F‑SYNTER/Burkina Faso,SYNAFEN/Niger, SNAPEST/Algérie, UNPEF/Algérie, GEW/Allemagne, EGITIMSEN/Turquie, OLME/Grèce et KTOEOS/Chypre consta­tait que «…

Par­cour­sup + tam­pon « 100 % pré­sen­tiel » = inéga­li­tés multipliées

La FNEC FP-FO a appris que des éta­blis­se­ments du second degré appo­saient sur les dos­siers de lycéens dépo­sés dans Par­cour­sup la men­tion que les cours sui­vis l’avaient été en tota­li­té en pré­sen­tiel, « 100 % pré­sen­tiel » ! Ain­si, les bache­liers des lycées publics, qui…

Aug­men­ta­tion du temps de tra­vail et dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail pour les per­son­nels du CNED : pour FO, c’est tou­jours NON !

A la suite de l’annonce de la direc­tion géné­rale du CNED de remettre en cause les accords de 2002 concer­nant le temps de tra­vail des per­son­nels du CNED, plus de 200 col­lègues, per­son­nels sur site et ensei­gnants en poste adap­té étaient réunis en assem­blée géné­rale les…

Reprise du 26 avril : le ministre pré­tend répondre aux inquié­tudes des per­son­nels, FO appelle à l’action com­mune sur les reven­di­ca­tions ! Exemplaire

A la veille de la reprise, le gou­ver­ne­ment pré­tend répondre aux inquié­tudes des per­son­nels en décré­tant des mesures « sani­taires », comme l’extension des demi-jauges au col­lège, la fer­me­ture d’une classe dès le pre­mier cas de Covid, la géné­ra­li­sa­tion de…

Compte-ren­­du du CTMEN du 7 avril 2021

Décla­ra­tion limi­naire de la FNEC FP-FO : Depuis une semaine, la fer­me­ture des éta­blis­se­ments sco­laires nous est pré­sen­tée comme « la » solu­tion. Il en est de même pour les dépro­gram­ma­tions mas­sives de soins dans les hôpi­taux impo­sées par Ministre de la San­té. Fermer…

8 avril : des mil­liers d’AESH avec les ensei­gnants et les parents exigent la satis­fac­tion des revendications !

Mal­gré les res­tric­tions de nos liber­tés Plus de 1000 à Paris, 500 à Tours, 250 à Lyon, 100 à Tou­louse, 70 à Avi­gnon, 60 à Pau, 50 à Beau­vais, 40 à Bourg-en-Bresse, 50 à Saint-Étienne, 50 à Mont-de-Mar­san, 50 à Laval, 40 à Nantes… Mal­gré le confi­ne­ment et les…