Réforme des concours et de la « for­ma­tion des ensei­gnants » : un concen­tré de ter­ri­to­ria­li­sa­tion et de contractualisation

18 Mai, 2020Sta­giaires

Dans ce domaine comme dans d’autres, la crise du Covid-19 n’a aucu­ne­ment inflé­chi les pro­jets du minis­tère : en effet la nou­velle pré­sen­ta­tion le 14 mai du pro­jet d’arrêté « fixant le cadre natio­nal des for­ma­tions dis­pen­sées au sein des mas­ters MEEF » enkyste la « mas­te­ri­sa­tion », accroît la contrac­tua­li­sa­tion et consti­tue une attaque en règle contre les concours et les statuts.

Le ren­for­ce­ment de la « masterisation »

La réforme de la « mas­te­ri­sa­tion », que la FNEC-FP FO a com­bat­tue dès l’origine, a délé­gué aux uni­ver­si­tés auto­nomes et à leurs INSPÉ la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle ini­tiale des fonc­tion­naires qui devrait être à la charge de l’État employeur. Le pro­jet d’arrêté réitère que ne pour­ront être nom­més comme pro­fes­seurs sta­giaires que ceux ayant réus­si non seule­ment leur concours mais aus­si leur master !

Un même concours mais des pré­pa­ra­tions différentes

Uti­li­sant à plein les pos­si­bi­li­tés ouvertes par la défi­ni­tion auto­nome des mas­ters, le minis­tère entend « lais­ser le choix » de la période des « 12 mois consé­cu­tifs » d’alternance sous contrat pré­vue dans le nou­veau cur­sus des mas­ters, « lais­ser le choix » de la place des 12 semaines de stage qui vien­dront com­plé­ter, pour les non contrac­tuels, les 6 semaines de stages pré­vues durant la 1ère année. Ain­si les pré­pa­ra­tions aux concours comme le dérou­le­ment et le conte­nu des mas­ters pour­ront dif­fé­rer sen­si­ble­ment d’une INSPÉ et d’une uni­ver­si­té à l’autre : le même concours mais pas le même mas­ter, le même concours mais pas la même pré­pa­ra­tion ? Ce serait la fin pro­gram­mée des concours nationaux.

Un accès au concours qui n’est plus garan­ti à tous

Ren­voyant aux uni­ver­si­taires et col­lègues des INSPÉ la res­pon­sa­bi­li­té de la sélec­tion à l’entrée du mas­ter, le minis­tère laisse même la pos­si­bi­li­té de « choi­sir » de n’accueillir que des étu­diants qui seront sous contrat, c’est- à‑dire d’éliminer d’emblée tous les autres étu­diants qui sou­hai­te­raient accé­der à la pro­fes­sion ensei­gnante. Il serait donc de fait inter­dit à ces der­niers de pas­ser le concours. Ce serait l’assèchement pro­gram­mé des recru­te­ments statutaires.

Une machine à « for­mer » … des contractuels

Les étu­diants qui seront en alter­nance seront sous contrat pen­dant « 12 mois consé­cu­tifs ». Leur ser­vice heb­do­ma­daire n’est pas pré­ci­sé. Autre­ment dit, ils seront tout sim­ple­ment contrac­tuels et pour­ront ser­vir de moyens de rem­pla­ce­ment « bouche-trous ». Ceci y com­pris à plein temps, comme c’est expli­ci­te­ment pré­vu pour ceux pré­pa­rant le concours de CPE et comme ce n’est pas inter­dit pour les autres.

Une entrée plus tar­dive dans la car­rière, sans revalorisation

Le pro­jet d’arrêté place le pas­sage du concours en deuxième semestre de l’année de M2. Ain­si l’accès au sta­tut de fonc­tion­naire est encore retar­dé d’une année entière. Et le minis­tère pré­tend ren­for­cer l’«attractivité » de la pro­fes­sion ensei­gnante ! Ceci ne pour­ra que décou­ra­ger un plus grand nombre de can­di­dats. En outre aucune recon­nais­sance de la qua­li­fi­ca­tion sup­plé­men­taire acquise n’est prévue.

Fin pro­gram­mée du carac­tère dis­ci­pli­naire des concours et des masters

Le der­nier semestre de mas­ter étant dévo­lu au pas­sage du concours, il reste 30 semaines uni­ver­si­taires dis­po­nibles. Les périodes cou­vertes par l’alternance ou les stages couvrent au total 18 semaines. Concrè­te­ment il en res­te­rait donc… 12 qui pour­raient être consa­crées à la pré­pa­ra­tion aux épreuves des concours.

Dans les mas­ters, à Bac+5, l’enseignement dis­ci­pli­naire ne serait plus déli­vré qu’à dose homéo­pa­thique ! C’est la néga­tion du carac­tère dis­ci­pli­naire donc uni­ver­si­taire des masters.

Par voie de consé­quence, de quelles exi­gences dis­ci­pli­naires pour­raient bien être por­teuses les épreuves des concours ? C’est la néga­tion de l’enseignement cri­tique et de l’autonomie péda­go­gique. La « pro­fes­sion­na­li­sa­tion », c’est la confor­ma­tion d’enseignants aux attentes de la hié­rar­chie, c’est aus­si le pro­fi­lage de pro­fes­seurs conformes aux réformes Blanquer.

Un pas sup­plé­men­taire vers l’annualisation des services

Le minis­tère uti­lise l’arrêté pour intro­duire la notion d’«obligation régle­men­taire de ser­vice annuelle cumu­lée », réduite des deux tiers pour les contrac­tuels étu­diants. C’est un coin sup­plé­men­taire enfon­cé dans la défi­ni­tion heb­do­ma­daire des ORS pour aller vers l’annualisation des ser­vices dans le cadre des 1607 H pour tous.

Fin de la réduc­tion des obli­ga­tions de ser­vice heb­do­ma­daires des fonc­tion­naires stagiaires

Pour ceux qui réus­si­raient mal­gré tout et le concours et le mas­ter MEEF et qui se retrou­ve­raient donc fonc­tion­naires sta­giaires, les condi­tions seraient bien plus dif­fi­ciles qu’auparavant : en effet, il n’y aurait plus de réduc­tion du ser­vice d’enseignement heb­do­ma­daire, le minis­tère pré­voit des « décharges » ponc­tuelles pour les jours de for­ma­tion qui resteraient.

Mobi­li­té for­cée pour tous les col­lègues des INSPÉ

Les mas­ters MEEF sont-ils les CFA du pro­fes­so­rat ? C’est ce qu’implique la réforme, avec dans un volume d’heures d’enseignement réduit, la néces­si­té d’introduire un tiers d’intervenants externes à l’INSPÉ, y com­pris des « asso­cia­tifs » qui par­ti­ci­pe­raient à l’évaluation, contre la laï­ci­té et la qua­li­fi­ca­tion requises pour for­mer des pro­fes­seurs. À terme, tous les col­lègues en poste en INSPÉ seraient concer­nés par des « redé­ploie­ments », en direc­tion du secon­daire pour les col­lègues PRAG-PRCE, d’autres com­po­santes uni­ver­si­taires pour les ensei­gnants- chercheurs.

La pré­ca­ri­sa­tion, la contrac­tua­li­sa­tion, la ter­ri­to­ria­li­sa­tion, la mise en cause des sta­tuts et des mis­sions por­tées par la loi de Trans­for­ma­tion de la Fonc­tion publique et le pro­jet de loi de pro­gram­ma­tion plu­ri­an­nuelle dans l’enseigne- ment supé­rieur et la recherche sont aus­si à l’œuvre dans la réforme des concours et des mas­ters MEEF. L’objectif n’est autre que la mise en extinc­tion du sta­tut de la Fonc­tion publique. La réforme des retraites, en fai­sant dis­pa­raître le salaire conti­nué que consti­tue la pen­sion, liée au sta­tut de fonc­tion­naire, vien­drait ver­rouiller le tout. Pour la FNEC-FP FO, c’est inacceptable.

La FNEC FP-FO revendique :

  • l’abandon de la « mas­te­ri­sa­tion » et de la réforme Blan­quer de la for­ma­tion des ensei­gnants qui déplace le concours en fin de master ;
  • un recru­te­ment au niveau Bac+3, avec une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle sous statut ;
  • des concours fon­dés sur la véri­fi­ca­tion objec­tive des connais­sances des candidats ;
  • le main­tien de l’agrégation comme concours post M1 (ancienne maîtrise) ;
  • le main­tien pour tous du sta­tut et des droits sta­tu­taires, avec pour les ensei­gnants des ORS hebdomadaires ;
  • l’abrogation de la loi de trans­for­ma­tion de la fonc­tion publique et l’abandon défi­ni­tif du pro­jet de réforme des retraites.

Mon­treuil le 18 mai 2020

La solu­tion n’est-elle pas de créer des mil­liers de postes à l’École et à l’Hôpital ? La FNEC FP-FO appelle les per­son­nels à se réunir avec les parents d’élèves

Plu­tôt que de répondre aux reven­di­ca­tions, le pré­sident Macron et son ministre Blan­quer ren­voient une nou­velle fois sur les per­son­nels et les parents d’élèves la ges­tion du chaos qu’ils ont eux-mêmes orga­ni­sé. Ce 1er avril, la FNEC FP-FO est inter­ve­nue en direc­tion du…

Les annonces du ministre ne vont faire qu’aggraver le chaos Com­ment comprendre ?

La situa­tion est chao­tique dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices. Les rem­pla­çants manquent par­tout, les ensei­gnants sont contraints d’accueillir tou­jours plus d’élèves dans leur classe. Le ministre Blan­quer vient de faire des annonces le 26 mars. Selon…

Face au chaos orga­ni­sé par Blan­quer la FNEC FP-FO sou­tient les mobi­li­sa­tions pour les revendications

Contre les fer­me­tures de classes et les sup­pres­sions de postes Depuis plu­sieurs semaines, les mobi­li­sa­tions se mul­ti­plient devant les Ins­pec­tions aca­dé­miques et les rec­to­rats pour deman­der les heures, les postes et por­ter l’ensemble des reven­di­ca­tions urgentes des…

Réou­ver­ture immé­diate de tous les lieux culturels !

Rou­vrir les lieux cultu­rels aujourd’­hui est aus­si pos­sible qu’in­dis­pen­sable. Musées, monu­ments, théâtres, ciné­mas, opé­ras, salles de concert sont autant de lieux où l’ac­cueil du public est assu­ré par des pro­fes­sion­nels, avec les pré­cau­tions qui s’imposent, et dans…

Mani­fes­ta­tions du 16 mars : La FNEC FP-FO sou­tient la mobi­li­sa­tion de la jeu­nesse pour ses droits !

Au nom de la pan­dé­mie, le gou­ver­ne­ment prive l’ensemble de la popu­la­tion et, en par­ti­cu­lier la jeu­nesse, de ses liber­tés et droits fon­da­men­taux : la liber­té d’expression, de réunion, le droit à l’instruction. Les jeunes sont confron­tés à un plan des­truc­teur. La…

Réforme des concours et de la for­ma­tion des enseignants

Après la mobi­li­sa­tion réus­sie du 11 mars, le minis­tère per­siste dans sa mise en œuvre, nous per­sis­tons pour son retrait ! Le 11 mars les ensei­gnants des INSPÉ se sont mobi­li­sés par­tout pour obte­nir le retrait de la réforme des concours d’enseignement et de la…

Retrait de la réforme de la for­ma­tion des enseignant·es & CPE ! Retrait de la réforme des concours !

Nous en appe­lons au retrait de cette mau­vaise “réforme” : le sort des pro­chaines géné­ra­tions d’élèves se joue dès aujourd’hui. Il est plus qu’urgent d’écouter les actrices et acteurs de la for­ma­tion, et d’agir en consé­quence ! Le 11 mars 2021, toutes et tous en grève,…

Des « experts » auxi­liaires de l’administration en lieu et place des repré­sen­tants des personnels

La loi dite de « Trans­for­ma­tion de la fonc­tion publique » de 2019 est une loi de des­truc­tion des garan­ties dont béné­fi­ciaient tous les fonc­tion­naires dans leur car­rière. Cette loi a notam­ment pré­vu que les muta­tions et les pro­mo­tions ne seraient plus exa­mi­nées par les…

Les reven­di­ca­tions demeurent

Mal­gré cette période de congé, la mobi­li­sa­tion enga­gée le 26 jan­vier ne fai­blit pas­Dans de nom­breux dépar­te­ments, les per­son­nels, avec bien sou­vent parents d’élèves et élus, se ras­semblent pour exi­ger l’arrêt des fer­me­tures de postes, de classes, et les ouvertures…

Loi 4 D : un pre­mier recul du gouvernement

Dès l’annonce du pro­jet de loi 4D, le jeu­di 17 décembre 2020 der­nier, par la ministre Jac­que­line Gou­rault, ministre de la Cohé­sion des ter­ri­toires et des Rela­tions avec les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, la FNEC FP-FO avait, dans un com­mu­ni­qué et une inter­ven­tion auprès…