Tou­jours moins de can­di­dats admis­sibles aux concours ensei­gnants : à qui la faute ?

16 Mai, 2023Com­mu­ni­qué, Défense du sta­tut, Diplômes-qua­li­fi­ca­tions

Per­sonne ne doute de la volon­té du pré­sident Macron et de son gou­ver­ne­ment de remettre en cause les sta­tuts, les garan­ties col­lec­tives et les ser­vices publics, preuve en est le main­tien de la réforme des retraites en dépit de l’opposition de la grande majo­ri­té des sala­riés et de la popu­la­tion et de l’intersyndicale qui en reven­dique plus que jamais le retrait.

L’École publique n’échappe pas à cette poli­tique de terre brû­lée ; ain­si le ministre Ndiaye a déci­dé de sup­pri­mer 2 000 postes d’enseignants pour la ren­trée 2023, uti­li­sant pour cela l’article 49–3 à l’Assemblée nationale.

C’est dans ce contexte que les résul­tats de l’admissibilité aux concours de recru­te­ment des pro­fes­seurs ont été ren­dus publics.

Dans le 1er degré, seuls 11 371 can­di­dats sont admis­sibles pour 8 000 places offertes. Dans trois aca­dé­mies, le nombre d’admissibles est infé­rieur au nombre de postes : 737 can­di­dats admis­sibles pour 1 166 places à Cré­teil, 833 pour 1 285 à Ver­sailles et 80 pour 165 en Guyane, soit au moins 966 postes perdus !

Dans le 2nd degré, on dénombre seule­ment 47 admis­sibles pour 134 places en lettres clas­siques et 101 pour 205 en alle­mand. Sans par­ler des matières où le nombre d’admissibles est à peine supé­rieur au nombre de places au concours, lais­sant craindre un nombre d’admis fina­le­ment bien infé­rieur au nombre de postes pro­po­sés : 761 admis­sibles pour 755 places en lettres modernes, 440 pour 429 en phy­sique-chi­mie, 1 169 pour 1 040 en mathématiques…

Force est de consta­ter que la pseu­do-reva­lo­ri­sa­tion annon­cée par le ministre Ndiaye n’aura pas eu l’effet escomp­té ! Faut-il rap­pe­ler que le salaire brut d’un pro­fes­seur titu­laire du CAPES en début de car­rière était en 1980 de 2,2 fois le SMIC alors que ce rap­port n’est que de 1,14 aujourd’hui ? Faut-il rap­pe­ler qu’entre l’inflation et le blo­cage de la valeur du point d’indice les fonc­tion­naires ont per­du plus de 25% de leur pou­voir d’achat depuis 2000 ?

Et ce ne sont pas les quelques primes – non prises en compte dans le cal­cul des pen­sions – dis­tri­buées ici et là par le ministre, en encore moins son « pacte » pour tra­vailler plus, qui seront de nature à sus­ci­ter des candidatures !

D’autre part, com­ment ne pas voir dans cette dimi­nu­tion conti­nue du nombre de can­di­dats les consé­quences de la mas­te­ri­sa­tion et du pas­sage des concours de Bac+3 à Bac+5 ?

Une chose est sûre : ces chiffres vont conduire le ministre à ten­ter de faire appel à tou­jours plus d’enseignants contrac­tuels, pré­caires et sous-payés ! Ain­si, l’académie de Cré­teil annonce le recru­te­ment de 500 ensei­gnants contrac­tuels 1er et 2nd degré dès le 1er juin !

Le gou­ver­ne­ment est res­pon­sable du chaos qui va per­du­rer et s’aggraver à la pro­chaine ren­trée. La FNEC FP-FO ne peut accep­ter une telle situa­tion. Elle réaf­firme ses revendications :

  • L’abrogation de la loi Macron sur les retraites !
  • L’arrêt des sup­pres­sions de postes et des créa­tions de postes à hau­teur des besoins !
  • L’abandon de la mas­te­ri­sa­tion et le retour à des concours de recru­te­ment des pro­fes­seurs à bac +3 !
  • La mise en place immé­diate de concours excep­tion­nels à Bac+3 pour recru­ter des ensei­gnants sous sta­tut, tout de suite !
  • Le retrait du « pacte » et une aug­men­ta­tion indi­ciaire sans contre­par­tie pour tous les per­son­nels, a mini­ma à hau­teur de l’inflation, et le rat­tra­page du pou­voir d’achat per­du depuis 2 000 !

La FNEC FP-FO appelle les per­son­nels à se réunir dans leurs écoles, éta­blis­se­ments, ser­vices et à prendre toutes les ini­tia­tives, dans l’unité la plus large, pour faire valoir les reven­di­ca­tions, notam­ment le mer­cre­di 31 mai, jour de pré­sen­ta­tion du « pacte » au CSA ministériel.

Elle les appelle à être mas­si­ve­ment en grève mar­di 6 juin à l’appel de l’intersyndicale pour le retrait de la réforme des retraites.

Mon­treuil, le 16 mai 2023

10 mil­liards de coupes sup­plé­men­taires au bud­get, des mil­liers de postes mena­cés… Ça suf­fit ! Par­tout, dis­cu­tons de la grève pour blo­quer le gouvernement !

La tra­duc­tion bud­gé­taire des décla­ra­tions du ministre Le Maire, annon­çant un plan d’économie sans pré­cé­dent de 10 mil­liards d’euros sur le dos des ser­vices publics et des per­son­nels n’a pas tar­dé. Les décrets qui mettent en œuvre et déclinent ces annonces par…

Rejet mas­sif du « choc des savoirs » : dis­cu­tons de la grève pour le bloquer

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février, 6 textes sur le « choc des savoirs » ont été pré­sen­tés. La FNEC FP-FO a voté contre l’ensemble des textes, comme la grande majo­ri­té des membres du CSE. Ce « choc contre les savoirs » s’inscrit dans la…

Compte-ren­­du de l’audience avec la ministre Bel­lou­bet le 15 février 2024

La FNEC FP-FO a été reçue par la nou­velle ministre de l’Education natio­nale Bel­lou­bet le jeu­di 15 février 2024. La ministre a pré­ci­sé qu’il s’agissait d’une pre­mière ren­contre, qu’elle n’était pas en capa­ci­té d’apporter des réponses à toutes nos questions. «…

Ces­­sez-le-feu et arrêt des mas­sacres en Pales­tine comme en Ukraine !

La FNEC FP-FO a pris connais­sance du com­mu­ni­qué inter­syn­di­cal natio­nal inti­tu­lé « Soli­da­ri­té avec la résis­tance des tra­vailleurs ukrai­niens » et appe­lant à mani­fes­ter le 24 février pour sou­te­nir l’Ukraine contre la Rus­sie. Elle note que cet appel n’a pas été…

Décla­ra­tion FO au Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février 2024 (« choc des savoirs »)

Mon­sieur le pré­sident, Mes­dames et Mes­sieurs, Le Conseil Supé­rieur de l’Éducation convo­qué aujourd’hui se réunit alors que depuis 4 mois, la popu­la­tion pales­ti­nienne se fait mas­sa­crer par les bom­bar­de­ments israé­liens, avec des dizaines de mil­liers de morts…

Le gou­ver­ne­ment nous laisse-t-il le choix ? Assem­blées Géné­rales et réunions syn­di­cales par­tout pour déci­der et s’organiser en vue de le bloquer

La grève très lar­ge­ment sui­vie le 1er février a expri­mé l’immense colère des per­son­nels de l’Éducation natio­nale face au sac­cage de l’École publique par le gou­ver­ne­ment Macron-Attal-Oudéa-Cas­té­ra. Comme des mil­lions de sala­riés, ils refusent l’effondrement de…

Grève puis­sante dans l’Éducation natio­nale ce jeu­di 1er février : Pour faire céder la ministre sur nos reven­di­ca­tions, dis­cu­tons des suites main­te­nant, dis­cu­tons de l’action efficace !

Dans le 1er comme dans le 2d degré, les per­son­nels ont fait mas­si­ve­ment grève à l’appel de la FNEC FP- FO, la FSU, la CGT Educ’action, Sud Édu­ca­tion. La CFDT et l’UNSA ont éga­le­ment appe­lé à la mobi­li­sa­tion. Dans toute la France, des cor­tèges impo­sants ont…

Les agri­cul­teurs veulent blo­quer le gou­ver­ne­ment : n’est-ce pas le moment ?

La colère gronde dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices, avec les annonces de sup­pres­sions de classes et de postes, l’escroquerie du “choc des savoirs” qui va désor­ga­ni­ser les éta­blis­se­ments, les mesures gou­ver­ne­men­tales contre le Sta­tut, contre…

Des mil­liers sous les fenêtres de la ministre pour défendre l’enseignement spé­cia­li­sé et les AESH !

Ce jeu­di 25 jan­vier, des mil­liers de per­son­nels de l’Éducation natio­nale, du sec­teur social et médi­co-social, agents ter­ri­to­riaux et hos­pi­ta­liers, per­son­nels de l’enseignement agri­cole, des parents d’élèves, de toute la France, sont venus crier leur colère à…

Soli­da­ri­té totale avec les agriculteurs

La FNEC FP-FO tient tout d’abord à appor­ter son sou­tien à la famille de l’agricultrice et de sa fille décé­dées tra­gi­que­ment mar­di matin lors de la mobi­li­sa­tion des agri­cul­teurs. Notre soli­da­ri­té est totale avec cette cor­po­ra­tion qui se mobi­lise contre les…