Rupture conventionnelle ou comment déguiser les licenciements de fonctionnaires

8 Jan, 2020Actualités, Communiqué

Le décret 2019-1593 relatif à la procédure de rupture conventionnelle dans la fonction publique est paru le 31 décembre 2019.

Une procédure extrêmement rapide et définitive

L’article 2 de ce décret prévoit que « La rupture conventionnelle peut être conclue à l’initiative du fonctionnaire ou de l’administration, de l’autorité territoriale ou de l’établissement dont il relève. ».

Ainsi, l’agent concerné reçoit alors, par lettre recommandée, la demande de l’employeur d’une rupture conventionnelle. L’agent est convoqué à un entretien préalable. La signature de la convention peut intervenir au moins 15 jours francs après l’entretien. Dès lors, le fonctionnaire ne disposera plus que d’un délai de quinze jours francs pour exercer son droit de rétractation.

Une fois tous ces délais entérinés, l’agent est radié des cadres et perd sa qualité de fonctionnaire.

Dès lors, il ne pourra pas être recruté en tant qu’agent public dans la fonction publique dans les 6 ans qui suivent sauf à devoir rembourser intégralement l’indemnité perçue dans le cadre de sa rupture conventionnelle !

Une indemnité qui se révèle inférieure à celle des dispositifs existants comme l’actuelle indemnité de départ volontaire

C’est le décret n°2019-1596 qui s’applique. Le montant acté lors de la rupture dépendra de l’indice auquel l’agent partira et de son ancienneté dans la limite de 24 ans.

Par exemple :

  • Un administratif catégorie C de 30 ans d’ancienneté, échelon 11 du garde AP 2ème classe, indice majoré 418 percevra une indemnité minimum de 28 206 euros et maximum de 47 010 euros.
  • Un professeur de 15 ans d’ancienneté, 7ème échelon de la classe normale, indice majoré 511 percevra une indemnité minimum de 14 367 euros et maximum de 35 918 euros.

A noter que, d’après nos premières estimations, l’indemnité de la rupture conventionnelle sera au-dessous de celle de l’indemnité de départ volontaire.

Par exemple :

Un PE au 4ème échelon, indice majoré de 458, avec 6 ans d’ancienneté pouvait percevoir dans le cadre de l’IDV d’une indemnité maximale de 12877 euros.

Le même PE percevra, dans le cadre d’une rupture conventionnelle, entre 3219 euros et 12877 euros.

Ainsi, derrière la rupture conventionnelle, c’est bien la volonté du gouvernement de se débarrasser des fonctionnaires à moindre coût.

 La porte ouverte à toutes les pressions de l’employeur

Il est indiqué dans les textes que cette procédure ne peut pas être imposée à l’une ou l’autre des parties et qu’elle doit résulter d’un accord. Cependant, on est très loin d’une situation dans laquelle les agents publics et leur autorité hiérarchique seraient sur un pied d’égalité pour discuter d’une rupture conventionnelle ! Aucun garde-fou réglementaire n’est prévu pour éviter les pressions et les déstabilisations pour pousser les fonctionnaires à quitter la fonction publique.

Alors qu’au quotidien, les personnels sont confrontés à des conditions de travail et à des pressions hiérarchiques insupportables, il est évident que cette rupture conventionnelle sera utilisée par les employeurs pour déstabiliser les agents et les pousser à quitter la Fonction publique !

La fédération générale des fonctionnaires FO a voté contre ce projet et revendique le retrait de la loi de transformation de la fonction publique qui en est à l’origine.

 La FNEC FP-FO est pleinement engagée dans la grève pour l’abandon de la réforme des retraites. Faire reculer le gouvernement sur sa réforme des retraites, c’est créer les conditions pour imposer le retrait des autres contre-réformes et défendre notre statut de fonctionnaire d’État.

Montreuil le 8 janvier 2020

Circulaire de rentrée 2020 : Blanquer aggrave le chaos !

Le même gouvernement qui refuse de fournir le dépistage des personnels et des élèves, qui a imposé le télétravail sans respect d’aucune disposition réglementaire, a privé de quatre mois de cours plus de douze millions d’élèves, a imposé le contrôle continu pour le...

Poursuite du démantèlement de l’Education nationale Premiers touchés : les PSYEN !

Un nouveau gouvernement pour une même politique : le Premier ministre a donné le « la » le 8 juillet à l’Assemblée nationale et au Sénat, « Nous ne renoncerons pas ». Cela vaut pour la réforme des retraites, mais aussi pour les réformes engagées contre l’Ecole et les...

Rentrée 2020 : le ministre poursuit la déréglementation et en fait payer le prix aux personnels

 La FNEC FP-FO a été reçue le jeudi 2 juillet par le cabinet du ministre et la DGESCO sur la question de la circulaire de rentrée 2020. Aucun document ne nous a été présenté. « On attend le remaniement ministériel ». En préambule la FNEC FP-FO a indiqué : les...

Déclaration de la FNEC FP-FO au CHSCT-M du 2 juillet 2020

Mesdames et Messieurs, Non seulement Monsieur MACRON n’a pas suspendu les réformes durant la crise sanitaire, mais son gouvernement tente de faire passer toutes celles qui n’avaient pas été menées à leur terme. Pour les citoyens, c’est un état d’urgence maintenu avec...

Pas de génération sacrifiée ! Chaque élève doit avoir accès à la filière de son choix !

La gestion catastrophique par le gouvernement, relayée par le ministère avec les pseudo-protocoles sanitaires, a privé des centaines de milliers de lycéens de quatre mois de cours. Pas de vrai baccalauréat, pas d’épreuves terminales, pas de reprise dans des conditions...

Les PIAL, c’est toujours non ! Un vrai statut et un vrai salaire, c’est oui ! Tous au rassemblement du 24 juin pour faire valoir les revendications !

Le ministère a installé un comité de suivi des AESH depuis le 11 février 2019. Il affirme vouloir améliorer la situation des AESH mais s’applique à mettre en œuvre les dispositions prévues par la loi Blanquer  dite « Pour une école de la confiance » notamment la...

À bas le protocole « sanitaire » ! Satisfaction des revendications, tout de suite !

Rassemblements devant les DSDEN et rectorats le 24 juin ! C’est à nouveau par média interposé que les personnels ont pris connaissance des nouvelles dispositions envisagées par le ministre à partir du 22 juin. Quel mépris pour les personnels, les directeurs d’école,...

 Compte-rendu de l’audience de la FNEC FP-FO du 16 juin 2020  auprès du ministre de l’Éducation nationale

Une délégation de la FNEC FP-FO a été reçue par le ministre en visioconférence le mardi 16 juin 2020. Le ministre a souhaité indiquer en préambule, comme lors de la précédente audience, qu’il n’était pas satisfait des publications et des communiqués de notre...

Déclaration liminaire FNEC FP-FO CTMEN du 12 juin 2020

 En plein état d’urgence, bien qu’interdits par le gouvernement, des rassemblements et des manifestations ont lieu tous les jours. Sans rien attendre de l’enfumage du Ségur de la Santé, les personnels hospitaliers déploient leurs banderoles, à Clichy, Saint-Etienne,...

Stop au prof bashing ! C’est le ministre Blanquer et son  protocole qui détruisent l’Ecole !

Depuis plusieurs jours, les médias se déchaînent contre les enseignants. De L’Opinion («Enseignants en roue libre») à France 2 («Comment des milliers de profs n’ont pas assuré leur propre cours pendant le confinement») en passant par France Inter («Si les salariés de...