Reva­lo­ri­sa­tion : le ministre se moque de nous !

17 Nov, 2020Com­mu­ni­qués

Temps de lec­ture : ( mots)

Le ministre vient de faire ses annonces concer­nant la « reva­lo­ri­sa­tion des ensei­gnants » dans le cadre du Gre­nelle. Il n’a pas man­qué une fois de plus d’afficher son mépris vis-à-vis des reven­di­ca­tions, en fai­sant connaître ses déci­sions dans un cour­rier envoyé aux per­son­nels, avant même que la réunion avec les syn­di­cats le 16 novembre soit ter­mi­née. La forme rejoint le fond : pour FO, ses annonces tournent le dos à l’urgence d’un rat­tra­page des pertes liées au gel du point d’indice.

La majo­ri­té des per­son­nels exclue de la revalorisation

Les mesures pré­sen­tées excluent la plu­part des per­son­nels de toute reva­lo­ri­sa­tion : rien par exemple pour les per­son­nels admi­nis­tra­tifs de caté­go­rie C qui en début de car­rière ont un salaire infé­rieur au SMIC ! Rien pour les per­son­nels médi­co-sociaux ! Rien pour les AESH ! Ce n’est pas acceptable !

Des miettes de primes, et pas d’augmentation indiciaire

Le gel du point d’indice a entraî­né une dégra­da­tion impor­tante du pou­voir d’achat de l’ensemble des per­son­nels et une pau­pé­ri­sa­tion d’une par­tie d’entre eux. Aujourd’hui, pour retrou­ver la valeur du point d’indice de jan­vier 2000, il fau­drait aug­men­ter celle-ci de 20%. Ce n’est pas le choix fait par les gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs qui pré­fèrent le sau­pou­drage de primes pour conti­nuer leurs poli­tiques d’austérité.

Une prime « d’attractivité » qui oppose les jeunes aux moins jeunes

Elle sera don­née à par­tir de mai 2021, aux ensei­gnants jus­qu’à l’é­che­lon 7 inclus. Elle sera de 100 € nets par mois à l’é­che­lon 1, de 89 € à l’é­che­lon 3 et sera dégres­sive jus­qu’à 35 € par mois aux éche­lons 6 et 7. Au-delà, les per­son­nels ne tou­che­ront rien.

Les per­son­nels contrac­tuels tou­che­ront une prime infé­rieure de plu­sieurs cen­taines d’euros à celle des titu­laires. En outre, cette prime ne sau­rait rem­pla­cer une titu­la­ri­sa­tion per­met­tant l’accès au statut.

Une prime d’équipement infor­ma­tique de 150 euros… par an

Pour le ministre, ces 150 € par an suf­fi­raient aux ensei­gnants et PsyEN pour « acqué­rir ou renou­ve­ler en trois ans envi­ron un équi­pe­ment infor­ma­tique com­plet (ordi­na­teur, logi­ciels, éven­tuel­le­ment impri­mante) ». Moins d’un euro par jour tra­vaillé : même pas le prix d’une baguette de pain ! 150 € pour solde de tout compte, alors que le ministre refuse tou­jours de par­ti­ci­per aux frais enga­gés par les per­son­nels pen­dant la période de confi­ne­ment. Il n’oublie pas de pré­ci­ser que cette prime serait allouée dans un contexte de « néces­si­té qui a été ren­for­cée pen­dant la crise sani­taire, avec le déve­lop­pe­ment de l’enseignement à dis­tance » : c’est-à-dire un ensei­gne­ment dégra­dé fai­sant explo­ser la charge de tra­vail des personnels.

Hors-Classe : une aug­men­ta­tion du taux de pas­sage insuffisante

Sous cou­vert de reva­lo­ri­sa­tion, le ministre pro­jette de por­ter le taux de pro­mo­tion à la hors- classe de 17 % à 18 %. Le minis­tère chiffre cette mesure à 4 mil­lions en 2021, 11 mil­lions ensuite. Mais rap­por­tée au nombre de pro­fes­seurs et CPE, la fai­blesse de cette enve­loppe ne per­met pas d’augmenter de manière signi­fi­ca­tive le taux. Cela ne remet, par ailleurs, pas en cause les condi­tions d’accès à la hors-classe cadrées par PPCR, notam­ment le fait que les per­son­nels mal éva­lués ne peuvent plus se rat­tra­per, car leur appré­cia­tion reste gra­vée dans le marbre.

De vagues mesures catégorielles

Un bud­get de 45 mil­lions y sera consa­cré, sans que l’on connaisse le détail de ces mesures, à part la prime annuelle de 450 € pour les direc­teurs (qui cor­res­pond à 21 mil­lions d’euros), sachant que pour ces der­niers une réforme por­tant sur la direc­tion d’école est en projet.

Sans contre­par­ties, vraiment ?

Le ministre le dit lui-même : « ces mesures ont été prises dans le cadre d’un tra­vail glo­bal enga­gé au sein du Gre­nelle de l’éducation ». Elles sont en effet tota­le­ment imbri­quées dans l’agenda social minis­té­riel, qui pré­voit de révi­ser les sta­tuts et les mis­sions à tra­vers des dizaines de groupes de tra­vail. Toutes les pro­po­si­tions pré­sen­tées s’articulent pour remettre en cause les sta­tuts par­ti­cu­liers pour y sub­sti­tuer un non-droit local où la car­rière des agents est « mana­gée » par un « accom­pa­gne­ment indi­vi­duel et col­lec­tif », dans la logique de PPCR, de la loi de trans­for­ma­tion de la fonc­tion publique et de la réforme ter­ri­to­riale (des­truc­tion des CAP, GRH de proxi­mi­té, réforme des concours ensei­gnants, Loi Ril­hac, fusion des corps d’inspection,…)

Il s’agit bien, sous cou­vert de « reva­lo­ri­sa­tion », de pour­suivre la déré­gle­men­ta­tion des mis­sions et la casse des sta­tuts des personnels.

La FNEC FP-FO n’apporte aucune cau­tion à ce mar­ché de dupes

La FNEC FP-FO main­tien­dra en toute indé­pen­dance, quoi qu’en dise le ministre, la reven­di­ca­tion d’augmentation géné­rale des salaires main­te­nant : inté­gra­tion des 49 points d’indices nets sup­plé­men­taires (+183€ comme les per­son­nels hos­pi­ta­liers), dans la grille de tous les per­son­nels titu­laires sans contre­par­tie, et ouver­ture immé­diate de négo­cia­tions en vue d’un rat­tra­page de la perte de pou­voir d’achat subie depuis 2000, soit 20% d’augmentation de la valeur du point d’indice. La FNEC FP-FO n’acceptera aucune remise en cause de nos statuts.

Mon­treuil, le 17 novembre 2020

Inter­pel­la­tions poli­cières, gardes à vue : la réponse du gou­ver­ne­ment aux lycéens est inadmissible !

La FNEC FP-FO condamne avec la plus grande fer­me­té l’interpellation par les forces de l’ordre du pré­sident de la FIDL, Sacha HALGAND, le mer­cre­di 5 mai. Il a été inter­pel­lé alors qu’il mani­fes­tait devant le lycée Saint-Exu­pé­ry à Mantes-la-Jolie pour dénon­cer les…

Bre­vet et Bac­ca­lau­réat : le ministre place les per­son­nels et les élèves dans une situa­tion impos­sible ! Il doit prendre ses responsabilités

La double peine pour les élèves et les per­son­nels Des mois de cours sup­pri­més, une pré­pa­ra­tion aux exa­mens dif­fé­rente d’un éta­blis­se­ment à un autre, un enchaî­ne­ment de confi­ne­ment, décon­fi­ne­ment et un ensei­gne­ment hybride dégra­dé… Les lycéens, avec leurs parents, se…

AESH : plus que jamais déter­­mi­­né-es, en grève le jeu­di 3 juin !

L’intersyndicale natio­nale CGT éduc’action, FNEC-FP-FO, FSU, SNALC, SNCL-FAEN, SUD édu­ca­tion appelle à une nou­velle jour­née de grève le 3 juin pour obte­nir satis­fac­tion aux reven­di­ca­tions légi­times des AESH pour l’amélioration des salaires et la créa­tion d’un…

Vio­lences inad­mis­sibles contre la CGT : Sou­tien sans faille à nos cama­rades ! Pas touche au droit de manifester !

La mani­fes­ta­tion du 1er mai à Paris, comme ailleurs, a été mar­quée par des cor­tèges mas­sifs et déter­mi­nés. En plein état d’urgence, des dizaines de mil­liers de mani­fes­tants se sont mobi­li­sés sur leurs reven­di­ca­tions, sur les reven­di­ca­tions des organisations…

Jour­née inter­na­tio­nale des tra­vailleurs du 1er mai 2021 : pour les liber­tés syn­di­cales, pour défendre nos conquêtes sociales !

Au congrès de l’Internationale de l’Éducation en 2019, la réso­lu­tion por­tée par FNEC-FP FO/France, SNE­TAA-FO/­France, F‑SYNTER/Burkina Faso,SYNAFEN/Niger, SNAPEST/Algérie, UNPEF/Algérie, GEW/Allemagne, EGITIMSEN/Turquie, OLME/Grèce et KTOEOS/Chypre consta­tait que «…

Par­cour­sup + tam­pon « 100 % pré­sen­tiel » = inéga­li­tés multipliées

La FNEC FP-FO a appris que des éta­blis­se­ments du second degré appo­saient sur les dos­siers de lycéens dépo­sés dans Par­cour­sup la men­tion que les cours sui­vis l’avaient été en tota­li­té en pré­sen­tiel, « 100 % pré­sen­tiel » ! Ain­si, les bache­liers des lycées publics, qui…

Aug­men­ta­tion du temps de tra­vail et dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail pour les per­son­nels du CNED : pour FO, c’est tou­jours NON !

A la suite de l’annonce de la direc­tion géné­rale du CNED de remettre en cause les accords de 2002 concer­nant le temps de tra­vail des per­son­nels du CNED, plus de 200 col­lègues, per­son­nels sur site et ensei­gnants en poste adap­té étaient réunis en assem­blée géné­rale les…

Reprise du 26 avril : le ministre pré­tend répondre aux inquié­tudes des per­son­nels, FO appelle à l’action com­mune sur les reven­di­ca­tions ! Exemplaire

A la veille de la reprise, le gou­ver­ne­ment pré­tend répondre aux inquié­tudes des per­son­nels en décré­tant des mesures « sani­taires », comme l’extension des demi-jauges au col­lège, la fer­me­ture d’une classe dès le pre­mier cas de Covid, la géné­ra­li­sa­tion de…

Compte-ren­­du du CTMEN du 7 avril 2021

Décla­ra­tion limi­naire de la FNEC FP-FO : Depuis une semaine, la fer­me­ture des éta­blis­se­ments sco­laires nous est pré­sen­tée comme « la » solu­tion. Il en est de même pour les dépro­gram­ma­tions mas­sives de soins dans les hôpi­taux impo­sées par Ministre de la San­té. Fermer…

8 avril : des mil­liers d’AESH avec les ensei­gnants et les parents exigent la satis­fac­tion des revendications !

Mal­gré les res­tric­tions de nos liber­tés Plus de 1000 à Paris, 500 à Tours, 250 à Lyon, 100 à Tou­louse, 70 à Avi­gnon, 60 à Pau, 50 à Beau­vais, 40 à Bourg-en-Bresse, 50 à Saint-Étienne, 50 à Mont-de-Mar­san, 50 à Laval, 40 à Nantes… Mal­gré le confi­ne­ment et les…