Retrait des réformes Blanquer – les personnels ne veulent pas lâcher

3 Juil, 2019Actualités, Communiqué

A la veille du vote définitif de la loi « sur l’école de la confiance », l’année scolaire s’achève dans un contexte de rejet massif des contre-réformes du ministre Blanquer. Les personnels cherchent à résister, ils ne veulent pas lâcher sur leurs revendications. Partout les personnels du 1er comme du 2nd degré, disent : « les conditions dans lesquelles se prépare la rentrée sont inacceptables. La loi Blanquer, les réformes du baccalauréat et du lycée, sont inacceptables ! Le mépris du ministre est intolérable ! » Dans le 2nd degré, des AG se sont tenues et se tiennent encore. Plusieurs AG décident la grève, des piquets de grève sont organisés devant les centres de correction.

Dans l’académie de Grenoble, plus de 60 professeurs de philosophie réunis en AG ont décidé la grève les 2, 3 et 4 juillet. L’AG des professeurs de collège d’Isère appelle à la grève des corrections.

Le 2 juillet, plus de 300 correcteurs du bac, représentant 186 établissements d’Île de France se sont réunis à la Bourse du travail de Paris et ont décidé à la quasi-unanimité la grève les 3 et 4 juillet. FO était présente pour soutenir les revendications et la grève des enseignants.

Le même jour à Toulouse, 200 personnels, dont une majorité de correcteurs, se réunissent en AG et votent la grève reconductible avec AG le lendemain.

A Dijon, les professeurs de maths se sont réunis en AG avant la commission d’entente du baccalauréat, pour adopter une motion réaffirmant leur opposition à la loi sur l’école de la confiance, et à la réforme du lycée et du baccalauréat. Actuellement, dans l’académie de Lyon, 27% des candidats pour le bac général n’ont pas toutes leurs notes.

Les syndicats de la FNEC FP-FO sont partie prenante des AG qui se réunissent pour discuter et décider des moyens de faire reculer le ministre. Ils soutiennent les revendications, les initiatives décidées par les AG, en particulier la grève.

La FNEC FP-FO condamne les tentatives d’intimidation du ministre. Elle condamne la répression gouvernementale qui se poursuit, comme hier à Paris où les enseignants en manifestation ont été nassés par la police sur le boulevard Raspail.

La FNEC FP-FO rencontre le ministre lundi 8 juillet et lui demande de cesser toute pression, appels aux forces de l’ordre, menaces de sanction, de retrait de salaire.

La FNEC FP-FO qui a déposé un préavis de grève jusqu’au 12 juillet, le reconduit dès la pré-rentrée.

Elle appelle les personnels à préparer et à programmer, dès maintenant, les heures d’information syndicale et les assemblées générales à la rentrée.

 

Multiplication des attaques contre l’École publique, l’Université et leurs personnels

Chaque jour qui passe met un peu plus en évidence que la crise du Covid-19 devient prétexte à poursuivre et amplifier les contre-réformes engagées à l’encontre de l’école publique républicaine et ses personnels. Ce n’est pas ça, l’école publique et laïque La...

Déclaration de la FNEC FP-FO au Comité Technique ministériel du 20 mai 2020

La FNEC FP-FO revendique le retrait immédiat de la loi sur l’état d’urgence « sanitaire », que le gouvernement vient de prolonger, toujours sans tests de dépistage systématique, sans masques, sans mesures réellement sanitaires. Il se donne les pleins pouvoirs pour...

Réforme des concours et de la «formation des enseignants» : un concentré de territorialisation et de contractualisation

Dans ce domaine comme dans d’autres, la crise du Covid-19 n’a aucunement infléchi les projets du ministère : en effet la nouvelle présentation le 14 mai du projet d’arrêté «fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters MEEF» enkyste la...

Courrier au ministre sur la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes »

Monsieur le Ministre, Nous avons été stupéfaits à la lecture de la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes », publiée sur le site du ministère, et annexée à la circulaire du 5 mai 2020 relative à la réouverture des établissements...

Comité Technique Ministériel : le ministre déréglemente et territorialise au prétexte de la crise sanitaire !

Le Comité Technique Ministériel de l’Education nationale, réuni le 5 mai en présence du ministre, avait à l’ordre du jour la réouverture des écoles et des établissements. La FNEC FP-FO a fait valoir les revendications des milliers de personnels et la colère qui monte...

« Protocoles » sanitaires : la FNEC FP-FO refuse le chaos que veut nous imposer le ministre !

Les projets de « protocoles », dont tout le monde a été destinataire avant les organisations syndicales, ont mis en lumière l’impréparation et la précipitation du ministre face aux injonctions présidentielles et patronales pour une réouverture « coûte que coûte » le...

Annonces du Premier ministre : aucune réponse, aucune garantie !

Le Premier ministre a présenté son plan de déconfinement : il a surtout mis en avant les impératifs économiques, face auxquels la santé des personnels et des élèves ne compte pas. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, sauf dans les établissements...

Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépistage systématique, sans tous les moyens de protection nécessaires !

Les personnels soussignés considèrent que l’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse,...

Imposer les congés en plein confinement : une honte ! Abrogation des ordonnances !

Cela fait plus d’un mois que les personnels assurent la continuité des activités dans les services comme dans les établissements, parfois dans des conditions difficiles, en présentiel, en télétravail, en dispense d'activité ou en ASA… Les agents sont toujours présents...

Les stagiaires ne doivent pas être les victimes collatérales du Coronavirus !

 Dans la plupart des académies, les recteurs ont annoncé une titularisation des stagiaires en décembre 2020. Inadmissible ! En quoi ont-ils démérité ? Rien ne justifie ce report. Rien ne justifie que le statut de stagiaire, leur mutation et déroulement de carrière...