Retrait de la Loi Blanquer : la mobilisation s’enracine s’élargit

5 Avr, 2019Actualités, Communiqué

Après des manifestations massives le samedi 30 mars mêlant enseignants et parents d’élèves, plusieurs milliers de personnels de l’Education nationale se sont à nouveau mis en grève le 4 avril pour exiger le retrait de la loi Blanquer. Des milliers de manifestants ont à nouveau défilé dans des cortèges toujours aussi déterminés : plus de 10 000 à Paris, 2000 à Angers, une centaine à Strasbourg, un millier à Toulouse… Des Assemblées de grévistes convoquées par les syndicats avant ou après les manifestations se sont tenues dans de nombreuses localités : 150 à Lyon, 300 à Angers, 250 à Toulouse, 90 à Saint-Denis, 100 à Bordeaux, 180 à Evry, 400 à Paris…

Le ministre n’a la confiance de personne : amplifions le rapport de force !

 La communication de Monsieur Blanquer sur les prétendus « bobards » ou les « malentendus » a fait long feu. Les familles et les enseignants ne sont pas dupes, ils ont bien compris les graves dangers que contient la loi Blanquer. Tous refusent :

– Les Etablissements Publics des savoirs Fondamentaux qui remettent en cause l’école communale, rurale et de proximité, programment la disparition des directeurs d’école et aggravent les conditions d’accueil des élèves et de travail des personnels ;

– La disparition programmée de la maternelle au profit de « jardins d’éveil » communaux, intercommunaux voire associatifs et privés ;

– La remise en cause des moyens d’accompagnement des élèves à besoin particulier par la mutualisation des AESH et la poursuite des fermetures des structures spécialisées ;

– La détérioration de la formation initiale des enseignants.

– L’aggravation du tri social déjà mis en place avec Parcoursup et la réforme du lycée

 Ni amendable, ni négociable !

Le ministre Blanquer, sous la pression, voudrait maintenant faire croire à un recul : « Je suis prêt à amender mon projet de loi » sur l’école. Mais ce ne sont pas des amendements que les personnels en grève revendiquent, c’est le retrait total de la loi Blanquer.

 Ils veulent maintenir la pression : partout en France les personnels et parents d’élèves s’informent, s’organisent.

La FNEC FP-FO soutient toutes les initiatives visant à amplifier la mobilisation pour le retrait, elle appuie les AG qui décident de poursuivre la mobilisation en reconduisant la grève. Dans certaines localités, les enseignants avec leurs syndicats organisent des réunions publiques avec les parents, les élus et parfois avec les gilets jaunes. Ils se constituent en comités d’action pour le retrait de la loi Blanquer. Dans des AG, la discussion se mène pour organiser un comité de grève émanant des AG de secteurs.

Multiplication des attaques contre l’École publique, l’Université et leurs personnels

Chaque jour qui passe met un peu plus en évidence que la crise du Covid-19 devient prétexte à poursuivre et amplifier les contre-réformes engagées à l’encontre de l’école publique républicaine et ses personnels. Ce n’est pas ça, l’école publique et laïque La...

Déclaration de la FNEC FP-FO au Comité Technique ministériel du 20 mai 2020

La FNEC FP-FO revendique le retrait immédiat de la loi sur l’état d’urgence « sanitaire », que le gouvernement vient de prolonger, toujours sans tests de dépistage systématique, sans masques, sans mesures réellement sanitaires. Il se donne les pleins pouvoirs pour...

Réforme des concours et de la «formation des enseignants» : un concentré de territorialisation et de contractualisation

Dans ce domaine comme dans d’autres, la crise du Covid-19 n’a aucunement infléchi les projets du ministère : en effet la nouvelle présentation le 14 mai du projet d’arrêté «fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters MEEF» enkyste la...

Courrier au ministre sur la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes »

Monsieur le Ministre, Nous avons été stupéfaits à la lecture de la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes », publiée sur le site du ministère, et annexée à la circulaire du 5 mai 2020 relative à la réouverture des établissements...

Comité Technique Ministériel : le ministre déréglemente et territorialise au prétexte de la crise sanitaire !

Le Comité Technique Ministériel de l’Education nationale, réuni le 5 mai en présence du ministre, avait à l’ordre du jour la réouverture des écoles et des établissements. La FNEC FP-FO a fait valoir les revendications des milliers de personnels et la colère qui monte...

« Protocoles » sanitaires : la FNEC FP-FO refuse le chaos que veut nous imposer le ministre !

Les projets de « protocoles », dont tout le monde a été destinataire avant les organisations syndicales, ont mis en lumière l’impréparation et la précipitation du ministre face aux injonctions présidentielles et patronales pour une réouverture « coûte que coûte » le...

Annonces du Premier ministre : aucune réponse, aucune garantie !

Le Premier ministre a présenté son plan de déconfinement : il a surtout mis en avant les impératifs économiques, face auxquels la santé des personnels et des élèves ne compte pas. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, sauf dans les établissements...

Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépistage systématique, sans tous les moyens de protection nécessaires !

Les personnels soussignés considèrent que l’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse,...

Imposer les congés en plein confinement : une honte ! Abrogation des ordonnances !

Cela fait plus d’un mois que les personnels assurent la continuité des activités dans les services comme dans les établissements, parfois dans des conditions difficiles, en présentiel, en télétravail, en dispense d'activité ou en ASA… Les agents sont toujours présents...

Les stagiaires ne doivent pas être les victimes collatérales du Coronavirus !

 Dans la plupart des académies, les recteurs ont annoncé une titularisation des stagiaires en décembre 2020. Inadmissible ! En quoi ont-ils démérité ? Rien ne justifie ce report. Rien ne justifie que le statut de stagiaire, leur mutation et déroulement de carrière...