Réforme du baccalauréat : le ministre ne répond à aucune des inquiétudes des personnels, il veut passer en force !

7 Mar, 2018 | Actualités, Communiqué

La FNEC FP-FO et le SNFOLC ont été reçus le 6 mars par le directeur de la DGESCO dans le cadre de la concertation sur la réforme du baccalauréat et du lycée.

Le ministère attendait de Force Ouvrière qu’elle fasse des propositions pour mettre en œuvre le contrôle continu, qu’elle détermine le poids de chaque discipline dans le cadre de leur mise en concurrence.

Force Ouvrière a indiqué qu’elle ne co-construirait pas la réforme, rappelant son mandat et les revendications qui rassemblent les fédérations de l’enseignement et les organisations de jeunesse qui appellent à la grève le 22 mars avec tous les fonctionnaires : maintien du baccalauréat comme premier grade universitaire donnant accès à la filière de son choix, et comme diplôme national avec ses épreuves nationales, terminales et anonymes.

La délégation a rappelé que le projet de décret sur les attendus universitaires (déclinaison de la loi Vidal), n’avait reçu aucune voix « pour » lors du Conseil Supérieur de l’Éducation du 5 mars. Le ministre ne peut se prévaloir d’un consensus.

Le gouvernement, comme sur les autres sujets, veut aller très vite : le « nouveau bac » sera présenté au CSE du 21 mars. Force Ouvrière a relayé les inquiétudes et les questions des personnels. Force Ouvrière n’a reçu aucune réponse.

  • Comment sera mis en place le contrôle continu, soit les 40% du baccalauréat ? 10% liés au bulletin scolaire seraient calculés sur toute les classes de première et de Terminale. Les 30% restants n’obéissent pas à un calendrier national, mais local, pour donner « plus de souplesse » aux épreuves. La DGESCO le reconnaît elle-même : oui, le baccalauréat aura un caractère local. Aucune obligation de banaliser du temps scolaire, cela pourra se faire sur le temps de cours. Chaque établissement choisira les sujets des épreuves communes à partir d’une banque nationale accessible à tous. Il s’agit bien d’un bac maison.
  • Comment sont mises en œuvre les épreuves terminales (60% restants) ? Le grand oral représenterait 10%. Les coefficients des épreuves anticipées de français, ceux des deux spécialités et de la philosophie ne sont pas encore définis.
    Par contre, les sujets des épreuves de français en 1ère et l’épreuve « universelle » de philosophie seront les mêmes quels que soient les parcours. C’est le « socle de culture commune » selon la nouvelle terminologie du ministère.
  • La voie technologique, contrairement à ce qui avait été affirmé, est bien touchée puisqu’elle obéira à un socle de culture commune, et l’on retrouve la même part de contrôle continu pour les bacs technologiques.
  • L’orientation obligatoire dès la seconde en septembre 2018 sera financée sans moyens supplémentaires. Cela n’inquiète pas la DGESCO puisqu’elle pourra être assurée par les enseignants, les professeurs documentalistes, les associations, les branches professionnelles et, « pourquoi pas les partenaires sociaux ».
  • En aucun cas, il ne s’agit d’un « baccalauréat remusclé » puisque les disciplines sont diluées dans des enseignements pluridisciplinaires. Certaines disciplines pourraient disparaître car c’est la demande des élèves qui détermine l’offre d’enseignement. Les parcours seront différents d’un établissement à l’autre, en fonction des besoins locaux et des attendus universitaires.

Toutes nos craintes sont confirmées : liquidation du cadre national du diplôme, mise en concurrence des disciplines et des personnels, mise en place de la sélection pour répondre aux besoins du patronat. Les réponses de la DGESCO confirment l’éditorial des Echos du 15 février : c’est « un renversement complet du modèle actuel, dont on n’a pas fini de mesurer les conséquences. Temps de travail des professeurs, pluridisciplinarité, nombre d’élèves par classe, organisation des établissements. »

ParcourSup, réforme du baccalauréat, du lycée et l’apprentissage, attaques contre les statuts et les services publics : tout est lié. C’est pourquoi la FNEC FP-FO invite les personnels à se réunir en AG, à décider et préparer la grève le 22 mars à l’appel des fédérations de la Fonction publique (FO, FSU, CGT, Solidaires, FAFP, CGC, CFTC) et de l’Education nationale et l’Enseignement supérieur (FNEC FP-FO, FSU, FERC CGT, Sud Education, Sud Etudiants, UNEF, UNL, SGL).

Fusion des académies Non à la régionalisation de l’Éducation nationale, maintien de toutes nos garanties statutaires nationales !

  Lors du CTM du 4 octobre le calendrier a été confirmé. Le 1° janvier 2020, il n'y aura plus que 13 académies métropolitaines, coïncidant avec les périmètres des grandes régions issues de la loi Notre du gouvernement Valls-Hollande. Le ministère entend multiplier les...

Vademecum sur la laïcité : le ministère doit prendre ses responsabilités

Le ministre de l’Education nationale vient de s’adresser aux enseignants pour les informer de la publication d’un formulaire de saisine et d’un vadémécum. Ces documents sont mis à la disposition des personnels pour les aider à traiter des atteintes au principe de...

5 octobre : journée mondiale des enseignants : défense inconditionnelle des statuts, des postes et des libertés syndicales des enseignants

La journée mondiale des enseignants s’inscrit dans un contexte international où les politiques menées par les gouvernements et suscitées par les institutions internationales (FMI, Banque mondiale, Union Européenne) sont très éloignées des exigences affirmées dans les...

1 800 suppressions de postes dans l’Éducation nationale : le ministre accélère le traitement de choc

Par voie de presse, le ministre Blanquer a annoncé la suppression de 1 800 postes dans le ministère de l’Éducation nationale sur le budget 2019. Blanquer suit le cap des contre-réformes fixé par le gouvernement Afin de baisser les dépenses de l’Etat et réduire les...

Voilà le bilan de M. Blanquer et de Mme Vidal : ils ont vidé les facs !

(COMMUNIQUE INTERFEDERAL FNEC FP-FO, FERC-CGT, FSU, Solidaires, UNEF, UNL) Jeudi 6 septembre, alors que la phase principale d’inscription via Parcoursup vient de se terminer, les ministres Vidal et Blanquer annoncent de concert que seuls 3 000 bacheliers sont sans...

Mobilisation interprofessionnelle le 9 octobre Face à la régression sociale, plus que jamais les revendications !

 Face à la volonté du gouvernement d’imposer coûte que coûte ses plans contre tous les droits collectifs des salariés et contre les services publics, les confédérations FO et CGT, avec Solidaires et les organisations de jeunesse appellent à la mobilisation...

Fusion des académies pour le 1er janvier 2020 : la FNEC FP-FO reçue au ministère

Suite aux annonces du ministère au mois de mai concernant l’organisation territoriale de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministre a adressé aux recteurs de « région académique » une lettre de mission pour la mise en œuvre de...

Contractuels : des conditions de rentrée inacceptables ! Pour FO il faut un vrai plan de titularisation pour tous les contractuels

Selon le rapport de la Cour des comptes daté de mars 2018, l’emploi de non-titulaires ne cesse d’augmenter dans l’Education nationale. Il représenterait 20 % des personnels. Les contractuels sont transformés en variables d’ajustement au moment où les concours de...

Le ministère des sports médaillé de CAP22

Dans la famille des services publics démantelés par le comité d’action publique 2022 (CAP22), je voudrais le plus rapide : le ministère des sports gagne une médaille en étant amputé de la moitié de ses effectifs ! La nouvelle est effectivement tombée vendredi matin :...

Qu’y a-t-il derrière l’évaluation des élèves, des établissements et des personnels ?

Le ministre de l’Éducation souhaite faire basculer l’école dans la « culture de l’évaluation ». A travers ce chantier, présenté comme « un puissant outil de transformation de l’école », se déclinent toutes les orientations gouvernementales du nouveau « contrat social...