Recru­te­ment des pro­fes­seurs à Bac+3 : la FNEC FP-FO demande audience au ministre

3 Juil, 2023Com­mu­ni­qué, Diplômes-qua­li­fi­ca­tions

La FNEC FP-FO a pris connais­sance des pro­pos de ministre Ndiaye inter­viewé par le jour­nal « Le Monde » : « Je sou­haite pla­cer le concours de pro­fes­seur des écoles à bac + 3 sans renon­cer à la mas­té­ri­sa­tion. Nous pro­po­se­rons, après le concours, deux ans de for­ma­tion réno­vée et rému­né­rée. Cela atti­re­ra davan­tage de can­di­dats, notam­ment des étu­diants défa­vo­ri­sés, nos futurs « hus­sards noirs de la Répu­blique ». Ain­si, nous dis­so­cions l’obtention du diplôme et le concours. Même si rien n’est encore tran­ché, nous espé­rons mettre cette réforme en œuvre en 2025. »

Ain­si, il aura fal­lu plus de 10 ans aux dif­fé­rents gou­ver­ne­ments pour tirer le bilan du désas­treux pas­sage des concours de recru­te­ment de pro­fes­seurs des écoles de Bac+3 et Bac+5, consé­quence de la mise en place de la mas­te­ri­sa­tion à laquelle la FNEC FP-FO s’était oppo­sée, qui a consi­dé­ra­ble­ment réduit le nombre de candidats.

Il aura fal­lu que dans plu­sieurs aca­dé­mies (Cré­teil, Guyane, Ver­sailles), des cen­taines de places aux concours de recru­te­ment de pro­fes­seurs des écoles soient non pour­vues pour que le minis­tère remette enfin en cause le concours à Bac+5.

La FNEC FP-FO s’interroge : pour­quoi le ministre n’étend-il pas sa réflexion au 2nd degré alors que les résul­tats du CAPES, ren­dus publics le 30 juin, font appa­raître un fias­co de 861 postes non pour­vus, dont 250 en mathé­ma­tiques (24%), 149 en lettres modernes (20%), 119 en langue vivante étran­gère alle­mand (58%), 108 en phy­sique-chi­mie (25%), 93 en lettres clas­siques (69%), 67 en langue vivante espa­gnol (21%), 56 en édu­ca­tion musi­cale (42%) ?

Par ailleurs, com­ment com­prendre les pro­pos du ministre « Nous pro­po­se­rons, après le concours, deux ans de for­ma­tion réno­vée et rému­né­rée. » Avec quel sta­tut pour les lau­réats du concours ? Fonc­tion­naires sta­giaires avec une réelle for­ma­tion rému­né­rée de deux ans avant la pre­mière prise de poste ? Ou contrac­tuels affec­tés en classe pour se for­mer sur le tas et per­mettre de mas­quer les sup­pres­sions de postes ?

Quoi qu’il en soit, la mise en place immé­diate du concours de recru­te­ment de pro­fes­seurs des écoles à Bac+3 est une néces­si­té abso­lue qui s’est impo­sée au ministre.

Pour la FNEC FP-FO, l’augmentation immé­diate de 10% de la valeur du point d’indice devrait éga­le­ment s’imposer à ce gou­ver­ne­ment pour per­mettre l’augmentation du nombre de can­di­dats aux concours, tant l’effondrement du pou­voir d’achat des fonc­tion­naires, et par­ti­cu­liè­re­ment des per­son­nels de l’Éducation natio­nale, n’est pas étran­ger au manque de candidats !

Et ce n’est pas avec son pacte « tra­vailler plus pour perdre moins » – reje­té par les per­son­nels en témoignent les cen­taines de motions et de péti­tions rédi­gées dans les écoles, les éta­blis­se­ments, les réunions syn­di­cales – qu’il va sus­ci­ter un afflux de can­di­da­tures aux concours !

La FNEC FP-FO demande audience au ministre Ndiaye sur la base des reven­di­ca­tions suivantes :

  • l’abandon de la mas­te­ri­sa­tion et par­ti­cu­liè­re­ment du mas­ter d’enseignement « MEEF » ;
  • l’abrogation de la loi Blan­quer et l’arrêt du prin­cipe de contrac­tua­li­sa­tion des étu­diants dit « pré professionnalisation » ;
  • le retour au recru­te­ment par concours après licence (Bac + 3/Bac + 4 pour les agré­gés) avec une véri­table for­ma­tion sous sta­tut et la recon­nais­sance d’une équi­va­lence Bac+5 après titularisation ;
  • l’établissement de véri­tables listes com­plé­men­taires, dans tous les corps et dans toutes les aca­dé­mies pour pour­voir tout au long de l’année à la vacance des postes ;
  • la mise en place de concours excep­tion­nels par­tout où c’est nécessaire ;
  • le retrait du « pacte » et l’augmentation immé­diate de 10% de la valeur du point d’indice.

Mon­treuil, le 1er juillet 2023

Grande concer­ta­tion sur l’autorité à l’École – réunion du 15 mai

Nos orga­ni­sa­tions FSU, UNSA Édu­ca­tion, FNEC-FP-FO, SGEN-CFDT, CGT Educ’action et SUD Édu­ca­tion ne par­ti­ci­pe­ront pas à la réunion de ce jour dans le cadre de la « Grande concer­ta­tion » sur l’autorité à l’École. Nous avons déjà eu l’occasion de dénon­cer la…

La fusion des AESH et des AED est aban­don­née ! Un encou­ra­ge­ment pour le retrait de l’Acte 2 de l’École inclusive !

Un groupe de tra­vail concer­nant l’ « École pour tous » s’est réuni lun­di 13 mai. Les repré­sen­tants du minis­tère recon­naissent que la ques­tion de l’École inclu­sive sys­té­ma­tique est sen­sible : « On ne cherche pas à mini­mi­ser. On est d’accord qu’il y a des…

Réforme de la for­ma­tion des ensei­gnants et des concours : une attaque d’ampleur contre le recru­te­ment sous Statut !

La ministre Bel­lou­bet a pré­sen­té le lun­di 6 mai son pro­jet, pour une mise en œuvre dès la ren­trée de sep­tembre 2024. Le gou­ver­ne­ment veut aller vite pour une réforme aux dégâts mul­tiples. Pour tous, le main­tien de la « mas­te­ri­sa­tion » et la remise en cause du…

Pour blo­quer le « choc des savoirs » et les mesures qui cassent l’École publique, pour les moyens néces­saires (postes, classes, salaires…) : Grève natio­nale le 14 mai !

La mobi­li­sa­tion pour obte­nir les moyens néces­saires à la réus­site de leurs élèves, pour leur salaire et contre le « choc des savoirs », enga­gée depuis le mois de jan­vier, se pour­suit mal­gré les périodes de vacances zonées, témoi­gnant de la déter­mi­na­tion des…

La seule réponse du gou­ver­ne­ment : stig­ma­ti­ser, sou­mettre, réprimer

Lors de son dis­cours à Viry-Châ­tillon, le Pre­mier ministre a annon­cé une « concer­ta­tion » sur « le res­pect de l’autorité au sein de notre jeu­nesse ». La ministre Bel­lou­bet l’a lan­cée ce ven­dre­di 3 mai. A un mois des élec­tions euro­péennes, per­sonne n’est dupe…

Face au tol­lé, crai­gnant les mobi­li­sa­tions, le gou­ver­ne­ment renonce à récu­pé­rer les heures allouées aux enseignements

La consigne minis­té­rielle est tom­bée comme un cou­pe­ret dans les éta­blis­se­ments en début de semaine. Dans le cadre de la réduc­tion des cré­dits de 700 mil­lions d’euros à l’Éducation natio­nale, le minis­tère avait deman­dé aux rec­to­rats de reprendre les budgets…

Sou­tien aux étu­diants mobi­li­sés pour la paix et l’arrêt du géno­cide à Gaza !

La FNEC FP-FO condamne les ten­ta­tives d’intimidation, de stig­ma­ti­sa­tion, voire de cri­mi­na­li­sa­tion des étu­diants mobi­li­sés pour le ces­sez-le-feu en Pales­tine et l’arrêt du géno­cide en cours à Gaza. Dans une inter­view le 28 avril, la ministre Retailleau…

Stop à la remise en cause des liber­tés publiques !

La FNEC FP-FO dénonce la dérive liber­ti­cide en cours qui vise à faire taire, à stig­ma­ti­ser, à cri­mi­na­li­ser toutes les voix qui s’élèvent pour exi­ger un ces­sez-le-feu à Gaza, la fin des mas­sacres et des bom­bar­de­ments de popu­la­tions civiles, l’arrêt du génocide…

Annonces de Gabriel Attal à Viry-Châ­­tillon : Non à la mise au pas de la jeu­nesse, de l’École et de ses personnels !

Plu­tôt que de répondre à la colère géné­rale pro­vo­quée par les sup­pres­sions de postes et les fer­me­tures de classes, les 700 mil­lions de coupes bud­gé­taires, les contre-réformes, le « choc des savoirs », Gabriel Attal a déci­dé d’accentuer la pres­sion sur la…

Pour blo­quer le « choc des savoirs » et les plans du gou­ver­ne­ment contre le Sta­tut, pour nos reven­di­ca­tions : AG par­tout dès la rentrée !

Réforme des lycées pro, « choc des savoirs », SNU, uni­forme, acte 2 de l’école inclu­sive, sup­pres­sions de postes, ter­ri­to­ria­li­sa­tion : le gou­ver­ne­ment mul­ti­plie les mau­vais coups contre l’École publique. En face, les per­son­nels et les parents d’élèves…