« Pseudo-revalorisation » : La FNEC FP-FO reçue au ministère le 27 février 2020

2 Mar, 2020Actualités, Communiqué

La FNEC FP-FO a été reçue en audience par le DGRH le 27 février, dans le cadre des discussions sur la réforme des retraites et la
« revalorisation » des enseignants. En introduction, le DGRH a indiqué que les « ateliers » avaient permis aux organisations syndicales de développer leurs positions et que ces rencontres bilatérales s’inscrivaient dans le cadre de l’étude des propositions portées par les syndicats dans le cadre de la « revalorisation. »

La délégation a donc mis en avant deux revendications, en cohérence avec les positions de la confédération FO et de la FGF-FO :

  • Le retrait de la réforme des retraites, rejetée de toutes parts et défendue par le seul gouvernement, réforme qui aurait pour conséquence une diminution drastique des pensions pour la plupart des salariés et notamment pour les personnels de l’Éducation La délégation a par ailleurs insisté sur l’inquiétude qu’elle avait de voir le gouvernement utiliser le 49-3, ce qui constituerait un casus belli supplémentaire
  • L’augmentation de la valeur du point d’indice de 18%, ce qui permettrait d’ailleurs à peine de compenser ce que les personnels ont perdu depuis des années

Le DGRH a pris acte de nos positions. Le DGRH a ensuite questionné la délégation sur plusieurs sujets :

La « revalorisation »

 La délégation de la FNEC FP-FO a indiqué que cette « pseudo-revalorisation » avait été vécue comme une provocation par les agents alors que la réforme des retraites va frapper de plein fouet les personnels de l’Education Nationale et que le point d’indice est gelé quasiment sans interruption depuis 2010.

La délégation a expliqué qu’à l’exception des échelons de début de carrière – échelons d’ailleurs d’une durée très limitée – la pseudo-revalorisation était nulle ou symbolique pour la quasi-totalité des enseignants. Les termes de « revalorisation en début et en milieu de carrière » utilisé par le ministère constituaient donc un mensonge.

Le DGRH a indiqué que 500 millions d’€ était une somme conséquente d’autant plus qu’elle serait pérennisée jusqu’en 2026. Le DGRH a demandé si la FNEC FP-FO était d’accord pour que les PE soient privilégiés dans cette revalorisation par rapport aux certifiés ou aux agrégés.

La FNEC FP-FO a réaffirmé, qu’outre l’augmentation de 18% de la valeur du point d’indice, elle revendiquait une revalorisation indiciaire conséquente pour tous les personnels, enseignants et non- enseignants, pour tous les échelons.

Le problème du remplacement court dans le 2nd degré

 Le DGRH a évoqué le problème du remplacement court (de moins de 15 jours) dans le 2nd degré et a demandé quelles propositions portait la FNEC FP-FO pour y remédier.

La délégation a indiqué que la FNEC FP-FO revendiquait les créations en nombre de postes à hauteur des besoins pour améliorer les remplacements dans le 2nd comme dans le 1er degré.

Le DGRH a précisé que les créations de postes à hauteur des besoins n’étaient pas à l’ordre du jour car c’était un choix politique et a donc de nouveau interrogé la FNEC FP-FO sur les possibilités d’améliorer le remplacement court dans le 2nd degré, mais sans créations de postes.

La délégation a rétorqué que notre fédération n’avait pas vocation à aider le ministre à gérer la pénurie qu’il organisait lui-même sciemment.

La formation

 Répondant à la question du DGRH, la délégation a souligné l’importance d’une véritable formation pour les personnels, formation qui avait quasiment disparu. La délégation a donc revendiqué le rétablissement d’une véritable formation sur le temps de classe.

Le DGRH a rappelé que les pistes de travail étaient d’organiser la formation (rémunérée) des enseignants pendant les congés et qu’il fallait bien « faire vivre » le décret du 6 septembre 2019 qui permettait ces dispositions.

La  délégation  a  répondu  que  la  FNEC FP-FO  n’entendait  pas  « faire  vivre »  un  décret  dont  elle demandait l’abrogation.

La délégation a également apporté une réponse négative au DGRH lorsque celui-ci a demandé si la FNEC FP-FO serait d’accord pour un jour de formation (rien qu’un seul !) imposé aux enseignants pendant les vacances.

Rappel : Lors du Comité Technique Ministériel du 12 juin, les organisations syndicales avaient voté unanimement contre le décret instituant une formation obligatoire pendant les vacances.

Le mérite

 Le DGRH a confirmé que le ministre entendait promouvoir la rémunération au mérite et a sollicité le point de vue de notre fédération sur cette question.

La délégation de la FNEC FP-FO a d’abord précisé que la rémunération au dite au « mérite » existait déjà, en témoigne les dispositions du protocole PPCR (avancements accélérés au 7ème et au 9ème échelons, passage à la hors-classe et à la classe exceptionnelle) avec leur lot d’injustice et d’arbitraire.

La délégation a indiqué que tous les enseignants étaient méritants et qu’elle ne voyait pas au nom de quoi et sur quels critère la rémunération dite « au mérite » serait généralisée.

La délégation a rappelé son exigence d’augmentation indiciaire pour la totalité des personnels

Evaluations des enseignants / PPCR

 Le DGRH a demandé à la délégation son point de vue sur le fait qu’il n’existe que trois rendez-vous de carrière pour les enseignants.

La délégation de la FNEC FP-FO a tenu à rappeler que notre fédération n’était pas demandeuse du protocole PPCR et en demandait toujours l’abandon. La FNEC FP-FO revendique le retour à l’ancien système avec des inspections régulières (centrées sur le travail en classe des enseignants) plutôt que des rendez-vous de carrière de type managérial.

Questionnée par le DGRH sur PPCR, la délégation, tout en réaffirmant une nouvelle fois son  exigence d’abrogation des décrets d’application de PPCR, a expliqué :

  •  Que la FNEC FP-FO revendiquait le fait que les appréciations délivrées par les recteurs et inspecteurs l’académie dans le cadre du passage à la hors-classe puissent être revues à la hausse, alors qu’elles sont actuellement gravées dans le marbre
  • Que la FNEC FP-FO revendiquait que le poids de l’appréciation des recteurs et inspecteurs d’académie dans le barème du passage à la classe exceptionnelle soit réduit au profit de l’ancienneté dans la plage d’appel
  • Que la FNEC FP-FO demandait que les huit années d’exercice sur des postes particuliers ne soientplus une condition nécessaire pour prétendre à la classe exceptionnelle dans le 1er vivier.

Obligations de service

Interrogée sur les obligations de service et le temps de travail des personnels, la délégation a indiqué que les enseignants aspiraient à enseigner et non à se consacrer à de multiples activités périphériques qui leur demandaient toujours plus de temps, et notamment les réunions imposées.

La délégation a donc demandé l’abrogation des décrets qui, sous des formes différentes, aboutissaient à ce que, dans le 1er comme dans le 2nd degré, les enseignants soient contraints d’assister à toujours plus de réunions, à rédiger toujours plus de protocoles divers et variés….

Inclusion

 Le  DGRH  a  demandé  le  point  de  vue  de  notre  fédération  sur  la  question  de  l’inclusion  et  des propositions que la FNEC FP-FO pouvait porter.

La délégation a rappelé les ravages de l’inclusion scolaire systématique et a demandé que chaque élève puisse bénéficier des conditions d’apprentissage adaptées à son handicap ou à ses difficultés. La délégation a expliqué que cela passait par :

  • La création du nombre de postes nécessaires dans les IME, ITEP, EREA, SEGPA…
  • La création du nombre de postes nécessaires d’enseignants spécialisés (notamment de RASED) et de PsyEN
  • Le respect de toutes les notifications MDPH
  • La création d’un statut de fonctionnaire pour les AESH

Fonctionnement pédagogique collectif des écoles et établissements

Sollicitée sur ce thème par le DGRH, la délégation a expliqué que dans le 1er degré, l’amélioration du fonctionnement collectif des écoles passait par l’amélioration des conditions de travail et de rémunération des directeurs à savoir :

  • L’augmentation des quotités de décharge
  • Une réelle augmentation indiciaire
  • Le rétablissement d’une aide administrative, mais statutaire

La délégation a rappelé son opposition à tout statut de directeur ou de chef d’établissement du 1er degré.

En guise de conclusion

Pour conclure, la délégation a indiqué que le DGRH sous-estimait le fossé existant entre d’une part, la communication du ministre Blanquer qui affirme à longueur de journée dans les médias qu’’il va effectuer une revalorisation historique, et l’état d’esprit des personnels toujours résolument attachés au retrait de la réforme des retraites et scandalisés par les propositions ministérielles (revalorisation dérisoire, travail pendant les vacances, indemnités au mérite)

La délégation a confirmé que la FNEC FP-FO invitait les personnels à se réunir en AG, en réunions syndicales pour discuter des suites de la mobilisation.

 

Poursuite du démantèlement de l’Education nationale Premiers touchés : les PSYEN !

Un nouveau gouvernement pour une même politique : le Premier ministre a donné le « la » le 8 juillet à l’Assemblée nationale et au Sénat, « Nous ne renoncerons pas ». Cela vaut pour la réforme des retraites, mais aussi pour les réformes engagées contre l’Ecole et les...

Rentrée 2020 : le ministre poursuit la déréglementation et en fait payer le prix aux personnels

 La FNEC FP-FO a été reçue le jeudi 2 juillet par le cabinet du ministre et la DGESCO sur la question de la circulaire de rentrée 2020. Aucun document ne nous a été présenté. « On attend le remaniement ministériel ». En préambule la FNEC FP-FO a indiqué : les...

Déclaration de la FNEC FP-FO au CHSCT-M du 2 juillet 2020

Mesdames et Messieurs, Non seulement Monsieur MACRON n’a pas suspendu les réformes durant la crise sanitaire, mais son gouvernement tente de faire passer toutes celles qui n’avaient pas été menées à leur terme. Pour les citoyens, c’est un état d’urgence maintenu avec...

Pas de génération sacrifiée ! Chaque élève doit avoir accès à la filière de son choix !

La gestion catastrophique par le gouvernement, relayée par le ministère avec les pseudo-protocoles sanitaires, a privé des centaines de milliers de lycéens de quatre mois de cours. Pas de vrai baccalauréat, pas d’épreuves terminales, pas de reprise dans des conditions...

Les PIAL, c’est toujours non ! Un vrai statut et un vrai salaire, c’est oui ! Tous au rassemblement du 24 juin pour faire valoir les revendications !

Le ministère a installé un comité de suivi des AESH depuis le 11 février 2019. Il affirme vouloir améliorer la situation des AESH mais s’applique à mettre en œuvre les dispositions prévues par la loi Blanquer  dite « Pour une école de la confiance » notamment la...

À bas le protocole « sanitaire » ! Satisfaction des revendications, tout de suite !

Rassemblements devant les DSDEN et rectorats le 24 juin ! C’est à nouveau par média interposé que les personnels ont pris connaissance des nouvelles dispositions envisagées par le ministre à partir du 22 juin. Quel mépris pour les personnels, les directeurs d’école,...

 Compte-rendu de l’audience de la FNEC FP-FO du 16 juin 2020  auprès du ministre de l’Éducation nationale

Une délégation de la FNEC FP-FO a été reçue par le ministre en visioconférence le mardi 16 juin 2020. Le ministre a souhaité indiquer en préambule, comme lors de la précédente audience, qu’il n’était pas satisfait des publications et des communiqués de notre...

Déclaration liminaire FNEC FP-FO CTMEN du 12 juin 2020

 En plein état d’urgence, bien qu’interdits par le gouvernement, des rassemblements et des manifestations ont lieu tous les jours. Sans rien attendre de l’enfumage du Ségur de la Santé, les personnels hospitaliers déploient leurs banderoles, à Clichy, Saint-Etienne,...

Stop au prof bashing ! C’est le ministre Blanquer et son  protocole qui détruisent l’Ecole !

Depuis plusieurs jours, les médias se déchaînent contre les enseignants. De L’Opinion («Enseignants en roue libre») à France 2 («Comment des milliers de profs n’ont pas assuré leur propre cours pendant le confinement») en passant par France Inter («Si les salariés de...

Le BAC doit rester national Chaque bachelier doit avoir accès à la filière de son choix

à Montreuil, le 2 juin 2020 Avec les réformes Blanquer du lycée et du Baccalauréat, rien n’a été épargné ni aux professeurs, ni aux élèves de lycées : nouveaux programmes, enseignements de spécialité, E3C imposés à marche forcée. Après avoir confiné et privé de cours...