Prime REP + ou le salaire «collectif» à la performance

4 Juil, 2018Actualités, Communiqué

Il y a un an, le candidat Macron avait annoncé une prime de 3000 euros pour les personnels travaillant en  éducation prioritaire. Le 2 juillet, la FNEC FP-FO a été reçue en audience au ministère sur cette question, dans le cadre de « l’agenda social » du ministre Blanquer. En réalité, seul 1/3 de la prime (1000 euros) sera versé à l’automne aux personnels au titre de l’année 2018-2019. Les 2000 euros restants seront versés de façon  progressive entre les années 2019-2020 et 2020-2021 et répartis entre une part fixe, dont le montant reste indéterminé, et une part modulable correspondant à une prime de « valorisation collective », attribuée dans sa totalité ou non, seulement si l’équipe éducative a été performante au regard du projet de l’école,  de l’établissement ou du réseau… Les personnels contractuels non-enseignants sont toujours exclus de ce dispositif.

Individualisation, mise en concurrence des personnels, pressions managériales…

 Le ministre Blanquer applique à l’Education nationale le « nouveau contrat social » que le gouvernement veut imposer à tous les agents publics. Il s’agit ni plus ni moins de pulvériser les garanties collectives inscrites dans le statut, notamment en matière de rémunération. Le 18 juin, lors du rendez-vous salarial, le secrétaire d’État en charge de la fonction publique a annoncé le gel du point d’indice en 2019, donc des salaires indiciaires des 5,4 millions d’agents publics. Pire, il entend « lancer le chantier de l’intéressement collectif et le mérite pour mieux valoriser l’engagement des agents de la Fonction publique. » Le gouvernement tourne le dos à la revalorisation du point d’indice pour individualiser les rémunérations.

La prime collective REP+ du ministre apparaît, avant tout, comme un outil managérial local fondé sur la performance, pour imposer aux personnels le projet local de l’école, de l’établissement ou du «territoire», sous peine de ne pas toucher la prime. Le ministre reprend les méthodes inspirées des pires DRH, et qui ont fait tant de dégâts dans le privé. Déjà la mise en place des classes «100 % réussite» dans les écoles en éducation prioritaire a   pu conduire à une pression accrue sur les collègues soumis à une obligation de résultats. Une fois encore, les REP+ sont les laboratoires de la remise en cause des garanties collectives.

Vers une gestion locale de la rémunération, des droits et des carrières

 Par qui et sur quels critères la performance des agents sera-t-elle évaluée ? Puisque l’obtention de la prime dépendra du projet local et des résultats obtenus (par les élèves ?), ce dispositif de prime au mérite s’inscrit dans la logique de l’évaluation-PPCR qui a considérablement modifié les conditions de travail des enseignants, organisant  la mise en difficulté des personnels à partir de critères locaux et subjectifs («coopérer avec les partenaires de l’école», «contribuer à l’action de la communauté éducative…»).

La FNEC FP-FO s’oppose et s’opposera à toutes les tentatives de faire basculer la Fonction publique, les statuts particuliers vers une gestion locale des droits et de la carrière des personnels.

Gel du point d’indice, hausse de la CSG, jour de carence, salaire au mérite, retraite « par point » avec en  perspective la diminution du montant des pensions : la politique salariale du gouvernement a pour seul objectif la baisse du coût du travail.

Avec sa fédération de fonctionnaires, la FGF-FO, la FNEC FP-FO revendique l’augmentation de 16% de la valeur du point d’indice, c’est-à-dire une augmentation des salaires pour compenser la perte de pouvoir d’achat depuis 2000, dans un cadre collectif et non individuel.

Multiplication des attaques contre l’École publique, l’Université et leurs personnels

Chaque jour qui passe met un peu plus en évidence que la crise du Covid-19 devient prétexte à poursuivre et amplifier les contre-réformes engagées à l’encontre de l’école publique républicaine et ses personnels. Ce n’est pas ça, l’école publique et laïque La...

Déclaration de la FNEC FP-FO au Comité Technique ministériel du 20 mai 2020

La FNEC FP-FO revendique le retrait immédiat de la loi sur l’état d’urgence « sanitaire », que le gouvernement vient de prolonger, toujours sans tests de dépistage systématique, sans masques, sans mesures réellement sanitaires. Il se donne les pleins pouvoirs pour...

Réforme des concours et de la «formation des enseignants» : un concentré de territorialisation et de contractualisation

Dans ce domaine comme dans d’autres, la crise du Covid-19 n’a aucunement infléchi les projets du ministère : en effet la nouvelle présentation le 14 mai du projet d’arrêté «fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters MEEF» enkyste la...

Courrier au ministre sur la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes »

Monsieur le Ministre, Nous avons été stupéfaits à la lecture de la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes », publiée sur le site du ministère, et annexée à la circulaire du 5 mai 2020 relative à la réouverture des établissements...

Comité Technique Ministériel : le ministre déréglemente et territorialise au prétexte de la crise sanitaire !

Le Comité Technique Ministériel de l’Education nationale, réuni le 5 mai en présence du ministre, avait à l’ordre du jour la réouverture des écoles et des établissements. La FNEC FP-FO a fait valoir les revendications des milliers de personnels et la colère qui monte...

« Protocoles » sanitaires : la FNEC FP-FO refuse le chaos que veut nous imposer le ministre !

Les projets de « protocoles », dont tout le monde a été destinataire avant les organisations syndicales, ont mis en lumière l’impréparation et la précipitation du ministre face aux injonctions présidentielles et patronales pour une réouverture « coûte que coûte » le...

Annonces du Premier ministre : aucune réponse, aucune garantie !

Le Premier ministre a présenté son plan de déconfinement : il a surtout mis en avant les impératifs économiques, face auxquels la santé des personnels et des élèves ne compte pas. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, sauf dans les établissements...

Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépistage systématique, sans tous les moyens de protection nécessaires !

Les personnels soussignés considèrent que l’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse,...

Imposer les congés en plein confinement : une honte ! Abrogation des ordonnances !

Cela fait plus d’un mois que les personnels assurent la continuité des activités dans les services comme dans les établissements, parfois dans des conditions difficiles, en présentiel, en télétravail, en dispense d'activité ou en ASA… Les agents sont toujours présents...

Les stagiaires ne doivent pas être les victimes collatérales du Coronavirus !

 Dans la plupart des académies, les recteurs ont annoncé une titularisation des stagiaires en décembre 2020. Inadmissible ! En quoi ont-ils démérité ? Rien ne justifie ce report. Rien ne justifie que le statut de stagiaire, leur mutation et déroulement de carrière...