Prime REP + ou le salaire «collectif» à la performance

4 Juil, 2018Actualités, Communiqué

Il y a un an, le candidat Macron avait annoncé une prime de 3000 euros pour les personnels travaillant en  éducation prioritaire. Le 2 juillet, la FNEC FP-FO a été reçue en audience au ministère sur cette question, dans le cadre de « l’agenda social » du ministre Blanquer. En réalité, seul 1/3 de la prime (1000 euros) sera versé à l’automne aux personnels au titre de l’année 2018-2019. Les 2000 euros restants seront versés de façon  progressive entre les années 2019-2020 et 2020-2021 et répartis entre une part fixe, dont le montant reste indéterminé, et une part modulable correspondant à une prime de « valorisation collective », attribuée dans sa totalité ou non, seulement si l’équipe éducative a été performante au regard du projet de l’école,  de l’établissement ou du réseau… Les personnels contractuels non-enseignants sont toujours exclus de ce dispositif.

Individualisation, mise en concurrence des personnels, pressions managériales…

 Le ministre Blanquer applique à l’Education nationale le « nouveau contrat social » que le gouvernement veut imposer à tous les agents publics. Il s’agit ni plus ni moins de pulvériser les garanties collectives inscrites dans le statut, notamment en matière de rémunération. Le 18 juin, lors du rendez-vous salarial, le secrétaire d’État en charge de la fonction publique a annoncé le gel du point d’indice en 2019, donc des salaires indiciaires des 5,4 millions d’agents publics. Pire, il entend « lancer le chantier de l’intéressement collectif et le mérite pour mieux valoriser l’engagement des agents de la Fonction publique. » Le gouvernement tourne le dos à la revalorisation du point d’indice pour individualiser les rémunérations.

La prime collective REP+ du ministre apparaît, avant tout, comme un outil managérial local fondé sur la performance, pour imposer aux personnels le projet local de l’école, de l’établissement ou du «territoire», sous peine de ne pas toucher la prime. Le ministre reprend les méthodes inspirées des pires DRH, et qui ont fait tant de dégâts dans le privé. Déjà la mise en place des classes «100 % réussite» dans les écoles en éducation prioritaire a   pu conduire à une pression accrue sur les collègues soumis à une obligation de résultats. Une fois encore, les REP+ sont les laboratoires de la remise en cause des garanties collectives.

Vers une gestion locale de la rémunération, des droits et des carrières

 Par qui et sur quels critères la performance des agents sera-t-elle évaluée ? Puisque l’obtention de la prime dépendra du projet local et des résultats obtenus (par les élèves ?), ce dispositif de prime au mérite s’inscrit dans la logique de l’évaluation-PPCR qui a considérablement modifié les conditions de travail des enseignants, organisant  la mise en difficulté des personnels à partir de critères locaux et subjectifs («coopérer avec les partenaires de l’école», «contribuer à l’action de la communauté éducative…»).

La FNEC FP-FO s’oppose et s’opposera à toutes les tentatives de faire basculer la Fonction publique, les statuts particuliers vers une gestion locale des droits et de la carrière des personnels.

Gel du point d’indice, hausse de la CSG, jour de carence, salaire au mérite, retraite « par point » avec en  perspective la diminution du montant des pensions : la politique salariale du gouvernement a pour seul objectif la baisse du coût du travail.

Avec sa fédération de fonctionnaires, la FGF-FO, la FNEC FP-FO revendique l’augmentation de 16% de la valeur du point d’indice, c’est-à-dire une augmentation des salaires pour compenser la perte de pouvoir d’achat depuis 2000, dans un cadre collectif et non individuel.

Comité Technique Ministériel du 9 juillet : la FNEC FP-FO vote CONTRE (*) le décret fusionnant les académies de Caen et de Rouen

Un Comité Technique Ministériel s’est réuni le 9 juillet avec à l’ordre du jour notamment un décret fusionnant les académies de Caen et de Rouen, ainsi qu’un projet d’arrêté sur la possibilité de tenir conjointement d’ici 2022 les CTA, CTSA et CHSCT A des académies de...

Lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale

Vous trouverez ci-dessous la déclaration que la FNEC FP-FO avait prévu de lire lors de la réunion intersyndicale convoquée par le ministre de l’Education nationale le 8 juillet 2019, pour évoquer son agenda social. « Compte-tenu du contexte », le ministre a annulé...

Retrait des réformes Blanquer – les personnels ne veulent pas lâcher

A la veille du vote définitif de la loi « sur l’école de la confiance », l’année scolaire s’achève dans un contexte de rejet massif des contre-réformes du ministre Blanquer. Les personnels cherchent à résister, ils ne veulent pas lâcher sur leurs revendications....

Canicule : mais où est le patron ?

Extraordinaire 40°C et plus dans les classes, des locaux inadaptés : à l’évidence la réglementation du travail ne pourra pas être respectée. Mais où est passé l’employeur « Education nationale » ? La seule décision prise par le ministre : le report des épreuves du...

Canicule, report du DNB : Monsieur le ministre, prenez vos responsabilités !

Le ministre a décidé de reporter les épreuves du brevet en raison de conditions climatiques extrêmes. « Ce report vaut pour la France hexagonale et non pas pour l'Outre-mer », a-t-il en outre précisé dans une conférence de presse ce lundi. Selon les dernières...

Prévention canicule : la FNEC FP-FO écrit au ministre

Monsieur Jean-Michel BLANQUER Ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse l’Education nationale et de la Jeunesse Montreuil, le 22 juin 2019 Objet : Procédure d’alerte Monsieur le Ministre, Les prévisions météorologiques de la semaine prochaine font apparaître...

Réformes Blanquer : le rejet !

Parcoursup, réformes du lycée et du Baccalauréat, loi Blanquer, fusion des académies… le rejet des contre-réformes ne cesse de s’exprimer et de s’étendre depuis des mois. Plusieurs fois les personnels ont fait grève. Ils cherchent l’action efficace pour mettre un coup...

Arrestation d’une enseignante pour distribution des tracts contre la loi Blanquer

Le samedi 15 juin, Sabine Raynaud est arrêtée suite à la participation à une manifestation des Gilets jaunes au cours de laquelle elle a distribué des tracts contre la loi Blanquer. Elle portait sur sa bouche un bâillon pour matérialiser l’article 1 du projet de loi,...

La loi Blanquer : toujours aussi inacceptable toujours rejetée par les personnels

Le 13 juin s’est réunie une commission mixte paritaire, pour que députés et sénateurs se mettent d’accord sur le projet de loi « Ecole de la Confiance », totalement rejetée par les personnels. Le contenu réactionnaire de la loi Blanquer demeure, mais la suppression de...

Les personnels continuent de refuser la loi Blanquer  Ils veulent l’action efficace pour gagner !

Depuis le début de la mobilisation contre les réformes Blanquer, dans les écoles et les établissements, dans les AG de secteurs, les personnels débattent des moyens efficaces pour faire reculer le ministre. Face à un gouvernement qui refuse d’entendre les...