Prime Covid

9 Sep, 2020CNED, Com­mu­ni­qué

Depuis l’annonce du ver­se­ment d’une prime dite « COVID » à cer­tains agents du CNED, la colère monte chez nombre de per­son­nels tant le nombre de béné­fi­ciaires s’avère res­treint, la répar­ti­tion par caté­go­rie sujette à dis­cus­sion (19 A, 11 B et 2 C : chiffres four­nis lors du der­nier CA) et l’application des cri­tères d’attribution interroge.

En effet, le Décret n° 2020–570 du 14 mai 2020 pré­voit à son article 1 que : “ l’E­tat, les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et leurs éta­blis­se­ments publics et grou­pe­ments d’in­té­rêt public, peuvent ver­ser une prime excep­tion­nelle à ceux de leurs agents par­ti­cu­liè­re­ment mobi­li­sés pen­dant l’é­tat d’ur­gence sani­taire afin de tenir compte d’un sur­croît de tra­vail signi­fi­ca­tif durant cette période.”

De très nom­breux agents peuvent à juste titre consi­dé­rer qu’ils ont été confron­tés à un sur­croît de tra­vail signi­fi­ca­tif durant cette période :

  • Les agents de la DSI qui ont dû pré­pa­rer les ordi­na­teurs pour le télé­tra­vail au moment où l’exposition poten­tielle au virus était la plus importante,
  • Les agents de l’imprimerie de Rennes qui ont éga­le­ment été contraints de tra­vailler sur site sans réelle pro­tec­tion ce qui a d’ailleurs conduit à la fer­me­ture tem­po­raire du site pour défaut d’application des règles de sécurité,
  • Les agents des ser­vices de sco­la­ri­té et des ser­vices d’accompagnement péda­go­giques qui ont été confron­tés à l’afflux mas­sif de copies à attri­buer à la cor­rec­tion suite aux annonces de déli­vrance du bac et des BTS en contrôle continu,
  • Tous les agents ayant tra­vaillé en télé­tra­vail du jour au len­de­main en uti­li­sant par­fois leur propre équi­pe­ment, leur impri­mante, leur scan­ner sans qu’il soit même envi­sa­gé le moindre dédom­ma­ge­ment alors qu’ils ont per­mis la pour­suite des chan­tiers en cours (réforme des lycées) pour les­quels la date limite n’a jamais chan­gé mal­gré les

Force Ouvrière déplore les cri­tères d’attribution obs­cures de cette prime tant au CNED que dans de nom­breux autres sec­teurs de la fonc­tion publique, en par­ti­cu­lier la fonc­tion publique hos­pi­ta­lière. Cet uni­la­té­ra­lisme ne peut géné­rer que mécon­ten­te­ment, res­sen­ti­ment et colère chez les personnels.

Les repré­sen­tants du per­son­nel au CTE ont été infor­més par la direc­tion du CNED des cri­tères d’attribution de cette prime, mais ils n’ont à aucun moment eu leur mot à dire sur le choix des béné­fi­ciaires. Nous consi­dé­rons que l’attribution d’une prime unique d’un mon­tant iden­tique pour tous les agents pla­cés en posi­tion de télé­tra­vail ou ame­nés à tra­vailler sur site aurait été une juste recon­nais­sance de l’implication de ces agents pour faire fonc­tion­ner l’établissement de la manière la plus nor­male pos­sible durant cette période difficile.

Les minis­tères de tutelle du CNED qui n’ont pas jugé bon de finan­cer l’attribution de cette prime sont en grande par­tie res­pon­sables de cette situa­tion d’injustice.

Pour la FNEC FP-FO, la crise sani­taire a démon­tré, s’il en était besoin, la for­mi­dable mobi­li­sa­tion de tous les fonc­tion­naires. Le Pré­sident Macron a pro­mis « la recon­nais­sance de la nation » aux agents du ser­vice public.

Ce que veulent les per­son­nels, c’est qu’on leur donne les moyens de tra­vailler dans des condi­tions accep­tables par la créa­tion des postes sta­tu­taires néces­saires pour assu­rer leurs mis­sions de ser­vice public. Ce que veulent les per­son­nels, c’est la reva­lo­ri­sa­tion de leurs salaires et de leurs carrières.

La FNEC FP-FO reven­dique une réelle aug­men­ta­tion des salaires et un réel droit à car­rière par lequel une pro­mo­tion, un avan­ce­ment ou un chan­ge­ment d’échelon seront syno­nymes de forte pro­gres­sion indiciaire.

La FNEC FP-FO revendique :

  • l’abrogation de PPCR et la mise en place de grilles indi­ciaires attrac­tives, per­met­tant un dérou­le­ment de car­rière por­teur d’augmentations du salaire ;
  • un démar­rage de la grille à 120% du SMIC ;
  • l’intégration des primes sta­tu­taires dans le trai­te­ment avec com­pen­sa­tions des coti­sa­tions qui en découlent ;
  • le rat­tra­page de la perte du pou­voir d’achat depuis 2000 par l’augmentation immé­diate de 18% de la valeur du point d’indice.

Mon­treuil le 9 sep­tembre 2020

Pour blo­quer le « choc des savoirs » et les plans du gou­ver­ne­ment contre le Sta­tut, pour nos reven­di­ca­tions : AG par­tout dès la rentrée !

Réforme des lycées pro, « choc des savoirs », SNU, uni­forme, acte 2 de l’école inclu­sive, sup­pres­sions de postes, ter­ri­to­ria­li­sa­tion : le gou­ver­ne­ment mul­ti­plie les mau­vais coups contre l’École publique. En face, les per­son­nels et les parents d’élèves…

Concours et for­ma­tion des ensei­gnants : un pro­jet inacceptable !

Dans son dis­cours du 5 avril, le pré­sident de la Répu­blique a annon­cé la mise en place d’« écoles nor­males du XXIe siècle ». Rien de plus trom­peur que cette for­mule publi­ci­taire, qui cache en réa­li­té la pour­suite de la des­truc­tion de la formation…

Acte 2 de l’École inclu­sive : vote majo­ri­taire CONTRE le déman­tè­le­ment des éta­blis­se­ments sociaux et médico-sociaux

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 3 avril, le minis­tère a pré­sen­té un pro­jet de décret fixant les moda­li­tés de fonc­tion­ne­ment en « dis­po­si­tif inté­gré » des éta­blis­se­ments et ser­vices médi­co- sociaux (ESMS) qui signe­raient une conven­tion-cadre au…

Le « choc des savoirs », c’est aus­si la des­truc­tion de nos statuts !

Confron­té à une résis­tance achar­née des per­son­nels et des parents d’élèves, en Seine-Saint- Denis et ailleurs, le gou­ver­ne­ment, seul contre tous, a publié le décret et la note de ser­vice rela­tifs à la mise en place des groupes de niveau en mathé­ma­tiques et en…

Appel à la grève le 2 avril : Contre le pas­sage en force du gou­ver­ne­ment, AG pour déci­der la grève et sa reconduction !

Le gou­ver­ne­ment Macron-Attal mul­ti­plie les coups de force ! Après avoir déci­dé de tailler à la hache dans les bud­gets publics – 10 mil­liards de coupes – le gou­ver­ne­ment a publié les textes sur le « choc des savoirs » le 17 mars. Ce nou­veau coup de force ne…

Seuls contre tous, Attal et Bel­lou­bet publient les textes sur le « choc des savoirs » ! Le pas­sage en force, le mépris, ça suffit !

Alors que depuis jan­vier, à tra­vers tout le pays, les per­son­nels se mobi­lisent avec les parents d’élèves, par tous les moyens (motions, opé­ra­tions « éta­blis­se­ment désert », grèves, ras­sem­ble­ments…), pour expri­mer leur refus du « choc des savoirs » et de ses…

Face au rejet que sus­citent ses déci­sions, iso­lé, Gabriel Attal mul­ti­plie les pro­vo­ca­tions et enfonce le clou sur le « choc des savoirs »

Plu­tôt que de répondre à la colère géné­rale pro­vo­quée par les sup­pres­sions de postes et les fer­me­tures de classes, les 700 mil­lions de coupes bud­gé­taires, les contre-réformes, le gel du point d’indice, Gabriel Attal conti­nue de mettre la pres­sion sur l’École…

Soli­da­ri­té totale avec les per­son­nels du lycée B. Cen­drars à Sevran (93) Annu­la­tion des convocations !

Absence de pla­fond, manque de tables, chaises en mau­vais état, pas de lumière dans les toi­lettes, ascen­seur en panne depuis plus d’un an, pas de chauf­fage dans les salles de cours ni de rem­pla­çants lorsque les pro­fes­seurs sont absents, classes surchargées,…

Après la pro­vo­ca­tion du Pre­mier ministre Attal, met­tons par­tout en dis­cus­sion la grève pour rejoindre nos col­lègues de Seine-Saint-Denis !

« À par­tir de la ren­trée pro­chaine, en fran­çais et en mathé­ma­tiques, en sixième et en cin­quième dans un pre­mier temps, les élèves seront dans des groupes de niveau avec des élèves du même niveau », « C’était et ça reste une très bonne idée et ça va être…

La mobi­li­sa­tion s’organise contre la casse de l’École Per­son­nels et parents d’élèves se réunissent et dis­cutent des moyens de faire plier la ministre

Le jeu­di 7 mars, plus de 5 000 col­lègues ont mani­fes­té à Paris sous les fenêtres du minis­tère : per­son­nels de col­lèges, de lycées, d’écoles venus de toutes les com­munes de Seine-Saint-Denis, pour beau­coup en grève depuis plus d’une semaine. Depuis une…