Pré-recrutement d’apprentis professeurs : Statut, concours et salaires dans le viseur de la loi Blanquer

16 Nov, 2018 | Actualités, Communiqué

Parmi les mesures destructrices du projet de loi Blanquer pour « une école de la confiance », le ministère prévoit la modification du recrutement des AED, qui pourraient être utilisés comme professeurs apprentis à moindre coût. Recrutés par contrat en L2, sans le statut de professeur stagiaire, ils seraient exposés au licenciement jusqu’à leur titularisation qui n’interviendrait qu’à la fin de leur M2. Cela ressemble fort à la période d’essai du contrat première embauche qui avait dû être abrogé face à la mobilisation des jeunes et des salariés, avec leurs organisations. Cela n’a rien à voir avec un véritable pré-recrutement dans le cadre du statut !

Des apprentis à 250 € par mois !

Le ministère se félicite du dispositif EAP, mis en place par le ministre Peillon, qui embauche des professeurs en alternance à 402 € par mois. Les EAP sont rémunérés 12h hebdomadaire sur la base de 61% à 91% du SMIC en fonction de leur âge et de leur niveau d’étude.

Mais il lui faut aller plus loin dans la déréglementation et la mise en place du travail gratuit. Le ministère revoit à la baisse les conditions de rémunération de ces apprentis. Un AED est rémunéré à l’indice 311 soient 1457,34 € bruts. Un professeur stagiaire certifié échelon 1 est rémunéré 1794,74 € bruts. Le nouvel AED dérogatoire touchera un salaire d’apprenti pour 312 heures par an sur 39 semaines en fonction de son niveau d’étude. Au maximum, le salaire horaire de ces apprentis n’atteindrait même pas le SMIC (98%). Car, cerise sur le gâteau : le ministre prévoit en effet que ce montant sera atteint en cumulant la rémunération versée par le rectorat et le montant le plus élevé des bourses (pour ceux qui en sont bénéficiaires) ! Autant dire que le nouvel AED ne coûtera au budget de l’Éducation nationale que 250€ mensuels.

Les futurs enseignants ne sont pas des mendiants !

Le ministre ose parler de réforme « sociale » qui permettrait de recruter des jeunes qui ne peuvent pas, pour des raisons financières, poursuivre des études dans le but de devenir enseignant. Le ministre serait mieux avisé de renoncer à la mastérisation qui allonge de deux ans les années d’étude pour devenir enseignant et qui impose, cette année, à tous les enseignants stagiaires de s’acquitter des 90 € de la CVEC. Au lieu de cela, il propose une rémunération qui s’apparente à une obole pour la charité.

Une formation progressive, ou le recrutement de bouche-trous polyvalents ?

Autre argument invoqué par M. Blanquer : permettre « une acquisition progressive du métier » dans le but d’éviter les déceptions brutales aboutissant aux démissions. Il est prévu qu’en M1, l’apprenti effectue des «remplacements d’enseignants compatibles avec la continuité pédagogique des enseignements». Dans ce cadre, où est le tuteur ? Où est la formation ? Il s’agit plutôt de colmater les brèches lorsque le ministère continue à supprimer des postes d’année en année. Dans le premier degré, dès la L2, l’apprenti devrait effectuer un « encadrement d’activités adaptées et préalablement organisées, notamment en cas d’absences ponctuelle et prévue ».

Ce projet permet de redéployer les postes en utilisant ces AED par exemple sur des compléments de service, ou tout simplement là où il n’y a pas de professeurs. Il autorisera le licenciement des contractuels actuels, supprimera les minorations de service liées à des affectations sur plusieurs établissements.

Vers la fin des concours ?

Dans un premier temps, les concours seraient maintenus. Mais ils seraient fragilisés par ce dispositif, d’autant plus que le ministre souhaite discuter, dans le cadre de son agenda social, d’un échelonnement du concours en 3 ans. L’admission interviendrait seulement deux ans après l’admissibilité. Il est ainsi envisagé de placer l’admissibilité du concours de professeurs des écoles à la fin de la L3. Selon un référé de la Cour des comptes, la professionnalisation permettrait de

« sélectionner ceux des admissibles qui présentent les meilleures aptitudes et la plus forte motivation pour le métier, quitte à compléter leur formation disciplinaire par la suite ». Ni fonctionnaires-stagiaires, ni élèves-professeurs sous statut, ils seront professeurs contractuels sans garantie d’admission, jetables à tout moment.

Le gouvernement veut en finir avec le Statut

Ce projet s’inscrit pleinement dans l’actuelle réforme de la Fonction publique : le contrat à la place du statut et le moins cher possible. L’AED serait affecté dans le même établissement durant toute la formation, avec à la clef, un recrutement à l’issue du concours dans l’établissement en question. Mais il faut rappeler que les AED sont recrutés par les chefs d’établissements, dans le cadre d’un contrat de droit public. Et un contrat reste un contrat, il peut y être mis fin par l’employeur. Il ne s’agit donc ni d’un pré-recrutement, ni d’une formation. Il s’agit d’élargir les missions des AED en atténuant encore la frontière des missions entre ces derniers et les enseignants. Et il s’agit surtout de recruter, selon la volonté du ministre Darmanin, une main-d’œuvre contractuelle à bas coût.

La FNEC-FP-FO exige le retrait de ce projet. Elle se prononce pour :

  • un vrai pré-recrutement dans le cadre du Statut (sur le modèle des IPES et des Ecoles normales, avec un statut d’élève-professeur),
  • la fin de la masterisation des concours,
  • le retrait du projet de loi Blanquer « pour une école de la confiance ».

Parcoursup : pas plus acceptable en 2019 qu’en 2018 !

Parcoursup a vocation « à progresser en permanence », promettait le ministre Blanquer le mercredi 15 mai, jour des premiers résultats. Or, la plateforme PARCOURSUP a rencontré un sérieux dysfonctionnement vendredi 17 mai. De nombreux candidats qui avaient reçu une...

Loi Blanquer, accompagnement PPCR, réforme territoriale : le ministre travaille activement à la destruction de la Fonction publique

École de la Confiance et Transformation de la Fonction publique : les deux lois ne sont pas encore votées mais le ministère de l’Education nationale a tout préparé. Dans le cadre d’un monologue social, où les organisations syndicales sont convoquées tous les jours à...

Arrestation d’une syndicaliste enseignante : la répression, ça suffit !

La FNEC FP-FO reprend à son compte le communiqué des organisations syndicales de Paris qui apportent un soutien plein et total à notre camarade de la Commission exécutive du SNFOLC Paris. « Les organisations syndicales de Paris SNES, SNFOLC, SNETAA FO, SUD, CGT...

« Ecole de la confiance » : il n’y a pas d’alternative, le gouvernement doit retirer son projet de loi !

Confronté aux mobilisations d’ampleur contre le projet de loi Ecole de la confiance, le gouvernement multiplie les annonces, de manière parfois contradictoire.    Le Ministre communique sur la réécriture de l'article 6 de sa loi sur les EPSF, mais le Sénat propose des...

Stop aux violences policières ! Stop à la répression d’État ! Liberté de manifester et de faire valoir les revendications !

 Samedi 13 avril, des dizaines de milliers de travailleurs issus de multiples couches sociales, salariés, enseignants, jeunes, retraités ont voulu se rassembler à Toulouse et manifester, avec les gilets jaunes, avec leurs organisations, pour lutter contre l’injustice...

Formation continue : le ministère veut mettre en place des formations obligatoires sur le temps des vacances ! Inacceptable pour la FNEC FP-FO !

Lors d’un groupe de travail le 3 avril, la direction générale des ressources humaines (DGRH) a indiqué la volonté du ministre d’ouvrir par un nouveau décret la possibilité d’organiser de la formation continue sur le temps des vacances. La DGRH a indiqué que suite à la...

PPCR : toujours l’arbitraire, qui serait encore aggravé par de nouvelles modifications !

Les circulaires parues au BO le 21 mars 2019 pour le passage à la hors-classe des enseignants ont confirmées que les appréciations posées par la hiérarchie lors du 3ème rendez-vous carrière resteraient gravées dans le marbre. La FNEC FP-FO intervient sans relâche pour...

Retrait de la Loi Blanquer : la mobilisation s’enracine s’élargit

Après des manifestations massives le samedi 30 mars mêlant enseignants et parents d’élèves, plusieurs milliers de personnels de l’Education nationale se sont à nouveau mis en grève le 4 avril pour exiger le retrait de la loi Blanquer. Des milliers de manifestants ont...

Menaces sur l’école maternelle Monsieur Blanquer, vos démentis sont des aveux Si cela ne change rien comme vous le prétendez, alors retirez votre loi

Depuis 15 jours, avec l’aide de médias tout acquis à sa cause qui relaient complaisamment ses propos, le ministre Blanquer tente de démentir le fait que sa loi menace l’existence de l’école maternelle publique. Appliquant le vieil adage selon lequel plus le mensonge...

 Rectorats de Caen et de Rouen : Non à la fusion, arrêt de l’expérimentation !

Depuis la grève massive des personnels des Rectorats et DSDEN de Caen et Rouen le 21 mars, la mobilisation ne faiblit pas. Pas une journée ne passe sans que les personnels avec les syndicats FO se réunissent en AG, manifestent leur volonté de faire reculer le ministre...