Point « sani­taire » du 11 février et nou­veau pro­to­cole : l’autosatisfecit du ministre

11 Fév, 2022Com­mu­ni­qué, Compte ren­du, Diplômes-qua­li­fi­ca­tions

« Pen­dant la seconde guerre mon­diale, les habi­tants de Londres ne se plai­gnaient pas auprès de Wins­ton Chur­chill du bruit des avions la nuit… » Jean-Michel Blan­quer lors du point « sani­taire » du 11 février

La FNEC FP-FO a par­ti­ci­pé au point « sani­taire » orga­ni­sé par le ministre le 11 février. Ce der­nier s’est féli­ci­té de la nette amé­lio­ra­tion de la situa­tion sani­taire et a pré­ci­sé les mesures prises :

  • La fin du port du masque en exté­rieur pour les élèves et les personnels ;
  • La pos­si­bi­li­té d’effectuer les séances d’EPS sans masque en inté­rieur (dans le res­pect des dis­tances donc pas d’activité de contact) ;
  • Le retour au niveau 2 du pro­to­cole donc la fin de la limi­ta­tion du bras­sage par classe pour le pre­mier degré ;
  • Un seul test sera deman­dé aux parents en cas de Covid dans la classe et plus d’attestation sur l’honneur ; cela se fera sur une base de confiance ;
  • La Foire Aux Ques­tions sera mise à jour en fonc­tion de ces annonces.

La FNEC FP-FO a indi­qué pour sa part que la situa­tion était tou­jours extrê­me­ment chao­tique dans les écoles, éta­blis­se­ments et ser­vices et que la ques­tion cen­trale était celle des postes et du recru­te­ment immé­diat des per­son­nels sous sta­tut pour faire face. L’annonce du retour au niveau 2 du pro­to­cole dans le pre­mier degré doit s’accompagner des moyens de rem­pla­ce­ments néces­saires, ce qui n’est abso­lu­ment pas le cas actuellement.

La FNEC FP-FO a deman­dé en particulier :

  • L’arrêt de l’obligation vac­ci­nale et la réin­té­gra­tion de tous les per­son­nels sur leurs postes (infir­mières, méde­cins, psyEN, ensei­gnants spé­cia­li­sés…) ; il est injuste autant qu’absurde d’évincer ces per­son­nels qui font cruel­le­ment défaut sur le terrain ;
  • L’ouverture des listes com­plé­men­taires pour tous les corps (2nd degré, infir­mières, per­son­nels admi­nis­tra­tifs, privé…) ;
  • Le réabon­de­ment des listes complémentaires ;
  • Le réem­ploi et la titu­la­ri­sa­tion des contrac­tuels qui le souhaitent :
  • Les créa­tions de postes néces­saires pour la ren­trée 2022 et l’annulation de toutes les fermetures ;
  • Le retour à un recru­te­ment BAC +3 pour les ensei­gnants pour per­mettre ces recru­te­ments de per­son­nels sous sta­tut, et pour évi­ter la catas­trophe annon­cée pour la rentrée. 

La FNEC FP-FO a éga­le­ment rap­pe­lé ses reven­di­ca­tions en matière de salaire, de retour à un bac­ca­lau­réat avec épreuves natio­nales, ter­mi­nales et ano­nymes dès la ses­sion 2022 (comme l’exige la péti­tion FO SNES SNEP CGT SUD SNALC sou­te­nue par des asso­cia­tions de spé­cia­listes et des syn­di­cats lycéens), d’abrogation de la loi Ril­hac, d’arrêt des pres­sions et injonc­tions mana­gé­riales (éva­lua­tion d’établissement, éva­lua­tion CP, for­ma­tions impo­sées type « constellations » …).

Le ministre a répon­du aux orga­ni­sa­tions syn­di­cales que la ges­tion de la crise sani­taire de l’École en France était un modèle recon­nu dans le monde entier et a van­té les choix du gou­ver­ne­ment et de son ministère.

En réponse à cer­taines des reven­di­ca­tions de la FNEC FP-FO, il a précisé :

« – qu’il pour­sui­vrait à l’Éducation natio­nale la doc­trine géné­rale concer­nant l’obligation vac­ci­nale, dont la remise en cause n’était pas pour l’heure à l’ordre du jour ;

- que toutes les demandes minis­té­rielles comme par exemple les éva­lua­tions CP étaient utiles, y com­pris en cette période de crise ;

- que les dota­tions pour la ren­trée sont tout à fait suf­fi­santes au vu de l’évolution démographique ;

- que des recru­te­ments ont déjà été réa­li­sés et qu’on allait pou­voir faire face plei­ne­ment grâce à ces recrutements,

- qu’il n’était pas favo­rable à la demande de ral­lon­ger les listes com­plé­men­taires car on ne pou­vait pas recru­ter pour 40 ans des ensei­gnants qui n’avaient pas le niveau suf­fi­sant, que ce n’était pas rendre ser­vice au sys­tème éducatif. »

A noter que ce der­nier argu­ment avait déjà été uti­li­sé suite à notre demande d’ouvrir la liste com­plé­men­taire lors du point sani­taire du 6 jan­vier. La grève mas­sive du 13 jan­vier (qui a conduit au recru­te­ment de plus de 800 col­lègues sur liste com­plé­men­taire dans le pre­mier degré) l’avait visi­ble­ment ame­né à recon­si­dé­rer sa position…

Le ministre n’a pas répon­du à nos autres demandes, y com­pris celle sur le baccalauréat.

Il a rap­pe­lé que nous étions en période excep­tion­nelle de Covid et que dans ces condi­tions dif­fi­ciles qui ne rele­vaient pas de sa res­pon­sa­bi­li­té, le minis­tère avait tout mis en œuvre pour que tout se passe au mieux… En bref : « nous sommes en guerre » donc il fau­drait ces­ser de reven­di­quer (cf. la réfé­rence à W. Churchill).

La grève his­to­rique du 13 jan­vier a ébran­lé le gou­ver­ne­ment qui a été contraint de concé­der le recru­te­ment de listes com­plé­men­taires. Alors que les ins­tances de carte sco­laire se réunissent en ce moment, que les dota­tions sont catas­tro­phiques, qu’elles se tra­duisent par des cen­taines de fer­me­tures de classes, les per­son­nels n’acceptent pas et se mobi­lisent devant les IA, les rec­to­rats et le ministère.

La FNEC FP-FO appelle les per­son­nels à se réunir, à déci­der et pour­suivre les ini­tia­tives et les mobi­li­sa­tions pour la satis­fac­tion des revendications.

Mon­treuil le 11 février 2022

Pour blo­quer le « choc des savoirs » et les plans du gou­ver­ne­ment contre le Sta­tut, pour nos reven­di­ca­tions : AG par­tout dès la rentrée !

Réforme des lycées pro, « choc des savoirs », SNU, uni­forme, acte 2 de l’école inclu­sive, sup­pres­sions de postes, ter­ri­to­ria­li­sa­tion : le gou­ver­ne­ment mul­ti­plie les mau­vais coups contre l’École publique. En face, les per­son­nels et les parents d’élèves…

Concours et for­ma­tion des ensei­gnants : un pro­jet inacceptable !

Dans son dis­cours du 5 avril, le pré­sident de la Répu­blique a annon­cé la mise en place d’« écoles nor­males du XXIe siècle ». Rien de plus trom­peur que cette for­mule publi­ci­taire, qui cache en réa­li­té la pour­suite de la des­truc­tion de la formation…

Acte 2 de l’École inclu­sive : vote majo­ri­taire CONTRE le déman­tè­le­ment des éta­blis­se­ments sociaux et médico-sociaux

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 3 avril, le minis­tère a pré­sen­té un pro­jet de décret fixant les moda­li­tés de fonc­tion­ne­ment en « dis­po­si­tif inté­gré » des éta­blis­se­ments et ser­vices médi­co- sociaux (ESMS) qui signe­raient une conven­tion-cadre au…

Le « choc des savoirs », c’est aus­si la des­truc­tion de nos statuts !

Confron­té à une résis­tance achar­née des per­son­nels et des parents d’élèves, en Seine-Saint- Denis et ailleurs, le gou­ver­ne­ment, seul contre tous, a publié le décret et la note de ser­vice rela­tifs à la mise en place des groupes de niveau en mathé­ma­tiques et en…

Appel à la grève le 2 avril : Contre le pas­sage en force du gou­ver­ne­ment, AG pour déci­der la grève et sa reconduction !

Le gou­ver­ne­ment Macron-Attal mul­ti­plie les coups de force ! Après avoir déci­dé de tailler à la hache dans les bud­gets publics – 10 mil­liards de coupes – le gou­ver­ne­ment a publié les textes sur le « choc des savoirs » le 17 mars. Ce nou­veau coup de force ne…

Seuls contre tous, Attal et Bel­lou­bet publient les textes sur le « choc des savoirs » ! Le pas­sage en force, le mépris, ça suffit !

Alors que depuis jan­vier, à tra­vers tout le pays, les per­son­nels se mobi­lisent avec les parents d’élèves, par tous les moyens (motions, opé­ra­tions « éta­blis­se­ment désert », grèves, ras­sem­ble­ments…), pour expri­mer leur refus du « choc des savoirs » et de ses…

Face au rejet que sus­citent ses déci­sions, iso­lé, Gabriel Attal mul­ti­plie les pro­vo­ca­tions et enfonce le clou sur le « choc des savoirs »

Plu­tôt que de répondre à la colère géné­rale pro­vo­quée par les sup­pres­sions de postes et les fer­me­tures de classes, les 700 mil­lions de coupes bud­gé­taires, les contre-réformes, le gel du point d’indice, Gabriel Attal conti­nue de mettre la pres­sion sur l’École…

Soli­da­ri­té totale avec les per­son­nels du lycée B. Cen­drars à Sevran (93) Annu­la­tion des convocations !

Absence de pla­fond, manque de tables, chaises en mau­vais état, pas de lumière dans les toi­lettes, ascen­seur en panne depuis plus d’un an, pas de chauf­fage dans les salles de cours ni de rem­pla­çants lorsque les pro­fes­seurs sont absents, classes surchargées,…

Après la pro­vo­ca­tion du Pre­mier ministre Attal, met­tons par­tout en dis­cus­sion la grève pour rejoindre nos col­lègues de Seine-Saint-Denis !

« À par­tir de la ren­trée pro­chaine, en fran­çais et en mathé­ma­tiques, en sixième et en cin­quième dans un pre­mier temps, les élèves seront dans des groupes de niveau avec des élèves du même niveau », « C’était et ça reste une très bonne idée et ça va être…

La mobi­li­sa­tion s’organise contre la casse de l’École Per­son­nels et parents d’élèves se réunissent et dis­cutent des moyens de faire plier la ministre

Le jeu­di 7 mars, plus de 5 000 col­lègues ont mani­fes­té à Paris sous les fenêtres du minis­tère : per­son­nels de col­lèges, de lycées, d’écoles venus de toutes les com­munes de Seine-Saint-Denis, pour beau­coup en grève depuis plus d’une semaine. Depuis une…