Parcoursup : le projet de décret du ministre recueille zéro voix « pour » au Conseil supérieur de l’éducation

7 Mar, 2018Actualités, Communiqué

Le ministre a présenté au Conseil supérieur de l’éducation du lundi 5 mars 2018 un « projet de décret relatif à la procédure nationale de préinscription pour l’accès aux formations initiales du premier cycle de l’enseignement supérieur (…) ».

 Parcoursup, c’est la liquidation des filières universitaires

Le projet de décret prévoit ni plus ni moins que la détermination des capacités d’accueil tienne compte du nombre de demandes (vœux d’inscription formulés lors de la préinscription) sur trois ans et des « des perspectives d’insertion professionnelle des formations ». Cela signifie soumettre l’enseignement universitaire au marché du travail, justifier la fermeture de centaines de filières, de postes de titulaires, et répondre aux injonctions du MEDEF dans la logique des lois LRU-Pécresse-Fioraso que FO a combattues.

Les enseignements disciplinaires au lycée seront directement menacés puisque la réforme Blanquer « Baccalauréat 2021 » est étroitement liée au sort des filières universitaires (continuum bac-3/bac+3 prévu par la loi Peillon de refondation de l’école). Dans ce cadre, le baccalauréat est réduit à un simple diplôme de fin d’études avec un contrôle continu généralisé et un parcours à la carte pour chercher à répondre, dès la classe de Seconde, aux attendus universitaires.

 Parcoursup, c’est la liquidation du baccalauréat comme premier grade universitaire

De fait, pourquoi le gouvernement maintiendrait-il un diplôme national, premier grade universitaire, alors que – dans le même temps – il cherche à s’attaquer à toutes les garanties collectives (statuts, inversion de la hiérarchie des normes avec la loi Travail et les ordonnances Macron…) ?

Le projet de décret prévoit ainsi qu’un candidat qui reçoit plusieurs propositions d’admission et qui ne répond pas dans le délai imparti (quelques jours) « perd le bénéfice de toutes les propositions (…) ainsi que de l’ensemble de ses demandes d’inscription en attente de proposition d’un établissement ». Le plan étudiants apparaît pour ce qu’il est : un outil de sélection, la détention du baccalauréat n’étant plus la seule condition pour accéder à la filière universitaire de son choix. Et si des doutes pouvaient encore subsister : le ministère s’est opposé à tous les amendements – pourtant majoritaires dans le CSE – qui visaient à éliminer du projet de décret les dispositions permettant la sélection à l’entrée de l’université.

 Pour en finir avec cette politique de régression sociale : grève le 22 mars

Il ne peut y avoir une « bonne application » du plan étudiants : c’est ce que les organisations de l’interfédérale nationale (FSU, FNEC FP-FO, FERC-CGT, SUD Education, SNUDEP, UNEF, UNL, SGL) ont rappelé au ministre, dans une déclaration commune lue en début de séance du CSE dans laquelle elles réaffirment leur exigence d’abrogation de la loi ORE, du plan étudiants et des textes réglementaires qui l’accompagnent. Les organisations syndicales, étudiantes et lycéennes représentées au CSE ont voté ensemble contre le projet de décret.

 Vote du CSE sur le projet de décret

0 voix pour, 36 contre (FO, FSU, CGT, Solidaires, UNEF, SGL, FCPE),

21 abstentions (CFDT, UNSA), 3 refus de prendre part au vote (SNALC-FGAF)

Les fédérations syndicales ont également rappelé leur appel à la grève le 22 mars, avec l’ensemble des fonctionnaires.

Pour la FNEC FP-FO, seul le rapport de forces des personnels avec leurs organisations syndicales peut imposer au gouvernement le retrait de ses plans destructeurs contre les statuts, les diplômes nationaux, les qualifications, les salaires, les conditions de travail. Elle appelle l’ensemble des personnels à se réunir en assemblées générales, en heures d’information syndicale, pour réaffirmer leurs revendications et décider la grève.

La FNEC FP-FO a déposé un préavis de grève pour le jeudi 22 mars.

 

Tentative de suicide d’un militant de Solidaires étudiants à Lyon : nous sommes attristés et en colère !

 (Intervention de la FNEC FP-FO lors du rassemblement devant le CROUS de Paris, le 12 novembre   2019)  La FNEC FP-FO tient à exprimer sa profonde tristesse et sa sidération suite à la tentative de suicide d’un étudiant de Lyon ce vendredi 8 novembre. Celui-ci s’est...

Dans chaque école, chaque établissement, chaque service, organisons la grève à partir du 5 décembre !

La colère déferle face au projet de réforme des retraites Macron-Delevoye. La fuite en avant du gouvernement dans les contre-réformes, la répression et les menaces contre tous ceux qui revendiquent ne font que l’amplifier. Dans de nombreux départements des réunions...

Appel du 18ème Congrès de la FNEC FP-FO

 Face à la volonté du gouvernement et du patronat d’aller jusqu’au bout dans la destruction des conquêtes sociales, Face à la surdité du gouvernement qui multiplie les contre‐réformes : Loi Blanquer, loi de destruction de la Fonction publique, remise en cause du...

Retraites, statut de directeur, nouveau pacte avec les enseignants… Le gouvernement multiplie les agressions : « il faut les arrêter ! »

Quelques jours seulement après le suicide de notre collègue Christine Renon, au moment où plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Bobigny, comme partout en France pour dire : « il faut que ça s’arrête », le ministre Blanquer ose tenter de récupérer...

Éditorial SI 212 : L’heure n’est pas à la concertation pour discuter des modalités d’application mais à la mobilisation et la grève unie pour empêcher la réforme Delevoye !

Nous avons reçu le mardi 1er octobre du ministre de l’Éducation nationale, monsieur Blanquer, et du haut-commissaire aux retraites, monsieur Delevoye, une invitation à une « concertation sectorielle relative à la réforme des retraites ». La FNEC FP-FO ne s’y rendra...

Jusqu’à 40 % de pension en moins ! LE PROJET MACRON – DELEVOYE CONTRE LES RETRAITES EST INSUPPORTABLE ! IL DOIT DISPARAITRE Préparons la grève à compter du 5 décembre

 Après la loi Blanquer, la réforme du lycée, la publication de la loi de destruction de la Fonction Publique, le gouvernement entend s’attaquer avec une brutalité inouïe à nos retraites. S’appuyant sur la publication du rapport Delevoye le 18 juillet dernier, le...

Combien faudra-t-il de morts ?

C’est avec beaucoup d’émotion que les personnels ont pris connaissance du décès de notre collègue directrice de l’école maternelle de Pantin (93) et du courrier qu’elle a laissé. Elle y décrit de manière très précise, avec un remarquable recul de quelqu’un qui a déjà...

Le nouveau “contrat social” au ministère de l’Éducation nationale : Mutations et promotions à la tête du client !

Jusqu’à maintenant, les décisions de l’employeur concernant la carrière des fonctionnaires (mutations, avancement,…) sont contrôlées par les organisations syndicales siégeant dans les commissions administratives paritaires (CAP). Mais la loi de Transformation de la...

L’objectif du projet Macron-Delevoye : baisser le montant des pensions !

SORTEZ VOS CALCULETTES Tous les calculs dans le fichier ci-contre sont effectués avec les paramètres suivants : Code des pensions civiles et militaires actuel (CDCM) : 75 % du dernier traitement détenu les 6 derniers mois ; valeur du point d’indice annuel actuel de...

300 € annuels d’augmentation annoncés par le ministre Blanquer : MERCI PATRON !

Quelques jours avant la rentrée scolaire, le ministre Blanquer s’est répandu sur les ondes et les écrans en annonçant pour 2020 que les professeurs engrangeront 300€ bruts d’augmentation « en moyenne ». Ce qui reviendrait à 25€ par mois, soit 17€ nets, toujours en...