Non au bac Blan­quer ! Réta­blis­se­ment des épreuves natio­nales, ponc­tuelles, ter­mi­nales et ano­nymes pour la ses­sion de 2022

14 Déc, 2021Com­mu­ni­qué, Diplômes-qua­li­fi­ca­tions, Inter­syn­di­cal, Twit­ter

Les orga­ni­sa­tions et fédé­ra­tions syn­di­cales SNES-FSU, SNEP-FSU, FNEC FP-FO, SNALC, CGT Educ’action, SNCL- FAEN et SUD édu­ca­tion se sont réunies le 7 décembre 2021.

Elles renou­vellent leur opposition :

  • au contrôle conti­nu qui abou­tit à une aug­men­ta­tion de la charge de tra­vail des élèves et des personnels,
  • aux pres­sions mul­tiples contre les ensei­gnantes et les enseignants,
  • à la déna­tu­ra­tion de nos mis­sions qui fait perdre le sens de nos métiers,
  • à une aug­men­ta­tion des inéga­li­tés entre les élèves,
  • à la mise en concur­rence des disciplines,
  • à un bac­ca­lau­réat « mai­son » qui accen­tue le tri social dans Parcoursup,
  • aux sup­pres­sions de postes pro­gram­mées par la réforme Blan­quer du lycée.

Elles consi­dèrent que le Pro­jet Local d’Evaluation est un outil de mise en place du contrôle conti­nu qui accen­tue les inéga­li­tés de trai­te­ment entre les can­di­dates et les can­di­dats. Elles en demandent la sup­pres­sion. La tenue des épreuves de spé­cia­li­tés en mars dégrade l’enseignement des dis­ci­plines concer­nées et pro­voque un stress inac­cep­table chez les élèves, au seul motif de la prise en compte des épreuves dans Par­cour­sup. Nos orga­ni­sa­tions syn­di­cales s’opposent à la tenue des épreuves de spé­cia­li­té en mars et exigent leur report au mois de juin. Plus glo­ba­le­ment, elles demandent dès la ses­sion 2022 le réta­blis­se­ment du bac­ca­lau­réat natio­nal avec des épreuves natio­nales, ter­mi­nales, ponc­tuelles et ano­nymes, seule orga­ni­sa­tion des exa­mens gage d’égalité entre les lycéennes et les lycéens. Elles demandent la mise en place d’un plan d’urgence pour l’Education, pour les lycées, par­ti­cu­liè­re­ment frap­pés par les sup­pres­sions de postes dont la réforme du lycée a été l’occasion.

Depuis la ren­trée 2021, dans de nom­breux lycées et col­lèges, la mobi­li­sa­tion inter­syn­di­cale contre le PLE, pour garan­tir la liber­té péda­go­gique des ensei­gnantes et des ensei­gnants, tra­duit l’attachement des per­son­nels à l’existence du diplôme natio­nal, pre­mier grade uni­ver­si­taire. Atta­che­ment expri­mé par de nom­breuses prises de posi­tion uni­taires dans les éta­blis­se­ments, les dépar­te­ments et aca­dé­mies, par des ras­sem­ble­ments, des vœux com­muns pré­sen­tés dans les comi­tés tech­niques aca­dé­miques et départementaux.

Les orga­ni­sa­tions et fédé­ra­tions syn­di­cales SNES-FSU, SNEP-FSU, FNEC FP-FO, SNALC, CGT Educ’action, SNCL-FAEN et SUD édu­ca­tion sou­tiennent toutes les ini­tia­tives des personnels.

Elles appellent à ampli­fier la mobi­li­sa­tion contre le bac Blan­quer et décident de prendre toutes les ini­tia­tives natio­nales néces­saires, y com­pris la grève, pour gagner le retour, dès 2022, à un bac­ca­lau­réat avec ses épreuves natio­nales, ponc­tuelles, ter­mi­nales et anonymes.

Elles appellent à ampli­fier les Heures d’In­for­ma­tion Syn­di­cales et Assem­blées Géné­rales dans le cadre syn­di­cal le plus large possible.

Mon­treuil, le 13 décembre 2022

Pour blo­quer le « choc des savoirs » et les plans du gou­ver­ne­ment contre le Sta­tut, pour nos reven­di­ca­tions : AG par­tout dès la rentrée !

Réforme des lycées pro, « choc des savoirs », SNU, uni­forme, acte 2 de l’école inclu­sive, sup­pres­sions de postes, ter­ri­to­ria­li­sa­tion : le gou­ver­ne­ment mul­ti­plie les mau­vais coups contre l’École publique. En face, les per­son­nels et les parents d’élèves…

Concours et for­ma­tion des ensei­gnants : un pro­jet inacceptable !

Dans son dis­cours du 5 avril, le pré­sident de la Répu­blique a annon­cé la mise en place d’« écoles nor­males du XXIe siècle ». Rien de plus trom­peur que cette for­mule publi­ci­taire, qui cache en réa­li­té la pour­suite de la des­truc­tion de la formation…

Acte 2 de l’École inclu­sive : vote majo­ri­taire CONTRE le déman­tè­le­ment des éta­blis­se­ments sociaux et médico-sociaux

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 3 avril, le minis­tère a pré­sen­té un pro­jet de décret fixant les moda­li­tés de fonc­tion­ne­ment en « dis­po­si­tif inté­gré » des éta­blis­se­ments et ser­vices médi­co- sociaux (ESMS) qui signe­raient une conven­tion-cadre au…

Le « choc des savoirs », c’est aus­si la des­truc­tion de nos statuts !

Confron­té à une résis­tance achar­née des per­son­nels et des parents d’élèves, en Seine-Saint- Denis et ailleurs, le gou­ver­ne­ment, seul contre tous, a publié le décret et la note de ser­vice rela­tifs à la mise en place des groupes de niveau en mathé­ma­tiques et en…

Appel à la grève le 2 avril : Contre le pas­sage en force du gou­ver­ne­ment, AG pour déci­der la grève et sa reconduction !

Le gou­ver­ne­ment Macron-Attal mul­ti­plie les coups de force ! Après avoir déci­dé de tailler à la hache dans les bud­gets publics – 10 mil­liards de coupes – le gou­ver­ne­ment a publié les textes sur le « choc des savoirs » le 17 mars. Ce nou­veau coup de force ne…

Seuls contre tous, Attal et Bel­lou­bet publient les textes sur le « choc des savoirs » ! Le pas­sage en force, le mépris, ça suffit !

Alors que depuis jan­vier, à tra­vers tout le pays, les per­son­nels se mobi­lisent avec les parents d’élèves, par tous les moyens (motions, opé­ra­tions « éta­blis­se­ment désert », grèves, ras­sem­ble­ments…), pour expri­mer leur refus du « choc des savoirs » et de ses…

Face au rejet que sus­citent ses déci­sions, iso­lé, Gabriel Attal mul­ti­plie les pro­vo­ca­tions et enfonce le clou sur le « choc des savoirs »

Plu­tôt que de répondre à la colère géné­rale pro­vo­quée par les sup­pres­sions de postes et les fer­me­tures de classes, les 700 mil­lions de coupes bud­gé­taires, les contre-réformes, le gel du point d’indice, Gabriel Attal conti­nue de mettre la pres­sion sur l’École…

Soli­da­ri­té totale avec les per­son­nels du lycée B. Cen­drars à Sevran (93) Annu­la­tion des convocations !

Absence de pla­fond, manque de tables, chaises en mau­vais état, pas de lumière dans les toi­lettes, ascen­seur en panne depuis plus d’un an, pas de chauf­fage dans les salles de cours ni de rem­pla­çants lorsque les pro­fes­seurs sont absents, classes surchargées,…

Après la pro­vo­ca­tion du Pre­mier ministre Attal, met­tons par­tout en dis­cus­sion la grève pour rejoindre nos col­lègues de Seine-Saint-Denis !

« À par­tir de la ren­trée pro­chaine, en fran­çais et en mathé­ma­tiques, en sixième et en cin­quième dans un pre­mier temps, les élèves seront dans des groupes de niveau avec des élèves du même niveau », « C’était et ça reste une très bonne idée et ça va être…

La mobi­li­sa­tion s’organise contre la casse de l’École Per­son­nels et parents d’élèves se réunissent et dis­cutent des moyens de faire plier la ministre

Le jeu­di 7 mars, plus de 5 000 col­lègues ont mani­fes­té à Paris sous les fenêtres du minis­tère : per­son­nels de col­lèges, de lycées, d’écoles venus de toutes les com­munes de Seine-Saint-Denis, pour beau­coup en grève depuis plus d’une semaine. Depuis une…