Loi Ecole de la confiance : un amendement qui programme la disparition de l’école maternelle de la République

19 Fév, 2019Actualités, Communiqué

Le ministre avait promis des rebondissements lors de l’examen du projet de loi Blanquer « Ecole de la confiance », qui a été adopté en première lecture l’Assemblée Nationale le 15 février. On peut effectivement reconnaître que les rebondissements sont bien organisés puisqu’après l’amendement sur la création des Établissements Publics des Savoirs Fondamentaux en lieu et place des écoles primaire et des collèges, c’est au tour de l’école maternelle publique d’être dans le viseur de ce gouvernement réactionnaire.

Un amendement qui autorise la scolarisation jusqu’à 6 ans dans un « jardin d’enfant »

L’amendement à l’article 4 adopté le 30 janvier crée un article 4 bis. Ce nouvel article stipule : « Par dérogation à l’article L. 131-2 du code de l’éducation, l’instruction obligatoire peut, au cours des années scolaires 2019-2020 et 2020-2021, être donnée aux enfants âgés de trois à six ans dans un établissement d’accueil collectif recevant exclusivement des enfants âgés de plus de deux ans dit « « jardin d’enfants. »

L’organisation de la disparition de l’école maternelle de la République remplacée par des structures privées ou municipales

La FNEC FP-FO rappelle le rôle irremplaçable de l’école maternelle publique qui occupe une place déterminante dans l’architecture de l’École de la République et le droit à l’instruction.

C’est l’existence de l’école maternelle publique qui est à la base de la scolarisation des plus larges couches sociales dans ce pays depuis des dizaines d’années.

Ce sont les programmes scolaires et pré-scolaires dispensés à l’école maternelle qui ont permis l’accession des enfants du peuple aux études supérieures.

C’est pour ces raisons, que depuis la création de l’école publique, ce sont des enseignants du 1er degré, fonctionnaires d’Etat qui sont affectés dans les écoles maternelles.

Avec le dépôt de cet amendement, ce qui est visé c’est l’organisation de la mise à mort de l’école maternelle de la République et l’éviction des Professeurs des Ecoles fonctionnaires d’Etat de l’école maternelle. Bien évidemment derrière cette mesure se profile la suppression de milliers de postes de professeurs des écoles.

Cette offensive a été préparée avec la modification du statut des ATSEM qui introduit le fait qu’elles « peuvent participer à la mise en œuvre des activités pédagogiques ». Elle est confirmée par les annonces par les DASEN de fermetures massives de classes et de fusions d’écoles maternelles avec l’élémentaire dans le cadre de la carte scolaire 2019.

Il s’agit ni plus ni moins au détour d’un amendement que de transférer les missions relevant de l’école maternelle publique à des jardins d‘enfants municipaux, intercommunaux ou gérés par des associations privées, pouvant être de plus confessionnelles

Ainsi avec sa loi « Ecole de la confiance » le ministre veut en finir avec l’école publique en commençant par l’école maternelle.

Un élargissement considérable du financement des écoles privées

Le gouvernement veut voter la scolarisation obligatoire des enfants dès l’âge de 3 ans. A l’évidence ce n’est pas de la scolarisation de ces enfants qu’il s’agit car plus de 96 % des enfants de 3 ans fréquentent l’école maternelle à l’heure actuelle.

Il faut donc chercher ailleurs. En fait à travers cette obligation le gouvernement étend l’application de la loi Debré de 1959 à toutes les structures privées, à commencer par les écoles maternelles confessionnelles. Bien évidemment c’est aussi une incitation en direction de toutes sortes d’associations privées pour qu’elles se portent sur le créneau de la scolarisation des enfants de maternelle. C’est aussi un cadeau fait aux actuels jardins d’enfants relevant déjà de structures privées. Ainsi en application de la loi Debré ce sont les communes qui se verraient imposer de participer aux frais des jardins d’enfants privés et des écoles privées pour les enfants de 3 à 6 ans. Ce sont à nouveau plusieurs millions d’euros publics qui vont être déversés dans les caisses de l’école privée, à grande majorité confessionnelle catholique.

 Abandon du projet de loi « Ecole de la confiance » !

Alors que les mobilisations se multiplient notamment en défense des services publics, et que la colère populaire s’amplifie contre les politiques menées par ce gouvernement, le ministre Blanquer et son gouvernement seraient bien inspirés de prendre en compte cette situation en retirant ce projet de loi.

  

Montreuil, le 19 février 2019

 

 

Syndicaliste Indépendant #215 : pas de confinement pour les revendications !

En ces temps exceptionnels de confinement, le secrétariat fédéral adresse ce message à tous les adhérents des syndicats affiliés à la FNEC FP-FO : “Plus que jamais nous continuons l’action du syndicat pour porter toutes les revendications. Protection des salariés, maintien des garanties collectives et des statuts, salaires, postes, carrière, retraites… Il n’y a pas de trêve !

Extension de l’accueil des enfants : les personnels doivent être protégés !

« A compter du mardi 31 mars 2020, le dispositif d’accueil est étendu à d’autres personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire sur présentation d’une attestation de l’autorité préfectorale et dans la limite des capacités d’accueil. » (FAQ ministérielle...

Après les annonces du ministre, toutes les dotations doivent immédiatement être revues et augmentées !

Dans les  départements,  les  personnels  font face à  une  crise sanitaire sans précédent  en  assurant la «continuité pédagogique» chronophage et déréglementée, en accueillant pour certains les enfants de soignants (le plus souvent sans protection, sans réel suivi...

Communiqué de presse FSU et FNEC-FP-FO : Refus de dialogue social : la FSU et la FNEC-FP-FO quittent le CTA !

 Hier devait se tenir, en visioconférence, un comité technique académique sur la préparation de la rentrée 2020. Les organisations syndicales FSU et FNEC-FP FO ont été dans l’obligation de quitter la séance dès le début de ce CTA pour plusieurs raisons....

La santé et la sécurité de toutes et tous avant tout !

Ci-joint le communiqué confédéral CP - FO - La santé et la sécurité de toutes et tous avant tout(1)

Courrier au ministre sur la situation des personnels non-titulaires pendant la période de confinement

Jean-Michel BLANQUERMinistre de l’Education nationaleMinistère de l’Education nationale Vincent SOETEMONTDirecteur Général des Ressources HumainesMinistère de l’Education nationale Montreuil, le 30 mars 2020   Objet : Situation des personnels non-titulaires...

Protection des personnels, « continuité pédagogique » : le ministre refuse toujours de prendre ses responsabilités

 Une délégation de la FNEC FP-FO a été reçue (en visio-conférence) mardi 24 mars par le ministre Blanquer, assisté de la secrétaire générale, de la conseillère sociale et du directeur général des ressources humaines. En introduction, tout en remerciant les personnels,...

Projet de loi d’état d’urgence : 49.3 permanent contre le Statut et le droit du travail

 Le gouvernement voudrait profiter de la crise sanitaire et sociale, prévisible, pour liquider tous les droits et les garanties collectives des salariés, au seul bénéfice des patrons. Il faudrait également tirer un trait sur les libertés publiques. Le ministre...

Courrier de la FNEC FP-FO au ministre de l’Éducation nationale au sujet de la crise sanitaire

Jean-Michel BLANQUER Ministre de l’Education nationaleMinistère de l’Education nationale110, rue de Grenelle75357 Paris   Montreuil, le 18 mars 2020 Monsieur le Ministre, Dans cette situation inédite de crise sanitaire, la priorité est le renforcement des...

Pas de quarantaine pour les revendications !

Le président Macron a annoncé hier une nouvelle série de mesures drastiques : un confinement généralisé pour « au moins 15 jours ». La crise sanitaire est en effet manifeste et personne n’ignore l’état alarmant dans lequel se trouvent les services publics, et...