Lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale

9 Juil, 2019Non classé

Vous trouverez ci-dessous la déclaration que la FNEC FP-FO avait prévu de lire lors de la réunion intersyndicale convoquée par le ministre de l’Education nationale le 8 juillet 2019, pour évoquer son agenda social. « Compte-tenu du contexte », le ministre a annulé cette réunion. Nous publions cette déclaration sous forme de lettre ouverte.

 

Monsieur le Ministre,

Jeudi 4 juillet, la loi « Ecole de la Confiance », massivement rejetée par les personnels a été définitivement adoptée.

Ce même jour – c’est un fait inédit – des centaines de jurys de baccalauréat ont adopté des motions et refusé de participer à la falsification des notes du baccalauréat que vous avez tenté d’imposer, en introduisant une part de contrôle continu, c’est-à-dire le nouveau baccalauréat avant l’heure, et contre lequel se mobilisent les enseignants depuis des mois. Des correcteurs ont décidé de rejoindre la grève. Des présidents, universitaires comme vous le savez, ont refusé de présider en réaction à l’introduction du contrôle continu et à la remise en cause de la souveraineté des jurys.

Ce même jour, vous affirmiez que vous restiez ouvert au dialogue.

Quand un décret est rejeté unanimement par les organisations syndicales, quand une loi est rejetée par une grande majorité des organisations syndicales, quand des personnels sont déterminés à agir pour l’abandon de vos contre-réformes, vous vous précipitez pour publier ces mêmes décrets, ces mêmes lois et pour appliquer ces contre-réformes. Est-ce cela le dialogue social dont vous nous parlez ?

Pourquoi dès lors multiplier les « concertations », les groupes de travail, si ce n’est pour faire passer les organisations syndicales de l’autre côté de la table, et leur demander d’entériner des décrets d’application de lois qui souvent ne sont pas encore votées ?

La FNEC FP-FO, qui n’est pas un corps intermédiaire, considère que cette méthode s’oppose au

respect de l’état de droit et de la démocratie.

En réalité, le dialogue social dont vous nous parlez est un théâtre d’ombres. Vous n’écoutez personne. Les seules réponses sont l’invective, la menace et la répression.

Ce ne sont pas les personnels qui sont responsables de la remise en cause du baccalauréat comme diplôme national, pas plus qu’ils ne sont responsables d’une situation où ils n’ont pas d’autre choix que la grève pour se faire entendre.

Au contraire, en exprimant leur refus des EPSF, leur refus du transfert des missions d’instruction aux structures privés, leur refus des mutualisations, des fusions d’académies et des milliers de suppressions de postes, leur refus du tri social de Parcoursup et des EPLEI, leur refus dans les jurys

de remplacer les notes obtenues au baccalauréat par du contrôle continu, les personnels ont montré leur attachement à notre modèle social républicain.

Vous seul portez la responsabilité de cette situation, de cette explosion de colère accumulée, à force de tourner le dos aux légitimes aspirations et revendications. Les personnels de l’Education nationale, comme tous les agents, ont droit au respect.

Leurs revendications doivent être entendues. Les pressions, les menaces, les intimidations individuelles ne peuvent exister dans une démocratie qui garantit le droit de grève et de revendiquer. Nier ces droits, c’est passer sur un autre terrain.

C’est pourquoi, nous demandons qu’aucune sanction, aucun retrait sur salaire ne soient décidés à l’encontre des correcteurs du baccalauréat en grève.

Votre agenda social ne répond pas aux revendications des personnels, enseignants, administratifs, CPE, personnels médico-sociaux, psyEN, personnels d’encadrement. Il s’inscrit dans la loi de Transformation de la Fonction publique.

Comment ne pas faire le lien entre le recrutement des AED précaires sur des missions

d’enseignement avec l’objectif de substituer le contrat au statut ?

Comment ne pas faire le lien entre la « RH de proximité », outil de gestion des emplois et des compétences, avec les restructurations, les fermetures de postes, au moment où le gouvernement s’apprête à supprimer les CHSCT et réduire les compétences des commissions administratives paritaires ? Et comme le gouvernement veut supprimer 120.000 agents publics, il va regrouper les services, changer les missions des personnels, comme cela s’est passé à France Télécom, ou comme vous voulez l’imposer en fusionnant les académies de Caen et de Rouen, on voit bien à quoi peuvent servir le volet « accompagnement » du PPCR et la formation continue à l’initiative de l’autorité hiérarchique.

Cet agenda social s’inscrit aussi dans le cadre d’une politique globale. C’est la réforme de l’assurance chômage qui privera des centaines de milliers de chômeurs de l’indemnité. C’est le projet de réforme des retraites que le président de la République voudrait faire « avaler » aux enseignants, en leur promettant une pseudo-revalorisation. Or, le projet Delevoye vise à calculer les pensions, non plus sur le traitement indiciaire des six derniers mois, mais sur l’ensemble des rémunérations de toute la carrière. Il vise à faire sauter un pilier essentiel du Statut : le Code des pensions civiles et militaires.

L’enjeu de toutes ces réformes c’est bien le modèle social reposant sur des garanties collectives nationales construit grâce aux luttes revendicatives depuis des dizaines d’année, c’est le modèle républicain reposant sur le principe d’égalité des droits sur tout le territoire national, construit grâce aux luttes revendicatives menées depuis plus d’un siècle.

FO ne participera pas à la construction de vos réformes, mais restera du côté des personnels. Partout, les personnels sont déterminés et soudés sur leurs revendications. Dans l’enseignement, dans les centres des finances publiques, tous les regards sont tournés vers la grève des urgences qui ne cesse de s’étendre.

Vous devez en tenir compte.

La FNEC FP-FO dépose un préavis de grève pour la rentrée.

Face à la mobilisation, le ministre reconnaît l’urgence d’un recrutement : IL FAUT DES POSTES STATUTAIRES !

 « Nous allons déployer plus d’assistants d’éducation plus de professeurs remplaçants dans le 1er degré comme dans le 2nd degré chaque fois que cela sera nécessaire » indiquait le ministre Blanquer lors de la conférence de presse gouvernementale du 12 novembre liée à...

La création des postes nécessaires, c’est maintenant !

Depuis la reprise du 2 novembre, les personnels se mobilisent, à travers des grèves et des rassemblements, pour exprimer leur inquiétude et dénoncer leurs conditions de travail dégradées. Au centre des revendications : l’urgence d’un recrutement massif de personnels à...

Revalorisation : le ministre se moque de nous !

Le ministre vient de faire ses annonces concernant la « revalorisation des enseignants » dans le cadre du Grenelle. Il n’a pas manqué une fois de plus d’afficher son mépris vis-à-vis des revendications, en faisant connaître ses décisions dans un courrier envoyé aux...

Malgré l’état d’urgence et les manœuvres du ministre les personnels en grève ont dit NON à Blanquer !

Malgré l’état d’urgence liberticide, le plan Vigipirate renforcé, et les attestations demandées, ce 10 novembre, des milliers de personnels ont fait grève et participé aux rassemblements dans toute la France. Par exemple : 400 manifestants à Rouen, 200 au Havre, 2 000...

Après les annonces du ministre, plus que jamais : tous en grève le 10 novembre !

Le ministre Blanquer annonce le réaménagement du protocole sanitaire et du baccalauréat. Il tend un piège aux personnels. Sous prétexte d’un protocole « renforcé », il indique : « chaque établissement aura son organisation propre », remettant en cause une fois de plus...

Déclaration de la FNEC FP-FO pour le CTMEN du 3 novembre 2020

 La FNEC FP-FO avec sa Confédération a pris toute sa place dans les initiatives et rassemblements en soutien à la famille de Samuel Paty, à ses collègues, en défense des libertés individuelles, de la liberté d’instruire, de la liberté pédagogique. C’est pourquoi aussi...

Plus que jamais : création immédiate et massive de postes ! Tous en grève mardi 10 novembre !

Trois jours après la rentrée scolaire, le constat dressé dans les écoles, les collèges et les lycées, dans les multiples assemblées générales ou réunions syndicales est sans appel. Aucune mesure n’est prise par le ministre pour protéger les personnels. Au contraire,...

Texte unitaire Éducation nationale : pour la création urgente et massive de postes définitifs

Les organisations FSU, FNEC FP-FO, SUD Éducation, UNSA Éducation, Sgen-CFDT, SNALC, CGT Educ’action, SNCL-FAEN, FCPE, l’UNL et la FIDL considèrent que la situation actuelle nécessite la présence massive et urgente de personnels dans les écoles, collèges, lycées. Elles...

Le ministre doit assurer la protection des personnels et répondre à toutes leurs revendications ! Il y a urgence !

Le président Macron a décrété mercredi un nouveau « confinement » en mettant en avant la progression de l’épidémie et la saturation des lits d’hôpitaux. Il a annoncé que les écoles, les collèges et les lycées resteront ouverts… Cela pose une nouvelle fois la question...

Défendre l’Ecole républicaine, c’est défendre ses personnels, leurs statuts et leur autorité

Déclaration de la FNEC FP-FO pour le CTMEN prévu le 21 octobre (annulé et reporté) La FNEC FP-FO avec sa Confédération a pris toute sa place dans les initiatives et rassemblements en soutien à la famille de Samuel Paty, à ses collègues, en défense des libertés...