Lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale

8 Jan, 2019Actualités, Communiqué

Monsieur le Ministre,

 

Nous sommes consternés par vos récentes déclarations.

Vous dites avoir « la plus grande écoute et la plus grande estime pour les enseignants de France, et ils le savent.

Je pense que c’est même ma marque de fabrique depuis que je suis arrivé. »

Vous dites œuvrer à « l’école de la confiance ».

Vous affirmez : « les choix budgétaires que j’ai fait vont dans le sens d’une amélioration du pouvoir d’achat des professeurs ».

Vous ne pouvez l’ignorer, monsieur le Ministre, les personnels de votre ministère, de toutes catégories, comme tous les fonctionnaires, se sentent méprisés, abandonnés. Nous vous l’avons redit par courrier et en audience en décembre.

Ni les heures supplémentaires, ni l’évolution des carrières au mérite, ni l’addition de primes, ni le miroir aux alouettes du protocole PPCR ne compensent l’effondrement du pouvoir d’achat subi depuis des années.

Nous exigeons, monsieur le Ministre, à nouveau l’ouverture immédiate de négociations salariales sur l’augmentation de la valeur du point d’indice ainsi que sur une vraie revalorisation des grilles.

Ce que votre gouvernement a dû concéder face à la mobilisation des agents du ministère de l’Intérieur, par la négociation, doit être étendu à l’ensemble des agents publics.

Vous affirmez que les réformes que vous mettez en œuvre dans l’Éducation nationale suscitent l’adhésion des personnels.

Alors même que les enseignants et tous les personnels sont épuisés par les réformes successives qui éclatent le cadre national de l’école de la république et dégradent les conditions de travail.

Vous supprimez 2 650 postes de personnels enseignants dans le secondaire pour 40 000 élèves supplémentaires à la rentrée 2019, vous supprimez 400 postes de personnels administratifs, vous ne créez pas les milliers de postes nécessaires dans l’enseignement élémentaire.

Voilà la réalité crue de vos réformes.

Ce qui est nécessaire, ce que veulent les personnels, c’est le dégel du point d’indice, c’est la création massive de postes. Vos réformes ne sont pas les nôtres :  lycée, bac, voie professionnelle, vous devez les suspendre et ouvrir des négociations avec les organisations syndicales.

Il y a urgence, Monsieur le Ministre. Une nouvelle fois, nous condamnons vos propos et décisions de répression contre les lycéens et étudiants qui avec raison, remettent en cause l’application de la réforme du lycée, du bac et Parcoursup qui instaure la sélection pour l’entrée à l’université.

Nous n’accepterons aucune remise en cause à la liberté de manifester, tout comme nous n’accepterons aucune remise en cause à la liberté d’expression des fonctionnaires, garantie par l’article 6 du statut de la fonction publique.

Il n’y a d’autre voie que d’ouvrir de sérieuses discussions pour répondre aux revendications.

Comme tout le gouvernement, vous restez sourd au profond mouvement qui s’exprime dans les écoles, les lycées, les établissements et les services par des grèves, manifestations et motions et aussi à travers la mobilisation des « gilets jaunes » et aussi des « stylos rouges ».

C’est pourquoi, Monsieur le Ministre, à nouveau, et publiquement nous vous demandons d’ouvrir immédiatement des négociations sérieuses sur la base des revendications des personnels.

  • L’arrêt de toutes les politiques d’austérité donc l’augmentation immédiate des traitements par le déblocage de la valeur du point d’indice et l’abandon de la réforme des retraites
  • L’abandon des réformes qui mettent à mal les statuts, fragilisent l’égalité républicaine et suppriment des postes (Parcoursup, réforme du baccalauréat et du lycée, fusion des académies, projet de loi « Ecole de la confiance »)
  • Le maintien de tous les services et de tous les établissements, de toutes les missions et de tous les personnels, la création des postes nécessaires et aussi des postes spécialisés et postes nécessaires pour les élèves à besoins particuliers
  • Le réemploi de tous les personnels précaires et un vrai plan de titularisation des agents non-titulaires sur emploi statutaire
  • Le recrutement massif de médecins de prévention fonctionnaires d’Etat, afin que le Ministère se mette en conformité avec les obligations réglementaires. Nous demandons que soient revues à cette fin les grilles salariales des médecins de prévention.

Cette négociation est une demande immédiate et nous ne nous contenterons pas d’une concertation où il n’y a rien à négocier. Notre Fédération a déposé un préavis de grève national à compter du 7 janvier.

Les personnels s’expriment, ils se réunissent en heures d’informations syndicales, ils se réunissent en assemblées générales, ils multiplient les initiatives, les pétitions, les motions, les grèves.

Ils attendent des réponses, des discussions sérieuses, sur leurs revendications.

Il y a urgence.

 

Hubert Raguin,

Secrétaire général de la FNEC FP-FO

Circulaire de rentrée 2020 : Blanquer aggrave le chaos !

Le même gouvernement qui refuse de fournir le dépistage des personnels et des élèves, qui a imposé le télétravail sans respect d’aucune disposition réglementaire, a privé de quatre mois de cours plus de douze millions d’élèves, a imposé le contrôle continu pour le...

Poursuite du démantèlement de l’Education nationale Premiers touchés : les PSYEN !

Un nouveau gouvernement pour une même politique : le Premier ministre a donné le « la » le 8 juillet à l’Assemblée nationale et au Sénat, « Nous ne renoncerons pas ». Cela vaut pour la réforme des retraites, mais aussi pour les réformes engagées contre l’Ecole et les...

Rentrée 2020 : le ministre poursuit la déréglementation et en fait payer le prix aux personnels

 La FNEC FP-FO a été reçue le jeudi 2 juillet par le cabinet du ministre et la DGESCO sur la question de la circulaire de rentrée 2020. Aucun document ne nous a été présenté. « On attend le remaniement ministériel ». En préambule la FNEC FP-FO a indiqué : les...

Déclaration de la FNEC FP-FO au CHSCT-M du 2 juillet 2020

Mesdames et Messieurs, Non seulement Monsieur MACRON n’a pas suspendu les réformes durant la crise sanitaire, mais son gouvernement tente de faire passer toutes celles qui n’avaient pas été menées à leur terme. Pour les citoyens, c’est un état d’urgence maintenu avec...

Pas de génération sacrifiée ! Chaque élève doit avoir accès à la filière de son choix !

La gestion catastrophique par le gouvernement, relayée par le ministère avec les pseudo-protocoles sanitaires, a privé des centaines de milliers de lycéens de quatre mois de cours. Pas de vrai baccalauréat, pas d’épreuves terminales, pas de reprise dans des conditions...

Les PIAL, c’est toujours non ! Un vrai statut et un vrai salaire, c’est oui ! Tous au rassemblement du 24 juin pour faire valoir les revendications !

Le ministère a installé un comité de suivi des AESH depuis le 11 février 2019. Il affirme vouloir améliorer la situation des AESH mais s’applique à mettre en œuvre les dispositions prévues par la loi Blanquer  dite « Pour une école de la confiance » notamment la...

À bas le protocole « sanitaire » ! Satisfaction des revendications, tout de suite !

Rassemblements devant les DSDEN et rectorats le 24 juin ! C’est à nouveau par média interposé que les personnels ont pris connaissance des nouvelles dispositions envisagées par le ministre à partir du 22 juin. Quel mépris pour les personnels, les directeurs d’école,...

 Compte-rendu de l’audience de la FNEC FP-FO du 16 juin 2020  auprès du ministre de l’Éducation nationale

Une délégation de la FNEC FP-FO a été reçue par le ministre en visioconférence le mardi 16 juin 2020. Le ministre a souhaité indiquer en préambule, comme lors de la précédente audience, qu’il n’était pas satisfait des publications et des communiqués de notre...

Déclaration liminaire FNEC FP-FO CTMEN du 12 juin 2020

 En plein état d’urgence, bien qu’interdits par le gouvernement, des rassemblements et des manifestations ont lieu tous les jours. Sans rien attendre de l’enfumage du Ségur de la Santé, les personnels hospitaliers déploient leurs banderoles, à Clichy, Saint-Etienne,...

Stop au prof bashing ! C’est le ministre Blanquer et son  protocole qui détruisent l’Ecole !

Depuis plusieurs jours, les médias se déchaînent contre les enseignants. De L’Opinion («Enseignants en roue libre») à France 2 («Comment des milliers de profs n’ont pas assuré leur propre cours pendant le confinement») en passant par France Inter («Si les salariés de...