Lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale

9 Juil, 2019Actualités, Communiqué

Vous trouverez ci-dessous la déclaration que la FNEC FP-FO avait prévu de lire lors de la réunion intersyndicale convoquée par le ministre de l’Education nationale le 8 juillet 2019, pour évoquer son agenda social. « Compte-tenu du contexte », le ministre a annulé cette réunion. Nous publions cette déclaration sous forme de lettre ouverte.

 

Monsieur le Ministre,

Jeudi 4 juillet, la loi « Ecole de la Confiance », massivement rejetée par les personnels a été définitivement adoptée.

Ce même jour – c’est un fait inédit – des centaines de jurys de baccalauréat ont adopté des motions et refusé de participer à la falsification des notes du baccalauréat que vous avez tenté d’imposer, en introduisant une part de contrôle continu, c’est-à-dire le nouveau baccalauréat avant l’heure, et contre lequel se mobilisent les enseignants depuis des mois. Des correcteurs ont décidé de rejoindre la grève. Des présidents, universitaires comme vous le savez, ont refusé de présider en réaction à l’introduction du contrôle continu et à la remise en cause de la souveraineté des jurys.

Ce même jour, vous affirmiez que vous restiez ouvert au dialogue.

Quand un décret est rejeté unanimement par les organisations syndicales, quand une loi est rejetée par une grande majorité des organisations syndicales, quand des personnels sont déterminés à agir pour l’abandon de vos contre-réformes, vous vous précipitez pour publier ces mêmes décrets, ces mêmes lois et pour appliquer ces contre-réformes. Est-ce cela le dialogue social dont vous nous parlez ?

Pourquoi dès lors multiplier les « concertations », les groupes de travail, si ce n’est pour faire passer les organisations syndicales de l’autre côté de la table, et leur demander d’entériner des décrets d’application de lois qui souvent ne sont pas encore votées ?

La FNEC FP-FO, qui n’est pas un corps intermédiaire, considère que cette méthode s’oppose au

respect de l’état de droit et de la démocratie.

En réalité, le dialogue social dont vous nous parlez est un théâtre d’ombres. Vous n’écoutez personne. Les seules réponses sont l’invective, la menace et la répression.

Ce ne sont pas les personnels qui sont responsables de la remise en cause du baccalauréat comme diplôme national, pas plus qu’ils ne sont responsables d’une situation où ils n’ont pas d’autre choix que la grève pour se faire entendre.

Au contraire, en exprimant leur refus des EPSF, leur refus du transfert des missions d’instruction aux structures privés, leur refus des mutualisations, des fusions d’académies et des milliers de suppressions de postes, leur refus du tri social de Parcoursup et des EPLEI, leur refus dans les jurys

de remplacer les notes obtenues au baccalauréat par du contrôle continu, les personnels ont montré leur attachement à notre modèle social républicain.

Vous seul portez la responsabilité de cette situation, de cette explosion de colère accumulée, à force de tourner le dos aux légitimes aspirations et revendications. Les personnels de l’Education nationale, comme tous les agents, ont droit au respect.

Leurs revendications doivent être entendues. Les pressions, les menaces, les intimidations individuelles ne peuvent exister dans une démocratie qui garantit le droit de grève et de revendiquer. Nier ces droits, c’est passer sur un autre terrain.

C’est pourquoi, nous demandons qu’aucune sanction, aucun retrait sur salaire ne soient décidés à l’encontre des correcteurs du baccalauréat en grève.

Votre agenda social ne répond pas aux revendications des personnels, enseignants, administratifs, CPE, personnels médico-sociaux, psyEN, personnels d’encadrement. Il s’inscrit dans la loi de Transformation de la Fonction publique.

Comment ne pas faire le lien entre le recrutement des AED précaires sur des missions

d’enseignement avec l’objectif de substituer le contrat au statut ?

Comment ne pas faire le lien entre la « RH de proximité », outil de gestion des emplois et des compétences, avec les restructurations, les fermetures de postes, au moment où le gouvernement s’apprête à supprimer les CHSCT et réduire les compétences des commissions administratives paritaires ? Et comme le gouvernement veut supprimer 120.000 agents publics, il va regrouper les services, changer les missions des personnels, comme cela s’est passé à France Télécom, ou comme vous voulez l’imposer en fusionnant les académies de Caen et de Rouen, on voit bien à quoi peuvent servir le volet « accompagnement » du PPCR et la formation continue à l’initiative de l’autorité hiérarchique.

Cet agenda social s’inscrit aussi dans le cadre d’une politique globale. C’est la réforme de l’assurance chômage qui privera des centaines de milliers de chômeurs de l’indemnité. C’est le projet de réforme des retraites que le président de la République voudrait faire « avaler » aux enseignants, en leur promettant une pseudo-revalorisation. Or, le projet Delevoye vise à calculer les pensions, non plus sur le traitement indiciaire des six derniers mois, mais sur l’ensemble des rémunérations de toute la carrière. Il vise à faire sauter un pilier essentiel du Statut : le Code des pensions civiles et militaires.

L’enjeu de toutes ces réformes c’est bien le modèle social reposant sur des garanties collectives nationales construit grâce aux luttes revendicatives depuis des dizaines d’année, c’est le modèle républicain reposant sur le principe d’égalité des droits sur tout le territoire national, construit grâce aux luttes revendicatives menées depuis plus d’un siècle.

FO ne participera pas à la construction de vos réformes, mais restera du côté des personnels. Partout, les personnels sont déterminés et soudés sur leurs revendications. Dans l’enseignement, dans les centres des finances publiques, tous les regards sont tournés vers la grève des urgences qui ne cesse de s’étendre.

Vous devez en tenir compte.

La FNEC FP-FO dépose un préavis de grève pour la rentrée.

Multiplication des attaques contre l’École publique, l’Université et leurs personnels

Chaque jour qui passe met un peu plus en évidence que la crise du Covid-19 devient prétexte à poursuivre et amplifier les contre-réformes engagées à l’encontre de l’école publique républicaine et ses personnels. Ce n’est pas ça, l’école publique et laïque La...

Déclaration de la FNEC FP-FO au Comité Technique ministériel du 20 mai 2020

La FNEC FP-FO revendique le retrait immédiat de la loi sur l’état d’urgence « sanitaire », que le gouvernement vient de prolonger, toujours sans tests de dépistage systématique, sans masques, sans mesures réellement sanitaires. Il se donne les pleins pouvoirs pour...

Réforme des concours et de la «formation des enseignants» : un concentré de territorialisation et de contractualisation

Dans ce domaine comme dans d’autres, la crise du Covid-19 n’a aucunement infléchi les projets du ministère : en effet la nouvelle présentation le 14 mai du projet d’arrêté «fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters MEEF» enkyste la...

Courrier au ministre sur la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes »

Monsieur le Ministre, Nous avons été stupéfaits à la lecture de la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes », publiée sur le site du ministère, et annexée à la circulaire du 5 mai 2020 relative à la réouverture des établissements...

Comité Technique Ministériel : le ministre déréglemente et territorialise au prétexte de la crise sanitaire !

Le Comité Technique Ministériel de l’Education nationale, réuni le 5 mai en présence du ministre, avait à l’ordre du jour la réouverture des écoles et des établissements. La FNEC FP-FO a fait valoir les revendications des milliers de personnels et la colère qui monte...

« Protocoles » sanitaires : la FNEC FP-FO refuse le chaos que veut nous imposer le ministre !

Les projets de « protocoles », dont tout le monde a été destinataire avant les organisations syndicales, ont mis en lumière l’impréparation et la précipitation du ministre face aux injonctions présidentielles et patronales pour une réouverture « coûte que coûte » le...

Annonces du Premier ministre : aucune réponse, aucune garantie !

Le Premier ministre a présenté son plan de déconfinement : il a surtout mis en avant les impératifs économiques, face auxquels la santé des personnels et des élèves ne compte pas. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, sauf dans les établissements...

Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépistage systématique, sans tous les moyens de protection nécessaires !

Les personnels soussignés considèrent que l’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse,...

Imposer les congés en plein confinement : une honte ! Abrogation des ordonnances !

Cela fait plus d’un mois que les personnels assurent la continuité des activités dans les services comme dans les établissements, parfois dans des conditions difficiles, en présentiel, en télétravail, en dispense d'activité ou en ASA… Les agents sont toujours présents...

Les stagiaires ne doivent pas être les victimes collatérales du Coronavirus !

 Dans la plupart des académies, les recteurs ont annoncé une titularisation des stagiaires en décembre 2020. Inadmissible ! En quoi ont-ils démérité ? Rien ne justifie ce report. Rien ne justifie que le statut de stagiaire, leur mutation et déroulement de carrière...