Le nouveau “contrat social” au ministère de l’Éducation nationale : Mutations et promotions à la tête du client !

25 Sep, 2019Actualités, Communiqué

Jusqu’à maintenant, les décisions de l’employeur concernant la carrière des fonctionnaires (mutations, avancement,…) sont contrôlées par les organisations syndicales siégeant dans les commissions administratives paritaires (CAP).

Mais la loi de Transformation de la Fonction publique, publiée au mois d’août, va bouleverser tout cela.

« A partir du 1er janvier, le mot CAP va disparaître de toutes les notes de service », selon la DGRH du ministère de l’Éducation nationale. Une toute petite phrase qui résume la volonté gouvernementale d’aller jusqu’au bout dans la destruction de notre statut.

  • Dès le 1er janvier 2020, les nouvelles lignes directrices de gestion en matière de

mobilité s’appliqueront. Les CAP n’auront plus cette compétence.

  • Au 1er janvier 2021 : la nouvelle politique RH du ministère s’appliquera pour toutes les décisions individuelles (l’avancement notamment). Les CAP ne seront consultées que pour les sanctions

Le fait du prince

Dès 2020, les organisations syndicales ne disposeront plus des tableaux préparatoires aux opérations de mutations ni des résultats. Elles n’auront plus connaissance de l’ensemble des décisions individuelles (les classements pour les mutations par exemple). Comment garantir la transparence et le respect de l’égalité de traitement ? Le syndicat ne pourra vérifier les barèmes, ou défendre les situations, que des collègues qui le mandatent.

L’administration aura donc toute latitude pour faire ce qu’elle veut dans le classement : c’est le fait du prince.

La possibilité de maintenir des barèmes est seulement envisagée mais on ne sait pas pour qui et pour combien de temps. « On peut objectiver des situations autrement et ça marche », dit la DGRH. Les postes à profil, les recrutements à la tête du client vont se multiplier.

Il s’agit d’une grave attaque contre notre statut, contre les organisations syndicales. C’est

un basculement.

La destruction des statuts particuliers

A terme, la loi prévoit que les commissions paritaires ne soient plus organisées par corps mais par grades A, B, C. Les lignes directrices de gestion pourront s’appliquer à des

« populations ». Il y aura des règles souples variables d’un service à un autre, d’une

« population » à une autre. Dès lors les garanties statutaires rattachées aux statuts

particuliers de corps voleront en éclat, au profit d’un droit local, à géométrie variable.

Au même moment, le gouvernement veut détruire les régimes de retraites Cette offensive contre les statuts est indissociable de l’offensive contre les régimes de retraites et tous les droits qui y sont rattachés. En effet, le Code des pensions civiles et militaires, ainsi que les régimes spéciaux, sont indissolublement liés aux statuts de la Fonction publique et aux statuts particuliers des entreprises publiques qui, par leur existence même, constituent un rempart aux privatisations.

Préparer l’action unie qui fera reculer le gouvernement

Grève dans les urgences, à la RATP, dans les Finances publiques… les salariés refusent la casse des services publics, de leurs statuts et des droits qui y sont rattachés. Dans l’Education nationale, les personnels refusent les suppressions de postes, les réformes du lycée et du baccalauréat, la loi Blanquer, la généralisation de l’apprentissage contre la formation professionnelle initiale sous statut scolaire. Ils refusent le gel de leurs salaires.

FO est un syndicat confédéré. Nous allons continuer à se battre pour la défense des dossiers individuels et collectifs.

Face à la gravité de la situation, l’heure est à la tenue des Assemblées Générales dans les services, les écoles et les établissements, pour préparer l’action commune qui fera reculer ce gouvernement, pour la défense de nos statuts, pour les salaires, pour nos retraites.

à Montreuil, le 23 septembre 2019

 
   

 

 

 

Le Conseil d’État étrille la réforme Macron-Philippe et balaie l’enfumage de la «revalorisation»

Alors que la mobilisation dure depuis 54 jours, que les manifestations du 24 janvier ont été, dans toute la France, puissantes et déterminées, alors que le rejet de la réforme des retraites est partagé par plus de 60% de la population, le projet vient de subir un...

Le 24 janvier, préparons la grève totale !

Macron a décidé que le 24 janvier sa réforme sera présentée au conseil des ministres. Depuis le 5 décembre, face au projet de réforme des retraites par points, la combativité des salariés ne faiblit pas. Les cheminots et les agents de la RATP ont été rejoints par les...

La répression et les intimidations doivent cesser ! Le ministre est responsable

 Un vent de révolte souffle contre la mise en place des épreuves communes de contrôle continu (E3C). D’une part les E3C consacrent la mise en place d’un bac local à géométrie variable afin d’en finir avec le baccalauréat national, ponctuel et anonyme. D’autre part,...

Le ministre nous prend pour des pigeons !

 « Dans le cadre de la réforme des retraites » le ministre Blanquer invite les syndicats à une parodie de négociations, dans laquelle il propose 500 millions d’euros pour 2021 en échange d’un « calendrier précis sur les missions des enseignants et leur évolution »....

Courrier au ministre

Jean-Michel BLANQUER Ministre de l’Education nationale Ministère de l’Education nationale 110, rue de Grenelle 75357 Paris   Montreuil, le 10 janvier 2020   Monsieur le Ministre,   Nous avons bien reçu votre invitation à une réunion bilatérale le mardi...

Après le 9 janvier, AG partout pour reconduire et étendre la grève

 Pari encore raté pour le gouvernement : après l’absence de trêve pendant la période des fêtes, la puissance de la grève et des manifestations du 9 janvier ont douché les espoirs de ceux qui attendaient un infléchissement. Des centaines de milliers de manifestants ont...

Rupture conventionnelle ou comment déguiser les licenciements de fonctionnaires

Le décret 2019-1593 relatif à la procédure de rupture conventionnelle dans la fonction publique est paru le 31 décembre 2019. Une procédure extrêmement rapide et définitive L’article 2 de ce décret prévoit que « La rupture conventionnelle peut être conclue à...

Comité Technique Ministériel du 8 janvier : FO demande le report

 Le ministre a décidé pendant les vacances scolaires d’ajouter au calendrier prévu un nouveau CTM, le 8 janvier. Or, depuis le 5 décembre les salariés du public et du privé sont en grève. Dans l’Education nationale, le ministre ne peut ignorer les chiffres historiques...

Face au mépris du gouvernement, la FNEC FP-FO appelle à poursuivre la grève

 Alors que l’année commence en pleine grève historique pour le retrait de la contre-réforme des retraites, nous avons entendu les vœux du Président de la République : au-delà des slogans et des formules creuses ressassées depuis des mois, il a décidé d’ignorer ce qui...

La FNEC FP-FO s’adresse à tous les personnels

 Un raz de marée. Près de deux millions de manifestants, et des grévistes encore plus nombreux. Partout, dans toutes les AG, dans les cortèges où se sont mêlés jeunes et salariés de toutes professions, la même détermination : « Delevoye est parti, il faut que son...