CNED : Non à l’augmentation du temps de tra­vail et à la dégra­da­tion des condi­tions de travail

27 Sep, 2021CNED, Com­mu­ni­qué

Lors du groupe de tra­vail ensei­gnants nom­més du 16 sep­tembre der­nier, la direc­tion du CNED a décla­ré être atten­tive aux condi­tions d’exercice des ensei­gnants nom­més ain­si qu’à une approche qua­li­ta­tive du ser­vice four­ni, en rap­pe­lant que le poste adap­té ne peut consti­tuer une solu­tion pérenne. En 2017, une réflexion a été menée por­tant sur les mis­sions et les condi­tions de tra­vail des ensei­gnants en PA. La direc­tion parle « d’une rela­tive sta­bi­li­té de la charge de tra­vail des enseignants ».

Force Ouvrière est inter­ve­nue par rap­pe­ler que les per­son­nels ne par­tagent pas le diag­nos­tic fait par la direc­tion du CNED et qu’ils font au contraire remon­ter une aug­men­ta­tion conti­nuelle de la charge de tra­vail, mal éva­luée par les ser­vices du CNED, due en par­ti­cu­lier à l’augmentation du nombre de copies infor­ma­ti­sées, très chro­no­phages à télé­char­ger et à rendre en ligne, ain­si que de rela­tions de plus en plus dif­fi­ciles avec leur hié­rar­chie, beau­coup par­lant même de pres­sions et de har­cè­le­ment, engen­drant des situa­tions de grande souffrance.

Cette aug­men­ta­tion n’est pas due à une impres­sion de leur part mais est bien réelle. Pour exemple, sur le site de Rouen, la direc­tion a insis­té lors des réunions de début d’année sur l’augmentation de plus de 20 % du nombre de copies cor­ri­gées, alors qu’aucun poste n’a été créé dans le même temps, ce qui cor­res­pond bien à une aug­men­ta­tion de 20% de la charge de tra­vail pour les ensei­gnants. Par ailleurs, dans le cadre des mis­sions n’entrant pas dans le cadre des 35 heures heb­do­ma­daires, il arrive, notam­ment lors de la période des appré­cia­tions, qu’un volume de tra­vail dépas­sant les 100 heures soit deman­dé en une semaine, en plus des 35 heures de cor­rec­tion, ce qui met les per­son­nels dans une situa­tion inte­nable. La direc­tion d’ailleurs recon­nait elle-même des pro­blèmes de ges­tion des per­son­nels sur Rouen. Elle indique que des vaca­taires ont été recru­tés pour pal­lier l’augmentation de la charge de tra­vail. Ce n’est pas le recru­te­ment de vaca­taires que nous deman­dons mais la créa­tion de Postes adap­tés pour répondre à l’augmentation de l’activité du CNED. Trop de col­lègues sont en attente alors que leur situa­tion médi­cale exige un exer­cice en PA.

Concer­nant le tra­vail des ensei­gnants le week-end, l’administration du CNED répond que, bien enten­du, elle ne peut offi­ciel­le­ment dire de le pra­ti­quer. Mais que si, pour des rai­sons de san­té ou de soins médi­caux, les per­son­nels sont en retard dans leur tra­vail, ils peuvent tra­vailler le WE pour rendre les copies à temps. Sur cette ques­tion, nos reven­di­ca­tions sont claires : si des per­son­nels éprouvent des dif­fi­cul­tés liées à leur san­té ou à leurs soins, le CNED doit prendre des déci­sions adap­tées à leur situa­tion mais les cor­rec­teurs n’ont pas à pro­lon­ger leur temps de tra­vail pour répondre aux exi­gences de leur hiérarchie.

Lors de son inter­ven­tion du 17 sep­tembre, le Direc­teur géné­ral confir­mait le regrou­pe­ment de sites au CNED. Lors du groupe de tra­vail du 16 sep­tembre, nous appre­nions que le CNED tra­vaillait à l’ouverture d’un mou­ve­ment CNED de 20 postes au mou­ve­ment 2022, sans autre précision.

Vingt postes au mou­ve­ment, cela ferait vingt postes adap­tés en moins à la ren­trée 2022. Quid du recru­te­ment : mou­ve­ment géné­ral ou mou­ve­ment spé­ci­fique ? Quel en serait le cadre ? Quel sta­tut et quelle ges­tion pour ces ensei­gnants ? La hié­rar­chie péda­go­gique devien­drait- elle le CNED ?

Le constat que Force Ouvrière fait est que le CNED ne répond plus à sa mis­sion d’accueil des ensei­gnants en situa­tion de han­di­cap ou de dif­fi­cul­tés liées à leur maladie.

L’administration met en place à marche for­cée les pré­co­ni­sa­tions du minis­tère pour appli­quer la loi Dus­sopt ins­tau­rant les 1607 heures.

Force Ouvrière ne par­ti­ci­pe­ra pas à ce simu­lacre de concer­ta­tion mais conti­nue­ra à inter­ve­nir pour réaf­fir­mer les reven­di­ca­tions for­mu­lées par les per­son­nels lors de l’Assemblée Géné­rale du 9 avril dernier :

  • Refus de toute aug­men­ta­tion du temps de travail,
  • Ouver­ture immé­diate des négo­cia­tions sur les condi­tions de travail,
  • Recru­te­ment des per­son­nels néces­saires au fonc­tion­ne­ment du CNED,
  • Aug­men­ta­tion du nombre de postes adap­tés courte et longue durée,
  • Réem­ploi immé­diat de tous les per­son­nels non renou­ve­lés à la ren­trée 2021,
  • Arrêt des contrats pré­caires et péren­ni­sa­tion des 

Force Ouvrière invite tous les per­son­nels à faire remon­ter les situa­tions au syn­di­cat, à dis­cu­ter des moyens à mettre en œuvre pour éta­blir le rap­port de force, notam­ment par la par­ti­ci­pa­tion à la grève inter­pro­fes­sion­nelle du 5 octobre pro­chain, à l’appel de la CGT, FO, FSU, Solidaires.

Mon­treuil, le 24 sep­tembre 2021

Bul­le­tin n°9 Actua­li­tés FNEC FP-FO : En poste à l’étranger

DANS LE RÉSEAU AEFE COMME EN FRANCE, P.NDIAYE S’INSCRIT DANS LES PAS DE BLANQUER Dans le réseau AEFE, comme en France, le chaos est de mise : dif­fi­cul­tés de recru­te­ment de per­son­nels déta­chés alors que le nou­veau décret n’est tou­jours pas paru et était en…

La « refon­da­tion » Ndiaye : en débattre ou la combattre ?

Le Pré­sident Macron a annon­cé la mise en place d’un « Conseil Natio­nal de la Refon­da­tion ». C’est au tour du ministre Ndiaye de ten­ter sa « refon­da­tion » de l’École à tra­vers une grande concer­ta­tion, dès la ren­trée pro­chaine, pour, dit-il, « sor­tir le…

Cani­cule : c’est à l’État employeur de prendre les mesures ! 

Sai­si par la FNEC FP-FO mais aus­si par l’ensemble des repré­sen­tants des per­son­nels au CHSCT minis­té­riel sur la situa­tion pré­vi­sible liée à la cani­cule, la réponse des repré­sen­tants du nou­veau ministre n’est pas accep­table. Une pre­mière note aux rec­teurs ne…

Le ministre Ndiaye dans les pas de Blan­quer pour appli­quer le pro­gramme de Macron

Une délé­ga­tion de la FNEC FP-FO a été reçue par le nou­veau ministre Ndiaye mar­di 24 mai 2022. Nous avons rap­pe­lé en pré­am­bule notre liber­té de com­por­te­ment, notre volon­té de conti­nuer à por­ter les reven­di­ca­tions en toute indé­pen­dance. Nous avons tout d’abord…

Effon­dre­ment du nombre d’admissibles aux concours : une catas­trophe annon­cée inac­cep­table ! Orga­ni­sa­tion en urgence de nou­velles ses­sions à BAC +3 !

Dans un com­mu­ni­qué du 19 avril, la FNEC FP-FO s’interrogeait : « Le minis­tère refuse de don­ner les chiffres des can­di­dats aux concours… Que cherche-t-il à cacher ? » La publi­ca­tion des résul­tats des épreuves d’admissibilité aux concours est désormais…

Grille indi­ciaire des AESH Le rehaus­se­ment du mini­mum de trai­te­ment : inacceptable !

Un décret est paru le jeu­di 20 avril 2022. Il porte l’indice majo­ré mini­mum à 352 à comp­ter du 1er mai, afin d’éviter que des agents ne per­çoivent un trai­te­ment infé­rieur au SMIC. Cette mesure est tota­le­ment insuf­fi­sante et inadap­tée, car : Elle ne règle pas…

Nou­veau décret pour le recru­te­ment des per­son­nels déta­chés de l’AEFE : inac­cep­table ! Tous en grève le 19 mai

Le nou­veau décret régis­sant les nou­veaux contrats de per­son­nels déta­chés a été pré­sen­té lors d’un CT extra­or­di­naire de l’AEFE le 6 mai. Les minis­tères de tutelle et la DGAFP n’ayant pas été consul­tés, le nou­veau décret doit faire l’objet d’un nou­veau CT le…

Part modu­lable de l’indemnité REP+ : une pre­mière mise en œuvre du« mana­ge­ment » Macron !

Le décret n° 2021–825 du 28 juin 2021 ins­ti­tue pour les per­son­nels affec­tés dans les écoles et col­lèges REP+ une part modu­lable de l’indemnité REP+, en plus de la part fixe déjà exis­tante. Pour rap­pel, FO avait voté CONTRE cette « part modu­lable » lors du…

STOP à la smi­car­di­sa­tion des per­son­nels de l’Éducation nationale !

Le Code du tra­vail oblige le gou­ver­ne­ment à rele­ver auto­ma­ti­que­ment le mon­tant du SMIC suite à l’explosion des chiffres de l’inflation. Le mon­tant du SMIC sera donc aug­men­té de 2,65% le 1er mai 2022 pour le por­ter à 1645,58 € brut, ce qui cor­res­pond à…

Des for­­ma­­tions-for­­ma­­tages pour impo­ser les contre-réformes ! FO s’y oppose et réaf­firme ses revendications !

Plu­sieurs groupes de tra­vail se sont réunis pour pré­sen­ter le conte­nu du plan natio­nal de for­ma­tion. Pour rap­pel, la FNEC FP-FO a voté contre le sché­ma direc­teur de la for­ma­tion conti­nue 2022–2025 (*). En effet, la FNEC FP-FO reven­dique une formation…