Le MEDEF compte sur le gouvernement Macron pour détruire le Code du travail, l’école et toutes les conquêtes sociales

26 Sep, 2017 | Actualités, Communiqué

Le patron du MEDEF l’a dit : la publication des ordonnances Macron – Pénicaud qui remettent en cause le Code du travail et dynamitent les garanties collectives le satisfait. Comblé sur ce point, il sent son heure venue et veut s’en prendre à l’école.

La réforme de la formation professionnelle est annoncée pour les prochains mois. Le MEDEF vient donc de lancer une campagne de promotion de ses orientations intitulée : «si l’école faisait son travail, j’aurais du travail ! »

Inutile de commenter le caractère grossièrement provocateur de ce titre aussi vulgaire que réactionnaire, et qui a immédiatement suscité des réactions indignées. Même le ministre de l’Éducation nationale a fait part de sa désapprobation.

Le MEDEF a donc retiré son titre. Mais sur le fond rien n’a changé. P. Gattaz vient de déclarer que « le système d’éducation actuel génère 100.000 décrocheurs par an ainsi qu’un taux de chômage de 25 % chez les jeunes ».

Pour rappel : 2014 : le pacte de responsabilité de F. Hollande exonère les patrons de 40 milliards d’euros de cotisations sociales. 40 milliards pris à la sécurité sociale et offerts en cadeaux aux patrons. Ce pillage en règle de la sécu est financé par un plan d’austérité de 50 milliards mis en œuvre par le ministre de l’Économie et des Finances, Emmanuel Macron.

2016, la réforme El Khomri, dont FO demande toujours l’abrogation, répond à la demande du patronat de remettre en cause la hiérarchie des normes, pour mieux détruire toutes les garanties collectives existantes.

À chaque fois, le patronat s’est félicité de ces contre-réformes, comme il s’est toujours félicité de toutes les mesures de rigueur, de déréglementation, de baisse du coût du travail décidées par les gouvernements successifs. Invariablement, il les a présentées comme des mesures pour l’emploi.

À propos d’emploi, un chiffre : en juillet 2017, le nombre de chômeurs toutes catégories confondues est de 6 327 900, un chiffre jamais atteint jusqu’alors.

Ce qui condamne 25 % des jeunes au chômage, ce sont ces politiques d’austérité, de baisse du coût du travail mises en œuvre à la demande et au profit du patronat. (En 2017, les profits des groupes du CAC 40 ont augmenté de 50 milliards d’Euros rien qu’au premier semestre). Des politiques sur lesquelles il s’est appuyé pour multiplier dans tous les secteurs plans de licenciements, de fermetures d’usines, pour imposer toujours plus de flexibilité, de précarité…

Aujourd’hui, les ordonnances Macron facilitent les licenciements, multiplient les possibilités de déroger au Code du travail, aux conventions collectives…

Le patron du MEDEF n’a que faire de l’avenir des jeunes et de l’école, mais il a un programme d’ensemble qui exige d’adapter l’école à la destruction de toutes les garanties collectives. Pour rendre les jeunes corvéables à merci, pour imposer l’individualisation totale du contrat de travail, il faut en finir avec les qualifications nationales, avec les diplômes nationaux, avec l’enseignement professionnel sous statut scolaire.

Avec ses attaques grossières et provocatrices sur l’école, le MEDEF ne fait que formuler ce programme. Un programme que le gouvernement Macron a repris à son compte, dont les ordonnances constituent la première étape, et qui implique la destruction toutes les conquêtes sociales.

Pour la FNEC FP FO, l’urgent est de construire le rapport de force pour bloquer ce programme de régression.

Sélection à l’université, baccalauréat à la carte, pour le retrait des contre-réformes : grève le 22 mars !

La FNEC FP-FO et le SNFOLC ont été reçus le 12 février par le ministre de l’Education nationale à la veille des annonces en Conseil des ministres. Le ministre reconnaît que ParcourSup, réforme du bac, du lycée et apprentissage font système. Il s’agit d’une réforme...

« Si vous écoutez les personnels, vous ne mettrez pas en œuvre cette réforme » a dit la FNEC FP-FO au ministre

La FNEC FP-FO et le SNFOLC ont été reçus le 30 janvier 2018 par le ministre de l'Education nationale qui consulte les organisations syndicales sur le rapport Mathiot avant sa communication officielle le 14 février au Conseil des ministres. Il a confirmé qu'en...

Plan étudiants, Parcoursup, Baccalauréat, Postes… : tout est lié !

1er février : mobilisation nationale des enseignants, des étudiants, des lycéens, à l’appel des fédérations FO, CGT, FSU, SUD, avec l’UNEF, UNL, UNL SD, SGL La loi sur l’orientation et la réussite des étudiants ? C’est la sélection à l’entrée à l’université. C’est la...

Aujourd’hui et demain, combattre la sélection à l’entrée de l’université

Ce 15 janvier ouvre Parcoursup, la nouvelle plateforme d'orientation post-bac. Derrière cette réforme d'apparence technique, mal préparée, imposée à marche forcée après l'échec programmé d'Admission post-bac (APB), se cache la mise en place de la sélection à l'entrée...

Encore une réduction des salaires nets pour 2018

En ce début d’année 2018, il est coutume de se souhaiter de bons vœux. Ce n’est pas vraiment ce que vient de faire le gouvernement envers les fonctionnaires en réduisant leur salaire net par plusieurs mesures. Si le gouvernement a décidé le report des quelques miettes...

Égalité femmes – hommes, respecter et améliorer le statut

Dans le cadre de la « grande cause du quinquennat » consacré à l’égalité entre les femmes et les hommes, le ministère avait invité les fédérations représentatives au CTM à un groupe de travail sur ce sujet. Derrière des intentions louables, se cachent des risques de...

Annonces ministérielles sur la laïcité : non aux tentatives de contournement de la loi de 1905 !

  La FNEC FP-FO a pris connaissance des déclarations et des intentions en matière de Laïcité, du ministre de l’Éducation nationale le 8 décembre dernier à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la loi de 1905 instituant la Laïcité de l’État, renforçant...

Jour de carence : c’est reparti à partir du 1er janvier !

L'Assemblée nationale a adopté, dans le cadre du budget d’austérité 2018, le rétablissement d'un jour de carence dans la Fonction publique en cas d'arrêt maladie, sous couvert d’une «égalité» privé/public, argument déjà avancé par le gouvernement Fillon en 2012, et...

Pourquoi FO ne signe pas la lettre ouverte intersyndicale ?

Le 10 octobre 2017, des milliers de fonctionnaires et agents publics étaient en grève et manifestaient à l’appel de l’ensemble des fédérations syndicales. Les revendications étaient claires : Augmentation de la valeur du point d’indice pour améliorer le pouvoir...

CTMEN du 20 décembre 2017 sur la répartition des moyens à la rentrée 2018 Pour le ministère il faut « réduire la facture » Pour FO il faut répondre aux revendications des personnels !

En conclusion du CTMEN du 20 décembre 2017, qui avait pour ordre du jour la présentation des moyens pour la rentrée 2018, le ministère a indiqué qu'il fallait « alléger la facture » et qu'on « entre dans un mécanisme de réduction », à la recherche de « pistes...