Le MEDEF compte sur le gou­ver­ne­ment Macron pour détruire le Code du tra­vail, l’école et toutes les conquêtes sociales

26 Sep, 2017Non clas­sé

Le patron du MEDEF l’a dit : la publi­ca­tion des ordon­nances Macron – Péni­caud qui remettent en cause le Code du tra­vail et dyna­mitent les garan­ties col­lec­tives le satis­fait. Com­blé sur ce point, il sent son heure venue et veut s’en prendre à l’école.

La réforme de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle est annon­cée pour les pro­chains mois. Le MEDEF vient donc de lan­cer une cam­pagne de pro­mo­tion de ses orien­ta­tions inti­tu­lée : « si l’é­cole fai­sait son tra­vail, j’au­rais du tra­vail ! »

Inutile de com­men­ter le carac­tère gros­siè­re­ment pro­vo­ca­teur de ce titre aus­si vul­gaire que réac­tion­naire, et qui a immé­dia­te­ment sus­ci­té des réac­tions indi­gnées. Même le ministre de l’Éducation natio­nale a fait part de sa désapprobation.

Le MEDEF a donc reti­ré son titre. Mais sur le fond rien n’a chan­gé. P. Gat­taz vient de décla­rer que « le sys­tème d’é­du­ca­tion actuel génère 100.000 décro­cheurs par an ain­si qu’un taux de chô­mage de 25 % chez les jeunes ».

Pour rap­pel : 2014 : le pacte de res­pon­sa­bi­li­té de F. Hol­lande exo­nère les patrons de 40 mil­liards d’euros de coti­sa­tions sociales. 40 mil­liards pris à la sécu­ri­té sociale et offerts en cadeaux aux patrons. Ce pillage en règle de la sécu est finan­cé par un plan d’austérité de 50 mil­liards mis en œuvre par le ministre de l’Économie et des Finances, Emma­nuel Macron.

2016, la réforme El Khom­ri, dont FO demande tou­jours l’abrogation, répond à la demande du patro­nat de remettre en cause la hié­rar­chie des normes, pour mieux détruire toutes les garan­ties col­lec­tives existantes.

À chaque fois, le patro­nat s’est féli­ci­té de ces contre-réformes, comme il s’est tou­jours féli­ci­té de toutes les mesures de rigueur, de déré­gle­men­ta­tion, de baisse du coût du tra­vail déci­dées par les gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs. Inva­ria­ble­ment, il les a pré­sen­tées comme des mesures pour l’emploi.

À pro­pos d’emploi, un chiffre : en juillet 2017, le nombre de chô­meurs toutes caté­go­ries confon­dues est de 6 327 900, un chiffre jamais atteint jusqu’alors.

Ce qui condamne 25 % des jeunes au chô­mage, ce sont ces poli­tiques d’austérité, de baisse du coût du tra­vail mises en œuvre à la demande et au pro­fit du patro­nat. (En 2017, les pro­fits des groupes du CAC 40 ont aug­men­té de 50 mil­liards d’Euros rien qu’au pre­mier semestre). Des poli­tiques sur les­quelles il s’est appuyé pour mul­ti­plier dans tous les sec­teurs plans de licen­cie­ments, de fer­me­tures d’usines, pour impo­ser tou­jours plus de flexi­bi­li­té, de précarité…

Aujourd’hui, les ordon­nances Macron faci­litent les licen­cie­ments, mul­ti­plient les pos­si­bi­li­tés de déro­ger au Code du tra­vail, aux conven­tions collectives…

Le patron du MEDEF n’a que faire de l’avenir des jeunes et de l’école, mais il a un pro­gramme d’ensemble qui exige d’adapter l’école à la des­truc­tion de toutes les garan­ties col­lec­tives. Pour rendre les jeunes cor­véables à mer­ci, pour impo­ser l’individualisation totale du contrat de tra­vail, il faut en finir avec les qua­li­fi­ca­tions natio­nales, avec les diplômes natio­naux, avec l’enseignement pro­fes­sion­nel sous sta­tut scolaire.

Avec ses attaques gros­sières et pro­vo­ca­trices sur l’école, le MEDEF ne fait que for­mu­ler ce pro­gramme. Un pro­gramme que le gou­ver­ne­ment Macron a repris à son compte, dont les ordon­nances consti­tuent la pre­mière étape, et qui implique la des­truc­tion toutes les conquêtes sociales.

Pour la FNEC FP FO, l’urgent est de construire le rap­port de force pour blo­quer ce pro­gramme de régression.

Non à la des­truc­tion de l’École et des sta­tuts, ni à Mar­seille, ni ailleurs ! Grève jeu­di 23 septembre !

Alors que les per­son­nels font face à une ren­trée dans le plus grand chaos, où les postes manquent par­tout, avec des classes sans ensei­gnant, un pro­to­cole condui­sant à la fer­me­ture de mil­liers de classes, des ser­vices débor­dés, des per­son­nels confron­tés à…

GT « obli­ga­tion vac­ci­nale » du mer­cre­di 8 sep­tembre 2021

Les orga­ni­sa­tions syn­di­cales ont été conviées à un GT au minis­tère concer­nant l’obligation vac­ci­nale pour les per­son­nels de l’Éducation natio­nale. Il s’agissait de recueillir les avis des orga­ni­sa­tions syn­di­cales avant de rédi­ger une cir­cu­laire ministérielle…

Réponse de la FNEC FP-FO concer­nant le plan de requa­li­fi­ca­tion plu­ri­an­nuel de la filière administrative

à Mon­treuil, le 7 sep­tembre 2021à Mon­sieur Jean-Michel BLANQUER Ministre de l’Éducation natio­nale de la Jeu­nesse et des Sports110 rue de Grenelle75357 PARIS 07 SP Objet : Réponse de la FNEC FP-FO concer­nant le plan de requa­li­fi­ca­tion plu­ri­an­nuel de la filière…

AESH : la ques­tion de la mon­tée au minis­tère n’est-elle pas posée ? La FNEC FP-FO par­ti­ci­pe­ra à la conven­tion natio­nale pour en discuter

Sophie Clu­zel, la secré­taire d’État au han­di­cap vient de décla­rer que 125 000 AESH sont recru­tés par l’Éducation natio­nale pour suivre 400 000 élèves en situa­tion de han­di­cap. Elle explique, dans le même temps, que les dif­fi­cul­tés sont mar­gi­nales. Il est…

AESH : toutes les rai­sons de pour­suivre et ampli­fier la mobilisation

Les mobi­li­sa­tions des AESH, ain­si que les inter­ven­tions des orga­ni­sa­tions syn­di­cales, ont contraint le minis­tère à ouvrir les dis­cus­sions sur les salaires des AESH et à concé­der une avan­cée en ins­tau­rant une grille de rému­né­ra­tion à avan­ce­ment automatique.…

Aucune mise à pied, aucune sanc­tion pour les PsyEN, per­son­nels infir­miers et méde­cins, et per­son­nels affec­tés en éta­blis­se­ments médico-sociaux !

Pour l’exécutif, la prio­ri­té dans le contexte sani­taire n’a jamais été la san­té des sala­riés ou même des citoyens dans leur ensemble. Pour preuve, aucun moyen sup­plé­men­taire n’a été don­né aux hôpi­taux que ce soit en termes humains ou de lits. Dans l’Éducation…

Le pré­sident Macron veut expé­ri­men­ter à Mar­seille la casse de l’École publique et la des­truc­tion des statuts

Pré­sen­tant le 2 sep­tembre son plan pour le Grand Mar­seille, le pré­sident de la Répu­blique a annon­cé un sta­tut déro­ga­toire spé­cial pour 50 écoles mar­seillaises dès la ren­trée 2022. Dans ces écoles, les direc­teurs choi­si­ront les ensei­gnants et dis­po­se­ront d’une…

Plan fran­çais et maths : un dis­po­si­tif issu de PPCR, pour aller vers le nou­veau mana­ge­ment du « Grenelle »

Le ministre a envoyé pen­dant les congés une cir­cu­laire inti­tu­lée « Conso­li­da­tion des plans fran­çais et mathé­ma­tiques » aux rec­teurs et IA-DASEN. Elle concerne les for­ma­tions dites « en constel­la­tion » mises en place dans le pre­mier degré et les « laboratoires…

Dès la ren­trée : se réunir pour la satis­fac­tion des revendications

Une ren­trée nor­male ? Le ministre Blan­quer annonce une ren­trée « la plus nor­male pos­sible avec l’ouverture avec les écoles, col­lèges et lycées ouverts. » Qu’en est-il ? En plus d’être confron­tés aux pro­blèmes de manque de per­son­nels, de classes surchargées,…

Non, Mon­sieur le ministre, ce n’est pas ça la Laï­ci­té La Laï­ci­té, c’est le strict res­pect de la loi de 1905 !

Au pré­texte de pro­mou­voir la laï­ci­té dans les éta­blis­se­ments sco­laires, le ministre vient de lan­cer une cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion. Il a fait appel à une agence pour déployer des pan­neaux publi­ci­taires et des affi­chages dans les éta­blis­se­ments. Ces affiches…