Le MEDEF compte sur le gou­ver­ne­ment Macron pour détruire le Code du tra­vail, l’école et toutes les conquêtes sociales

26 Sep, 2017Non clas­sé

Le patron du MEDEF l’a dit : la publi­ca­tion des ordon­nances Macron – Péni­caud qui remettent en cause le Code du tra­vail et dyna­mitent les garan­ties col­lec­tives le satis­fait. Com­blé sur ce point, il sent son heure venue et veut s’en prendre à l’école.

La réforme de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle est annon­cée pour les pro­chains mois. Le MEDEF vient donc de lan­cer une cam­pagne de pro­mo­tion de ses orien­ta­tions inti­tu­lée : « si l’é­cole fai­sait son tra­vail, j’au­rais du tra­vail ! »

Inutile de com­men­ter le carac­tère gros­siè­re­ment pro­vo­ca­teur de ce titre aus­si vul­gaire que réac­tion­naire, et qui a immé­dia­te­ment sus­ci­té des réac­tions indi­gnées. Même le ministre de l’Éducation natio­nale a fait part de sa désapprobation.

Le MEDEF a donc reti­ré son titre. Mais sur le fond rien n’a chan­gé. P. Gat­taz vient de décla­rer que « le sys­tème d’é­du­ca­tion actuel génère 100.000 décro­cheurs par an ain­si qu’un taux de chô­mage de 25 % chez les jeunes ».

Pour rap­pel : 2014 : le pacte de res­pon­sa­bi­li­té de F. Hol­lande exo­nère les patrons de 40 mil­liards d’euros de coti­sa­tions sociales. 40 mil­liards pris à la sécu­ri­té sociale et offerts en cadeaux aux patrons. Ce pillage en règle de la sécu est finan­cé par un plan d’austérité de 50 mil­liards mis en œuvre par le ministre de l’Économie et des Finances, Emma­nuel Macron.

2016, la réforme El Khom­ri, dont FO demande tou­jours l’abrogation, répond à la demande du patro­nat de remettre en cause la hié­rar­chie des normes, pour mieux détruire toutes les garan­ties col­lec­tives existantes.

À chaque fois, le patro­nat s’est féli­ci­té de ces contre-réformes, comme il s’est tou­jours féli­ci­té de toutes les mesures de rigueur, de déré­gle­men­ta­tion, de baisse du coût du tra­vail déci­dées par les gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs. Inva­ria­ble­ment, il les a pré­sen­tées comme des mesures pour l’emploi.

À pro­pos d’emploi, un chiffre : en juillet 2017, le nombre de chô­meurs toutes caté­go­ries confon­dues est de 6 327 900, un chiffre jamais atteint jusqu’alors.

Ce qui condamne 25 % des jeunes au chô­mage, ce sont ces poli­tiques d’austérité, de baisse du coût du tra­vail mises en œuvre à la demande et au pro­fit du patro­nat. (En 2017, les pro­fits des groupes du CAC 40 ont aug­men­té de 50 mil­liards d’Euros rien qu’au pre­mier semestre). Des poli­tiques sur les­quelles il s’est appuyé pour mul­ti­plier dans tous les sec­teurs plans de licen­cie­ments, de fer­me­tures d’usines, pour impo­ser tou­jours plus de flexi­bi­li­té, de précarité…

Aujourd’hui, les ordon­nances Macron faci­litent les licen­cie­ments, mul­ti­plient les pos­si­bi­li­tés de déro­ger au Code du tra­vail, aux conven­tions collectives…

Le patron du MEDEF n’a que faire de l’avenir des jeunes et de l’école, mais il a un pro­gramme d’ensemble qui exige d’adapter l’école à la des­truc­tion de toutes les garan­ties col­lec­tives. Pour rendre les jeunes cor­véables à mer­ci, pour impo­ser l’individualisation totale du contrat de tra­vail, il faut en finir avec les qua­li­fi­ca­tions natio­nales, avec les diplômes natio­naux, avec l’enseignement pro­fes­sion­nel sous sta­tut scolaire.

Avec ses attaques gros­sières et pro­vo­ca­trices sur l’école, le MEDEF ne fait que for­mu­ler ce pro­gramme. Un pro­gramme que le gou­ver­ne­ment Macron a repris à son compte, dont les ordon­nances consti­tuent la pre­mière étape, et qui implique la des­truc­tion toutes les conquêtes sociales.

Pour la FNEC FP FO, l’urgent est de construire le rap­port de force pour blo­quer ce pro­gramme de régression.

Effon­dre­ment du nombre d’admissibles aux concours : une catas­trophe annon­cée inac­cep­table ! Orga­ni­sa­tion en urgence de nou­velles ses­sions à BAC +3 !

Dans un com­mu­ni­qué du 19 avril, la FNEC FP-FO s’interrogeait : « Le minis­tère refuse de don­ner les chiffres des can­di­dats aux concours… Que cherche-t-il à cacher ? » La publi­ca­tion des résul­tats des épreuves d’admissibilité aux concours est désormais…

Grille indi­ciaire des AESH Le rehaus­se­ment du mini­mum de trai­te­ment : inacceptable !

Un décret est paru le jeu­di 20 avril 2022. Il porte l’indice majo­ré mini­mum à 352 à comp­ter du 1er mai, afin d’éviter que des agents ne per­çoivent un trai­te­ment infé­rieur au SMIC. Cette mesure est tota­le­ment insuf­fi­sante et inadap­tée, car : Elle ne règle pas…

Nou­veau décret pour le recru­te­ment des per­son­nels déta­chés de l’AEFE : inac­cep­table ! Tous en grève le 19 mai

Le nou­veau décret régis­sant les nou­veaux contrats de per­son­nels déta­chés a été pré­sen­té lors d’un CT extra­or­di­naire de l’AEFE le 6 mai. Les minis­tères de tutelle et la DGAFP n’ayant pas été consul­tés, le nou­veau décret doit faire l’objet d’un nou­veau CT le…

Part modu­lable de l’indemnité REP+ : une pre­mière mise en œuvre du« mana­ge­ment » Macron !

Le décret n° 2021–825 du 28 juin 2021 ins­ti­tue pour les per­son­nels affec­tés dans les écoles et col­lèges REP+ une part modu­lable de l’indemnité REP+, en plus de la part fixe déjà exis­tante. Pour rap­pel, FO avait voté CONTRE cette « part modu­lable » lors du…

STOP à la smi­car­di­sa­tion des per­son­nels de l’Éducation nationale !

Le Code du tra­vail oblige le gou­ver­ne­ment à rele­ver auto­ma­ti­que­ment le mon­tant du SMIC suite à l’explosion des chiffres de l’inflation. Le mon­tant du SMIC sera donc aug­men­té de 2,65% le 1er mai 2022 pour le por­ter à 1645,58 € brut, ce qui cor­res­pond à…

Des for­­ma­­tions-for­­ma­­tages pour impo­ser les contre-réformes ! FO s’y oppose et réaf­firme ses revendications !

Plu­sieurs groupes de tra­vail se sont réunis pour pré­sen­ter le conte­nu du plan natio­nal de for­ma­tion. Pour rap­pel, la FNEC FP-FO a voté contre le sché­ma direc­teur de la for­ma­tion conti­nue 2022–2025 (*). En effet, la FNEC FP-FO reven­dique une formation…

Les AESH ne lâchent rien : aban­don des PIAL ! Un vrai sta­tut ! Un vrai salaire !

Assez de la pré­ca­ri­té ! Les per­son­nels en ont assez des PIAL et des mesures de déman­tè­le­ment de l’école. Avec l’inflation galo­pante, le SMIC va être aug­men­té à hau­teur de 9 points d’indice au 1er mai 2022. Soit presque l’équivalent du 3ème éche­lon de la…

ISSR : une reva­lo­ri­sa­tion pré­vue par le minis­tère Pour FO, il y a urgence !

La FNEC FP-FO pour­suit inlas­sa­ble­ment ses inter­ven­tions en direc­tion du ministre pour la défense des salaires et du pou­voir d’achat. Lors de l’audience au minis­tère le 18 mars, la FNEC FP-FO a réaf­fir­mé sa reven­di­ca­tion d’augmentation du point d’indice de…

Le minis­tère refuse de don­ner les chiffres des can­di­dats aux concours… Que cherche-t-il à cacher ?

Lors de l’audience FO du 18 mars au minis­tère, la FNEC FP-FO deman­dait au ministre l’arrêt des fer­me­tures de classes et l’ouverture de tous les postes néces­saires avec le recru­te­ment de per­son­nels sta­tu­taires sur liste com­plé­men­taire, ce qui a été obtenu…

Après le 1er tour des élec­tions présidentielles

Atta­chée à l’indépendance syn­di­cale, la FNEC FP-FO, avec sa Confé­dé­ra­tion, ne don­ne­ra aucune consigne de vote à l’occasion du 2ème tour des élec­tions pré­si­den­tielles, comme au 1er tour. Alors que le Pré­sident-can­di­dat Macron en appelle à un « grand mouvement…