Le futur pro­fes­seur : un contrac­tuel de moins en moins onéreux !

12 Oct, 2020Défense du sta­tut, Salaires

Ins­crites dans l’agenda social et le « Gre­nelle des pro­fes­seurs », la réforme des concours et la géné­ra­li­sa­tion de l’alternance pour les futurs can­di­dats aux concours prennent tout leur sens. Le ministre d’un côté essaie de « vendre » 400 mil­lions de pseu­do reva­lo­ri­sa­tion des salaires des pro­fes­seurs, ce qui fait moins de 30 euros par mois, de l’autre il veut mettre en place un nou­veau pro­fes­seur-alter­nant-étu­diant pour huit heures de cours pour les pro­fes­seurs des écoles et six heures dans le second degré avec une rému­né­ra­tion sous le seuil de pauvreté !

Le ministre ne pré­voit rien de mieux que de recu­ler le concours à la fin du M2. Pen­dant les années de M1 et M2, l’étudiant en MEFF, est contrac­tuel pour 12 mois, il enseigne en res­pon­sa­bi­li­té, il devient le bouche-trou, pas cher. Il sera obli­gé de se confor­mer aux demandes de l’institution, car la vali­da­tion de son mas­ter dépend de son zèle (son expé­rience en milieu pro­fes­sion­nel confé­re­ra au mini­mum 20 ECTS). Il sera rému­né­ré 865 euros brut par mois.

Fau­drait-il s’habituer à la pré­ca­ri­té, à la sur­charge de tra­vail, au salaire de plus en plus bas ? Est-cela ce qu’appelle le ministre : « le hus­sard du 21ème siècle » ?

Actuel­le­ment, par exemple, un sta­giaire du second degré sans expé­rience de l’enseignement dans la dis­ci­pline a une obli­ga­tion de ser­vice de 9 heures par semaine pour un trai­te­ment indi­ciaire brut de 1818,17 euros (cer­ti­fié 1er éche­lon de la classe nor­male). L’heure de cours revient donc à 48 euros. L’étudiant contrac­tuel alter­nant aura une ORS de 6 heures d’enseignement pour une rému­né­ra­tion de 865 euros, soit un coût de l’heure de cours de 34 euros. Le gain pour l’État est de 14 euros.

Enfin s’il réus­sit son CAPES lorsqu’il sera sta­giaire, il devra assu­rer un ser­vice com­plet soit 18 heures. D’où un coût de l’heure de cours qui tombe à 24 euros.

Le gou­ver­ne­ment géné­ra­lise le stage en alter­nance lors de la 2ème année de mas­ter dans le bud­get 2021, puis pour les pre­mières années.

Le ministre veut bais­ser le coût du tra­vail à tout prix

Ce que le ministre veut mettre en place chez les futurs pro­fes­seurs pré­lude de ce qu’il veut faire chez les titu­laires. Explo­ser les droits sta­tu­taires, les obli­ga­tions régle­men­taires de ser­vice, le temps de tra­vail. S’il est pos­sible d’enseigner en des­sous du seuil de pau­vre­té, nul besoin pour le ministre de répondre aux reven­di­ca­tions sala­riales. Mais les per­son­nels conti­nuent de deman­der le rat­tra­page de 20% du point d’indice, soit la perte subie avec le blo­cage du point d’indice depuis 2000, et 183 euros tout de suite, sans contre­par­ties, comme les per­son­nels hos­pi­ta­liers l’ont obte­nu par la grève.

Tous ces dis­po­si­tifs illus­trent le conte­nu du « Gre­nelle des pro­fes­seurs » : la déré­gle­men­ta­tion tous azi­muts. FO s’y oppose et pren­dra toutes les ini­tia­tives néces­saires en défense des droits des per­son­nels, des garan­ties sta­tu­taires et des salaires.

Elle invite les per­son­nels à se réunir et à par­ti­ci­per aux ras­sem­ble­ments qui se tiennent la semaine pro­chaine devant les rec­to­rats et IA.

Mon­treuil le 12 octobre 2020

La solu­tion n’est-elle pas de créer des mil­liers de postes à l’École et à l’Hôpital ? La FNEC FP-FO appelle les per­son­nels à se réunir avec les parents d’élèves

Plu­tôt que de répondre aux reven­di­ca­tions, le pré­sident Macron et son ministre Blan­quer ren­voient une nou­velle fois sur les per­son­nels et les parents d’élèves la ges­tion du chaos qu’ils ont eux-mêmes orga­ni­sé. Ce 1er avril, la FNEC FP-FO est inter­ve­nue en direc­tion du…

Les annonces du ministre ne vont faire qu’aggraver le chaos Com­ment comprendre ?

La situa­tion est chao­tique dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices. Les rem­pla­çants manquent par­tout, les ensei­gnants sont contraints d’accueillir tou­jours plus d’élèves dans leur classe. Le ministre Blan­quer vient de faire des annonces le 26 mars. Selon…

Face au chaos orga­ni­sé par Blan­quer la FNEC FP-FO sou­tient les mobi­li­sa­tions pour les revendications

Contre les fer­me­tures de classes et les sup­pres­sions de postes Depuis plu­sieurs semaines, les mobi­li­sa­tions se mul­ti­plient devant les Ins­pec­tions aca­dé­miques et les rec­to­rats pour deman­der les heures, les postes et por­ter l’ensemble des reven­di­ca­tions urgentes des…

Réou­ver­ture immé­diate de tous les lieux culturels !

Rou­vrir les lieux cultu­rels aujourd’­hui est aus­si pos­sible qu’in­dis­pen­sable. Musées, monu­ments, théâtres, ciné­mas, opé­ras, salles de concert sont autant de lieux où l’ac­cueil du public est assu­ré par des pro­fes­sion­nels, avec les pré­cau­tions qui s’imposent, et dans…

Mani­fes­ta­tions du 16 mars : La FNEC FP-FO sou­tient la mobi­li­sa­tion de la jeu­nesse pour ses droits !

Au nom de la pan­dé­mie, le gou­ver­ne­ment prive l’ensemble de la popu­la­tion et, en par­ti­cu­lier la jeu­nesse, de ses liber­tés et droits fon­da­men­taux : la liber­té d’expression, de réunion, le droit à l’instruction. Les jeunes sont confron­tés à un plan des­truc­teur. La…

Réforme des concours et de la for­ma­tion des enseignants

Après la mobi­li­sa­tion réus­sie du 11 mars, le minis­tère per­siste dans sa mise en œuvre, nous per­sis­tons pour son retrait ! Le 11 mars les ensei­gnants des INSPÉ se sont mobi­li­sés par­tout pour obte­nir le retrait de la réforme des concours d’enseignement et de la…

Retrait de la réforme de la for­ma­tion des enseignant·es & CPE ! Retrait de la réforme des concours !

Nous en appe­lons au retrait de cette mau­vaise “réforme” : le sort des pro­chaines géné­ra­tions d’élèves se joue dès aujourd’hui. Il est plus qu’urgent d’écouter les actrices et acteurs de la for­ma­tion, et d’agir en consé­quence ! Le 11 mars 2021, toutes et tous en grève,…

Des « experts » auxi­liaires de l’administration en lieu et place des repré­sen­tants des personnels

La loi dite de « Trans­for­ma­tion de la fonc­tion publique » de 2019 est une loi de des­truc­tion des garan­ties dont béné­fi­ciaient tous les fonc­tion­naires dans leur car­rière. Cette loi a notam­ment pré­vu que les muta­tions et les pro­mo­tions ne seraient plus exa­mi­nées par les…

Les reven­di­ca­tions demeurent

Mal­gré cette période de congé, la mobi­li­sa­tion enga­gée le 26 jan­vier ne fai­blit pas­Dans de nom­breux dépar­te­ments, les per­son­nels, avec bien sou­vent parents d’élèves et élus, se ras­semblent pour exi­ger l’arrêt des fer­me­tures de postes, de classes, et les ouvertures…

Loi 4 D : un pre­mier recul du gouvernement

Dès l’annonce du pro­jet de loi 4D, le jeu­di 17 décembre 2020 der­nier, par la ministre Jac­que­line Gou­rault, ministre de la Cohé­sion des ter­ri­toires et des Rela­tions avec les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, la FNEC FP-FO avait, dans un com­mu­ni­qué et une inter­ven­tion auprès…