Inclu­sion sco­laire sys­té­ma­tique : un constat alar­mant La FNEC FP FO demande au gou­ver­ne­ment d’ouvrir des négo­cia­tions en urgence sur les condi­tions de tra­vail des personnels

29 Mar, 2018Non clas­sé

A l’initiative de la FNEC FP-FO, s’est tenue le 28 mars 2018, dans les locaux de la Confé­dé­ra­tion FORCE OUVRIERE, une confé­rence sur le sujet de l’inclusion sco­laire sys­té­ma­tique ren­due obli­ga­toire par la loi PEILLON de 2013 et mise en œuvre par le ministre actuel de l’Éducation nationale.

250 par­ti­ci­pants venus de tous les dépar­te­ments, de tous les sec­teurs d’enseignement des 1er et 2nd degré, des lycées pro­fes­sion­nels ont appor­té leur contri­bu­tion sur le sujet. Par­ti­ci­paient éga­le­ment à cette confé­rence des repré­sen­tants de la fédé­ra­tion FO des ser­vices publics de de san­té (FSPS-FO), des repré­sen­tants de la FAGE-FO et de la FNAS-FO (action Sociale).

A l’issue de cette confé­rence, toutes les remon­tées des dépar­te­ments attes­tant de la dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail le confirment : la situa­tion pré­sente un carac­tère d’urgence.

La réa­li­té est acca­blante. A l’opposé des décla­ra­tions gou­ver­ne­men­tales léni­fiantes sur l’intégration des élèves han­di­ca­pés, le gou­ver­ne­ment réduit de manière dras­tique les moyens affec­tés à l’intégration/inclusion dégra­dant consi­dé­ra­ble­ment les condi­tions de tra­vail des per­son­nels de l’Éducation nationale.

Ain­si, dans le seul et unique but de réa­li­ser des éco­no­mies bud­gé­taires, le gou­ver­ne­ment rem­place des struc­tures avec des per­son­nels spé­cia­li­sés par des dis­po­si­tifs. C’est notam­ment le cas avec les RASED dont l’existence est mena­cée. C’est aus­si le cas avec les ULIS dans les col­lèges et lycées professionnels.

De plus, en lieu et place de l’organisation de for­ma­tions d‘enseignants spé­cia­li­sés, le gou­ver­ne­ment a créé un CAPPEI sans valeur et pro­cède au recru­te­ment d’AESH, per­son­nels en situa­tion pré­caire et sous payés.

Tou­jours dans sa logique d’économies, au détri­ment de l’avenir des élèves, au détri­ment de la san­té des per­son­nels, le minis­tère encou­rage la remise en cause des EREA et notam­ment des inter­nats enca­drés par des ensei­gnants for­més. Il remet en cause éga­le­ment les SEGPA, pré­fé­rant inclure sys­té­ma­ti­que­ment les élèves qui en rele­vaient jusque-là.

Ain­si cette dégra­da­tion constante conduit des cen­taines et des cen­taines d’enseignants à ne plus sup­por­ter cette dété­rio­ra­tion de leurs condi­tions de tra­vail qui mettent par­fois leur sécu­ri­té ain­si que celle des autres élèves en danger.

La FNEC FP-FO constate d’ailleurs que, cette année, plu­sieurs grèves ont écla­tées dans des écoles où les per­son­nels n’en pou­vaient plus, ce qui a contraint les repré­sen­tants du ministre à trou­ver des solu­tions de reclas­se­ment des élèves « hau­te­ment per­tur­ba­teurs » dans des IME et IMPro, démon­trant au pas­sage l’impérieuse néces­si­té de main­te­nir ces structures.

Dans les CHS CT, ce sont des cen­taines de dos­siers qui sont pré­sen­tés par les per­son­nels, conseillés uti­le­ment il est vrai, par les syn­di­cats FO.

Pour la FNEC FP-FO, les pro­blèmes ren­con­trés sur la ques­tion de l’inclusion sco­laire sys­té­ma­tique sont insé­pa­rables de ceux posés à tous les fonc­tion­naires. Ain­si là où la spé­cia­li­sa­tion des per­son­nels serait indis­pen­sable, le ministre répond par la créa­tion d’emplois pré­caires non sta­tu­taires et sous-payés.

Là où les struc­tures « classes » sont indis­pen­sables, le ministre répond par la créa­tion de « dis­po­si­tifs » des­ti­nés à faire des éco­no­mies et à culpa­bi­li­ser les per­son­nels en leur fai­sant por­ter la res­pon­sa­bi­li­té de la situation.

Et, comble de la dupli­ci­té, le gou­ver­ne­ment n’hésite pas à évo­quer l’égalité de trai­te­ment entre élèves, quand dans le même temps, il fait pas­ser en force la réforme du bac, ins­tau­rant l’inégalité de trai­te­ment entre éta­blis­se­ments comme la règle de fonc­tion­ne­ment, satis­fai­sant ain­si les exi­gences du patronat.

Cepen­dant le 22 mars, les ensei­gnants étaient en grève pour reje­ter ces orien­ta­tions de déman­tè­le­ment des ser­vices publics et des statuts.

C’est pour­quoi, compte tenu de cette situa­tion, la FNEC FP-FO s’adresse au ministre de l’Éducation natio­nale pour lui deman­der d’ouvrir des négo­cia­tions dans les meilleurs délais. Il est urgent d’inverser la tendance.

A l’occasion de cette confé­rence, la FNEC FP FO rap­pelle son exigence :

- du réta­blis­se­ment du droit à un ensei­gne­ment spé­cia­li­sé pour les élèves dont la situa­tion l’exige, ce qui signi­fie le retour à une orien­ta­tion au cas par cas des élèves selon la nature et le degré de leur handicap.

- du réta­blis­se­ment et de la créa­tion de tous les postes, struc­tures et éta­blis­se­ments en fonc­tion des besoins, ain­si que le retour à une réelle for­ma­tion des ensei­gnants exer­çant dans l’enseignement spécialisé.

- de l’intégration de tous les per­son­nels accom­pa­gnants des élèves en situa­tion de han­di­cap dans un corps de la fonc­tion publique d’Etat.

Pour blo­quer le « choc des savoirs » et les plans du gou­ver­ne­ment contre le Sta­tut, pour nos reven­di­ca­tions : AG par­tout dès la rentrée !

Réforme des lycées pro, « choc des savoirs », SNU, uni­forme, acte 2 de l’école inclu­sive, sup­pres­sions de postes, ter­ri­to­ria­li­sa­tion : le gou­ver­ne­ment mul­ti­plie les mau­vais coups contre l’École publique. En face, les per­son­nels et les parents d’élèves…

Concours et for­ma­tion des ensei­gnants : un pro­jet inacceptable !

Dans son dis­cours du 5 avril, le pré­sident de la Répu­blique a annon­cé la mise en place d’« écoles nor­males du XXIe siècle ». Rien de plus trom­peur que cette for­mule publi­ci­taire, qui cache en réa­li­té la pour­suite de la des­truc­tion de la formation…

Acte 2 de l’École inclu­sive : vote majo­ri­taire CONTRE le déman­tè­le­ment des éta­blis­se­ments sociaux et médico-sociaux

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 3 avril, le minis­tère a pré­sen­té un pro­jet de décret fixant les moda­li­tés de fonc­tion­ne­ment en « dis­po­si­tif inté­gré » des éta­blis­se­ments et ser­vices médi­co- sociaux (ESMS) qui signe­raient une conven­tion-cadre au…

Le « choc des savoirs », c’est aus­si la des­truc­tion de nos statuts !

Confron­té à une résis­tance achar­née des per­son­nels et des parents d’élèves, en Seine-Saint- Denis et ailleurs, le gou­ver­ne­ment, seul contre tous, a publié le décret et la note de ser­vice rela­tifs à la mise en place des groupes de niveau en mathé­ma­tiques et en…

Appel à la grève le 2 avril : Contre le pas­sage en force du gou­ver­ne­ment, AG pour déci­der la grève et sa reconduction !

Le gou­ver­ne­ment Macron-Attal mul­ti­plie les coups de force ! Après avoir déci­dé de tailler à la hache dans les bud­gets publics – 10 mil­liards de coupes – le gou­ver­ne­ment a publié les textes sur le « choc des savoirs » le 17 mars. Ce nou­veau coup de force ne…

Seuls contre tous, Attal et Bel­lou­bet publient les textes sur le « choc des savoirs » ! Le pas­sage en force, le mépris, ça suffit !

Alors que depuis jan­vier, à tra­vers tout le pays, les per­son­nels se mobi­lisent avec les parents d’élèves, par tous les moyens (motions, opé­ra­tions « éta­blis­se­ment désert », grèves, ras­sem­ble­ments…), pour expri­mer leur refus du « choc des savoirs » et de ses…

Face au rejet que sus­citent ses déci­sions, iso­lé, Gabriel Attal mul­ti­plie les pro­vo­ca­tions et enfonce le clou sur le « choc des savoirs »

Plu­tôt que de répondre à la colère géné­rale pro­vo­quée par les sup­pres­sions de postes et les fer­me­tures de classes, les 700 mil­lions de coupes bud­gé­taires, les contre-réformes, le gel du point d’indice, Gabriel Attal conti­nue de mettre la pres­sion sur l’École…

Soli­da­ri­té totale avec les per­son­nels du lycée B. Cen­drars à Sevran (93) Annu­la­tion des convocations !

Absence de pla­fond, manque de tables, chaises en mau­vais état, pas de lumière dans les toi­lettes, ascen­seur en panne depuis plus d’un an, pas de chauf­fage dans les salles de cours ni de rem­pla­çants lorsque les pro­fes­seurs sont absents, classes surchargées,…

Après la pro­vo­ca­tion du Pre­mier ministre Attal, met­tons par­tout en dis­cus­sion la grève pour rejoindre nos col­lègues de Seine-Saint-Denis !

« À par­tir de la ren­trée pro­chaine, en fran­çais et en mathé­ma­tiques, en sixième et en cin­quième dans un pre­mier temps, les élèves seront dans des groupes de niveau avec des élèves du même niveau », « C’était et ça reste une très bonne idée et ça va être…

La mobi­li­sa­tion s’organise contre la casse de l’École Per­son­nels et parents d’élèves se réunissent et dis­cutent des moyens de faire plier la ministre

Le jeu­di 7 mars, plus de 5 000 col­lègues ont mani­fes­té à Paris sous les fenêtres du minis­tère : per­son­nels de col­lèges, de lycées, d’écoles venus de toutes les com­munes de Seine-Saint-Denis, pour beau­coup en grève depuis plus d’une semaine. Depuis une…