Inclu­sion sco­laire sys­té­ma­tique : demande d’audience en urgence

25 Nov, 2022Ensei­gne­ment spécialisé

Mon­treuil, le 25 novembre 2022
Mon­sieur Pap NDIAYE
Ministre de l’Education natio­nale et de la Jeu­nesse
110 rue de Gre­nelle 75357 PARIS 07 SP

Objet : Inclu­sion sco­laire sys­té­ma­tique – demande d’audience en urgence

Mon­sieur le ministre,

La FNEC FP-FO vous demande audience pour évo­quer avec vous les consé­quences de l’inclusion sco­laire sys­té­ma­tique et por­ter la demande de créa­tion mas­sive de places dans les éta­blis­se­ments sociaux et médi­co-sociaux. Les infor­ma­tions qui remontent à notre Fédé­ra­tion sont en effet par­ti­cu­liè­re­ment alarmantes.

En Indre-et-Loire, par exemple, il a été annon­cé au CDEN que pour cette année 1 100 élèves sont en attente de places en ITEP, IME ou SESSAD.

L’année der­nière, en 2021–2022, 184 élèves de l’Ain et 654 élèves du Rhône béné­fi­ciant d’une noti­fi­ca­tion pour être sco­la­ri­sés dans un éta­blis­se­ment social ou médi­co-social ne pou­vaient y être sco­la­ri­sés faute de places. Tou­jours dans l’Ain, les délais pour une place en SESSAD noti­fiée par la MDPH s’allongent et peuvent être de 6 à 8 ans. Dans l’Eure, un élève béné­fi­ciant d’une noti­fi­ca­tion en IME ou en ITEP doit attendre entre 2 et 5 ans pour y trou­ver une place. Même constat dans les Landes où le CDEN du 7 novembre a adop­té un avis deman­dant aux auto­ri­tés publiques « de prendre, dans les meilleurs délais, toutes les mesures néces­saires et indis­pen­sables pour une aug­men­ta­tion sen­sible du nombre de places dans les struc­tures médi­co­so­ciales du dépar­te­ment. » Dans l’Hérault, notre syn­di­cat le SNUDI-FO 34 a pris l’initiative d’une péti­tion exi­geant la créa­tion de 1 000 places en éta­blis­se­ments spécialisés.

La situa­tion aujourd’hui est inte­nable dans les écoles et les éta­blis­se­ments dits « ordi­naires ». Les mil­liers d’élèves qui béné­fi­cient d’une noti­fi­ca­tion pour être sco­la­ri­sés en ITEP, en IME, en IMPro… et qui ne peuvent y être affec­tés faute de places se retrouvent dans le « meilleur » des cas en ULIS (à la place d’élèves qui, eux, relèvent d’ULIS) et le plus sou­vent dans des classes, sou­vent bien char­gées, avec ou sans AESH.

Et au-delà des situa­tions attes­tées, c’est toute la ques­tion des besoins des élèves non pris en charge qui est sou­le­vée, les parents ne fai­sant pas tou­jours les démarches d’une recon­nais­sance des dif­fi­cul­tés de leur enfant et des affec­ta­tions d’élèves étant réa­li­sées sans prise en compte de leurs pro­blé­ma­tiques de san­té ou de leurs troubles com­por­te­men­taux, pour­tant signa­lés par les équipes.

D’autres élèves, qui peuvent eux tout à fait être sco­la­ri­sés dans des écoles ou éta­blis­se­ments dits « ordi­naires », ne béné­fi­cient pas de l’accompagnement dont ils auraient besoin du fait des noti­fi­ca­tions MDPH mutua­li­sées, du nombre d’heures d’accompagnement attri­buées par élève qui dimi­nue sans cesse, notam­ment depuis la mise en place des PIAL, et du manque criant d’AESH, per­son­nels qui ne béné­fi­cient tou­jours pas d’un vrai sta­tut et d’un vrai salaire. Les consé­quences sont dra­ma­tiques, en pre­mier lieu pour ces élèves en situa­tion de han­di­cap, qui se retrouvent sou­vent en grande souf­france, mais aus­si pour les autres élèves et pour les per­son­nels, qui ne peuvent plus ensei­gner et assu­rer les pro­grès de tous leurs élèves. Les condi­tions d’apprentissage des élèves et les condi­tions de tra­vail des per­son­nels, ensei­gnants ou AESH, sont ain­si dégra­dées par­fois de manière insup­por­table. Et ce n’est pas le Pial, impo­sé à tous et pré­sen­té comme la pana­cée, qui va per­mettre la réso­lu­tion de ces pro­blé­ma­tiques. Ce dis­po­si­tif n’est qu’un trans­fert de res­pon­sa­bi­li­té vers les éta­blis­se­ments, désor­mais seuls en pre­mière ligne face aux dif­fi­cul­tés d’exer­cice des AESH et à l’in­com­pré­hen­sion et le mécon­ten­te­ment des familles.

La situa­tion est tout aus­si insup­por­table dans les lycées pro­fes­sion­nels qui accueillent 75% des élèves à besoins par­ti­cu­liers en lycée, sans pour autant rece­voir 75% des moyens. La mutua­li­sa­tion y est deve­nue la règle. La voie pro­fes­sion­nelle est le récep­tacle de tous les élèves dont l’École ne peut assu­mer le pro­jet, une voie par défaut pour ces jeunes que l’on ne sait plus orien­ter, dont bon nombre ne peut par­tir en période de for­ma­tion en milieu pro­fes­sion­nel faute d’accompagnement.

Par­tout les ensei­gnants spé­cia­li­sés, les PsyEN, les infir­mières et les méde­cins de l’Education natio­nale manquent. Pour ceux qui sont en place, l’inclusion sys­té­ma­tique entraîne un glis­se­ment des tâches qui les empêchent d’accomplir leur mission.

Vous ne pou­vez pas igno­rer ces situa­tions qui se mul­ti­plient. Les registres san­té et sécu­ri­té au tra­vail, les registres dan­ger grave et immi­nent, rem­plis en nombre par des col­lègues à bout, en attestent.

Pour la FNEC FP-FO chaque élève en situa­tion de han­di­cap a droit à des condi­tions d’apprentissage adap­tées, en classe dite « ordi­naire » lorsque c’est pos­sible avec les heures d’accompagnement néces­saires, et en éta­blis­se­ment social et médi­co-social lorsque ça ne l’est pas et que ces élèves dis­posent d’une noti­fi­ca­tion. Ne pas res­pec­ter ces droits s’apparente à de la mal­trai­tance. Pour la FNEC FP-FO, chaque ensei­gnant, chaque AESH, a le droit d’exercer ses fonc­tions sans avoir à subir quo­ti­dien­ne­ment dans la classe des situa­tions inte­nables. Cela doit s’arrêter. Tout comme doit s’arrêter l’insupportable culpa­bi­li­sa­tion des per­son­nels qui signalent des inci­dents graves dans leur classe et que l’institution ren­voie bien sou­vent à leur pédagogie.

La sco­la­ri­sa­tion de cer­tains élèves en situa­tion de han­di­cap dans des éta­blis­se­ments sociaux et médi­co-sociaux a certes un coût, sans doute bien plus éle­vé que dans une classe ordi­naire, mais, à ne pas déci­der d’un plan mas­sif de créa­tions de places dans ces éta­blis­se­ments, à ne pas recru­ter et for­mer mas­si­ve­ment des per­son­nels pour y exer­cer, vous por­te­riez la res­pon­sa­bi­li­té de l’amplification de la catas­trophe en cours dans les écoles et les établissements.

Il y a urgence. Nous vous deman­dons de rece­voir en urgence une délé­ga­tion de la FNEC FP-FO sur ces questions.

Je vous prie d’agréer, Mon­sieur le ministre, l’assurance de ma par­faite considération.

Clé­ment POULLET, secré­taire géné­ral de la FNEC FP-FO

Le 31 jan­vier : une lame de fond ! AG par­tout pour ampli­fier la mobi­li­sa­tion inter­pro­fes­sion­nelle et dis­cu­ter des suites !

Après le coup de semonce du 19 jan­vier, la mobi­li­sa­tion contre la réforme des retraites s’est inten­si­fiée le 31 jan­vier avec près de 3 mil­lions de sala­riés du public comme du pri­vé, de jeunes et retrai­tés pré­sents dans les cor­tèges par­tout sur le territoire…

FO décide de quit­ter les concer­ta­tions du ministre Ndiaye visant à ins­ti­tuer un « pacte » avec les enseignants

Se résoudre à perdre de l’argent ?Le ministre Ndiaye a démar­ré un nou­veau cycle de concer­ta­tions concer­nant la « reva­lo­ri­sa­tion » des per­son­nels ensei­gnants. Dès la pre­mière réunion, il confirme que cette « reva­lo­ri­sa­tion » ne sera qu’indemnitaire et non…

Décla­ra­tion de la dépu­tée Gui­chard sur les AESH : une honte ! La FNEC FP-FO réagit

Mme Claire Gui­chard, dépu­tée « Renais­sance » s’est expri­mée à l’Assemblée natio­nale à pro­pos des AESH : “Vous oubliez, chers col­lègues que la vie est faite de choix. Les AESH choi­sissent ce sta­tut pour avoir les mer­cre­dis et les vacances sco­laires, et elles…

Retraites, salaires… la coupe est pleine ! Tous en grève mar­di 31 jan­vier ! Tous aux AG pour déci­der la recon­duc­tion pour gagner !

La FNEC FP-FO a par­ti­ci­pé à un groupe de tra­vail sur la « reva­lo­ri­sa­tion » annon­cée par le ministre Ndiaye aux ensei­gnants. Qu’en est-il ? Alors que l’inflation explose, que, selon les médias, le panier des 37 pro­duits du quo­ti­dien a vu son prix aug­men­ter de…

Les pro­fes­seurs des écoles veulent un peu de sous en plus ? Qu’ils aillent ensei­gner en col­lège en plus de leur classe à la place des pro­fes­seurs de techno !

Alors qu’il pour­suit sa poli­tique de casse de l’École en sup­pri­mant 2000 postes d’enseignants à la ren­trée 2023, le ministre Ndiaye, déplo­rant avec des larmes de cro­co­dile que « les résul­tats des éva­lua­tions d’entrée en sixième sont pro­blé­ma­tiques », annonce…

Deux mil­lions ont dit dans tout le pays : Pas ques­tion de prendre 2 ans ferme ! AG pour déci­der des suites et obte­nir le RETRAIT !

Dans toute la France, plus de deux mil­lions de mani­fes­tants sont des­cen­dus dans la rue à l’appel des confé­dé­ra­tions. La grève pour le retrait de la réforme Macron-Borne a été mas­sive dans de nom­breux sec­teurs du public et du pri­vé, encore plus sui­vie que le 5…

Compte ren­du de la concer­ta­tion minis­té­rielle du 18 jan­vier 2023 « Reva­lo­ri­sa­tion et attrac­ti­vi­té du métier enseignant »

Le ministre Ndiaye a invi­té les orga­ni­sa­tions syn­di­cales le 18 jan­vier 2023 pour ouvrir un nou­veau cycle de concer­ta­tion sur les salaires des seuls ensei­gnants. Après avoir van­té le bud­get 2023, pour­tant adop­té par le 49–3 et qui sup­prime 2 000 postes…

Tous en grève à par­tir du 19 jan­vier pour le retrait de la réforme des retraites !

Mal­gré l’opposition de la tota­li­té des orga­ni­sa­tions syn­di­cales et de la grande majo­ri­té de la popu­la­tion, la pre­mière ministre E. Borne a annon­cé sa réforme des retraites. Tous les per­son­nels nés après le 1er sep­tembre 1961 seraient tou­chés. L’âge légal de…

Com­mu­ni­qué inter­syn­di­cal retraites : pre­mière jour­née de mobi­li­sa­tion le 19 janvier

La Pre­mière Ministre a annon­cé ce 10 jan­vier 2023 le report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans avec une accé­lé­ra­tion de l’augmentation de la durée de coti­sa­tion. Cette réforme va frap­per de plein fouet l’ensemble des tra­vailleurs et…

Loi 3 DS dans les EPLE : les conseils d’administration ne doivent pas vali­der les conventions !

L’adjoint ges­tion­naire a un rôle fon­da­men­tal aux côtés des per­son­nels de direc­tion pour la ges­tion maté­rielle et finan­cière des EPLE, et pour résis­ter à cer­taines pres­sions de la col­lec­ti­vi­té locale de rat­ta­che­ment, Dépar­te­ment ou Région. La loi 3DS a franchi…