Grève puis­sante dans l’Éducation natio­nale ce jeu­di 1er février : Pour faire céder la ministre sur nos reven­di­ca­tions, dis­cu­tons des suites main­te­nant, dis­cu­tons de l’action efficace !

2 Fév, 2024Com­mu­ni­qué

Dans le 1er comme dans le 2d degré, les per­son­nels ont fait mas­si­ve­ment grève à l’appel de la FNEC FP- FO, la FSU, la CGT Educ’action, Sud Édu­ca­tion. La CFDT et l’UNSA ont éga­le­ment appe­lé à la mobilisation.

Dans toute la France, des cor­tèges impo­sants ont ras­sem­blé des dizaines de mil­liers de per­son­nels de toutes caté­go­ries, y com­pris des chefs d’établissements et des ins­pec­teurs, pour expri­mer leur colère et leurs reven­di­ca­tions. Le rejet des poli­tiques menées contre l’École et ses per­son­nels était pré­sent à tra­vers des slo­gans tels que : « Amé­lie, tu casses, tu répares ! » ou encore : « On veut du fric pour l’École publique ! » De nom­breux lycéens ont pris part aux mobi­li­sa­tions, exi­geant notam­ment, comme leurs pro­fes­seurs : l’abandon du SNU, le retrait de la réforme des lycées pro­fes­sion­nels et de Parcoursup !

À Paris, les 15 000 mani­fes­tants sont allés en direc­tion du ministère.

Le minis­tère a accep­té de rece­voir une délé­ga­tion des quatre syn­di­cats signa­taires de l’appel en Région pari­sienne. Deux repré­sen­tants FO ont posé les cahiers de reven­di­ca­tions auprès de la conseillère sociale de la ministre. Ils ont fait part de l’immense colère des per­son­nels de toutes caté­go­ries face à l’effondrement de leur pou­voir d’achat, aux moyens insuf­fi­sants (sup­pres­sions de postes, de classes et d’heures…). Ils ont clai­re­ment signi­fié le refus du « choc des savoirs » qui sup­prime des heures et désor­ga­nise les éta­blis­se­ments… FO a trans­mis les dizaines de motions issues des réunions syn­di­cales, chif­frant pré­ci­sé­ment les besoins, les heures, les postes qui manquent par­tout… Les reven­di­ca­tions de l’appel inter­syn­di­cal natio­nal ont été rap­pe­lées : de véri­tables aug­men­ta­tions sala­riales, l’abandon du pacte, l’abandon des mesures de l’acte 2 de l’École inclu­sive, un sta­tut pour les AESH et les AED, l’annulation des sup­pres­sions de postes, et l’exigence de retrait de la réforme de la voie professionnelle.

La conseillère sociale a défen­du la poli­tique menée par la ministre. Concer­nant les sup­pres­sions de postes et de classes, elle ren­voie la res­pon­sa­bi­li­té sur les DASEN et les recteurs.

Dans un dépar­te­ment, du jamais vu un jour de grève : le DASEN n’a pas vou­lu ren­con­trer les syn­di­cats. Devant les grilles de la cour de la DSDEN fer­mée, des mani­fes­tants ont ten­té de for­cer le pas­sage. L’in­ter­syn­di­cale a dépo­sé un cour­rier adres­sé au DASEN : ” En cette période, tout laisse à pen­ser que seul le blo­cage per­met de se faire entendre : est-ce là la piste vers laquelle vous nous invi­tez à nous diri­ger ? ” Au soir de la puis­sante grève du 1er février, c’est cette ques­tion qui est posée partout.

Les per­son­nels recherchent les moyens de l’action effi­cace pour gagner. Ils veulent en découdre. Les jour­nées d’action iso­lées, aus­si puis­santes soient-elles, suf­fi­ront-elles pour gagner ?

La FNEC FP-FO appelle les per­son­nels à se réunir dès main­te­nant sur leur lieu de tra­vail pour dis­cu­ter des suites de la grève du 1er février. Elle rap­pelle qu’un pré­avis de grève court jusqu’aux congés d’hiver.

Par­tout se déroulent des mobi­li­sa­tions pour défendre des postes, des classes…
FO sou­tien­dra toutes les ini­tia­tives prises pour la satis­fac­tion des reven­di­ca­tions (recon­duc­tion de la grève, blo­cage d’é­coles, ras­sem­ble­ments, délé­ga­tions en direc­tion des repré­sen­tants de la ministre…).

Grève dès la ren­trée en Seine-Saint-Denis : « On ne veut pas attendre ! Les reven­di­ca­tions, c’est maintenant ! »

« Pas de moyens ? Pas de ren­trée ! » C’est sur ce mot d’ordre que, dans de très nom­breux éta­blis­se­ments de Seine-Saint-Denis, les col­lègues ont déci­dé de se mobi­li­ser, de se mettre en grève ce lun­di 26 février, jour de ren­trée. Ce matin, dans plusieurs…

10 mil­liards de coupes sup­plé­men­taires au bud­get, des mil­liers de postes mena­cés… Ça suf­fit ! Par­tout, dis­cu­tons de la grève pour blo­quer le gouvernement !

La tra­duc­tion bud­gé­taire des décla­ra­tions du ministre Le Maire, annon­çant un plan d’économie sans pré­cé­dent de 10 mil­liards d’euros sur le dos des ser­vices publics et des per­son­nels n’a pas tar­dé. Les décrets qui mettent en œuvre et déclinent ces annonces par…

Rejet mas­sif du « choc des savoirs » : dis­cu­tons de la grève pour le bloquer

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février, 6 textes sur le « choc des savoirs » ont été pré­sen­tés. La FNEC FP-FO a voté contre l’ensemble des textes, comme la grande majo­ri­té des membres du CSE. Ce « choc contre les savoirs » s’inscrit dans la…

Compte-ren­­du de l’audience avec la ministre Bel­lou­bet le 15 février 2024

La FNEC FP-FO a été reçue par la nou­velle ministre de l’Education natio­nale Bel­lou­bet le jeu­di 15 février 2024. La ministre a pré­ci­sé qu’il s’agissait d’une pre­mière ren­contre, qu’elle n’était pas en capa­ci­té d’apporter des réponses à toutes nos questions. «…

Ces­­sez-le-feu et arrêt des mas­sacres en Pales­tine comme en Ukraine !

La FNEC FP-FO a pris connais­sance du com­mu­ni­qué inter­syn­di­cal natio­nal inti­tu­lé « Soli­da­ri­té avec la résis­tance des tra­vailleurs ukrai­niens » et appe­lant à mani­fes­ter le 24 février pour sou­te­nir l’Ukraine contre la Rus­sie. Elle note que cet appel n’a pas été…

Décla­ra­tion FO au Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février 2024 (« choc des savoirs »)

Mon­sieur le pré­sident, Mes­dames et Mes­sieurs, Le Conseil Supé­rieur de l’Éducation convo­qué aujourd’hui se réunit alors que depuis 4 mois, la popu­la­tion pales­ti­nienne se fait mas­sa­crer par les bom­bar­de­ments israé­liens, avec des dizaines de mil­liers de morts…

Le gou­ver­ne­ment nous laisse-t-il le choix ? Assem­blées Géné­rales et réunions syn­di­cales par­tout pour déci­der et s’organiser en vue de le bloquer

La grève très lar­ge­ment sui­vie le 1er février a expri­mé l’immense colère des per­son­nels de l’Éducation natio­nale face au sac­cage de l’École publique par le gou­ver­ne­ment Macron-Attal-Oudéa-Cas­té­ra. Comme des mil­lions de sala­riés, ils refusent l’effondrement de…

Les agri­cul­teurs veulent blo­quer le gou­ver­ne­ment : n’est-ce pas le moment ?

La colère gronde dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices, avec les annonces de sup­pres­sions de classes et de postes, l’escroquerie du “choc des savoirs” qui va désor­ga­ni­ser les éta­blis­se­ments, les mesures gou­ver­ne­men­tales contre le Sta­tut, contre…

Des mil­liers sous les fenêtres de la ministre pour défendre l’enseignement spé­cia­li­sé et les AESH !

Ce jeu­di 25 jan­vier, des mil­liers de per­son­nels de l’Éducation natio­nale, du sec­teur social et médi­co-social, agents ter­ri­to­riaux et hos­pi­ta­liers, per­son­nels de l’enseignement agri­cole, des parents d’élèves, de toute la France, sont venus crier leur colère à…

Soli­da­ri­té totale avec les agriculteurs

La FNEC FP-FO tient tout d’abord à appor­ter son sou­tien à la famille de l’agricultrice et de sa fille décé­dées tra­gi­que­ment mar­di matin lors de la mobi­li­sa­tion des agri­cul­teurs. Notre soli­da­ri­té est totale avec cette cor­po­ra­tion qui se mobi­lise contre les…