Grève le 10 octobre dans la fonction publique Mobilisation interprofessionnelle en novembre (Éditorial du SI 202 )

4 Oct, 2017 | Actualités, Communiqué

Les ordonnances sur le code du travail adoptées par le conseil des ministres seraient ratifiées par un vote de l’assemblée nationale autour du 20 novembre.

Contre les ordonnances, le comité confédéral national (CCN) a décidé de prendre l’initiative d’une mobilisation interprofessionnelle avant cette ratification. Cette décision est le prolongement de la revendication, confirmée par le CCN des 28 et 29 septembre, d’abrogation de la loi El-Khomri, destructrice des garanties collectives inscrites dans le code du travail et en particulier la hiérarchie des normes et le principe de faveur. La confédération va donc, dans les prochains jours, s’adresser aux autres confédérations pour leur proposer l’action commune sur ces objectifs et cette initiative. La démocratie syndicale s’est exprimée. Le CCN n’est ni un parlement ni un corps intermédiaire. Les représentants des fédérations et des unions départementales ont porté le mandat  des syndicats et des syndiqués de la cgt-FO.

Il s’agit là d’une décision très importante : prendre nos responsabilités contre une régression sociale sans précédent mettant en péril la capacité du syndicalisme confédéré à agir, c’est-à-dire son existence même.

Bloquer la ratification des ordonnances, c’est se donner les moyens de bloquer toute la politique de ce gouvernement -réformes en cours et réformes annoncées- : code du travail, assurance chômage,  retraites, formation professionnelle et apprentissage. Le menu est certes copieux mais il n’est pas sûr que ce gouvernement ait la force et la capacité de le mettre en œuvre, en particulier si l’action commune se réalise sur les revendications autour de l’initiative de Force Ouvrière.

Dans tous nos secteurs d’intervention, l’éducation nationale, l’enseignement supérieur et la recherche, l’enseignement privé, la culture, la formation professionnelle, à jeunesse et sports, la rentrée est marquée par la menace de ces projets et par la réalité quotidienne des mesures gouvernementales. Les postes et les moyens manquent. Les missions des personnels sont remises en cause. Le service républicain est affaibli, la réforme territoriale s’en prend à toute l’architecture de tous les services publics. Le ministre Blanquer et sa collègue de l’enseignement supérieur et de la recherche, suppriment les emplois aidés, s’en prennent au baccalauréat, prétendent instaurer la sélection à l’entrée des universités et confirment la politique de leurs prédécesseurs transformant l’école et l’université républicaines en écoles et universités des territoires.

A l’AFPA, les nuages s’amoncellent et toutes choses restant égales, la faillite et le dépôt de bilan risquent d’être l’aboutissement des multiples plans stratégiques ou de refondation qui ont démantelé l’AFPA en régionalisant la formation professionnelle. Dans ces conditions, les salariés et leurs organisations ont raison d’exiger des garanties pour leur avenir, ils n’attendent rien d’une nouvelle réforme qui voudrait poursuivre et achever les précédentes.

Rien n’échappe à cette politique, ni les programmes scolaires, ni les diplômes nationaux, ni les qualifications, ni les statuts des personnels, et pas même le calendrier scolaire !

En réalité, la politique salariale du gouvernement détermine tout le reste. Les ordonnances visent en définitive à diminuer le coût du travail, et dans la fonction publique la valeur du point d’indice est bloquée, la hausse de la CSG ne sera pas compensée, le jour de carence est imposé, et partout le salaire au mérite est substitué à la grille indiciaire. Même les maigres mesures catégorielles que le gouvernement avait dû concéder pour imposer le PPCR (refusé par Force Ouvrière) sont remises en cause ; le blocage de la valeur du point d’indice et l’évaluation imposée aux personnels sont, eux, confirmés !

En toute logique, contre ce saccage et ce mépris des personnels, les fédérations de fonctionnaires appellent à la grève et à la manifestation le 10 octobre prochain. Les syndicats Force Ouvrière vont tout mettre en œuvre pour le succès de la grève et des manifestations en multipliant les assemblées des personnels et réunions d’information.

Nous savons bien et les salariés savent aussi, qu’une journée de grève dans la fonction publique ne suffira pas et que c’est au niveau interprofessionnel, tous ensemble, public-privé, qu’il faut se préparer à bloquer le pays pour bloquer cette politique. En ce sens, la journée du 10 octobre prépare la mobilisation interprofessionnelle dont Force Ouvrière a pris l’initiative pour le mois de novembre. Il en va du maintien ou non de toutes nos garanties collectives, statuts, conventions collectives et code du travail. Il en va aussi de la place du syndicalisme indépendant.

1 800 suppressions de postes dans l’Éducation nationale : le ministre accélère le traitement de choc

Par voie de presse, le ministre Blanquer a annoncé la suppression de 1 800 postes dans le ministère de l’Éducation nationale sur le budget 2019. Blanquer suit le cap des contre-réformes fixé par le gouvernement Afin de baisser les dépenses de l’Etat et réduire les...

Voilà le bilan de M. Blanquer et de Mme Vidal : ils ont vidé les facs !

(COMMUNIQUE INTERFEDERAL FNEC FP-FO, FERC-CGT, FSU, Solidaires, UNEF, UNL) Jeudi 6 septembre, alors que la phase principale d’inscription via Parcoursup vient de se terminer, les ministres Vidal et Blanquer annoncent de concert que seuls 3 000 bacheliers sont sans...

Mobilisation interprofessionnelle le 9 octobre Face à la régression sociale, plus que jamais les revendications !

 Face à la volonté du gouvernement d’imposer coûte que coûte ses plans contre tous les droits collectifs des salariés et contre les services publics, les confédérations FO et CGT, avec Solidaires et les organisations de jeunesse appellent à la mobilisation...

Fusion des académies pour le 1er janvier 2020 : la FNEC FP-FO reçue au ministère

Suite aux annonces du ministère au mois de mai concernant l’organisation territoriale de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministre a adressé aux recteurs de « région académique » une lettre de mission pour la mise en œuvre de...

Contractuels : des conditions de rentrée inacceptables ! Pour FO il faut un vrai plan de titularisation pour tous les contractuels

Selon le rapport de la Cour des comptes daté de mars 2018, l’emploi de non-titulaires ne cesse d’augmenter dans l’Education nationale. Il représenterait 20 % des personnels. Les contractuels sont transformés en variables d’ajustement au moment où les concours de...

Le ministère des sports médaillé de CAP22

Dans la famille des services publics démantelés par le comité d’action publique 2022 (CAP22), je voudrais le plus rapide : le ministère des sports gagne une médaille en étant amputé de la moitié de ses effectifs ! La nouvelle est effectivement tombée vendredi matin :...

Qu’y a-t-il derrière l’évaluation des élèves, des établissements et des personnels ?

Le ministre de l’Éducation souhaite faire basculer l’école dans la « culture de l’évaluation ». A travers ce chantier, présenté comme « un puissant outil de transformation de l’école », se déclinent toutes les orientations gouvernementales du nouveau « contrat social...

Courrier de la FNEC FP-FO au ministre de l’Éducation nationale sur la contribution étudiante des stagiaires de l’ESPE

Monsieur Jean-Michel BLANQUER Ministre de l’Éducation nationale   Montreuil, le 28 août 2018 Monsieur le Ministre, La loi ORE institue une Contribution vie étudiante et campus (CVEC), destinée à « favoriser l’accueil et l’accompagnement social, sanitaire, culturel et...

Rentrée scolaire, rentrée sociale : le saccage et les mauvais coups doivent cesser

Pour le ministre Blanquer, la rentrée est placée sous le signe de la confiance pour poursuivre et consolider ce qu’il a engagé ! Quelle est la réalité ? Un quart des nouveaux bacheliers reste au bord de la route. Ils n’ont pas de place dans une formation universitaire...

Communiqué commun FSPS FO et FNEC FP-FO Non à l’universitarisation ! Non à Parcoursup ! Maintien des IFSI garant d’une véritable formation paramédicale !

 Les ministres de la santé et de l’enseignement supérieur ont annoncé, le 5 juillet, une nouvelle étape dans le processus d’universitarisation des formations en santé, en particulier celles des paramédicaux. Pour FO, celle-ci ne pourra que déboucher sur une...