Grève le 10 octobre dans la fonction publique Mobilisation interprofessionnelle en novembre (Éditorial du SI 202 )

4 Oct, 2017 | Actualités, Communiqué

Les ordonnances sur le code du travail adoptées par le conseil des ministres seraient ratifiées par un vote de l’assemblée nationale autour du 20 novembre.

Contre les ordonnances, le comité confédéral national (CCN) a décidé de prendre l’initiative d’une mobilisation interprofessionnelle avant cette ratification. Cette décision est le prolongement de la revendication, confirmée par le CCN des 28 et 29 septembre, d’abrogation de la loi El-Khomri, destructrice des garanties collectives inscrites dans le code du travail et en particulier la hiérarchie des normes et le principe de faveur. La confédération va donc, dans les prochains jours, s’adresser aux autres confédérations pour leur proposer l’action commune sur ces objectifs et cette initiative. La démocratie syndicale s’est exprimée. Le CCN n’est ni un parlement ni un corps intermédiaire. Les représentants des fédérations et des unions départementales ont porté le mandat  des syndicats et des syndiqués de la cgt-FO.

Il s’agit là d’une décision très importante : prendre nos responsabilités contre une régression sociale sans précédent mettant en péril la capacité du syndicalisme confédéré à agir, c’est-à-dire son existence même.

Bloquer la ratification des ordonnances, c’est se donner les moyens de bloquer toute la politique de ce gouvernement -réformes en cours et réformes annoncées- : code du travail, assurance chômage,  retraites, formation professionnelle et apprentissage. Le menu est certes copieux mais il n’est pas sûr que ce gouvernement ait la force et la capacité de le mettre en œuvre, en particulier si l’action commune se réalise sur les revendications autour de l’initiative de Force Ouvrière.

Dans tous nos secteurs d’intervention, l’éducation nationale, l’enseignement supérieur et la recherche, l’enseignement privé, la culture, la formation professionnelle, à jeunesse et sports, la rentrée est marquée par la menace de ces projets et par la réalité quotidienne des mesures gouvernementales. Les postes et les moyens manquent. Les missions des personnels sont remises en cause. Le service républicain est affaibli, la réforme territoriale s’en prend à toute l’architecture de tous les services publics. Le ministre Blanquer et sa collègue de l’enseignement supérieur et de la recherche, suppriment les emplois aidés, s’en prennent au baccalauréat, prétendent instaurer la sélection à l’entrée des universités et confirment la politique de leurs prédécesseurs transformant l’école et l’université républicaines en écoles et universités des territoires.

A l’AFPA, les nuages s’amoncellent et toutes choses restant égales, la faillite et le dépôt de bilan risquent d’être l’aboutissement des multiples plans stratégiques ou de refondation qui ont démantelé l’AFPA en régionalisant la formation professionnelle. Dans ces conditions, les salariés et leurs organisations ont raison d’exiger des garanties pour leur avenir, ils n’attendent rien d’une nouvelle réforme qui voudrait poursuivre et achever les précédentes.

Rien n’échappe à cette politique, ni les programmes scolaires, ni les diplômes nationaux, ni les qualifications, ni les statuts des personnels, et pas même le calendrier scolaire !

En réalité, la politique salariale du gouvernement détermine tout le reste. Les ordonnances visent en définitive à diminuer le coût du travail, et dans la fonction publique la valeur du point d’indice est bloquée, la hausse de la CSG ne sera pas compensée, le jour de carence est imposé, et partout le salaire au mérite est substitué à la grille indiciaire. Même les maigres mesures catégorielles que le gouvernement avait dû concéder pour imposer le PPCR (refusé par Force Ouvrière) sont remises en cause ; le blocage de la valeur du point d’indice et l’évaluation imposée aux personnels sont, eux, confirmés !

En toute logique, contre ce saccage et ce mépris des personnels, les fédérations de fonctionnaires appellent à la grève et à la manifestation le 10 octobre prochain. Les syndicats Force Ouvrière vont tout mettre en œuvre pour le succès de la grève et des manifestations en multipliant les assemblées des personnels et réunions d’information.

Nous savons bien et les salariés savent aussi, qu’une journée de grève dans la fonction publique ne suffira pas et que c’est au niveau interprofessionnel, tous ensemble, public-privé, qu’il faut se préparer à bloquer le pays pour bloquer cette politique. En ce sens, la journée du 10 octobre prépare la mobilisation interprofessionnelle dont Force Ouvrière a pris l’initiative pour le mois de novembre. Il en va du maintien ou non de toutes nos garanties collectives, statuts, conventions collectives et code du travail. Il en va aussi de la place du syndicalisme indépendant.

Sélection à l’université, baccalauréat à la carte, pour le retrait des contre-réformes : grève le 22 mars !

La FNEC FP-FO et le SNFOLC ont été reçus le 12 février par le ministre de l’Education nationale à la veille des annonces en Conseil des ministres. Le ministre reconnaît que ParcourSup, réforme du bac, du lycée et apprentissage font système. Il s’agit d’une réforme...

« Si vous écoutez les personnels, vous ne mettrez pas en œuvre cette réforme » a dit la FNEC FP-FO au ministre

La FNEC FP-FO et le SNFOLC ont été reçus le 30 janvier 2018 par le ministre de l'Education nationale qui consulte les organisations syndicales sur le rapport Mathiot avant sa communication officielle le 14 février au Conseil des ministres. Il a confirmé qu'en...

Plan étudiants, Parcoursup, Baccalauréat, Postes… : tout est lié !

1er février : mobilisation nationale des enseignants, des étudiants, des lycéens, à l’appel des fédérations FO, CGT, FSU, SUD, avec l’UNEF, UNL, UNL SD, SGL La loi sur l’orientation et la réussite des étudiants ? C’est la sélection à l’entrée à l’université. C’est la...

Aujourd’hui et demain, combattre la sélection à l’entrée de l’université

Ce 15 janvier ouvre Parcoursup, la nouvelle plateforme d'orientation post-bac. Derrière cette réforme d'apparence technique, mal préparée, imposée à marche forcée après l'échec programmé d'Admission post-bac (APB), se cache la mise en place de la sélection à l'entrée...

Encore une réduction des salaires nets pour 2018

En ce début d’année 2018, il est coutume de se souhaiter de bons vœux. Ce n’est pas vraiment ce que vient de faire le gouvernement envers les fonctionnaires en réduisant leur salaire net par plusieurs mesures. Si le gouvernement a décidé le report des quelques miettes...

Égalité femmes – hommes, respecter et améliorer le statut

Dans le cadre de la « grande cause du quinquennat » consacré à l’égalité entre les femmes et les hommes, le ministère avait invité les fédérations représentatives au CTM à un groupe de travail sur ce sujet. Derrière des intentions louables, se cachent des risques de...

Annonces ministérielles sur la laïcité : non aux tentatives de contournement de la loi de 1905 !

  La FNEC FP-FO a pris connaissance des déclarations et des intentions en matière de Laïcité, du ministre de l’Éducation nationale le 8 décembre dernier à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la loi de 1905 instituant la Laïcité de l’État, renforçant...

Jour de carence : c’est reparti à partir du 1er janvier !

L'Assemblée nationale a adopté, dans le cadre du budget d’austérité 2018, le rétablissement d'un jour de carence dans la Fonction publique en cas d'arrêt maladie, sous couvert d’une «égalité» privé/public, argument déjà avancé par le gouvernement Fillon en 2012, et...

Pourquoi FO ne signe pas la lettre ouverte intersyndicale ?

Le 10 octobre 2017, des milliers de fonctionnaires et agents publics étaient en grève et manifestaient à l’appel de l’ensemble des fédérations syndicales. Les revendications étaient claires : Augmentation de la valeur du point d’indice pour améliorer le pouvoir...

CTMEN du 20 décembre 2017 sur la répartition des moyens à la rentrée 2018 Pour le ministère il faut « réduire la facture » Pour FO il faut répondre aux revendications des personnels !

En conclusion du CTMEN du 20 décembre 2017, qui avait pour ordre du jour la présentation des moyens pour la rentrée 2018, le ministère a indiqué qu'il fallait « alléger la facture » et qu'on « entre dans un mécanisme de réduction », à la recherche de « pistes...