Face à la mobi­li­sa­tion, le ministre recon­naît l’urgence d’un recru­te­ment : IL FAUT DES POSTES STATUTAIRES !

19 Nov, 2020Com­mu­ni­qués

Temps de lec­ture : ( mots)

« Nous allons déployer plus d’assistants d’éducation plus de pro­fes­seurs rem­pla­çants dans le 1er degré comme dans le 2nd degré chaque fois que cela sera néces­saire » indi­quait le ministre Blan­quer lors de la confé­rence de presse gou­ver­ne­men­tale du 12 novembre liée à la situa­tion sanitaire.

Ces pro­pos se concré­tisent actuel­le­ment par des annonces de recru­te­ments d’enseignants contrac­tuels dans le 1er degré et d’assistants d’éducation (AED) dans les col­lèges et lycées :

  • Orléans-Tours : 221 contrac­tuels dans le 1er degré et 277 équi­va­lents temps plein (ETP) dévo­lus au recru­te­ment d’AED
  • Nor­man­die : 237 ETP
  • Bor­deaux : 277 contrac­tuels du 1er degré et 340 ETP pour les AED
  • Lyon : plus de 300 contrac­tuels dans le 1er degré
  • Tou­louse : 197 contrac­tuels dans le 1er degré

Ces ensei­gnants contrac­tuels et AED, cen­sés notam­ment pal­lier l’absence des ensei­gnants vul­né­rables au Covid19, sont recru­tés pour des CDD de trois mois !

Cette annonce confirme l’analyse de la FNEC FP-FO : oui il manque des per­son­nels dans les écoles et les éta­blis­se­ments et le ministre est bien obli­gé de le reconnaître !

Mais, au lieu de créer des postes en urgence, au lieu de recru­ter tous les can­di­dats aux concours ins­crits sur les listes com­plé­men­taires et réabon­der celles-ci, le ministre fait le choix d’avoir recours à des contrac­tuels pré­caires en CDD. Toute honte bue, les rec­teurs font même appel à des can­di­dats au concours de recru­te­ment des pro­fes­seurs des écoles ins­crits sur la liste com­plé­men­taire pour les recru­ter en tant que contrac­tuels en CDD pour 3 mois et non pas en tant que fonctionnaires !

Le prin­cipe des listes com­plé­men­taires, qui doivent nor­ma­le­ment per­mettre d’affecter des ensei­gnants fonc­tion­naires sta­giaires sur des postes vacants est donc tota­le­ment dévoyé, celles-ci se trans­for­mant en vivier de pré­caires dont le ministre et les rec­teurs pour­ront se débar­ras­ser quand bon leur semblera.

Pour la FNEC FP-FO, puisque le ministre recon­naît le manque de per­son­nels et se voit contraint d’embaucher les mil­liers de contrac­tuels, une évi­dence s’impose : ces per­son­nels recru­tés doivent immé­dia­te­ment deve­nir fonc­tion­naires stagiaires !

Dans le second degré, aucun recru­te­ment d’enseignant sup­plé­men­taire – titu­laire ou contrac­tuel – n’est pour l’instant annon­cé, les AED recru­tés devant être uti­li­sés pour assu­rer dans les col­lèges et les lycées l’accueil des élèves qui seraient contraints de suivre de l’enseignement à dis­tance dans le cadre de « la conti­nui­té pédagogique » !

Plu­tôt que de recru­ter de manière pérenne des ensei­gnants fonc­tion­naires d’État, pour faire bais­ser dura­ble­ment le nombre d’élèves par classe, pour assu­rer le rem­pla­ce­ment des ensei­gnants absents, le ministre fait donc le choix de l’uberisation de l’Éducation nationale.

Le 1er novembre les orga­ni­sa­tions FSU, FNEC FP-FO, SUD Édu­ca­tion, UNSA Édu­ca­tion, Sgen-CFDT, SNALC, CGT Educ’action, SNCL-FAEN, FCPE, FIDL et UNL deman­daient au ministre de « de pro­cé­der au recru­te­ment de ces per­son­nels dès la reprise du 2 novembre, en par­ti­cu­lier en ayant recours aux listes com­plé­men­taires des concours, et en réabon­dant les listes com­plé­men­taires lorsque cela s’avère néces­saire. » Cette exi­gence, réaf­fir­mée lors du conseil supé­rieur de l’éducation du
17 novembre, reste plus que jamais d’actualité !

Suite à aux der­nières annonces minis­té­rielles, la FNEC FP-FO s’adresse de nou­veau aux orga­ni­sa­tions syn­di­cales, aux fédé­ra­tions de parents d’élèves et aux syn­di­cats de lycéens pour leur pro­po­ser d’organiser dès main­te­nant des ini­tia­tives en direc­tion des rec­to­rats, des DSDEN et du ministre pour exiger :

  • Que tous les per­son­nels recru­tés à par­tir des listes com­plé­men­taires, abon­dées autant que néces­saire, le soient en tant que fonc­tion­naires stagiaires,
  • Que tous les besoins en postes, en classes, et en heures d’enseignement soient satisfaits,
  • Que tous les AED recru­tés deviennent des moyens pérennes : pas de contrat klee­nex de trois mois !
  • Que tous les contrac­tuels qui le sou­haitent soient titularisés !

La FNEC FP-FO appelle les per­son­nels à se réunir pour faire valoir ces revendications.

Mon­treuil, le 19 novembre 2020

Inter­pel­la­tions poli­cières, gardes à vue : la réponse du gou­ver­ne­ment aux lycéens est inadmissible !

La FNEC FP-FO condamne avec la plus grande fer­me­té l’interpellation par les forces de l’ordre du pré­sident de la FIDL, Sacha HALGAND, le mer­cre­di 5 mai. Il a été inter­pel­lé alors qu’il mani­fes­tait devant le lycée Saint-Exu­pé­ry à Mantes-la-Jolie pour dénon­cer les…

Bre­vet et Bac­ca­lau­réat : le ministre place les per­son­nels et les élèves dans une situa­tion impos­sible ! Il doit prendre ses responsabilités

La double peine pour les élèves et les per­son­nels Des mois de cours sup­pri­més, une pré­pa­ra­tion aux exa­mens dif­fé­rente d’un éta­blis­se­ment à un autre, un enchaî­ne­ment de confi­ne­ment, décon­fi­ne­ment et un ensei­gne­ment hybride dégra­dé… Les lycéens, avec leurs parents, se…

AESH : plus que jamais déter­­mi­­né-es, en grève le jeu­di 3 juin !

L’intersyndicale natio­nale CGT éduc’action, FNEC-FP-FO, FSU, SNALC, SNCL-FAEN, SUD édu­ca­tion appelle à une nou­velle jour­née de grève le 3 juin pour obte­nir satis­fac­tion aux reven­di­ca­tions légi­times des AESH pour l’amélioration des salaires et la créa­tion d’un…

Vio­lences inad­mis­sibles contre la CGT : Sou­tien sans faille à nos cama­rades ! Pas touche au droit de manifester !

La mani­fes­ta­tion du 1er mai à Paris, comme ailleurs, a été mar­quée par des cor­tèges mas­sifs et déter­mi­nés. En plein état d’urgence, des dizaines de mil­liers de mani­fes­tants se sont mobi­li­sés sur leurs reven­di­ca­tions, sur les reven­di­ca­tions des organisations…

Jour­née inter­na­tio­nale des tra­vailleurs du 1er mai 2021 : pour les liber­tés syn­di­cales, pour défendre nos conquêtes sociales !

Au congrès de l’Internationale de l’Éducation en 2019, la réso­lu­tion por­tée par FNEC-FP FO/France, SNE­TAA-FO/­France, F‑SYNTER/Burkina Faso,SYNAFEN/Niger, SNAPEST/Algérie, UNPEF/Algérie, GEW/Allemagne, EGITIMSEN/Turquie, OLME/Grèce et KTOEOS/Chypre consta­tait que «…

Par­cour­sup + tam­pon « 100 % pré­sen­tiel » = inéga­li­tés multipliées

La FNEC FP-FO a appris que des éta­blis­se­ments du second degré appo­saient sur les dos­siers de lycéens dépo­sés dans Par­cour­sup la men­tion que les cours sui­vis l’avaient été en tota­li­té en pré­sen­tiel, « 100 % pré­sen­tiel » ! Ain­si, les bache­liers des lycées publics, qui…

Aug­men­ta­tion du temps de tra­vail et dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail pour les per­son­nels du CNED : pour FO, c’est tou­jours NON !

A la suite de l’annonce de la direc­tion géné­rale du CNED de remettre en cause les accords de 2002 concer­nant le temps de tra­vail des per­son­nels du CNED, plus de 200 col­lègues, per­son­nels sur site et ensei­gnants en poste adap­té étaient réunis en assem­blée géné­rale les…

Reprise du 26 avril : le ministre pré­tend répondre aux inquié­tudes des per­son­nels, FO appelle à l’action com­mune sur les reven­di­ca­tions ! Exemplaire

A la veille de la reprise, le gou­ver­ne­ment pré­tend répondre aux inquié­tudes des per­son­nels en décré­tant des mesures « sani­taires », comme l’extension des demi-jauges au col­lège, la fer­me­ture d’une classe dès le pre­mier cas de Covid, la géné­ra­li­sa­tion de…

Compte-ren­­du du CTMEN du 7 avril 2021

Décla­ra­tion limi­naire de la FNEC FP-FO : Depuis une semaine, la fer­me­ture des éta­blis­se­ments sco­laires nous est pré­sen­tée comme « la » solu­tion. Il en est de même pour les dépro­gram­ma­tions mas­sives de soins dans les hôpi­taux impo­sées par Ministre de la San­té. Fermer…

8 avril : des mil­liers d’AESH avec les ensei­gnants et les parents exigent la satis­fac­tion des revendications !

Mal­gré les res­tric­tions de nos liber­tés Plus de 1000 à Paris, 500 à Tours, 250 à Lyon, 100 à Tou­louse, 70 à Avi­gnon, 60 à Pau, 50 à Beau­vais, 40 à Bourg-en-Bresse, 50 à Saint-Étienne, 50 à Mont-de-Mar­san, 50 à Laval, 40 à Nantes… Mal­gré le confi­ne­ment et les…