Étu­diants contrac­tuels alter­nants MEEF : une usine à gaz pour exploi­ter, contrac­tua­li­ser, détruire les postes

23 Juin, 2021Com­mu­ni­qué

Actuel­le­ment se dis­cutent dans les aca­dé­mies les moda­li­tés « d’accueil » des futurs étu­diants contrac­tuels MEEF dits « alternants ».

Il est pré­vu qu’une par­tie au moins d’entre eux seront « alter­nants », en 2021–22 seule­ment durant l’année de M2. Pour ceux, pour les­quels il n’aura pas été pré­vu de « ber­ceaux » d’accueil, ils seront en stage (obser­va­tion et accom­pa­gne­ment). C’est l’inégalité offi­cia­li­sée dans la for­ma­tion professionnelle.

Une usine à gaz … pour exploi­ter les étudiants

Par­tout il appa­raît que la mise en œuvre de l’insertion des « alter­nants » relève de l’usine à gaz.

En effet, ils auront à faire un tiers-temps de ser­vice en res­pon­sa­bi­li­té. Mais ce tiers-temps est annua­li­sé, il peut donc être décli­né sous une forme heb­do­ma­daire (8H+1H dans le pre­mier degré, 6H dans le second degré) ou sous une forme « mas­sée », avec des ser­vices heb­do­ma­daires de 50 %, 75 %, voire 100 %… En cer­tains cas, comme dans l’académie de Lyon, il est même ima­gi­né un mixte filé/massé !

Concrè­te­ment les « alter­nants » vont ser­vir de moyens de rem­pla­ce­ments bouche-trous.

Com­ment leurs emplois du temps seront-ils orga­ni­sés pour faire en sorte qu’ils puissent tous suivre les cours ou for­ma­tions pré­vus en uni­ver­si­té ou à l’INSPÉ ? C’est presque mis­sion impossible !

Aucune garan­tie n’est par ailleurs don­née que les alter­nants puissent ne pas avoir à se dépla­cer dans une même jour­née entre leur lieu de tra­vail et leurs lieux de formation.

Et tout ceci pour 664 € nets par mois !

Pour les col­lègues dans les éta­blis­se­ments : sur­charge de tra­vail, désor­ga­ni­sa­tion des emplois du temps, pres­sions sur les temps par­tiels, blo­cage du mouvement

Il va fal­loir enca­drer ces « alter­nants ». Il est pré­vu pour les tuteurs 600 € de rému­né­ra­tion annuelle (contre 1500 € pour les anciens fonc­tion­naires sta­giaires) ! À ce tarif, il n’est pas du tout sûr que tous les contrac­tuels aient un tuteur.

Quant aux simples « sta­giaires », aucune rému­né­ra­tion n’est à ce jour pré­vue. D’autres consé­quences appa­raissent également :

  • Dans le 2nd degré, amé­na­ger les emplois du temps pour que les alter­nants puissent suivre l’essentiel de leur for­ma­tion en INSPÉ ou à l’université impli­que­rait de modi­fier au moins en par­tie les emplois du temps dans les dis­ci­plines concernées.
  • Dans le 1er degré, les direc­teurs seraient char­gés « d’accompagner » les alter­nants pour qu’ils acquièrent des connais­sances « rele­vant de l’organisation admi­nis­tra­tive et péda­go­gique de l’école » ! Ceci sans aucune décharge ou rému­né­ra­tion ! Comme si les direc­teurs n’avaient que ça à faire !
  • Il est aus­si fait pres­sion sur les temps par­tiels, en sorte que les niveaux de temps par­tiels soient adap­tés aux pour­cen­tages d’interventions des « alternants ».
  • Par­tout, le fait de devoir ména­ger des « ber­ceaux » pour pla­cer les alter­nants va concrè­te­ment blo­quer des postes mis au mou­ve­ment.

L’objectif réel : éco­no­mi­ser des postes, géné­ra­li­ser et péren­ni­ser la contractualisation

Le fait que le concours passe en fin de 2e année de mas­ter retarde encore l’entrée dans la car­rière. Ceci sans aucune aug­men­ta­tion : en revanche, les nou­veaux fonc­tion­naires sta­giaires n’auront plus de réduc­tion de leur ser­vice heb­do­ma­daire, ils seront à 100 % ! Si l’on ajoute l’apport que repré­sente les contrac­tuels alter­nants, l’objectif appa­raît clai­re­ment : ce sont des mil­liers de postes qui dis­pa­raissent : 9000 pour le pas­sage de 50 à 100 % des lau­réats sta­giaires, envi­ron 4000 pour les « alter­nants » qui seraient 12 000 l’an pro­chain, peut-être plus encore les années suivantes…

Il fau­drait encore ajou­ter les mor­ceaux de postes qui vont être affec­tés dans les INSPÉ pour satis­faire à l’exigence d’une inter­ven­tion ren­for­cée des col­lègues « de ter­rain » (le tiers du volume de la for­ma­tion) : PEMF, PFA, temps par­ta­gés… ce qui repré­sente au moins une ving­taine d’ETP par aca­dé­mie, qui vont dégar­nir d’autant les rangs des col­lègues ensei­gnant dans les écoles, col­lèges et lycées.

Par ailleurs les étu­diants « alter­nants », qui seront une par­tie du temps en classe pour ensei­gner pour la pre­mière fois, auront des chances encore plus faibles de réus­sir le concours, que ce soit en 2021–22 (où concrè­te­ment les alter­nants de M2 seront ceux qui ont échoué aux concours 2021) ou après.

Que pour­ra-t-il être pro­po­sé à tous ces étu­diants ex-contrac­tuels « alter­nants » ain­si mis en échec, si ce n’est de rem­pi­ler comme contractuels ?

Plus que jamais, les reven­di­ca­tions de la FNEC FP-FO sont justifiées :

  • Aban­don de la réforme des concours et de la for­ma­tion des ensei­gnants, abro­ga­tion de la mas­te­ri­sa­tion » des concours (que les syn­di­cats de la FNEC FP-FO étaient les seuls à deman­der expli­ci­te­ment en 2009–2010) et dont on voit à quoi elle conduit
  • Recru­te­ment au niveau Bac+3
  • Main­tien des exi­gences dis­ci­pli­naires (plu­ri-dis­ci­pli­naires pour les PE) des concours, en par­ti­cu­lier contre « l’entretien de moti­va­tion » qui repré­sente dans la réforme la moi­tié de l’oral (soit 30 % du total des coefficients)
  • Une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle ini­tiale rému­né­rée sous sta­tut, incluant la pré­pa­ra­tion aux concours, finan­cée par le MEN.

Mon­treuil le 22 juin 2021

L’urgence, c’est le recru­te­ment de per­son­nels, pas la publi­ca­tion de pro­to­coles « sani­taires » qui dédouanent le ministre de ses responsabilités

Le 28 juillet 2021, le ministre Blan­quer publiait un énième pro­to­cole sani­taire pour le fonc­tion­ne­ment des écoles, col­lèges et lycées. Un an plus tard, le 12 juillet 2022, le ministre Ndiaye a pré­sen­té son pro­to­cole sani­taire. Le même jour, les oppositions…

« Refon­der » l’Ecole selon Mme Borne, c’est la sou­mettre aux exi­gences des patrons

Le sys­tème édu­ca­tif fran­çais, « est sans doute l’un de ceux qui repro­duit le plus les inéga­li­tés », a fait valoir Éli­sa­beth Borne same­di der­nier lors d’une inter­ven­tion aux ren­contres éco­no­miques d’Aix-en- Pro­vence. Selon la Pre­mière ministre, « on a aus­si un…

Compte-ren­­du du CSE du 30 juin 2022

Les tra­vaux du CSE s’ouvrent en l’absence du ministre. Après lec­ture des décla­ra­tions limi­naires, qui ne donnent lieu à aucune réponse de l’administration, le CSE passe à l’examen des points ins­crits à l’ordre du jour. Extrait de l’appel des écoles…

Compte-ren­­du du CTMEN du 28 juin, en pré­sence du ministre P. Ndiaye

Décla­ra­tion de la FNEC FP-FO Mon­sieur le ministre, Mes­dames et Mes­sieurs les membres du CTM, Mon­sieur le ministre, vous avez don­né dans la presse ce week-end une inter­view qui amène plu­sieurs réflexions et ques­tion­ne­ments de notre part. Cela s’inscrit de la…

La voie pro­fes­sion­nelle sous la tutelle du minis­tère du Tra­vail : inac­cep­table pour la FNEC FP-FO !

On aurait vou­lu se féli­ci­ter de la créa­tion d’un minis­tère consa­cré à l’enseignement pro­fes­sion­nel, mais la double tutelle – Édu­ca­tion natio­nale et minis­tère du Tra­vail – est un mau­vais coup por­té à la voie pro­fes­sion­nelle sous sta­tut sco­laire, publique,…

Asso­cia­tion Préau : la FNEC FP-FO ne cogè­re­ra pas la des­truc­tion des ins­tances sta­tu­taires d’action sociale

Le pré­sident Macron et son ministre Blan­quer se sont ser­vis des besoins réels des agents qui cherchent à aug­men­ter leur pou­voir d’achat au moyen de bons de réduc­tions dans les com­merces, de réduc­tions sur les voyages, les loca­tions de vacances, les…

Compte ren­du du CSE du 20 juin 2022

Le ministre Pap Ndiaye ouvre les tra­vaux en sou­li­gnant l’importance du CSE, dont il trace briè­ve­ment l’histoire. Après la lec­ture de 21 décla­ra­tions limi­naires, le ministre qui ne peut res­ter que deux heures reprend la parole assu­rant qu’il ne sera ni dans la…

Une reva­lo­ri­sa­tion de l’ISSR insuf­fi­sante, des modi­fi­ca­tions règle­men­taires inquiétantes !

Une reva­lo­ri­sa­tion insuf­fi­sante mal­gré la mobi­li­sa­tion des per­son­nels avec la FNEC FP-FO Lors du groupe de tra­vail pré­pa­ra­toire au comi­té tech­nique du 6 juillet, le minis­tère a pré­sen­té son pro­jet de reva­lo­ri­sa­tion de l’Indemnité de Sujé­tion Spé­ciale de…

Des concer­ta­tions pour impo­ser par­tout l’expérimentation mar­seillaise ? Non merci !

Le cadre ter­ri­to­rial et dérè­gle­men­té de type Mar­seille impo­sé par­tout ? Le ministre pré­voit des « concer­ta­tions à l’échelle des écoles pour construire des pro­jets péda­go­giques si pos­sible inno­vants dans la fou­lée de ce qui se fait à Mar­seille actuellement…

Comi­tés Tech­niques Minis­té­riels des 8 et 28 juin : inter­ven­tions FO sur les postes et concours

La FNEC FP-FO est inter­ve­nue lors des deux der­niers comi­tés tech­niques minis­té­riels pour dénon­cer la ren­trée catas­tro­phique qui se pré­pare en termes de postes et de recru­te­ment de per­son­nels, en par­ti­cu­lier compte tenu de l’effondrement du nombre de lauréats…