Est-ce le virus qui a liqui­dé le baccalauréat ?

6 Avr, 2020Non clas­sé

Le ministre vient d’annoncer la géné­ra­li­sa­tion du contrôle conti­nu pour les bac­ca­lau­réats géné­ral, tech­no­lo­gique, pro­fes­sion­nel et le diplôme natio­nal du bre­vet. Certes, la situa­tion est excep­tion­nelle et tout le monde est contraint de s’y adap­ter. Mais peut-on accor­der le moindre cré­dit au ministre quand il parle de son atta­che­ment à la valeur des diplômes, alors même qu’il décide de main­te­nir sa réforme du bac­ca­lau­réat et les E3C, reje­tées par la majorité ?

La res­pon­sa­bi­li­té du gou­ver­ne­ment est pleine et entière

Per­sonne ne peut dire aujourd’hui quand vont reprendre les cours à l’Education natio­nale et dans l’Enseignement supé­rieur et la Recherche. Le gou­ver­ne­ment a fait le choix de la fata­li­té de la pan­dé­mie, parce qu’il s’est refu­sé à mettre en place un dépis­tage total et sys­té­ma­tique ain­si que la mise à dis­po­si­tion de masques, alter­na­tives pour­tant pré­co­ni­sées par l’OMS et un nombre gran­dis­sant de scien­ti­fiques comme seul moyen de sor­tir rapi­de­ment de la crise sani­taire. C’est au nom de cette fata­li­té que le ministre a choi­si des mesures ne l’obligeant pas à chan­ger de stra­té­gie en cas de confi­ne­ment pro­lon­gé en juin.

Confi­ne­ment et « conti­nui­té péda­go­gique » : sources d’inégalités et de déréglementation :

La soi-disant « conti­nui­té péda­go­gique, » a pro­fon­dé­ment creu­sé les inéga­li­tés face à l’instruction. Les per­son­nels ont fait jusqu’à main­te­nant le maxi­mum pour main­te­nir le contact avec les familles et les élèves, dans des condi­tions dif­fi­ciles (dys­fonc­tion­ne­ment des outils du minis­tère, dif­fi­cul­tés de connexion…), dans un cli­mat anxio­gène, et en dehors de tout cadre régle­men­taire. Le ministre a mul­ti­plié les injonc­tions contra­dic­toires, fai­sant repo­ser la charge sur l’ensemble des per­son­nels, leur équi­pe­ment infor­ma­tique, leur for­fait télé­pho­nique, leur capa­ci­té à s’autoformer, au détri­ment de leur vie pri­vée… Cer­tains ont même été som­més de déro­ger au confi­ne­ment, sans aucune pro­tec­tion, pour assu­rer cette « continuité. »

Aujourd’hui, le ministre tire pro­fit de cette situa­tion pour enté­ri­ner sa réforme et main­te­nir les sup­pres­sions de postes

Consta­tant les irré­gu­la­ri­tés lors des E3C et les inéga­li­tés d’évaluation des ensei­gne­ments de spé­cia­li­té que les élèves de 1ère aban­donnent, le ministre aurait tout aus­si bien pu choi­sir de reti­rer les réformes du lycée et du bac­ca­lau­réat. Or, elles sont inté­gra­le­ment main­te­nues tout comme la pre­mière ses­sion des E3C… et les cen­taines de sup­pres­sions de postes d’enseignants dans le 2nd degré pour la pro­chaine ren­trée : pen­dant l’é­tat d’ur­gence et le confi­ne­ment, la casse continue.

Le ministre se moque des per­son­nels et des élèves

Pen­dant qu’il mul­ti­plie les remer­cie­ments à l’attention des per­son­nels dont il a plus que jamais besoin pour assu­rer la « conti­nui­té péda­go­gique » et son dis­po­si­tif « vacances appre­nantes », le ministre n’annule aucune menace de sanc­tion contre les col­lègues et les élèves qui se sont oppo­sés au scan­dale de ces épreuves. Nous n’oublions pas qu’il a lui-même auto­ri­sé les rec­teurs à dépas­ser le seuil de quatre jours de retrait de salaire pour les gré­vistes mobi­li­sés contre la réforme des retraites…

La FNEC FP-FO conti­nue d’exiger que le ministre et son gou­ver­ne­ment prennent leurs res­pon­sa­bi­li­tés face à la crise

sani­taire :

  • Dépis­tage sys­té­ma­tique et géné­ra­li­sé, mise à dis­po­si­tion de masques et de toutes les protections
  • Aban­don de la réforme du bac­ca­lau­réat et des E3C, aban­don de Parcoursup,
  • Main­tien du bac­ca­lau­réat comme diplôme natio­nal et pre­mier grade universitaire
  • Annu­la­tion de toutes les sup­pres­sions de postes
  • Levée des sanc­tions contre les per­son­nels et les élèves, annu­la­tion des pré­lè­ve­ments pour fait de grève

La FNEC FP-FO, avec sa confé­dé­ra­tion, demande l’abandon des ordon­nances prises au titre de l’état d’urgence sani­taire. Elle s’opposera à toutes vel­léi­tés de mises en cause des droits de sala­riés pour l’avenir.

à Mon­treuil, le 4 avril 2020

Grève dès la ren­trée en Seine-Saint-Denis : « On ne veut pas attendre ! Les reven­di­ca­tions, c’est maintenant ! »

« Pas de moyens ? Pas de ren­trée ! » C’est sur ce mot d’ordre que, dans de très nom­breux éta­blis­se­ments de Seine-Saint-Denis, les col­lègues ont déci­dé de se mobi­li­ser, de se mettre en grève ce lun­di 26 février, jour de ren­trée. Ce matin, dans plusieurs…

10 mil­liards de coupes sup­plé­men­taires au bud­get, des mil­liers de postes mena­cés… Ça suf­fit ! Par­tout, dis­cu­tons de la grève pour blo­quer le gouvernement !

La tra­duc­tion bud­gé­taire des décla­ra­tions du ministre Le Maire, annon­çant un plan d’économie sans pré­cé­dent de 10 mil­liards d’euros sur le dos des ser­vices publics et des per­son­nels n’a pas tar­dé. Les décrets qui mettent en œuvre et déclinent ces annonces par…

Rejet mas­sif du « choc des savoirs » : dis­cu­tons de la grève pour le bloquer

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février, 6 textes sur le « choc des savoirs » ont été pré­sen­tés. La FNEC FP-FO a voté contre l’ensemble des textes, comme la grande majo­ri­té des membres du CSE. Ce « choc contre les savoirs » s’inscrit dans la…

Compte-ren­­du de l’audience avec la ministre Bel­lou­bet le 15 février 2024

La FNEC FP-FO a été reçue par la nou­velle ministre de l’Education natio­nale Bel­lou­bet le jeu­di 15 février 2024. La ministre a pré­ci­sé qu’il s’agissait d’une pre­mière ren­contre, qu’elle n’était pas en capa­ci­té d’apporter des réponses à toutes nos questions. «…

Ces­­sez-le-feu et arrêt des mas­sacres en Pales­tine comme en Ukraine !

La FNEC FP-FO a pris connais­sance du com­mu­ni­qué inter­syn­di­cal natio­nal inti­tu­lé « Soli­da­ri­té avec la résis­tance des tra­vailleurs ukrai­niens » et appe­lant à mani­fes­ter le 24 février pour sou­te­nir l’Ukraine contre la Rus­sie. Elle note que cet appel n’a pas été…

Décla­ra­tion FO au Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février 2024 (« choc des savoirs »)

Mon­sieur le pré­sident, Mes­dames et Mes­sieurs, Le Conseil Supé­rieur de l’Éducation convo­qué aujourd’hui se réunit alors que depuis 4 mois, la popu­la­tion pales­ti­nienne se fait mas­sa­crer par les bom­bar­de­ments israé­liens, avec des dizaines de mil­liers de morts…

Le gou­ver­ne­ment nous laisse-t-il le choix ? Assem­blées Géné­rales et réunions syn­di­cales par­tout pour déci­der et s’organiser en vue de le bloquer

La grève très lar­ge­ment sui­vie le 1er février a expri­mé l’immense colère des per­son­nels de l’Éducation natio­nale face au sac­cage de l’École publique par le gou­ver­ne­ment Macron-Attal-Oudéa-Cas­té­ra. Comme des mil­lions de sala­riés, ils refusent l’effondrement de…

Grève puis­sante dans l’Éducation natio­nale ce jeu­di 1er février : Pour faire céder la ministre sur nos reven­di­ca­tions, dis­cu­tons des suites main­te­nant, dis­cu­tons de l’action efficace !

Dans le 1er comme dans le 2d degré, les per­son­nels ont fait mas­si­ve­ment grève à l’appel de la FNEC FP- FO, la FSU, la CGT Educ’action, Sud Édu­ca­tion. La CFDT et l’UNSA ont éga­le­ment appe­lé à la mobi­li­sa­tion. Dans toute la France, des cor­tèges impo­sants ont…

Les agri­cul­teurs veulent blo­quer le gou­ver­ne­ment : n’est-ce pas le moment ?

La colère gronde dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices, avec les annonces de sup­pres­sions de classes et de postes, l’escroquerie du “choc des savoirs” qui va désor­ga­ni­ser les éta­blis­se­ments, les mesures gou­ver­ne­men­tales contre le Sta­tut, contre…

Des mil­liers sous les fenêtres de la ministre pour défendre l’enseignement spé­cia­li­sé et les AESH !

Ce jeu­di 25 jan­vier, des mil­liers de per­son­nels de l’Éducation natio­nale, du sec­teur social et médi­co-social, agents ter­ri­to­riaux et hos­pi­ta­liers, per­son­nels de l’enseignement agri­cole, des parents d’élèves, de toute la France, sont venus crier leur colère à…