« Dérou­lé de car­rière » : Des pro­po­si­tions dan­ge­reuses qui ne répondent pas aux revendications

27 Nov, 2023Com­mu­ni­qué, Salaires

Après un pre­mier GT cen­tré sur l’entrée dans le métier et les concours, le ministre Attal a réuni les orga­ni­sa­tions syn­di­cales le 21 novembre 2023 concer­nant la recon­nais­sance et l’attractivité pour les ensei­gnants sur le sujet du « dérou­lé de car­rière ». Quelles sont les pistes avan­cées par le ministère ?

Un pre­mier bilan en autosatisfecit

Le ministre annonce que les ensei­gnants ont été aug­men­tés de 258 € net en moyenne :

  • 136€ cor­res­pondent aux mesures Fonc­tion publique : hausse du point d’indice en juillet 2022 (3,5% soit 80€ en moyenne), en juillet 2023 (1,5% soit 36€ en moyenne) et octroi de 5 points d’indice pré­vu en jan­vier 2024 (20€ en moyenne).
  • 122€ cor­res­pondent à l’augmentation de l’ISOE/ISAE (envi­ron 95€ pour tous) et à une moyenne de la prime d’attractivité concen­trée sur le début de car­rière (où les ensei­gnants ne touchent presque plus rien à par­tir du 7e éche­lon de la classe nor­male et plus rien à par­tir du 9e éche­lon de la classe nor­male, à la hors classe et à la classe exceptionnelle.)

La FNEC FP-FO a donc rap­pe­lé qu’avec une infla­tion à 10%, la « reva­lo­ri­sa­tion his­to­rique » se tra­duit par une perte de pou­voir d’achat. Une fois enle­vées les aug­men­ta­tions Fonc­tion publique, qui sont loin de com­pen­ser l’inflation, l’augmentation des seuls ensei­gnants se résume pour une majo­ri­té d’entre eux à 95€ pour solde de tout compte. Bien loin donc des pro­messes du can­di­dat Macron d’augmenter tous les ensei­gnants de 10%.

Face à ces remarques, le minis­tère ose affir­mer que l’inflation a été en grande par­tie absor­bée par l’État et les entre­prises avec des mesures comme le bou­clier tari­faire, l’augmentation des abon­ne­ments trans­port ou la prime excep­tion­nelle de pou­voir d’achat… Les per­son­nels qui voient leur bud­get courses explo­ser (+20% d’augmentation sur les pro­duits de pre­mière néces­si­té) ou confron­tés à l’augmentation des loyers, du car­bu­rant, de l’électricité…apprécieront. La FNEC FP-FO s’est indi­gnée de tels propos !

« Redy­na­mi­ser le milieu de car­rière » … sans aucune aug­men­ta­tion indi­ciaire de prévue !

Quelles sont ses propositions ?

Piste 1 : Avan­cer la plage d’appel pour l’accès à la hors classe afin que ce grade occupe une part plus impor­tante dans la carrière.

Après une baisse du nombre de pro­mus de 2021 à 2022 (-2000 pro­mus envi­ron), une aug­men­ta­tion de 2022 à 2023 (+3500 pro­mus envi­ron) avec le pas­sage du taux de 18% à 21%, le minis­tère pré­voit, mal­gré l’augmentation à 22% en 2024 et 23% en 2025, une baisse de 6500 pro­mus envi­ron d’ici 2025.

La mesure envi­sa­gée par le minis­tère per­met­trait donc d’augmenter le nombre de pro­mou­vables et donc de pro­mus, mais en ins­tau­rant plus d’arbitraire puisque, plus de per­sonnes étant pro­mou­vables, le poids de l’appréciation de la hié­rar­chie est renforcé.

Piste 2 : Aug­men­ta­tion du nombre des éche­lons et/ou réduc­tion et homo­gé­néi­sa­tion de leur durée

La FNEC FP-FO a indi­qué que le prin­ci­pal pro­blème n’était pas le nombre d’échelons, mais que c’était l’accès arbi­traire à la hors classe et à la classe excep­tion­nelle qui posait problème.

Piste 3 : Adap­ter les ren­dez-vous de car­rière à la struc­tu­ra­tion de la carrière

« Le caden­ce­ment des ren­dez-vous car­rière (RDVC) pour­rait être le suivant :

  • Un pre­mier RDVC après quatre/cinq ans d’exercice, pour évi­ter qu’il ne soit trop tar­dif dans la car­rière d’un agent ren­con­trant, au démar­rage, des dif­fi­cul­tés dans l’exercice de ses fonctions
  • Un deuxième RDVC dans la pers­pec­tive de la pro­mo­tion à la hors classe
  • Un troi­sième RDVC en amont de la plage d’appel à la classe »

Quid des deux accé­lé­ra­tions de car­rière au 6e et 8e éche­lon s’il n’y a plus qu’un RDVC ? Le 3e RDVC serait-il fixé à un éche­lon don­né de la hors classe (qui ne serait donc pas pla­cé au même moment de la car­rière pour tout le monde) ? Pas de réponse. La FNEC FP-FO a rap­pe­lé que toute modi­fi­ca­tion des règles en cours de route lèse cer­tains per­son­nels. C’est déjà le cas avec la modi­fi­ca­tion de l’accès à la classe excep­tion­nelle. Elle a rap­pe­lé sa demande que les per­son­nels qui le sou­haitent puissent être rééva­lués à la hausse pour l’accès à la hors classe.

La FNEC FP-FO a poin­té qu’aucune des pistes n’envisage tout sim­ple­ment la reva­lo­ri­sa­tion de la grille actuelle par des aug­men­ta­tions indiciaires.

Refus du minis­tère de dis­cu­ter du Pacte !

La FNEC FP-FO a indi­qué que dans le docu­ment de 33 pages, le Pacte n’est jamais men­tion­né. Il était pour­tant pré­sen­té comme une mesure de reva­lo­ri­sa­tion par le ministre Ndiaye et a été bud­gé­té comme tel.

Le ministre Attal ayant recon­nu que le Pacte ne consti­tuait pas une reva­lo­ri­sa­tion, mais qu’il s’agissait de mis­sions sup­plé­men­taires au « béné­fice » des élèves, le sujet du Pacte ne peut être abor­dé dans ce GT… Inac­cep­table pour la FNEC FP-FO qui exige l’abandon du Pacte et la res­ti­tu­tion de l’enveloppe bud­gé­tée (300 mil­lions) pour reva­lo­ri­ser tous les per­son­nels sans contrepartie !

Aucune des pro­po­si­tions du ministre ne répond donc pour l’heure aux reven­di­ca­tions. La FNEC FP-FO conti­nue­ra de por­ter ses exigences :

  • Aug­men­ta­tion indi­ciaire de tous les per­son­nels sans contre­par­tie : 10% tout de suite et ouver­ture de négo­cia­tions pour le rat­tra­page du pou­voir d’achat per­du (28%)
  • Aban­don du Pacte
  • Dérou­le­ment de car­rière basée sur l’ancienneté qui garan­tisse aux per­son­nels qui ont effec­tué une car­rière com­plète de finir leur car­rière au grade et à l’échelon le plus élevé.

Grève dès la ren­trée en Seine-Saint-Denis : « On ne veut pas attendre ! Les reven­di­ca­tions, c’est maintenant ! »

« Pas de moyens ? Pas de ren­trée ! » C’est sur ce mot d’ordre que, dans de très nom­breux éta­blis­se­ments de Seine-Saint-Denis, les col­lègues ont déci­dé de se mobi­li­ser, de se mettre en grève ce lun­di 26 février, jour de ren­trée. Ce matin, dans plusieurs…

10 mil­liards de coupes sup­plé­men­taires au bud­get, des mil­liers de postes mena­cés… Ça suf­fit ! Par­tout, dis­cu­tons de la grève pour blo­quer le gouvernement !

La tra­duc­tion bud­gé­taire des décla­ra­tions du ministre Le Maire, annon­çant un plan d’économie sans pré­cé­dent de 10 mil­liards d’euros sur le dos des ser­vices publics et des per­son­nels n’a pas tar­dé. Les décrets qui mettent en œuvre et déclinent ces annonces par…

Rejet mas­sif du « choc des savoirs » : dis­cu­tons de la grève pour le bloquer

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février, 6 textes sur le « choc des savoirs » ont été pré­sen­tés. La FNEC FP-FO a voté contre l’ensemble des textes, comme la grande majo­ri­té des membres du CSE. Ce « choc contre les savoirs » s’inscrit dans la…

Compte-ren­­du de l’audience avec la ministre Bel­lou­bet le 15 février 2024

La FNEC FP-FO a été reçue par la nou­velle ministre de l’Education natio­nale Bel­lou­bet le jeu­di 15 février 2024. La ministre a pré­ci­sé qu’il s’agissait d’une pre­mière ren­contre, qu’elle n’était pas en capa­ci­té d’apporter des réponses à toutes nos questions. «…

Ces­­sez-le-feu et arrêt des mas­sacres en Pales­tine comme en Ukraine !

La FNEC FP-FO a pris connais­sance du com­mu­ni­qué inter­syn­di­cal natio­nal inti­tu­lé « Soli­da­ri­té avec la résis­tance des tra­vailleurs ukrai­niens » et appe­lant à mani­fes­ter le 24 février pour sou­te­nir l’Ukraine contre la Rus­sie. Elle note que cet appel n’a pas été…

Décla­ra­tion FO au Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février 2024 (« choc des savoirs »)

Mon­sieur le pré­sident, Mes­dames et Mes­sieurs, Le Conseil Supé­rieur de l’Éducation convo­qué aujourd’hui se réunit alors que depuis 4 mois, la popu­la­tion pales­ti­nienne se fait mas­sa­crer par les bom­bar­de­ments israé­liens, avec des dizaines de mil­liers de morts…

Le gou­ver­ne­ment nous laisse-t-il le choix ? Assem­blées Géné­rales et réunions syn­di­cales par­tout pour déci­der et s’organiser en vue de le bloquer

La grève très lar­ge­ment sui­vie le 1er février a expri­mé l’immense colère des per­son­nels de l’Éducation natio­nale face au sac­cage de l’École publique par le gou­ver­ne­ment Macron-Attal-Oudéa-Cas­té­ra. Comme des mil­lions de sala­riés, ils refusent l’effondrement de…

Grève puis­sante dans l’Éducation natio­nale ce jeu­di 1er février : Pour faire céder la ministre sur nos reven­di­ca­tions, dis­cu­tons des suites main­te­nant, dis­cu­tons de l’action efficace !

Dans le 1er comme dans le 2d degré, les per­son­nels ont fait mas­si­ve­ment grève à l’appel de la FNEC FP- FO, la FSU, la CGT Educ’action, Sud Édu­ca­tion. La CFDT et l’UNSA ont éga­le­ment appe­lé à la mobi­li­sa­tion. Dans toute la France, des cor­tèges impo­sants ont…

Les agri­cul­teurs veulent blo­quer le gou­ver­ne­ment : n’est-ce pas le moment ?

La colère gronde dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices, avec les annonces de sup­pres­sions de classes et de postes, l’escroquerie du “choc des savoirs” qui va désor­ga­ni­ser les éta­blis­se­ments, les mesures gou­ver­ne­men­tales contre le Sta­tut, contre…

Des mil­liers sous les fenêtres de la ministre pour défendre l’enseignement spé­cia­li­sé et les AESH !

Ce jeu­di 25 jan­vier, des mil­liers de per­son­nels de l’Éducation natio­nale, du sec­teur social et médi­co-social, agents ter­ri­to­riaux et hos­pi­ta­liers, per­son­nels de l’enseignement agri­cole, des parents d’élèves, de toute la France, sont venus crier leur colère à…