Décla­ra­tion de la FNEC FP-FO et compte ren­du du CTMEN du 7 décembre 2020

7 Déc, 2020CTM/CSE

Temps de lec­ture : ( mots)

Le same­di 5 décembre 2020, un an jour pour jour après le début des mobi­li­sa­tions contre le pro­jet de réforme des retraites, des cen­taines de mil­liers se sont à nou­veau ras­sem­blés dans toutes les villes de France pour le retrait du pro­jet de loi de sécu­ri­té glo­bale. Les sala­riés, la popu­la­tion, la jeu­nesse ont encore un fois expri­mé leur volon­té de pré­ser­ver leurs liber­tés fon­da­men­tales à com­men­cer par celles de mani­fes­ter et revendiquer.

La FNEC FP-FO condamne avec la plus grande fer­me­té la volon­té du gou­ver­ne­ment d’empêcher l’expression des reven­di­ca­tions et la vio­lence per­pé­trée à l’encontre des mani­fes­tants dont le cor­tège syn­di­cal a été blo­qué, encer­clé par la police et bom­bar­dé à outrance de gaz lacry­mo­gène dans la mani­fes­ta­tion pari­sienne. La FNEC FP-FO exige l’arrêt de la répres­sion à l’encontre des manifestants !

Alors que nos condi­tions de tra­vail dans les écoles, éta­blis­se­ments et ser­vices ne cessent de se dégra­der, la FNEC FP-FO reven­dique le recru­te­ment immé­diat des postes sta­tu­taires néces­saires. En éten­dant la pos­si­bi­li­té pour les IA-DASEN et les rec­teurs de recru­ter des per­son­nels contrac­tuels dans le pre­mier degré et des AED, sur des CDD de 3 mois dans les deux cas, vous recon­nais­sez l’urgence d’un recru­te­ment pour faire face à la situa­tion, mais vous choi­sis­sez la voie de l’uberisation de l’Education natio­nale, ce que nous ne pou­vons accep­ter. Tous les per­son­nels contrac­tuels recru­tés doivent être sta­giai­ri­sés et titu­la­ri­sés. Des recru­te­ments doivent être déci­dés dans le second degré. Tous les AED doivent pou­voir béné­fi­cier d’un vrai sta­tut et d’un vrai salaire. Non aux contrats de 3 mois !

Plus de 110 000 d’AESH attendent l’augmentation de leur salaire. Nous sou­hai­tons obte­nir une date pour le GT rému­né­ra­tion deman­dé par l’ensemble des orga­ni­sa­tions syn­di­cales dans un cour­rier envoyé début novembre. Nous deman­dons que tous les agents béné­fi­cient de l’indemnité com­pen­sa­trice de la CSG quelle que soit leur date de recru­te­ment confor­mé­ment au vœu pro­po­sé par l’UIAFP-FO au Conseil Com­mun de la Fonc­tion publique du 17 novembre.

La volon­té de géné­ra­li­ser la pré­ca­ri­té dans l’Education Natio­nale se retrouve dans les annonces concer­nant les places au concours. Dans le pre­mier degré, 9 890 places sont pro­po­sées aux concours de recru­te­ment de pro­fes­seurs des écoles en 2021. Cela confirme la baisse du nombre de places depuis plu­sieurs années : près de 2000 places de moins en 3 ans ! Dans le second degré, c’est depuis 2017 : moins 1 690 postes offerts au CAPES, moins 340 postes offerts à l’agrégation, pour une aug­men­ta­tion consi­dé­rable et constante des effec­tifs (+ 116 573 élèves en 4 ans). Com­ment ne pas y voir la volon­té de déve­lop­per la contrac­tua­li­sa­tion alors que c’est de postes sta­tu­taires que nous avons besoin dès maintenant !

Comme l’indique le com­mu­ni­qué FSU-FO-CGT-SUD-SNCL du 3 décembre : « Il faut en urgence enga­ger les recru­te­ments néces­saires, notam­ment en recou­rant aux listes com­plé­men­taires. »

De plus, dans cer­taines aca­dé­mies (Nantes…), nous consta­tons que des ensei­gnants contrac­tuels se voient bru­ta­le­ment signi­fier la non-recon­duc­tion de leurs contrats. C’est incom­pré­hen­sible. Serait-ce dû aux injonc­tions des recru­te­ments évo­qués pré­cé­dem­ment (contrac­tuels 1er degré, AED…) dans le cadre d’une enve­loppe bud­gé­taire fer­mée ? La FNEC FP-FO demande des expli­ca­tions et exige le renou­vel­le­ment de ces personnels !

Dans les points à l’ordre du jour de ce CTM figure la ques­tion de l’évaluation de chefs d’établissement prin­ci­paux et pro­vi­seurs adjoints par leur col­lègue prin­ci­paux et pro­vi­seurs. La FNEC FP-FO s’oppose à cette logique « d’évaluation par les pairs » qui est actuel­le­ment prô­née par le minis­tère et demande son aban­don. On retrouve cette ques­tion dans le pro­jet de loi Ril­hac et la délé­ga­tion de com­pé­tence des IEN aux direc­teurs d’école qui pour­raient éva­luer notam­ment les ensei­gnants en début de car­rière, dans les pro­po­si­tions qui ont été faites pour un 4ème ren­dez-vous car­rière pour les ensei­gnants qui pour­raient être éva­lués par les pairs, dans les éva­lua­tions d’établissement sous forme d’auto-évaluation, dans les for­ma­tions en « constel­la­tions » du pre­mier degré.

Sur ce point, la FNEC FP-FO rap­pelle l’avis majo­ri­taire FO-FSU adop­té au CHSCT minis­té­riel du 3 décembre qui indique notamment :

« Le CHSCT‑M a pris connais­sance de la mise en œuvre des for­ma­tions dites en “constel­la­tions” dans les dépar­te­ments. La co-obser­va­tion, l’auto-évaluation, l’évaluation par les pairs, qua­li­fiés d’ami/critique ou de pair/expert, vont avoir des effets sur la san­té de nos col­lègues : stress, culpa­bi­li­sa­tion, déva­lo­ri­sa­tion… Consi­dé­rant le risque de dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail et de san­té des pro­fes­seurs des écoles, le CHSCTM demande la sus­pen­sion de ce dis­po­si­tif. »

Un puzzle de déré­gle­men­ta­tion s’organise à tra­vers le « Gre­nelle » qui sous cou­vert d’une pseu­do- reva­lo­ri­sa­tion indi­gente s’en prend aux garan­ties sta­tu­taires des personnels.

Le com­mu­ni­qué FO-FSU-CGT-SUD-SNCL du 3 décembre réaf­firme que : « Le Gre­nelle du ministre est inac­cep­table, d’autant plus qu’il vise à modi­fier en pro­fon­deur le fonc­tion­ne­ment de l’école, les mis­sions et les sta­tuts des ensei­gnants. »

La FNEC FP-FO a refu­sé de par­ti­ci­per aux « ate­liers » du Gre­nelle, ani­més par des « experts » auto- pro­cla­més issus de la socié­té civile. La CGT et la FSU ont annon­cé leur départ de ces ate­liers, ce dont nous nous félicitons.

Le rôle de nos orga­ni­sa­tions syn­di­cales n’est pas en effet de cau­tion­ner une mas­ca­rade de négo­cia­tion dont les déci­sions sont prises à l’avance mais de por­ter les reven­di­ca­tions des per­son­nels, en toute indé­pen­dance, en par­ti­cu­lier alors que l’indépendance des orga­ni­sa­tions syn­di­cales est actuel­le­ment en débat notam­ment avec le pos­sible finan­ce­ment par l’Etat du syn­di­cat « Ave­nir Lycéen ». Le com­mu­ni­qué FO-SNES-SNUEP-CGT-SUD-FCPE-UNEF-UNL- L’alternative-FIDL rap­pelle : « De l’argent public a mani­fes­te­ment été détour­né de son usage ini­tial, c’est inad­mis­sible… Le ministre de l’éducation Jean-Michel Blan­quer, des hauts fonc­tion­naires proches de lui au Minis­tère comme dans les Rec­to­rats, auraient été direc­te­ment impli­qués dans la créa­tion de ce syn­di­cat mais auraient aus­si uti­li­sé l’appareil d’État pour favo­ri­ser des expres­sions posi­tives et non contes­ta­taires des réformes menées, en par­ti­cu­lier la réforme du lycée et du bac… Si le rôle du Ministre dans la créa­tion et l’instrumentalisation d’Avenir Lycéen, mais aus­si l’appareil d’État, venait à être confir­mé dans les semaines à venir, toutes les consé­quences devront en être tirées. »

Il est plus que temps que le ministre entende enfin nos reven­di­ca­tions ! Pour la FNEC FP-FO, cela passe par :

  • La créa­tion immé­diate de tous les postes sta­tu­taires néces­saires pour faire face à la situation ;
  • Le main­tien inté­gral de nos sta­tuts : aban­don des contre-réformes minis­té­rielles ; des attaques sta­tu­taires du « Gre­nelle » ; de PPCR, de la loi dite « pour une Ecole de la confiance », de la loi de trans­for­ma­tion de la fonc­tion publique ;
  • L’augmentation géné­rale des salaires : 183€ pour tous main­te­nant sans contre­par­tie comme les per­son­nels hos­pi­ta­liers et ouver­ture immé­diate de négo­cia­tions pour rat­tra­per nos 20 % de pou­voir d’achat per­du en 20

Ci-joint le CR du CTMEN du 7 décembre

à Mon­treuil, le 7 décembre 2020

Le gou­ver­ne­ment doit répondre : Pré­pa­rons une grève mas­sive jeu­di 27 janvier !

La jour­née de grève et de mani­fes­ta­tion du 13 jan­vier a bous­cu­lé le gou­ver­ne­ment. Celle-ci a contraint le pre­mier ministre à rece­voir les orga­ni­sa­tions syn­di­cales et la FCPE, à faire de pre­mières annonces et à enta­mer des dis­cus­sions avec les organisations…

Compte-ren­­du de la réunion avec le cabi­net du ministre le 19 jan­vier (suite à la grève du 13)

Un « point sani­taire » a été orga­ni­sé par le cabi­net du ministre Blan­quer. Il s’agissait de décli­ner les annonces du Pre­mier ministre Cas­tex au soir de la grève du 13 jan­vier. Postes : le minis­tère annonce le recru­te­ment de la tota­li­té des can­di­dats aux…

Jeu­di 20 jan­vier : la mani­fes­ta­tion pari­sienne aura bien lieu !

Après la grève his­to­rique du 13 jan­vier dans l’Éducation natio­nale, face aux réponses des MM. Blan­quer et Cas­tex, loin d’être à la hau­teur des reven­di­ca­tions qui se sont expri­mées, la colère des per­son­nels n’est pas retom­bée. Les fédé­ra­tions FNEC FP-FO, FSU,…

La FNEC FP-FO sou­tient toutes les mobi­li­sa­tions déci­dées par les per­son­nels et appelle à pré­pa­rer une grève mas­sive le 27 janvier

La grève jeu­di 13 jan­vier dans l’Éducation natio­nale a été un suc­cès his­to­rique : une grève mas­sive, des mil­liers d’écoles voire d’établissements fer­més, des mani­fes­ta­tions puis­santes… Les parents d’élèves ont par­tout appor­té leur sou­tien aux personnels…

Après une jour­née de grève his­to­rique… M.M Cas­tex et Blan­quer ne répondent pas aux revendications !

La grève jeu­di 13 jan­vier dans l’Éducation natio­nale a été un suc­cès his­to­rique : une grève mas­sive, des mil­liers d’écoles voire d’établissements fer­més, des mani­fes­ta­tions puis­santes… Les parents d’élèves ont par­tout appor­té leur sou­tien aux personnels…

Face au rejet mas­sif qui s’exprime, le gou­ver­ne­ment doit répondre immé­dia­te­ment ! Cette situa­tion ne peut plus perdurer !

Jeu­di 13 jan­vier la colère des per­son­nels explose. Confron­tés aux pro­to­coles Blan­quer qui génèrent le chaos dans les écoles et les éta­blis­se­ments, aux ordres et aux contrordres per­ma­nents, au manque de postes et de per­son­nels, les per­son­nels ont dit « stop !…

En grève et dans l’action jeu­di 13 jan­vier : face à la crise sani­taire, res­pec­ter les per­son­nels, don­ner à l’École les moyens de fonctionner

Depuis la ren­trée de jan­vier, l’é­pui­se­ment et l’exas­pé­ra­tion de toute la com­mu­nau­té édu­ca­tive atteignent un niveau inédit. La res­pon­sa­bi­li­té du ministre et du gou­ver­ne­ment dans cette situa­tion chao­tique est totale du fait de chan­ge­ments de pied inces­sants, de…

Accord pro­tec­tion sociale dans la Fonc­tion publique : c’est perdant-perdant !

La ministre de Mont­cha­lin a pré­sen­té aux orga­ni­sa­tions syn­di­cales repré­sen­ta­tives dans la Fonc­tion publique la ver­sion défi­ni­tive de l’accord sur la PSC, négo­cié depuis plu­sieurs mois, et qui est ouvert à la signa­ture jusqu’au 26 jan­vier. Les négo­cia­tions ont…

La des­truc­tion de l’École et de nos mis­sions doit ces­ser : mobi­li­sa­tion pour les revendications !

Depuis la ren­trée de jan­vier, un chaos inédit s’installe dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices. Dans les AG qui se mul­ti­plient, les per­son­nels expriment leur ras-le-bol : ils n’en peuvent plus des pro­to­coles Blan­quer inap­pli­cables, des ordres et…

Répres­sion en Gua­de­loupe : aban­don des pour­suites contre le syn­di­ca­liste Elie DOMOTA !

Depuis plu­sieurs mois les Gua­de­lou­péens avec leurs orga­ni­sa­tions syn­di­cales mani­festent notam­ment contre l’obligation vac­ci­nale faite aux soi­gnants, contre le « pass sani­taire » et pour exi­ger l’ouverture de négo­cia­tions sur la base de leurs revendications.…