Décla­ra­tion de la FNEC FP-FO au CTMEN du 20 sep­tembre 2021 

23 Sep, 2021CTM/CSE

Les per­son­nels font face à une ren­trée dans le plus grand chaos, où les postes manquent par­tout, avec des classes sans ensei­gnant, un pro­to­cole condui­sant à la fer­me­ture de mil­liers de classes, des ser­vices débor­dés, des per­son­nels confron­tés à l’obligation vac­ci­nale sanc­tion­nés et sus­pen­dus, mon­sieur le ministre et le gou­ver­ne­ment entendent-ils la colère et ont-ils l’intention de répondre aux revendications ?

Le nou­veau pro­to­cole sani­taire fait au contraire peser sur les per­son­nels la res­pon­sa­bi­li­té de la situa­tion créée par le ministre en les obli­geant à s’adapter en per­ma­nence. Il entraîne de nom­breuses fer­me­tures de classes. 3 000 classes fer­mées, cela signi­fie des dizaines de mil­liers d’élèves pri­vés d’école.

Notre fédé­ra­tion n’accepte pas la remise en cause de l’obligation sco­laire qui en découle ni les pres­sions visant à la géné­ra­li­sa­tion de l’enseignement à distance.

Dans le 1er degré, à la mi-sep­tembre, le nombre de rem­pla­çants est déjà insuf­fi­sant dans la plu­part des dépar­te­ments. Jusqu’à main­te­nant, la seule réponse du ministre était le recru­te­ment de contrac­tuels en CDD, pré­caires et sous-payés, via Pôle Emploi en lieu et place du recru­te­ment d’enseignants fonc­tion­naires d’État. Néan­moins, des recru­te­ments sup­plé­men­taires de pro­fes­seurs des écoles sta­giaires, à mi-temps devant la classe, ont été auto­ri­sés : 37 dans le Rhône, 34 dans l’académie d’Aix-Marseille, 16 dans l’académie d’Orléans-Tours…

Mon­sieur le ministre est contraint d’autoriser ce qu’il a refu­sé constam­ment pen­dant des mois de crise.

Pour autant, cela ne concerne que quelques dépar­te­ments et le nombre de recru­te­ments reste lar­ge­ment insuf­fi­sant : la FNEC FP-FO demande :

  • le recru­te­ment de tous les can­di­dats aux concours des 1er et 2nd degré ins­crits sur liste complémentaire,
  • le réabon­de­ment des listes com­plé­men­taires là où c’est néces­saire, – la titu­la­ri­sa­tion de tous les contrac­tuels qui le souhaitent !

Alors que les besoins sont criants, il y avait tou­jours, la semaine der­nière, près de 400 contrac­tuels non renou­ve­lés par le rec­to­rat de Ver­sailles. 2300 contrac­tuels sont en cours de licen­cie­ment dans l’académie de Cré­teil. Plu­sieurs ras­sem­ble­ments inter­syn­di­caux ont eu lieu pour deman­der le réem­ploi de tous.

Dans ce contexte déjà catas­tro­phique, les PIAL visent à mutua­li­ser l’accompagnement des élèves en situa­tion de han­di­cap et à gérer la pénu­rie de per­son­nels AESH. Il s’agit en effet d’augmenter le nombre d’élèves sui­vi par un AESH. Ces mesures bud­gé­taires abou­tissent à pri­ver des élèves de l’accompagnement dont ils ont besoin et à aggra­ver consi­dé­ra­ble­ment les condi­tions de tra­vail des per­son­nels et des AESH.

La FNEC FP-FO demande un vrai salaire, un vrai sta­tut pour les AESH et l’abandon des PIAL. Elle sou­tient la conven­tion natio­nale AESH qui s’est réunie le 15 sep­tembre en pré­sence de 33 dépar­te­ments, 22 comi­tés dépar­te­men­taux consti­tués, sou­vent accom­pa­gnés des orga­ni­sa­tions syn­di­cales FO, FSU, CGT, SUD pour orga­ni­ser une mon­tée natio­nale en direc­tion du minis­tère pour por­ter ces revendications.

Tous les per­son­nels sont confron­tés au gel du point d’indice. Les mesures sala­riales du « Gre­nelle » qui ne concernent qu’une par­tie des per­son­nels pour des sommes ridi­cu­le­ment faibles ne répondent pas à nos reven­di­ca­tions : ouver­ture de véri­tables négo­cia­tions pour le rat­tra­page de 20 % de notre pou­voir d’achat ; 183 € tout de suite et sans contre­par­tie comme l’ont obte­nu les per­son­nels hospitaliers !

Alors que les per­son­nels de la filière admi­nis­tra­tive, comme l’ensemble des per­son­nels de notre minis­tère, sont assom­més par des sur­charges de tra­vail induites par des réformes des­truc­trices et des mil­liers de sup­pres­sions de postes, le ministre entend reva­lo­ri­ser les car­rières et les rému­né­ra­tions avec un plan décon­nec­té des attentes et des enjeux. Alors qu’un ADJENES débute sa car­rière avec un trai­te­ment indi­ciaire à moins de 98% du SMIC (au 1er octobre), un SAENES à 101% et un Atta­ché à moins de 115%, ce plan pré­voit un gain men­suel moyen de quelques dizaines d’euros qui por­te­rait exclu­si­ve­ment sur l’indemnitaire et qui ne concer­ne­rait qu’une par­tie des per­son­nels, c’est indé­cent ! FO se féli­cite du rejet par la majo­ri­té des OS ici repré­sen­tées de ce plan et dénonce la volon­té du ministre de pas­ser en force, au mépris de la démo­cra­tie sociale. FO exige, pour les per­son­nels de la filière admi­nis­tra­tive comme pour tous les per­son­nels, l’ouverture immé­diate de négo­cia­tions salariales.

A l’image du gou­ver­ne­ment qui enchaîne les contre-réformes et les lois liber­ti­cides, Mon­sieur le ministre conti­nue son offen­sive contre les sta­tuts, contre la liber­té péda­go­gique, notam­ment à tra­vers les mesures du « Gre­nelle » qui mettent en place un mana­ge­ment proche du pri­vé avec une nou­velle hié­rar­chie inter­mé­diaire, des res­sources humaines de proxi­mi­té, une car­rière cadrée par PPCR où cha­cun est ame­né à faire un bilan individuel…

En lycée, la mise en place du contrôle conti­nu est l’occasion pour le minis­tère de mettre au pas l’ensemble des per­son­nels. Le pro­jet d’évaluation sera com­mu­ni­qué aux parents et ouvre la porte aux pres­sions, aux conflits.

FO a com­bat­tu la réforme du lycée, les EC3 : nous reje­tons la mise en place du contrôle conti­nu ! Nous exi­geons le retrait immé­diat de la mise en place du pro­jet d’évaluation – et en par­ti­cu­lier les BO des 29/07 et 10/09 qui, loin de résoudre les dif­fi­cul­tés liées à la dis­pa­ri­tion du carac­tère natio­nal du bac, remettent en cause l’indépendance de l’enseignant et sa liber­té péda­go­gique indi­vi­duelle. Avec la FSU, la CGT, SUD, et tous les signa­taires, nous exi­geons le retour, dès cette année, à des épreuves natio­nales, ter­mi­nales et ano­nymes, seules garantes de l’égalité des can­di­dats face à l’examen.

Les for­ma­tions en « constel­la­tions » (éten­dues au 2nd degré sous forme de labo­ra­toires de mathé­ma­tiques) sont pré­sen­tées par le ministre comme la prio­ri­té en matière de rem­pla­ce­ment des pro­fes­seurs devant élèves !

Il réaf­firme lui-même que cela découle de PPCR dans son pro­jet de « Lignes Direc­trices de Ges­tion rela­tives aux pro­mo­tions et à la valo­ri­sa­tion des par­cours professionnels ».

La FNEC FP-FO, depuis la mise en place de PPCR qu’il n’a pas signé, a tou­jours aler­té sur le dis­po­si­tif d’accompagnement PPCR, indi­vi­duel ou col­lec­tif, visant à remettre en cause l’indépendance pro­fes­sion­nelle et la liber­té péda­go­gique pour impo­ser les contre-réformes ministérielles.

De même, les éva­lua­tions d’établissement s’étendraient main­te­nant au pre­mier degré. Si les moda­li­tés d’accompagnement de ces écoles n’ont pas été défi­nies à ce jour, on sait néan­moins que des auto-éva­lua­tions devront être pré­sen­tées devant le conseil d’école et que des groupes mixtes d’évaluateurs seront mis en place (tous hors cir­cons­crip­tion) et consti­tués d’un per­son­nel du corps d’inspection, d’un direc­teur d’école, d’un ensei­gnant (MF, CPC, PE) ou d’un per­son­nel administratif.

La FNEC FP-FO refuse l’ensemble de ces mesures tout comme elle refuse que le direc­teur d’école devienne un supé­rieur hié­rar­chique comme dans le second degré. À ce titre, nous ne voyons pas pour­quoi il aurait un rôle par­ti­cu­lier dans le dis­po­si­tif d’évaluation des écoles. Vous pro­po­sez d’alourdir encore leur charge de tra­vail. Quant aux IEN, la ques­tion de la sur­charge de tra­vail se pose aus­si. Les équipes dans les écoles ont besoin de leurs IEN pour des tâches d’administration des écoles, les dépor­ter sur ces tâches d’évaluation limi­te­ra encore les demandes d’intervention des équipes. C’est dans ce cadre que le pré­sident de la Répu­blique a annon­cé à Mar­seille une expé­ri­men­ta­tion sur 50 écoles où les direc­teurs pour­raient « recru­ter l’équipe péda­go­gique » pour être sûrs que les « ensei­gnants soient plei­ne­ment moti­vés ». Dans ces écoles, les rythmes sco­laires et l’organisation géné­rale pour­raient être adap­tés en lien avec les acteurs extra­s­co­laires. Il a éga­le­ment annon­cé le déve­lop­pe­ment de « micro- col­lèges » et de « micro-lycées » expé­ri­men­taux. Ce dis­po­si­tif est appe­lé à se géné­ra­li­ser partout !

La FNEC FP-FO par­tage tota­le­ment la décla­ra­tion inter­syn­di­cale (SNUDI, SNUIPP, CGT, SNALC et Sud : « nous exi­geons l’abandon immé­diat du pro­jet d’expérimentation de recru­te­ment des ensei­gnants par les direc­teurs et direc­trices tout comme nous refu­sons la pro­po­si­tion de loi Ril­hac et le sta­tut d’emploi fonc­tion­nel. »

La FNEC FP-FO appelle les per­son­nels à la grève jeu­di 23 septembre :

  • Pour l’arrêt des sup­pres­sions et la créa­tion des postes nécessaires ;
  • Pour l’augmentation géné­rale des salaires ;
  • Contre toutes les attaques sta­tu­taires, notam­ment celles issues des mesures du « Grenelle » ;
  • Pour le retrait immé­diat du pro­jet d’expérimentation Macron.

Les orga­ni­sa­tions syn­di­cales CGT- FO – FSU – Soli­daires – FIDL – MNL – UNEF appellent à la mobi­li­sa­tion le mar­di 5 octobre 2021. Face au gou­ver­ne­ment qui annonce vou­loir main­te­nir la réforme des retraites, de l’assurance chô­mage, vou­loir pour­suivre la remise en cause du sta­tut et les sup­pres­sions de postes de fonc­tion­naires, la FNEC FP-FO s’inscrit dans la pré­pa­ra­tion du rap­port de force et à la mobi­li­sa­tion interprofessionnelle.

Pour finir, la FNEC FP-FO vous rap­pelle que plu­sieurs demandes d’audience res­tent sans réponse à ce jour. Nous vous deman­dons de rece­voir les délé­ga­tions qui attendent votre retour depuis plu­sieurs mois, pour le CNED, pour Jeu­nesse et Sports et pour les per­son­nels ensei­gnants affec­tés dans les ser­vices centraux.

Mon­treuil le 23 sep­tembre 2021

Bul­le­tin n°9 Actua­li­tés FNEC FP-FO : En poste à l’étranger

DANS LE RÉSEAU AEFE COMME EN FRANCE, P.NDIAYE S’INSCRIT DANS LES PAS DE BLANQUER Dans le réseau AEFE, comme en France, le chaos est de mise : dif­fi­cul­tés de recru­te­ment de per­son­nels déta­chés alors que le nou­veau décret n’est tou­jours pas paru et était en…

La « refon­da­tion » Ndiaye : en débattre ou la combattre ?

Le Pré­sident Macron a annon­cé la mise en place d’un « Conseil Natio­nal de la Refon­da­tion ». C’est au tour du ministre Ndiaye de ten­ter sa « refon­da­tion » de l’École à tra­vers une grande concer­ta­tion, dès la ren­trée pro­chaine, pour, dit-il, « sor­tir le…

Cani­cule : c’est à l’État employeur de prendre les mesures ! 

Sai­si par la FNEC FP-FO mais aus­si par l’ensemble des repré­sen­tants des per­son­nels au CHSCT minis­té­riel sur la situa­tion pré­vi­sible liée à la cani­cule, la réponse des repré­sen­tants du nou­veau ministre n’est pas accep­table. Une pre­mière note aux rec­teurs ne…

Le ministre Ndiaye dans les pas de Blan­quer pour appli­quer le pro­gramme de Macron

Une délé­ga­tion de la FNEC FP-FO a été reçue par le nou­veau ministre Ndiaye mar­di 24 mai 2022. Nous avons rap­pe­lé en pré­am­bule notre liber­té de com­por­te­ment, notre volon­té de conti­nuer à por­ter les reven­di­ca­tions en toute indé­pen­dance. Nous avons tout d’abord…

Effon­dre­ment du nombre d’admissibles aux concours : une catas­trophe annon­cée inac­cep­table ! Orga­ni­sa­tion en urgence de nou­velles ses­sions à BAC +3 !

Dans un com­mu­ni­qué du 19 avril, la FNEC FP-FO s’interrogeait : « Le minis­tère refuse de don­ner les chiffres des can­di­dats aux concours… Que cherche-t-il à cacher ? » La publi­ca­tion des résul­tats des épreuves d’admissibilité aux concours est désormais…

Grille indi­ciaire des AESH Le rehaus­se­ment du mini­mum de trai­te­ment : inacceptable !

Un décret est paru le jeu­di 20 avril 2022. Il porte l’indice majo­ré mini­mum à 352 à comp­ter du 1er mai, afin d’éviter que des agents ne per­çoivent un trai­te­ment infé­rieur au SMIC. Cette mesure est tota­le­ment insuf­fi­sante et inadap­tée, car : Elle ne règle pas…

Nou­veau décret pour le recru­te­ment des per­son­nels déta­chés de l’AEFE : inac­cep­table ! Tous en grève le 19 mai

Le nou­veau décret régis­sant les nou­veaux contrats de per­son­nels déta­chés a été pré­sen­té lors d’un CT extra­or­di­naire de l’AEFE le 6 mai. Les minis­tères de tutelle et la DGAFP n’ayant pas été consul­tés, le nou­veau décret doit faire l’objet d’un nou­veau CT le…

Part modu­lable de l’indemnité REP+ : une pre­mière mise en œuvre du« mana­ge­ment » Macron !

Le décret n° 2021–825 du 28 juin 2021 ins­ti­tue pour les per­son­nels affec­tés dans les écoles et col­lèges REP+ une part modu­lable de l’indemnité REP+, en plus de la part fixe déjà exis­tante. Pour rap­pel, FO avait voté CONTRE cette « part modu­lable » lors du…

STOP à la smi­car­di­sa­tion des per­son­nels de l’Éducation nationale !

Le Code du tra­vail oblige le gou­ver­ne­ment à rele­ver auto­ma­ti­que­ment le mon­tant du SMIC suite à l’explosion des chiffres de l’inflation. Le mon­tant du SMIC sera donc aug­men­té de 2,65% le 1er mai 2022 pour le por­ter à 1645,58 € brut, ce qui cor­res­pond à…

Des for­­ma­­tions-for­­ma­­tages pour impo­ser les contre-réformes ! FO s’y oppose et réaf­firme ses revendications !

Plu­sieurs groupes de tra­vail se sont réunis pour pré­sen­ter le conte­nu du plan natio­nal de for­ma­tion. Pour rap­pel, la FNEC FP-FO a voté contre le sché­ma direc­teur de la for­ma­tion conti­nue 2022–2025 (*). En effet, la FNEC FP-FO reven­dique une formation…