Courrier au ministre sur le coronavirus

12 Mar, 2020Actualités, Communiqué

Jean-Michel BLANQUER Ministre de l’Education nationale
Ministère de l’Education nationale
110, rue de Grenelle
75357 Paris

Montreuil, le 11 mars 2020

 

Objet : épidémie de Coronavirus

 

Monsieur le Ministre,

 

Le 27 février 2020, la FNEC FP-FO s’adressait à vous et vous interrogeait sur les questions légitimes que se posent  les personnels sur le problème du Coronavirus.

Nous constatons que vous n’avez pas  répondu  à ce courrier, ce que nous regrettons  au vu de la situation inquiétante. Nous y posions plusieurs questions notamment celle du suivi médical, de la convocation systématique des CHS-CT, de la journée de carence, des conduites à tenir, ainsi que du respect des missions de chacun des personnels.

Nous constatons qu’un certain nombre d’obligations envers les personnels ne sont pas respectées dans les académies, ce qui a amené certaines de nos sections fédérales à mettre en œuvre la procédure d’alerte auprès des recteurs telle que prévue par l’article 5-7 du décret 82- 453 modifié et ce pour l’ensemble des personnels à risque de l’académie, les DASEN ne pouvant être responsables d’une situation qui leur échappe.

Nous avions déjà souligné l’absence de réunion des CHSCT. Nous souhaitons aujourd’hui aborder la question  des personnels à risques dans le cadre de cette procédure.

Outre les personnes listées par le décret, il semble important de considérer que les personnes suivantes doivent être considérées parmi les personnels à risques au vu de l’épidémie en cours :

  • Patients immunodéprimés (VIH, patient ayant une tumeur solide ou une hémopathie maligne, transplanté ou futur transplanté, greffé de cellules souches hématopoïétiques, biothérapie, corticothérapies ou immunosuppresseurs pour maladies auto-immunes ou inflammatoires chroniques, traitement par Soliris)
  • Patients aspléniques, hypospléniques
  • Patients insuffisants d’organes (insuffisants rénaux, hépatiques, cardiaques, pulmonaires), patients diabétiques, et/ou patients avec une pathologie

Nous vous interrogeons donc pour savoir quelles consignes vous avez données aux recteurs pour que les services médicaux des rectorats disposent de la liste des personnels à risques et ce dans le cadre de l’article 28-2 du décret 82-453 modifié et connaître quelles dispositions ont été prises afin que ceux-ci bénéficient de la surveillance médicale particulière telle que prévue par l’article 24 du décret 82-453 modifié et l’article L.4624-2 du code du travail qui prévoit que :

  1. Tout travailleur affecté à un poste présentant des risques particuliers pour sa santé ou sa sécurité ou pour celles de ses collègues ou des tiers évoluant dans l’environnement immédiat de travail bénéficie d’un suivi individuel renforcé de son état de santé. Ce suivi comprend notamment un examen médical d’aptitude, qui se substitue à la visite d’information et de prévention prévue à l’article L. 4624-1.
  2. L’examen médical d’aptitude permet de s’assurer de la compatibilité de l’état de santé du travailleur avec le poste auquel il est affecté, afin  de  prévenir  tout  risque  grave  d’atteinte à sa santé ou à sa sécurité ou à celles de ses collègues ou des  tiers  évoluant  dans l’environnement immédiat de travail. Il est réalisé avant l’embauche et renouvelé périodiquement. Il est effectué par le médecin du travail, sauf lorsque des dispositions spécifiques le confient à un autre médecin.

 Pour le moment, vos consignes, telles qu’elles sont relayées dans les académies aux personnels, se limitent à une auto déclaration ou un autodiagnostic. Cela ne  saurait  être suffisant.

En effet, les arrêts de travail que seraient amenés à faire les médecins traitants des collègues reposent nécessairement sur un état maladif. Or des personnels à risque non malades doivent pouvoir bénéficier des autorisations d’absences prévues par l’instruction du 23 mars 1950. En ce sens le rôle des services de médecine de prévention est primordial.

Nous vous demandons donc d’indiquer aux recteurs que  dans  cette  situation  urgente une simple attestation du médecin traitant pourra donner lieu aux autorisations spéciales d’absence telles qu’elles sont définies par l’instruction du 23 mars 1950.

La question du droit de retrait telle qu’elle est traitée dans la FAQ à laquelle il est demandé à tout un chacun de se référer, n’est pas conforme à la règlementation et amène certains de vos représentants locaux à contester à priori le droit de retrait. C’est le cas au Lycée Geoffroy St Hilaire dans l’Essonne par exemple.

Nous souhaitons rappeler que le droit de retrait doit pouvoir s’exercer dès lors qu’un personnel a un motif raisonnable de penser que sa santé ou sa vie sont en danger. Il n’est pas dans les prérogatives de l’administration de contester a priori ce droit. Si celle-ci le conteste ce doit être sur la base d’une enquête associant les membres du CHSCT et la réunion d’un CHSCT. Nous vous demandons donc de réactualiser la FAQ en fonction de ces éléments.

Par ailleurs, vous avez annoncé le recours au télétravail pour les personnels qui seraient amenés à rester chez eux. Dans ce cadre, de nombreux personnels nous ont indiqué qu’ils subissaient des pressions des autorités académiques, notamment dans l’Oise, pour faire du télétravail.

Nous voudrions vous rappeler que seuls deux textes réglementaires, le décret n° 2016- 151 du 11 février 2016 et l’arrêté ministériel de 2018, fixent les modalités et les conditions de mises en œuvre du télétravail dans la Fonction publique.

Ces textes indiquent que doivent être respectés notamment le volontariat de l’agent, la fourniture de matériel, l’organisation du travail, le décompte du temps de travail. Nous vous demandons de rappeler aux recteurs qu’ils ont le devoir de respecter les textes réglementaires.

Nous constatons que les directeurs d’école, qui ne sont pas des supérieurs  hiérarchiques, et qui sont épuisés par la surcharge de travail et le manque de décharge de service, sont une nouvelle fois mis en première ligne avec l’épidémie du Covid-19. Nous demandons le rétablissement de l’aide administrative aux directeurs supprimés par le gouvernement et le ministère. Nous demandons que ce rétablissement se fasse par des créations de postes de fonctionnaires.

Enfin, nous voudrions vous alerter sur les consignes contradictoires et incompréhensibles données par les recteurs. Ainsi, il est demandé dans le Tarn aux enseignants du premier degré lorsque leur école est fermée pour raison de coronavirus de venir y travailler.

Dans une école de Moselle à Woippy, école Cousteau), une classe est fermée parce qu’un élève a contracté le virus, mais l’école ne l’est pas. Au lycée Paul Valéry de Paris, un personnel de région, qui par ailleurs loge dans le lycée, est dans le coma depuis dimanche 8 mars, et deux autres personnels sont confinés chez eux depuis le lundi 9 mars, et la décision de fermer ce lycée n’est toujours pas prise au moment où nous écrivons ces lignes.

Nous pourrions malheureusement multiplier les exemples. Il est de votre  responsabilité de protéger vos personnels. Ces questions urgentes appellent des réponses urgentes.

Dans l’attente, veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de notre entière considération.

 

Clément POULLET, Secrétaire Général de la FNEC FP-FO

Guy THONNAT, représentant de la FNEC FP-FO au CHSCT ministériel

 

Poursuite du démantèlement de l’Education nationale Premiers touchés : les PSYEN !

Un nouveau gouvernement pour une même politique : le Premier ministre a donné le « la » le 8 juillet à l’Assemblée nationale et au Sénat, « Nous ne renoncerons pas ». Cela vaut pour la réforme des retraites, mais aussi pour les réformes engagées contre l’Ecole et les...

Rentrée 2020 : le ministre poursuit la déréglementation et en fait payer le prix aux personnels

 La FNEC FP-FO a été reçue le jeudi 2 juillet par le cabinet du ministre et la DGESCO sur la question de la circulaire de rentrée 2020. Aucun document ne nous a été présenté. « On attend le remaniement ministériel ». En préambule la FNEC FP-FO a indiqué : les...

Déclaration de la FNEC FP-FO au CHSCT-M du 2 juillet 2020

Mesdames et Messieurs, Non seulement Monsieur MACRON n’a pas suspendu les réformes durant la crise sanitaire, mais son gouvernement tente de faire passer toutes celles qui n’avaient pas été menées à leur terme. Pour les citoyens, c’est un état d’urgence maintenu avec...

Pas de génération sacrifiée ! Chaque élève doit avoir accès à la filière de son choix !

La gestion catastrophique par le gouvernement, relayée par le ministère avec les pseudo-protocoles sanitaires, a privé des centaines de milliers de lycéens de quatre mois de cours. Pas de vrai baccalauréat, pas d’épreuves terminales, pas de reprise dans des conditions...

Les PIAL, c’est toujours non ! Un vrai statut et un vrai salaire, c’est oui ! Tous au rassemblement du 24 juin pour faire valoir les revendications !

Le ministère a installé un comité de suivi des AESH depuis le 11 février 2019. Il affirme vouloir améliorer la situation des AESH mais s’applique à mettre en œuvre les dispositions prévues par la loi Blanquer  dite « Pour une école de la confiance » notamment la...

À bas le protocole « sanitaire » ! Satisfaction des revendications, tout de suite !

Rassemblements devant les DSDEN et rectorats le 24 juin ! C’est à nouveau par média interposé que les personnels ont pris connaissance des nouvelles dispositions envisagées par le ministre à partir du 22 juin. Quel mépris pour les personnels, les directeurs d’école,...

 Compte-rendu de l’audience de la FNEC FP-FO du 16 juin 2020  auprès du ministre de l’Éducation nationale

Une délégation de la FNEC FP-FO a été reçue par le ministre en visioconférence le mardi 16 juin 2020. Le ministre a souhaité indiquer en préambule, comme lors de la précédente audience, qu’il n’était pas satisfait des publications et des communiqués de notre...

Déclaration liminaire FNEC FP-FO CTMEN du 12 juin 2020

 En plein état d’urgence, bien qu’interdits par le gouvernement, des rassemblements et des manifestations ont lieu tous les jours. Sans rien attendre de l’enfumage du Ségur de la Santé, les personnels hospitaliers déploient leurs banderoles, à Clichy, Saint-Etienne,...

Stop au prof bashing ! C’est le ministre Blanquer et son  protocole qui détruisent l’Ecole !

Depuis plusieurs jours, les médias se déchaînent contre les enseignants. De L’Opinion («Enseignants en roue libre») à France 2 («Comment des milliers de profs n’ont pas assuré leur propre cours pendant le confinement») en passant par France Inter («Si les salariés de...

Le BAC doit rester national Chaque bachelier doit avoir accès à la filière de son choix

à Montreuil, le 2 juin 2020 Avec les réformes Blanquer du lycée et du Baccalauréat, rien n’a été épargné ni aux professeurs, ni aux élèves de lycées : nouveaux programmes, enseignements de spécialité, E3C imposés à marche forcée. Après avoir confiné et privé de cours...