Contractuels : des conditions de rentrée inacceptables ! Pour FO il faut un vrai plan de titularisation pour tous les contractuels

13 Sep, 2018 | Actualités, Communiqué

Selon le rapport de la Cour des comptes daté de mars 2018, l’emploi de non-titulaires ne cesse d’augmenter dans l’Education nationale. Il représenterait 20 % des personnels.

Les contractuels sont transformés en variables d’ajustement au moment où les concours de l’enseignement, notamment, ne font plus le plein.

Il y a 15 % d’enseignants contractuels supplémentaires entre 2014 et 2017. Alors que l’emploi contractuel était rare dans le premier degré auparavant, ils étaient 2 400 contractuels à la rentrée 2017.

Ceci n’est pas dû au hasard. C’est le résultat d’une politique menée par ce gouvernement, qui poursuit la politique du gouvernement précédent de remplacer le statut par le contrat c’est-à-dire de remplacer les fonctionnaires par des personnels contractuels. Ceci est inscrit dans CAP 2022 (comité action publique 2002) rejeté par la FNEC FP FO.

Cette politique a des effets concrets dans les académies.

Des conditions d’affectation et de travail dégradées

Dans l’académie de Bordeaux, le rectorat fait essentiellement appel aux contractuels pour les remplacements.

A Grenoble, à la rentrée, des centaines de contractuels sont affectés sur zone académique, sans établissement.

L’administration pratique des affectations en établissement sans tenir compte des contraintes familiales des personnels, contrairement à ce qui est pourtant préconisé dans la circulaire du 23 mars 2017. A Montpellier, un collègue est affecté à 80 km de chez lui, sur un temps incomplet.

Dans l’académie de Lille, le rectorat préfère laisser un collègue contractuel sur temps incomplet plutôt que de l’affecter sur un temps complet alors que les besoins sont là.

La portabilité du CDI, prévu par l’article 6ter de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 n’est pas toujours respectée : un rectorat propose à un collègue une rémunération à l’indice planché pour plus de 6 ans d’ancienneté dans l’Education nationale.

Et si l’agent n’accepte pas l’inacceptable, c’est le licenciement ou le non renouvellement.

Dans un établissement de l’académie de Montpellier, au nom du décret Hamon et des 1607 h, l’administration exige des personnels qu’ils soient présents toute la semaine sur l’établissement. « Si vous n’êtes pas contents, rentrez chez vous ! » est la réponse qui leur est donnée.

Des centaines de contractuels licenciés ou non renouvelés

A Bordeaux, 17 licenciements pour insuffisance professionnelle ont été décidés par l’administration en fin d’année scolaire.

A Rennes, des personnels contractuels sont passés devant la CCP pour être licenciés sans même avoir été informés en amont.

A Versailles, 130 personnels ne sont pas réemployés sur 4000 où un rassemblement regroupant 50  personnes a été organisé le 28 août à l’initiative de FO, SUD’education, SGEN-CFDT, SNALC. La bataille pour le réemploi se poursuit.

L’évaluation professionnelle par compétences (l’équivalent de l’évaluation PPCR pour les titulaires), particulièrement opaque, prévue par le décret du 29 août 2016 et présentée comme une opportunité d’évolution de carrière tous les trois ans est, dans bien des cas, utilisée pour licencier des personnels qui ont fait leur preuve, enseigné plus de 4 ou 5 ans et…cédéisables. Curieusement, à quelques mois du CDI, ils ne font plus l’affaire et sont licenciés !

Avec le projet de pré-recrutement des enseignants en fin de licence, avec deux ans à l’essai, une lourde menace pèse sur les concours. Dans le cadre de CAP22 et les annonces des contrats de 6 ans dans l’Education nationale, en lieu et place des statuts de la fonction publique, le ministère de l’éducation nationale voudrait institutionnaliser la précarité.

Pour la FNEC-FP FO c’est non.

 Un bilan Sauvadet désastreux

FO l’a toujours dit année après année depuis 2013, le plan Sauvadet n’a jamais été un plan de titularisation des collègues contractuels, mais une machine à créer de la précarité.

Le 13 septembre, le ministre a donné les chiffres via ses services. Le constat est sans appel : de 2013 et 2018, 15 267 postes d’enseignants ont été proposés aux concours réservés. 8 226 contractuels ont finalement été titularisés. Soit 53,88 % par rapport au nombre des postes proposés !

Combien de temps et à quel prix le ministère va-t-il rester sourd à la revendication des personnels : un vrai plan de titularisation ouvert à tous ceux qui le souhaitent ?

 La FNEC-FP FO intervient à tous les niveaux et  s’adresse au ministère.

Elle appelle tous les contractuels à être en grève le 9 octobre.

 – Pour un plan massif de titularisation de tous les contractuels

– réemploi de tous,

 – aucun licenciement,

– augmentation du nombre de postes aux concours

– travail à temps complet pour tous les collègues en CDD ou en CDI qui le souhaitent.

Parcoursup 2019, nouveau coup porté à l’enseignement supérieur public

  Au Conseil Supérieur de l’Education du 11 mars, des textes pour une version "améliorée" de Parcoursup 2019 ont été présentés à trois jours de la clôture des inscriptions, le 14 mars. 740 457 PLACES POUR 800 000 CANDIDATS EN 2018  Lors du CSE, FO a condamné...

Le 19 mars : Tous en grève pour préparer le blocage de l’économie ! Exemplaire

Le gouvernement remet en cause tous les conquêtes sociales et tous les fondements de la République jusqu'alors une et indivisible. Des ordonnances Travail à la loi de « transformation-destruction » de la Fonction publique, en passant par le projet de loi École de la...

« Il faut la grève, la grève pour gagner » (les personnels du Rectorat de Rouen en AG le 25 février)

Répression systématique, « grand débat », opération d’union nationale visant à assimiler la mobilisation des centaines de milliers de travailleurs et de jeunes à l’antisémitisme, campagne d’intimidation à laquelle participe le ministre Blanquer en appelant à...

Loi Ecole de la confiance : un amendement qui programme la disparition de l’école maternelle de la République

 Le ministre avait promis des rebondissements lors de l’examen du projet de loi Blanquer « Ecole de la confiance », qui a été adopté en première lecture l’Assemblée Nationale le 15 février. On peut effectivement reconnaître que les rebondissements sont bien organisés...

Agir pour les revendications contre la répression

 Semaine après semaine, le gouvernement multiplie les attaques contre les salariés, les fonctionnaires, les retraités et la jeunesse. Avec la loi Blanquer sur l’École de la confiance, présentée en ce moment à l’Assemblée nationale, le ministre a décidé d’amplifier...

Groupe de travail du mercredi 13 février 2019 sur la réforme territoriale

Réunis avec la CGT et FO en AG le 31 janvier, une centaine de personnels du rectorat de Nantes et de la DSDEN 44 demandait l’arrêt des suppressions de postes. Le 8 février, ce sont 150 personnels administratifs de la DSDEN 76, rectorats 1 et 2 qui se sont rassemblés...

Avec ses établissements du socle, le ministre prépare le corps unique !

Le projet de Loi sur « l’École de la confiance » contient déjà plusieurs dispositions visant à disloquer encore plus le cadre national de l’école publique et les statuts particuliers de ses personnels. Mais le Ministre Blanquer avait promis qu’on verrait « surgir » du...

Non-titulaires : Le ministère répond à FO L’indemnité compensatrice de la CSG sera rétablie

 Force ouvrière s’était opposée à la décision du gouvernement de transformer une partie des cotisations « sécurité sociale » de maladie en CSG, parce que cette mesure constituait un hold-up sur les cotisations sociales (salaire différé) en les transférant sous forme...

Le ministre annonce une nouvelle expérimentation : les PIAL

  Le 18 janvier, dans le cadre du rapport « ensemble pour l’école inclusive », le ministre annonce l’expérimentation de « Pôles inclusifs d’accompagnement localisés » PIAL dans chaque académie. Ces PIAL sont mis en place au moment où 10 900 postes d’AESH sont créés,...

Tous à Matignon pour nos revendications ! Le gouvernement doit lâcher !

10 ans : ça suffit ! Le blocage de la revalorisation du point d’indice a fait baisser de 18 % le pouvoir d’achat des fonctionnaires. Les personnels sont excédés par la multiplication des contre-réformes successives, les politiques d’austérité, les suppressions de...