Conseil supérieur de l’Education du 12 juillet Communiqué et déclaration sur le calendrier scolaire

12 Juil, 2018Actualités, Communiqué

Force Ouvrière a décidé, avec les organisations syndicales FSU, CGT, SUD, Solidaires, UNSA Education et UNL de quitter la séance du Conseil supérieur de l’Education (CSE) des 12 et 13 juillet, compte-tenu du refus du ministre de retirer de l’ordre du jour des textes que les mêmes organisations syndicales lui demandaient de retirer car aucune discussion préalable n’avait été organisée sur des projets de texte dont l’application était prévue à la rentrée prochaine.

Le ministre tourne le dos aux revendications

Le ministre a soumis au Conseil supérieur de l’Education pas moins de 17 projets de textes et en particulier :

  • un projet sur la nature et la durée des épreuves du nouveau Baccalauréat ;
  • un projet d’arrêté fixant le calendrier scolaire 2019/2020, qui prévoit une pré-rentrée des enseignants le 30 août 2019. Le directeur de la DGESCO a d’ailleurs précisé que compte-tenu des réformes Blanquer du lycée et du Baccalauréat ainsi que de Parcoursup il était prévu des réunions de concertation pour adapter le calendrier scolaire, donc les conditions de travail des personnels, aux contre-réformes ;
  • la modification des programmes de Français, de Mathématiques et de l’EMC des cycles 2, 3 et 4, avec date d’effet au 1er septembre 2018 ;
  • un projet d’arrêté sur l’enseignement facultatif de chant choral qui s’inscrit dans la réforme du collège que les enseignants ont massivement rejetée, dans le cadre d’un temps de service annualisé et tournant le dos à la liberté pédagogique des enseignants.

Pour la FNEC FP-FO, les contre-réformes doivent être abrogées

Force Ouvrière, syndicat libre et indépendant, refuse la méthode du gouvernement, déclinée dans l’Education nationale, qui vise à associer les organisations syndicales pour co-construire des textes régressifs pour les personnels. Le gouvernement Macron-Philippe cherche à liquider tous les droits collectifs des salariés, des fonctionnaires et agents publics. Les organisations syndicales sont dans le collimateur, pour casser toute riposte organisée aux plans du gouvernement.

Qu’y a-t-il à discuter quand un projet de calendrier scolaire prévoit d’allonger le temps de travail des personnels de l’Education Nationale ? Qu’y a-t-il à discuter lorsque de nouveaux programmes, ancrés dans la réforme du collège, les cycles, doivent être imposés aux personnels en quelques semaines ? Discuter de quoi lorsque le gouvernement poursuit à marche forcée le tri social de Parcoursup, écartant encore plus de 300.000 lycéens de l’accès à l’enseignement supérieur au 12 juillet ?  Qu’y a-t-il à discuter lorsque les réformes du lycée et du Baccalauréat est imposée par le ministre, alors qu’elles ont été majoritairement rejetées par les organisations syndicales et qu’elles suscitent la colère des personnels.

C’est sur la base des revendications que Force Ouvrière a quitté le Conseil supérieur de l’Education ce 12 juillet. La FNEC FP-FO revendique le maintien du Baccalauréat, diplôme national et premier grade universitaire permettant l’accès de tous les bacheliers à la filière universitaire et à l’université de leur choix ; le retrait de la réforme du Baccalauréat et du lycée ; l’abrogation de la loi ORE et de Parcoursup ; l’abrogation de la réforme du collège, de la réforme des rythmes scolaires. La FNEC FP-FO poursuivra ses interventions à tous les niveaux pour porter les revendications des personnels qui n’acceptent pas la destruction à marche forcée de leurs droits, la dégradation de leurs conditions de travail.

 

Déclaration de la FNEC FP-FO sur le projet de calendrier scolaire 2019-2020

Conseil supérieur de l’Éducation du 12 juillet 2018

La FNEC FP-FO est opposée à un calendrier scolaire qui place la pré-rentrée des enseignants au 30 août, comme c’est le cas dans le projet d’arrêté présenté au CSE. Sous couvert de respect des dispositions du Code de l’Education sur les 36 semaines légales de cours, le ministre poursuit en réalité les orientations de ses prédécesseurs en imposant aux enseignants un allongement de leur temps de présence et de travail.

Pour la FNEC FP-FO rien dans le projet d’arrêté ne s’oppose à ce que la réflexion engagée lors de la journée de prérentrée se poursuive, notamment dans le premier degré, sur le temps de concertation.

Elle confirme son opposition aux deux demi-journées pouvant être convoquées en dehors du service.

Comme nous l’avons déjà indiqué en commission spécialisée, le bénéfice du pont de l’Ascension doit s’appliquer à tous les personnels, sans rattrapage exigé.

Elle rappelle que le calendrier scolaire ne permet pas de convoquer les enseignants avant le jour de prérentrée fixé par l’arrêté.

La FNEC FP-FO s’oppose enfin à ce que la période intermédiaire entre les congés de printemps et les congés d’été atteigne 11 semaines pour la zone C, 10 en zone B et 9 en zone A.

 La FNEC FP-FO rappelle ses revendications : pas de sortie après le 30 juin, pas de pré-rentrée avant le 1er septembre, respect des 36 semaines de cours et pas une de plus, abrogation du décret Hamon du 20 août 2014 et ses 1607 heures annuelles, octroi du pont de l’Ascension sans rattrapage à tous les personnels. Et comme le calendrier scolaire est étroitement lié aux diplômes nationaux : abandon de la réforme du lycée et du baccalauréat, abrogation de la loi ORE et de Parcoursup.

 

 

Déclaration de la FNEC FP-FO au Comité Technique ministériel du 20 mai 2020

La FNEC FP-FO revendique le retrait immédiat de la loi sur l’état d’urgence « sanitaire », que le gouvernement vient de prolonger, toujours sans tests de dépistage systématique, sans masques, sans mesures réellement sanitaires. Il se donne les pleins pouvoirs pour...

Réforme des concours et de la «formation des enseignants» : un concentré de territorialisation et de contractualisation

Dans ce domaine comme dans d’autres, la crise du Covid-19 n’a aucunement infléchi les projets du ministère : en effet la nouvelle présentation le 14 mai du projet d’arrêté «fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters MEEF» enkyste la...

Courrier au ministre sur la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes »

Monsieur le Ministre, Nous avons été stupéfaits à la lecture de la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes », publiée sur le site du ministère, et annexée à la circulaire du 5 mai 2020 relative à la réouverture des établissements...

Comité Technique Ministériel : le ministre déréglemente et territorialise au prétexte de la crise sanitaire !

Le Comité Technique Ministériel de l’Education nationale, réuni le 5 mai en présence du ministre, avait à l’ordre du jour la réouverture des écoles et des établissements. La FNEC FP-FO a fait valoir les revendications des milliers de personnels et la colère qui monte...

« Protocoles » sanitaires : la FNEC FP-FO refuse le chaos que veut nous imposer le ministre !

Les projets de « protocoles », dont tout le monde a été destinataire avant les organisations syndicales, ont mis en lumière l’impréparation et la précipitation du ministre face aux injonctions présidentielles et patronales pour une réouverture « coûte que coûte » le...

Annonces du Premier ministre : aucune réponse, aucune garantie !

Le Premier ministre a présenté son plan de déconfinement : il a surtout mis en avant les impératifs économiques, face auxquels la santé des personnels et des élèves ne compte pas. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, sauf dans les établissements...

Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépistage systématique, sans tous les moyens de protection nécessaires !

Les personnels soussignés considèrent que l’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse,...

Imposer les congés en plein confinement : une honte ! Abrogation des ordonnances !

Cela fait plus d’un mois que les personnels assurent la continuité des activités dans les services comme dans les établissements, parfois dans des conditions difficiles, en présentiel, en télétravail, en dispense d'activité ou en ASA… Les agents sont toujours présents...

Les stagiaires ne doivent pas être les victimes collatérales du Coronavirus !

 Dans la plupart des académies, les recteurs ont annoncé une titularisation des stagiaires en décembre 2020. Inadmissible ! En quoi ont-ils démérité ? Rien ne justifie ce report. Rien ne justifie que le statut de stagiaire, leur mutation et déroulement de carrière...

Concours sous Coronavirus : les déclarations du ministre ne résolvent rien !

Aujourd’hui, sans précisions de sa part, les annonces du ministre concernant les concours lèsent tous les candidats, quelle que soit leur situation. Elles ne tiennent pas compte de la situation sanitaire Un nouveau déclenchement du confinement peut avoir lieu en mai,...