Conseil supérieur de l’Education du 12 juillet Communiqué et déclaration sur le calendrier scolaire

12 Juil, 2018 | Actualités, Communiqué

Force Ouvrière a décidé, avec les organisations syndicales FSU, CGT, SUD, Solidaires, UNSA Education et UNL de quitter la séance du Conseil supérieur de l’Education (CSE) des 12 et 13 juillet, compte-tenu du refus du ministre de retirer de l’ordre du jour des textes que les mêmes organisations syndicales lui demandaient de retirer car aucune discussion préalable n’avait été organisée sur des projets de texte dont l’application était prévue à la rentrée prochaine.

Le ministre tourne le dos aux revendications

Le ministre a soumis au Conseil supérieur de l’Education pas moins de 17 projets de textes et en particulier :

  • un projet sur la nature et la durée des épreuves du nouveau Baccalauréat ;
  • un projet d’arrêté fixant le calendrier scolaire 2019/2020, qui prévoit une pré-rentrée des enseignants le 30 août 2019. Le directeur de la DGESCO a d’ailleurs précisé que compte-tenu des réformes Blanquer du lycée et du Baccalauréat ainsi que de Parcoursup il était prévu des réunions de concertation pour adapter le calendrier scolaire, donc les conditions de travail des personnels, aux contre-réformes ;
  • la modification des programmes de Français, de Mathématiques et de l’EMC des cycles 2, 3 et 4, avec date d’effet au 1er septembre 2018 ;
  • un projet d’arrêté sur l’enseignement facultatif de chant choral qui s’inscrit dans la réforme du collège que les enseignants ont massivement rejetée, dans le cadre d’un temps de service annualisé et tournant le dos à la liberté pédagogique des enseignants.

Pour la FNEC FP-FO, les contre-réformes doivent être abrogées

Force Ouvrière, syndicat libre et indépendant, refuse la méthode du gouvernement, déclinée dans l’Education nationale, qui vise à associer les organisations syndicales pour co-construire des textes régressifs pour les personnels. Le gouvernement Macron-Philippe cherche à liquider tous les droits collectifs des salariés, des fonctionnaires et agents publics. Les organisations syndicales sont dans le collimateur, pour casser toute riposte organisée aux plans du gouvernement.

Qu’y a-t-il à discuter quand un projet de calendrier scolaire prévoit d’allonger le temps de travail des personnels de l’Education Nationale ? Qu’y a-t-il à discuter lorsque de nouveaux programmes, ancrés dans la réforme du collège, les cycles, doivent être imposés aux personnels en quelques semaines ? Discuter de quoi lorsque le gouvernement poursuit à marche forcée le tri social de Parcoursup, écartant encore plus de 300.000 lycéens de l’accès à l’enseignement supérieur au 12 juillet ?  Qu’y a-t-il à discuter lorsque les réformes du lycée et du Baccalauréat est imposée par le ministre, alors qu’elles ont été majoritairement rejetées par les organisations syndicales et qu’elles suscitent la colère des personnels.

C’est sur la base des revendications que Force Ouvrière a quitté le Conseil supérieur de l’Education ce 12 juillet. La FNEC FP-FO revendique le maintien du Baccalauréat, diplôme national et premier grade universitaire permettant l’accès de tous les bacheliers à la filière universitaire et à l’université de leur choix ; le retrait de la réforme du Baccalauréat et du lycée ; l’abrogation de la loi ORE et de Parcoursup ; l’abrogation de la réforme du collège, de la réforme des rythmes scolaires. La FNEC FP-FO poursuivra ses interventions à tous les niveaux pour porter les revendications des personnels qui n’acceptent pas la destruction à marche forcée de leurs droits, la dégradation de leurs conditions de travail.

 

Déclaration de la FNEC FP-FO sur le projet de calendrier scolaire 2019-2020

Conseil supérieur de l’Éducation du 12 juillet 2018

La FNEC FP-FO est opposée à un calendrier scolaire qui place la pré-rentrée des enseignants au 30 août, comme c’est le cas dans le projet d’arrêté présenté au CSE. Sous couvert de respect des dispositions du Code de l’Education sur les 36 semaines légales de cours, le ministre poursuit en réalité les orientations de ses prédécesseurs en imposant aux enseignants un allongement de leur temps de présence et de travail.

Pour la FNEC FP-FO rien dans le projet d’arrêté ne s’oppose à ce que la réflexion engagée lors de la journée de prérentrée se poursuive, notamment dans le premier degré, sur le temps de concertation.

Elle confirme son opposition aux deux demi-journées pouvant être convoquées en dehors du service.

Comme nous l’avons déjà indiqué en commission spécialisée, le bénéfice du pont de l’Ascension doit s’appliquer à tous les personnels, sans rattrapage exigé.

Elle rappelle que le calendrier scolaire ne permet pas de convoquer les enseignants avant le jour de prérentrée fixé par l’arrêté.

La FNEC FP-FO s’oppose enfin à ce que la période intermédiaire entre les congés de printemps et les congés d’été atteigne 11 semaines pour la zone C, 10 en zone B et 9 en zone A.

 La FNEC FP-FO rappelle ses revendications : pas de sortie après le 30 juin, pas de pré-rentrée avant le 1er septembre, respect des 36 semaines de cours et pas une de plus, abrogation du décret Hamon du 20 août 2014 et ses 1607 heures annuelles, octroi du pont de l’Ascension sans rattrapage à tous les personnels. Et comme le calendrier scolaire est étroitement lié aux diplômes nationaux : abandon de la réforme du lycée et du baccalauréat, abrogation de la loi ORE et de Parcoursup.

 

 

Pré-recrutement d’apprentis professeurs : Statut, concours et salaires dans le viseur de la loi Blanquer

Parmi les mesures destructrices du projet de loi Blanquer pour « une école de la confiance », le ministère prévoit la modification du recrutement des AED, qui pourraient être utilisés comme professeurs apprentis à moindre coût. Recrutés par contrat en L2, sans le...

Editorial du Syndicaliste Indépendant n°208 : Soyons lucides !

Parmi les titres multiples et variés des journaux acharnés contre l’existence même de la confédération FO dans une campagne médiatique insupportable, retenons-en un : « A quoi sert FO ? ».D’autres sur certaines ondes, ont d’ailleurs apporté leur réponse : FO doit...

Je vote FO

Face aux réformes gouvernementales qui détruisent tous les droits et garanties collectives,Je vote FOPour Résister, revendiquer, reconquérir tract je vote...

Le statut, rien que le statut ! Retrait des réformes Darmanin-Blanquer

Le ministre de l’Action publique vient de lancer une bombe contre le Statut général : généralisation des recrutements sous contrat, démantèlement des services publics, suppressions de dizaines de milliers de postes, mise en place d’un plan de départs dits «...

Violences scolaires : il est urgent d’arrêter le saccage de l’école républicaine et des statuts!

Après la diffusion ce week-end d’une vidéo montrant un élève d’un lycée de Créteil menacer d’une arme sa professeure, la FNEC FP-FO tient à apporter tout son soutien à la collègue et à l’équipe de l’établissement. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation...

Déclaration de la FNEC FP-FO au CSE du 15 octobre 2018

Monsieur le ministre, Mesdames, Messieurs membres du CSE, Le projet de loi de l’école de la confiance est présenté aujourd’hui au CSE dans la précipitation : nous avons été informés le 2 octobre alors que le texte n’était pas finalisé. Il doit être présenté au...

Fusion des académies Non à la régionalisation de l’Éducation nationale, maintien de toutes nos garanties statutaires nationales !

  Lors du CTM du 4 octobre le calendrier a été confirmé. Le 1° janvier 2020, il n'y aura plus que 13 académies métropolitaines, coïncidant avec les périmètres des grandes régions issues de la loi Notre du gouvernement Valls-Hollande. Le ministère entend multiplier les...

Vademecum sur la laïcité : le ministère doit prendre ses responsabilités

Le ministre de l’Education nationale vient de s’adresser aux enseignants pour les informer de la publication d’un formulaire de saisine et d’un vadémécum. Ces documents sont mis à la disposition des personnels pour les aider à traiter des atteintes au principe de...

5 octobre : journée mondiale des enseignants : défense inconditionnelle des statuts, des postes et des libertés syndicales des enseignants

La journée mondiale des enseignants s’inscrit dans un contexte international où les politiques menées par les gouvernements et suscitées par les institutions internationales (FMI, Banque mondiale, Union Européenne) sont très éloignées des exigences affirmées dans les...

1 800 suppressions de postes dans l’Éducation nationale : le ministre accélère le traitement de choc

Par voie de presse, le ministre Blanquer a annoncé la suppression de 1 800 postes dans le ministère de l’Éducation nationale sur le budget 2019. Blanquer suit le cap des contre-réformes fixé par le gouvernement Afin de baisser les dépenses de l’Etat et réduire les...