Concours sous Coro­na­vi­rus : les décla­ra­tions du ministre ne résolvent rien !

18 Avr, 2020Non clas­sé

Aujourd’hui, sans pré­ci­sions de sa part, les annonces du ministre concer­nant les concours lèsent tous les can­di­dats, quelle que soit leur situation.

Elles ne tiennent pas compte de la situa­tion sanitaire

Un nou­veau déclen­che­ment du confi­ne­ment peut avoir lieu en mai, juin ou juillet, sur­tout si le minis­tère main­tient sa volon­té de rou­vrir les écoles et éta­blis­se­ments à par­tir du 11 mai, mesure contre laquelle la FNEC FP-FO appelle à signer mas­si­ve­ment la péti­tion pour l’application de l’avis du CHSCT ministériel.

Dans cette situa­tion, limi­ter au maxi­mum les dépla­ce­ments dans les trans­ports dans les grandes agglo­mé­ra­tions ain­si que sur sites, est une évidence.

En tout état de cause, il faut aus­si garan­tir aux can­di­dats les condi­tions d’égalité qui doivent pré­va­loir dans le dérou­le­ment des concours. Aujourd’hui ce n’est pas le cas.

Une course d’obstacles sans fin pour les can­di­dats aux concours externes

Ceci concerne la grande majo­ri­té des concours puisque plus des deux tiers des can­di­dats sont concer­nés. Pour autant, le minis­tère ne veut rien céder sur ses réformes ante et en deve­nir. Il pré­voit dans la forme actuelle de ses annonces que tous les can­di­dats seraient en attente d’une vali­da­tion en juin 2021 avec un oral ! Cela n’est pas accep­table ! Tous les can­di­dats sont inquiets et le disent, « on ne va pas attendre un an pour savoir à quelle sauce le ministre va nous titu­la­ri­ser », « on doit pou­voir savoir ».

La FNEC FP-FO s’adresse au ministre pour avoir toutes les garan­ties pour les futurs lau­réats. La pan­dé­mie ne doit pas ser­vir d’excuse à la fra­gi­li­sa­tion sta­tu­taire. Leurs condi­tions de stage avec le mas­ter à pas­ser, les mémoires, les cours à l’INSPE, le pré­sen­tiel, doivent être consi­dé­ra­ble­ment allé­gées pour tenir compte de la situa­tion sani­taire. Pour la FNEC FP-FO une mesure s’impose : l’abrogation de la masterisation.

Non aux oraux de titu­la­ri­sa­tion en juin 2021 !

Les admis­sibles concours 2020 ont pré­pa­ré les concours dans les pires condi­tions, le ministre et les corps d’inspection doivent le prendre en compte.

Que se pas­se­rait-il s’ils échouaient à l’oral du prin­temps 2021 ? Tous contractuels ?

Trop facile qu’ils soient les lais­sés pour compte de la poli­tique du gou­ver­ne­ment. Sans remettre en cause la nature des concours, leur impor­tance, les concours dans leur forme pan­dé­mique ne doivent pas ser­vir de machine à pro­duire des contractuels.

Concours internes : des relégués

Le minis­tère entend repous­ser toutes les épreuves d’admission à la ren­trée 2020. C’est mettre les can­di­dats aux concours internes, donc déjà en exer­cice, dans une situa­tion impos­sible, en leur ôtant la pos­si­bi­li­té de pré­pa­rer dans des condi­tions cor­rectes et donc de réus­sir les épreuves, en pleine ren­trée sco­laire (et quelle ren­trée !). C’est aus­si les empê­cher de prendre leur poste à la ren­trée, c’est repous­ser d’autant la prise de poste et la titu­la­ri­sa­tion, c’est donc tout aus­si inac­cep­table. Alors, comme les faits sont les faits, les per­son­nels ayant fait preuve dans toutes les situa­tions de pas­sa­tion des concours internes de leur enga­ge­ment, de leur qua­li­té, car ils sont pour la plu­part depuis de nom­breuses années contrac­tuels dans l’éducation natio­nale ou titu­laires de corps exis­tants, le gou­ver­ne­ment doit oublier toutes ces mesures res­tric­tives et humiliantes.

Pour la FNEC FP-FO, il faut mettre tous les can­di­dats en condi­tion de réus­sir les concours.

Les can­di­dats ne sont pas res­pon­sables du Covid-19 ! Ils ne doivent pas être lésés ! Le minis­tère doit prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés : Admis­sion sans conditions !

La FNEC-FP FO s’adresse au ministre pour :

  • Pas d’oral sup­plé­men­taire en 2021 pour les lau­réats du concours externe : tous les lau­réats doivent être titularisés
  • Pour les concours internes, tous les admis­sibles doivent être admis dès maintenant
  • Tous les postes pré­vus aux concours doivent être 
  • Dans tous les corps, ouver­ture des listes complémentaires.
  • Affec­ta­tion de tous les lau­réats au 1er sep­tembre, le cas échéant en sur­nu­mé­raires, avec les créa­tions de postes deman­dées à tous les niveaux par les 
  • Abro­ga­tion de la masterisation

Mon­treuil le 21 avril 2020

Grève dès la ren­trée en Seine-Saint-Denis : « On ne veut pas attendre ! Les reven­di­ca­tions, c’est maintenant ! »

« Pas de moyens ? Pas de ren­trée ! » C’est sur ce mot d’ordre que, dans de très nom­breux éta­blis­se­ments de Seine-Saint-Denis, les col­lègues ont déci­dé de se mobi­li­ser, de se mettre en grève ce lun­di 26 février, jour de ren­trée. Ce matin, dans plusieurs…

10 mil­liards de coupes sup­plé­men­taires au bud­get, des mil­liers de postes mena­cés… Ça suf­fit ! Par­tout, dis­cu­tons de la grève pour blo­quer le gouvernement !

La tra­duc­tion bud­gé­taire des décla­ra­tions du ministre Le Maire, annon­çant un plan d’économie sans pré­cé­dent de 10 mil­liards d’euros sur le dos des ser­vices publics et des per­son­nels n’a pas tar­dé. Les décrets qui mettent en œuvre et déclinent ces annonces par…

Rejet mas­sif du « choc des savoirs » : dis­cu­tons de la grève pour le bloquer

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février, 6 textes sur le « choc des savoirs » ont été pré­sen­tés. La FNEC FP-FO a voté contre l’ensemble des textes, comme la grande majo­ri­té des membres du CSE. Ce « choc contre les savoirs » s’inscrit dans la…

Compte-ren­­du de l’audience avec la ministre Bel­lou­bet le 15 février 2024

La FNEC FP-FO a été reçue par la nou­velle ministre de l’Education natio­nale Bel­lou­bet le jeu­di 15 février 2024. La ministre a pré­ci­sé qu’il s’agissait d’une pre­mière ren­contre, qu’elle n’était pas en capa­ci­té d’apporter des réponses à toutes nos questions. «…

Ces­­sez-le-feu et arrêt des mas­sacres en Pales­tine comme en Ukraine !

La FNEC FP-FO a pris connais­sance du com­mu­ni­qué inter­syn­di­cal natio­nal inti­tu­lé « Soli­da­ri­té avec la résis­tance des tra­vailleurs ukrai­niens » et appe­lant à mani­fes­ter le 24 février pour sou­te­nir l’Ukraine contre la Rus­sie. Elle note que cet appel n’a pas été…

Décla­ra­tion FO au Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février 2024 (« choc des savoirs »)

Mon­sieur le pré­sident, Mes­dames et Mes­sieurs, Le Conseil Supé­rieur de l’Éducation convo­qué aujourd’hui se réunit alors que depuis 4 mois, la popu­la­tion pales­ti­nienne se fait mas­sa­crer par les bom­bar­de­ments israé­liens, avec des dizaines de mil­liers de morts…

Le gou­ver­ne­ment nous laisse-t-il le choix ? Assem­blées Géné­rales et réunions syn­di­cales par­tout pour déci­der et s’organiser en vue de le bloquer

La grève très lar­ge­ment sui­vie le 1er février a expri­mé l’immense colère des per­son­nels de l’Éducation natio­nale face au sac­cage de l’École publique par le gou­ver­ne­ment Macron-Attal-Oudéa-Cas­té­ra. Comme des mil­lions de sala­riés, ils refusent l’effondrement de…

Grève puis­sante dans l’Éducation natio­nale ce jeu­di 1er février : Pour faire céder la ministre sur nos reven­di­ca­tions, dis­cu­tons des suites main­te­nant, dis­cu­tons de l’action efficace !

Dans le 1er comme dans le 2d degré, les per­son­nels ont fait mas­si­ve­ment grève à l’appel de la FNEC FP- FO, la FSU, la CGT Educ’action, Sud Édu­ca­tion. La CFDT et l’UNSA ont éga­le­ment appe­lé à la mobi­li­sa­tion. Dans toute la France, des cor­tèges impo­sants ont…

Les agri­cul­teurs veulent blo­quer le gou­ver­ne­ment : n’est-ce pas le moment ?

La colère gronde dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices, avec les annonces de sup­pres­sions de classes et de postes, l’escroquerie du “choc des savoirs” qui va désor­ga­ni­ser les éta­blis­se­ments, les mesures gou­ver­ne­men­tales contre le Sta­tut, contre…

Des mil­liers sous les fenêtres de la ministre pour défendre l’enseignement spé­cia­li­sé et les AESH !

Ce jeu­di 25 jan­vier, des mil­liers de per­son­nels de l’Éducation natio­nale, du sec­teur social et médi­co-social, agents ter­ri­to­riaux et hos­pi­ta­liers, per­son­nels de l’enseignement agri­cole, des parents d’élèves, de toute la France, sont venus crier leur colère à…