Concer­ta­tion sur l’attractivité et la reva­lo­ri­sa­tion du métier ensei­gnant : des pro­po­si­tions inacceptables !

10 Nov, 2022Com­mu­ni­qué, Salaires

Le minis­tère a réuni trois groupes de tra­vail avec les orga­ni­sa­tions syn­di­cales repré­sen­ta­tives pour dis­cu­ter de « l’attractivité et la reva­lo­ri­sa­tion du métier ensei­gnant ». On pou­vait dis­cu­ter de tout… sauf d’une chose : la répar­ti­tion de l’enveloppe bud­gé­taire… 635 mil­lions sont consa­crés à la « reva­lo­ri­sa­tion sans contre­par­tie », réser­vée aux ensei­gnants dans la pre­mière moi­tié de car­rière ; 300 mil­lions sont consa­crés à rému­né­rer des « mis­sions com­plé­men­taires » ! Autant dire tra­vailler plus pour perdre moins ! Inac­cep­table ! Rap­pe­lons que le bud­get de l’Éducation qui, outre cette
« reva­lo­ri­sa­tion » indi­gente, pré­voit 2000 sup­pres­sions de postes d’enseignants et un fond d’innovation péda­go­gique pour enga­ger une logique de ter­ri­to­ria­li­sa­tion de l’École comme à Mar­seille, n’a pas été dis­cu­té une seule minute à l’Assemblée natio­nale, puisque le gou­ver­ne­ment a bran­di le 49–3 dès l’introduction des débats !

« Reva­lo­ri­sa­tion sans contre­par­tie » pour qui ?

Mal­gré nos ques­tions, le minis­tère nous laisse dans le flou le plus total. Qui exac­te­ment serait concer­né par cette « reva­lo­ri­sa­tion sans contre­par­tie » ? À quelle hau­teur ? Indi­ciaire ou indem­ni­taire ? Les réponses à ces ques­tions seraient repor­tées mi-décembre, autant dire après les élec­tions pro­fes­sion­nelles… Peut-être ne faut-il pas trop expo­ser les orga­ni­sa­tions syn­di­cales qui prêtent une oreille atten­tive aux pro­po­si­tions ministérielles…

Bilan de PPCR

Le minis­tère a éga­le­ment sou­hai­té faire un point sur le dérou­le­ment de car­rière et en par­ti­cu­lier sur les consé­quences du Pro­to­cole Par­cours pro­fes­sion­nels, Car­rières et Rému­né­ra­tions (PPCR). La FNEC FP-FO n’a pas par­ta­gé l’enthousiasme débor­dant des orga­ni­sa­tions syn­di­cales qui ont voté pour PPCR (FSU, UNSA, CFDT). La FNEC FP-FO, qui a voté contre PPCR, a poin­té le gel du point d’indice et la perte de pou­voir d’achat sans pré­cé­dent que nous vivons depuis la mise en place de PPCR, l’arbitraire de l’évaluation lors des ren­dez-vous car­rière (que ce soit pour les « boost » d’un an des deux pre­miers ren­dez-vous ou pour le pas­sage à la hors classe) et le fait du prince de la classe excep­tion­nel, grade très majo­ri­tai­re­ment fonc­tion­nel et dont l’accès repose presque exclu­si­ve­ment sur l’appréciation dis­cré­tion­naire de la hiérarchie.

Récom­pen­ser les « meilleurs agents »

Fait cocasse : une orga­ni­sa­tion favo­rable au PPCR s’est insur­gée concer­nant un pas­sage du docu­ment de l’administration qui pré­ci­sait : « les deux 1ers RDV de car­rière peuvent pour les meilleurs agents entraî­ner une boni­fi­ca­tion d’ancienneté », indi­quant que la for­mu­la­tion « meilleurs agents » n’était pas adap­tée puisque le quo­ta de pro­mo­tion était fixé à 30 %. Fort juste ! Il n’en reste pas moins que c’est ce que pré­voit le décret PPCR : 30 % d’heureux élus « meilleurs agents » par la hié­rar­chie et 70 % qui ne sont pas les « meilleurs agents » et sont pro­mus au rythme le plus lent…

L’appréciation arbi­traire et gra­vée dans le marbre pour le pas­sage à la Hors classe, ça suffit !

Fait moins cocasse : le minis­tère indique qu’il réflé­chit à un qua­trième ren­dez-vous car­rière. La FNEC FP-FO a indi­qué que les per­son­nels n’étaient pas deman­deurs d’un qua­trième ren­dez-vous car­rière, mais que cer­tains col­lègues mal éva­lués lors du troi­sième ren­dez-vous car­rière sou­haitent être rééva­lués. Rap­pe­lons-le, cette appré­cia­tion du troi­sième ren­dez-vous car­rière est un cou­pe­ret puisqu’elle est gra­vée dans le marbre et peut retar­der d’au moins 6 ans l’accès à la hors classe par rap­port à un col­lègue bien éva­lué… La FNEC FP-FO reven­dique donc que les col­lègues qui le demandent puissent voir leur appré­cia­tion rééva­luée et prise en compte uni­que­ment si c’est à la hausse. À notre grande stu­pé­fac­tion, la FSU s’est oppo­sée caté­go­ri­que­ment à cette demande qui semble pour­tant tom­bée sous le sceau du bon sens, indi­quant que le carac­tère pérenne de l’appréciation du 3ème ren­dez-vous car­rière était un aspect fon­da­men­tal de PPCR…

Non au contin­gen­te­ment à 10 % du corps pour la classe exceptionnelle

La FNEC FP-FO a enfin reven­di­qué l’arrêt du contin­gen­te­ment à 10 % des effec­tifs du corps pour la classe excep­tion­nelle. En effet, cette clause inac­cep­table va entraî­ner un blo­cage total de l’accès à la classe excep­tion­nelle puisqu’il fau­dra attendre pour chaque pro­mu poten­tiel un départ en retraite !

Des pro­po­si­tions concer­nant les « mis­sions com­plé­men­taires » inacceptables

Le second volet « mis­sion com­plé­men­taire » était lui bien plus ins­truc­tif… Dans la logique du « pacte » du ministre Ndiaye, il s’agit d’utiliser la ques­tion de la « reva­lo­ri­sa­tion » pour mettre en œuvre les orien­ta­tions déjà décli­nées dans le « Gre­nelle » du ministre Blan­quer qui visent ins­ti­tuer un mana­ge­ment de type pri­vé basé sur l’engagement et les résul­tats. Ain­si, ce n’est plus l’État qui a des obli­ga­tions d’instruction des élèves, en créant les postes néces­saires, en rem­pla­çant les per­son­nels absents, en for­mant les per­son­nels… C’est aux per­son­nels de trou­ver eux-mêmes les solu­tions, ce qui leur per­met­tra de perdre un peu moins de salaire. Cette logique se décline en trois parties :

1. L’appui à la réus­site des élèves et la conti­nui­té des enseignements

Il est ques­tion de rému­né­rer les per­son­nels s’ils rem­placent leurs col­lègues absents dans le second degré (c’est pour le minis­tère une ques­tion cen­trale puisque seule­ment 8 % des rem­pla­ce­ments sont actuel­le­ment assu­rés de cette manière), s’ils accom­pagnent les élèves (aide aux devoirs, « vacances appre­nantes », école ouverte), s’ils par­ti­cipent à l’orientation, s’ils orga­ni­ser des liens inter degrés… La FNEC FP-FO est reve­nue sur les pro­pos du ministre concer­nant la sur­veillance des élèves à midi, l’implication des ensei­gnants dans le péri­sco­laire ou l’extrascolaire et a deman­dé des expli­ca­tions. Le minis­tère n’a don­né aucune réponse précise.

2. La for­ma­tion conti­nue des ensei­gnants et leur déve­lop­pe­ment professionnel

Le minis­tère pré­voit tout sim­ple­ment de géné­ra­li­ser la for­ma­tion conti­nue des ensei­gnants pen­dant les vacances !

3. Favo­ri­ser et recon­naître la par­ti­ci­pa­tion des ensei­gnants aux actions de pilo­tage et de coordination

Le minis­tère pré­voit de « ren­for­cer la coor­di­na­tion des équipes d’enseignants par dis­ci­plines et par niveaux » et de « recon­naître et valo­ri­ser l’implication dans les pro­jets d’établissement ou d’école. » Le minis­tère pro­pose donc une logique de contrats d’objectifs et de capo­ra­li­sa­tion, déjà mise en place avec de nou­velles fonc­tions (lettre de mis­sions pour les direc­teurs avec la loi Ril­hac, ensei­gnants char­gés de mis­sions d’inspection, coor­di­na­teurs, réfé­rents har­cè­le­ment, laï­ci­té, culture…).

« Valo­ri­ser l’implication dans les pro­jets », c’est ins­ti­tuer une part de rému­né­ra­tion « au mérite », en fonc­tion de l’implication dans les « pro­jets inno­vants », prô­nés par le pré­sident Macron et le ministre Ndiaye, comme à Mar­seille, avec fond d’innovation péda­go­gique et rému­né­ra­tion com­plé­men­taire à la clé, en totale contra­dic­tion avec le cadre natio­nal de l’École de la Répu­blique ! La FNEC FP-FO a deman­dé com­ment cette « impli­ca­tion » serait éva­luée ? Par qui ? Selon quelles moda­li­tés (école par école comme pour la part variable de la prime REP+, ou indi­vi­duel­le­ment) ? Les éva­lua­tions d’écoles et d’établissements seraient-elles uti­li­sées à cette fin ? Le minis­tère a bot­té en touche face à ces ques­tions, ren­voyant là aus­si la dis­cus­sion à la mi-décembre…

Une décla­ra­tion de guerre !

Pour la FNEC FP-FO, ces annonces consti­tuent une décla­ra­tion de guerre. La FNEC FP-FO a réaf­fir­mé sa totale oppo­si­tion au prin­cipe d’individualisation des rému­né­ra­tions et des car­rières et a deman­dé, à nou­veau, que la tota­li­té de l’enveloppe, qui doit être revue à la hausse, car le compte n’y est pas, soit uti­li­sée pour amé­lio­rer la grille indi­ciaire de la tota­li­té des col­lègues, sans contrepartie.

La FNEC FP-FO invite tous les per­son­nels à se réunir pour la défense des reven­di­ca­tions et en pre­mier lieu les salaires. La FNEC FP-FO, avec sa fédé­ra­tion de fonc­tion­naires et sa confé­dé­ra­tion, exige l’ouverture immé­diate d’une véri­table négo­cia­tion pour l’augmentation du point d’indice avec une clause de revoyure compte tenu de l’inflation galopante.

Mon­treuil le 9 novembre 2022

Grande concer­ta­tion sur l’autorité à l’École – réunion du 15 mai

Nos orga­ni­sa­tions FSU, UNSA Édu­ca­tion, FNEC-FP-FO, SGEN-CFDT, CGT Educ’action et SUD Édu­ca­tion ne par­ti­ci­pe­ront pas à la réunion de ce jour dans le cadre de la « Grande concer­ta­tion » sur l’autorité à l’École. Nous avons déjà eu l’occasion de dénon­cer la…

La fusion des AESH et des AED est aban­don­née ! Un encou­ra­ge­ment pour le retrait de l’Acte 2 de l’École inclusive !

Un groupe de tra­vail concer­nant l’ « École pour tous » s’est réuni lun­di 13 mai. Les repré­sen­tants du minis­tère recon­naissent que la ques­tion de l’École inclu­sive sys­té­ma­tique est sen­sible : « On ne cherche pas à mini­mi­ser. On est d’accord qu’il y a des…

Réforme de la for­ma­tion des ensei­gnants et des concours : une attaque d’ampleur contre le recru­te­ment sous Statut !

La ministre Bel­lou­bet a pré­sen­té le lun­di 6 mai son pro­jet, pour une mise en œuvre dès la ren­trée de sep­tembre 2024. Le gou­ver­ne­ment veut aller vite pour une réforme aux dégâts mul­tiples. Pour tous, le main­tien de la « mas­te­ri­sa­tion » et la remise en cause du…

Pour blo­quer le « choc des savoirs » et les mesures qui cassent l’École publique, pour les moyens néces­saires (postes, classes, salaires…) : Grève natio­nale le 14 mai !

La mobi­li­sa­tion pour obte­nir les moyens néces­saires à la réus­site de leurs élèves, pour leur salaire et contre le « choc des savoirs », enga­gée depuis le mois de jan­vier, se pour­suit mal­gré les périodes de vacances zonées, témoi­gnant de la déter­mi­na­tion des…

La seule réponse du gou­ver­ne­ment : stig­ma­ti­ser, sou­mettre, réprimer

Lors de son dis­cours à Viry-Châ­tillon, le Pre­mier ministre a annon­cé une « concer­ta­tion » sur « le res­pect de l’autorité au sein de notre jeu­nesse ». La ministre Bel­lou­bet l’a lan­cée ce ven­dre­di 3 mai. A un mois des élec­tions euro­péennes, per­sonne n’est dupe…

Face au tol­lé, crai­gnant les mobi­li­sa­tions, le gou­ver­ne­ment renonce à récu­pé­rer les heures allouées aux enseignements

La consigne minis­té­rielle est tom­bée comme un cou­pe­ret dans les éta­blis­se­ments en début de semaine. Dans le cadre de la réduc­tion des cré­dits de 700 mil­lions d’euros à l’Éducation natio­nale, le minis­tère avait deman­dé aux rec­to­rats de reprendre les budgets…

Sou­tien aux étu­diants mobi­li­sés pour la paix et l’arrêt du géno­cide à Gaza !

La FNEC FP-FO condamne les ten­ta­tives d’intimidation, de stig­ma­ti­sa­tion, voire de cri­mi­na­li­sa­tion des étu­diants mobi­li­sés pour le ces­sez-le-feu en Pales­tine et l’arrêt du géno­cide en cours à Gaza. Dans une inter­view le 28 avril, la ministre Retailleau…

Stop à la remise en cause des liber­tés publiques !

La FNEC FP-FO dénonce la dérive liber­ti­cide en cours qui vise à faire taire, à stig­ma­ti­ser, à cri­mi­na­li­ser toutes les voix qui s’élèvent pour exi­ger un ces­sez-le-feu à Gaza, la fin des mas­sacres et des bom­bar­de­ments de popu­la­tions civiles, l’arrêt du génocide…

Annonces de Gabriel Attal à Viry-Châ­­tillon : Non à la mise au pas de la jeu­nesse, de l’École et de ses personnels !

Plu­tôt que de répondre à la colère géné­rale pro­vo­quée par les sup­pres­sions de postes et les fer­me­tures de classes, les 700 mil­lions de coupes bud­gé­taires, les contre-réformes, le « choc des savoirs », Gabriel Attal a déci­dé d’accentuer la pres­sion sur la…

Pour blo­quer le « choc des savoirs » et les plans du gou­ver­ne­ment contre le Sta­tut, pour nos reven­di­ca­tions : AG par­tout dès la rentrée !

Réforme des lycées pro, « choc des savoirs », SNU, uni­forme, acte 2 de l’école inclu­sive, sup­pres­sions de postes, ter­ri­to­ria­li­sa­tion : le gou­ver­ne­ment mul­ti­plie les mau­vais coups contre l’École publique. En face, les per­son­nels et les parents d’élèves…