Compte-ren­­du du GT « esprit d’équipe » du « Gre­nelle » du 21 sep­tembre 2021

23 Sep, 2021Compte ren­du

Décla­ra­tion de la FNEC FP-FO

Les docu­ments qui nous ont été pré­sen­tés dans le cadre de ce GT « esprit d’équipe » du « Gre­nelle » sont un conden­sé de l’offensive du ministre contre les sta­tuts et la liber­té péda­go­gique qui vise à mettre en place un mana­ge­ment proche du pri­vé avec une nou­velle hié­rar­chie inter­mé­diaire, des res­sources humaines de proxi­mi­té, une car­rière cadrée par l’« accom­pa­gne­ment », issu de PPCR, où les per­son­nels sont sans cesse remis en cause et trans­for­més en « sta­giaires à vie » !

La FNEC FP-FO rap­pelle qu’elle demande tou­jours l’abrogation de PPCR qui a ins­tau­ré cette logique d’« accom­pa­gne­ment » que nous combattons.

La par­tie I du docu­ment inti­tu­lée « des moyens accrus pour ren­for­cer l’accompagnement des pro­fes­seurs » vise à trans­for­mer les mis­sions des per­son­nels ou intro­duire de nou­velles strates hié­rar­chiques dans une logique de caporalisation.

Dans le pre­mier degré :

Vous indi­quez que pour « L’organisation et l’animation de la réflexion et du tra­vail col­lec­tif », « Des dis­po­si­tifs existent : fonc­tions mixtes du type CPC ou PE maître for­ma­teur (PEMF) ».

Faut-il rap­pe­ler que les mis­sions des maîtres for­ma­teurs se portent sur la for­ma­tion des sta­giaires ? On en revient à la volon­té de trans­for­mer les titu­laires en « sta­giaires à vie » !

Quant aux conseillers péda­go­giques de cir­cons­crip­tions, vous vou­lez créer des ins­pec­teurs low-cost en pro­po­sant « d’être davan­tage impli­qués dans le pilo­tage péda­go­gique, aux côtés des IEN, en vue de s’engager dans des fonc­tions d’encadrement », fai­sant fi des sta­tuts et des mis­sions de conseil dis­pen­sées par un pair inhé­rents aux fonc­tions de CPC.

Dans le second degré :

Vous pro­po­sez « La mise en place de char­gés de mis­sions dans le 2nd degré (char­gés de mis­sion auprès des corps d’inspection : CMCI) dans le cadre du déve­lop­pe­ment des fonc­tions mixtes ».

« L’ensemble des mis­sions dévo­lues aux ins­pec­teurs (IPR, IEN ET/EG) pour­rait être poten­tiel­le­ment exer­cé par les char­gés de mis­sion » avec des mis­sions comme « for­ma­tion, accom­pa­gne­ment d’enseignants, indi­vi­duel ou en équipe, mener des ren­dez-vous de car­rière, éva­lua­teurs externes d’établissements.»

« Les fonc­tions pour­raient être acces­sibles à tous les agents, de pré­fé­rence mais sans exclu­sive après le deuxième ren­dez-vous de car­rière. » « Un pro­ces­sus de sélec­tion clair, encou­ra­geant une démarche réflexive chez les can­di­dats, serait mis en place.»

L’ensemble de ces dis­po­si­tions consti­tuent une attaque sta­tu­taire sans précédent !

Les sta­tuts et mis­sions des CPC, des PEMF, des ensei­gnants, des IEN et des IA-IPR seraient bafoués pour mettre en place une nou­velle hié­rar­chie inter­mé­diaire à même d’impulser le « pilo­tage par l’évaluation » cher au ministre et dont « l’accompagnement » ren­for­cé et per­ma­nent des per­son­nels est un élé­ment clé.

Les éva­lua­tions d’établissement et d’école qui se mul­ti­plient, le plan maths-fran­çais et la for­ma­tion « par les pairs », les RH de proxi­mi­té, la fusion des corps d’inspection (IEN, IA-IPR) pour recen­trer leurs mis­sions sur le « pilo­tage », le cadrage des éva­lua­tions en lycée, le sta­tut de direc­teur supé­rieur hié­rar­chique de la loi Ril­hac aggra­vée de l’expérimentation « mar­seillaise » annon­cée par E. Macron… Autant de mesures connec­tées entres elles dans le cadre du « Gre­nelle » qui vont tota­le­ment trans­for­mer les rap­ports des per­son­nels à la hié­rar­chie en indi­vi­dua­li­sant les carrières.

L’appel à la grève du 23 sep­tembre FNEC FP-FO – FSU – CGT ‑SUD indique : « Nos orga­ni­sa­tions dénoncent l’ensemble de ces mesures qui tournent le dos à la prio­ri­té à l’éducation et cherchent à trans­for­mer en pro­fon­deur les métiers dans le sens de contraintes sup­plé­men­taires sur les per­son­nels (…). Nous ne pou­vons accep­ter de tels reculs. »

La FNEC FP-FO n’accepte pas ces contre-réformes et reste incon­di­tion­nel­le­ment atta­chée au sta­tut et à la liber­té péda­go­gique dans le cadre des pro­grammes nationaux.

Nous deman­dons au ministre de stop­per l’ensemble de ces mesures et de répondre à nos reven­di­ca­tions en termes de poste, de salaires et de défense du statut.

Com­men­taires FO sur l’étude des documents :

FO : Les mesures pro­po­sées qui consistent à inven­ter des fonc­tions inter­mé­diaires d’évaluateurs sont contraires au sta­tut. À chaque grade cor­res­pond un type d’emploi. Selon leur sta­tut par­ti­cu­lier, les ensei­gnants enseignent, les conseillers péda­go­giques de cir­cons­crip­tions conseillent, les ins­pec­teurs ins­pectent. En vou­lant que des ensei­gnants ou conseillers péda­go­giques ins­pectent, on remet en cause la logique des corps. De plus, ces char­gés de mis­sion n’auront ni la pro­tec­tion ni la légi­ti­mi­té qu’accorde un sta­tut. On peut révo­quer à tout moment une lettre de mis­sion ; on ne peut pas reti­rer un grade à un fonc­tion­naire de la même façon. Cela implique donc inévi­ta­ble­ment une sou­mis­sion à la hié­rar­chie accrue de la part de l’évaluateur.

Pour les per­son­nels qui seront ins­pec­tés, c’est une forme de mépris. Ils n’accepteront pas ce contrôle de leur péda­go­gie par un simple col­lègue. Ils refu­se­ront cette mise en place d’une hié­rar­chie inter­mé­diaire venant remettre en cause leur liber­té péda­go­gique indi­vi­duelle. Cette volon­té de capo­ra­li­ser les pro­fes­seurs se trouve dans le pre­mier degré avec les pré­ro­ga­tives ren­for­cées attri­buées aux direc­teurs d’école. Drôle d’école de la confiance qui repose sur la sur­veillance de cha­cun. Drôle d’esprit d’équipe qui cherche sur­tout à divi­ser pour mieux régner.

Enfin le pro­jet pré­sen­té par le minis­tère va mul­ti­plier les conflits d’intérêts puisqu’un ensei­gnant char­gé de mis­sion d’inspection ou un conseiller péda­go­gique aura la pos­si­bi­li­té de mener un ren­dez-vous de car­rière pour un col­lègue alors que lui-même peut être concer­né par le même ren­dez-vous de car­rière. On pour­ra avoir des doutes légi­times sur la sin­cé­ri­té de l’évaluation qu’il por­te­ra sur un poten­tiel « concurrent ».

Minis­tère : Actuel­le­ment, les tuteurs de sta­giaires, les maîtres for­ma­teurs et les conseillers péda­go­giques éva­luent bien leurs col­lègues stagiaires.

FO : Encore une fois, les titu­laires ne sont pas les sta­giaires. De plus, ils ne les ins­pectent pas. En cas de doute sur la titu­la­ri­sa­tion d’un sta­giaire, un ins­pec­teur est mis­sion­né ce qui montre bien que même pour un col­lègue sta­giaire, l’administration consi­dé­rait jusqu’à pré­sent que ce n’est pas le rôle d’un pro­fes­seur d’inspecter.

Minis­tère : Concer­nant les pro­blèmes sta­tu­taires, nous envi­sa­geons de modi­fier les sta­tuts par­ti­cu- liers pour les adap­ter à ces pro­jets. [En clair, les dif­fé­rentes lettres de mis­sion pour­raient s’accompagner d’une décon­nec­tion du corps ini­tial, comme c’est d’ailleurs le cas avec le pro­jet de lettre de mis­sion pour les direc­teurs tota­le­ment déchar­gé qui pré­voit une autre grille sala­riale, décon­nec­tant de fait ces direc­teurs du sta­tut de pro­fes­seur des écoles. L’ensemble des orga­ni­sa­tions syn­di­cales ont expri­mé leur opposition].

FO : Pour FO, l’ensemble de ces mesures sont inac­cep­tables et doivent être retirées.

La suite du GT por­tait sur les ren­dez-vous car­rière et le sui­vi de la fin de carrière :

L’administration pro­pose de « don­ner du sens aux 3 ren­dez-vous car­rière (RDVC) » :

« À côté de ces ren­dez-vous, le déve­lop­pe­ment de la RH de proxi­mi­té doit per­mettre, à l’initiative de l’agent de déve­lop­per des bilans de com­pé­tences et une réflexion sur la car­rière. Les RDVC doivent per­mettre, à côté de l’échange sur la pra­tique pro­fes­sion­nelle et la réus­site des élèves, d’éclairer les agents sur les pos­si­bi­li­tés d’évolution.

Le 1er RDV cor­res­pond à une focale avant tout axée sur la pra­tique pro­fes­sion­nelle … avec une éven­tuelle réflexion sur une réorien­ta­tion vers d’autres mis­sions au cas où l’enseignant estime « qu’il s’est trom­pé de métier ».

Le 2ème RDV : Il peut être en par­ti­cu­lier l’occasion de signa­ler aux agents les pos­si­bi­li­tés d’accès à des fonc­tions, à d’autres tâches, avec plu­sieurs voies pos­sibles : Exper­tise dis­ci­pli­naire et péda­go­gique, Ensei­gne­ment en classes post-bac des lycées, Ensei­gne­ment à l’étranger, Charges de mis­sion, Direc­tion d’école

Le 3ème RDV : Il peut être entre autres l’occasion de réflé­chir à l’accès à des fonc­tions de direc­tion et d’encadrement.

Après le 9e éche­lon, il semble impor­tant pour les ensei­gnants d’avoir l’assurance qu’un temps d’accompagnement leur sera consa­cré. Cela pour­rait consis­ter en un moment de retour réflexif indi­vi­duel sur leur pra­tique, sui­vi d’un échange col­lec­tif, avec des pairs et des repré­sen­tants de l’institution. »

FO : Nous sommes inquiets de votre volon­té de cadrer les RDVC, par exemple pour le 1er RDVC et ceux qui se seraient “trom­pés de métier”, ou des autres qui vise­raient à orien­ter les per­son­nels vers d’autres tâches ou mis­sions. Cette insis­tance à vou­loir suivre, accom­pa­gner, tuto­rer, men­to­rer les ensei­gnants est assez humi­liante pour les inté­res­sés. Les ensei­gnants sont assez grands pour effec­tuer leurs choix de car­rière. Encore faut-il que ces débou­chés existent et que les infor­ma­tions cir­culent correctement.

En ce qui concerne le sui­vi après le 3ème RDVC, nous rap­pe­lons à nou­veau notre oppo­si­tion à l’ensemble du dis­po­si­tif PPCR, en par­ti­cu­lier concer­nant l’appréciation “gra­vée dans le marbre” du 3ème RDVC qui reste inac­cep­table. Les col­lègues qui le demandent doivent pou­voir être rééva­lués. Les éven­tuelles autres dis­po­si­tions doivent rele­ver exclu­si­ve­ment du volontariat.

Si l’on veut vrai­ment faci­li­ter les fins de car­rière, la ques­tion de l’âge de la retraite est déter­mi­nante. La ces­sa­tion pro­gres­sive d’activité (CPA), qui a été sup­pri­mée en 2011, consti­tuait éga­le­ment un dis- posi­tif facilitant.

Minis­tère : Il s’agit de ques­tions fonc­tion publique. Le dis­po­si­tif de CPA coû­tait beau­coup trop cher.

10 mil­liards de coupes sup­plé­men­taires au bud­get, des mil­liers de postes mena­cés… Ça suf­fit ! Par­tout, dis­cu­tons de la grève pour blo­quer le gouvernement !

La tra­duc­tion bud­gé­taire des décla­ra­tions du ministre Le Maire, annon­çant un plan d’économie sans pré­cé­dent de 10 mil­liards d’euros sur le dos des ser­vices publics et des per­son­nels n’a pas tar­dé. Les décrets qui mettent en œuvre et déclinent ces annonces par…

Rejet mas­sif du « choc des savoirs » : dis­cu­tons de la grève pour le bloquer

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février, 6 textes sur le « choc des savoirs » ont été pré­sen­tés. La FNEC FP-FO a voté contre l’ensemble des textes, comme la grande majo­ri­té des membres du CSE. Ce « choc contre les savoirs » s’inscrit dans la…

Compte-ren­­du de l’audience avec la ministre Bel­lou­bet le 15 février 2024

La FNEC FP-FO a été reçue par la nou­velle ministre de l’Education natio­nale Bel­lou­bet le jeu­di 15 février 2024. La ministre a pré­ci­sé qu’il s’agissait d’une pre­mière ren­contre, qu’elle n’était pas en capa­ci­té d’apporter des réponses à toutes nos questions. «…

Ces­­sez-le-feu et arrêt des mas­sacres en Pales­tine comme en Ukraine !

La FNEC FP-FO a pris connais­sance du com­mu­ni­qué inter­syn­di­cal natio­nal inti­tu­lé « Soli­da­ri­té avec la résis­tance des tra­vailleurs ukrai­niens » et appe­lant à mani­fes­ter le 24 février pour sou­te­nir l’Ukraine contre la Rus­sie. Elle note que cet appel n’a pas été…

Décla­ra­tion FO au Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février 2024 (« choc des savoirs »)

Mon­sieur le pré­sident, Mes­dames et Mes­sieurs, Le Conseil Supé­rieur de l’Éducation convo­qué aujourd’hui se réunit alors que depuis 4 mois, la popu­la­tion pales­ti­nienne se fait mas­sa­crer par les bom­bar­de­ments israé­liens, avec des dizaines de mil­liers de morts…

Le gou­ver­ne­ment nous laisse-t-il le choix ? Assem­blées Géné­rales et réunions syn­di­cales par­tout pour déci­der et s’organiser en vue de le bloquer

La grève très lar­ge­ment sui­vie le 1er février a expri­mé l’immense colère des per­son­nels de l’Éducation natio­nale face au sac­cage de l’École publique par le gou­ver­ne­ment Macron-Attal-Oudéa-Cas­té­ra. Comme des mil­lions de sala­riés, ils refusent l’effondrement de…

Grève puis­sante dans l’Éducation natio­nale ce jeu­di 1er février : Pour faire céder la ministre sur nos reven­di­ca­tions, dis­cu­tons des suites main­te­nant, dis­cu­tons de l’action efficace !

Dans le 1er comme dans le 2d degré, les per­son­nels ont fait mas­si­ve­ment grève à l’appel de la FNEC FP- FO, la FSU, la CGT Educ’action, Sud Édu­ca­tion. La CFDT et l’UNSA ont éga­le­ment appe­lé à la mobi­li­sa­tion. Dans toute la France, des cor­tèges impo­sants ont…

Les agri­cul­teurs veulent blo­quer le gou­ver­ne­ment : n’est-ce pas le moment ?

La colère gronde dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices, avec les annonces de sup­pres­sions de classes et de postes, l’escroquerie du “choc des savoirs” qui va désor­ga­ni­ser les éta­blis­se­ments, les mesures gou­ver­ne­men­tales contre le Sta­tut, contre…

Des mil­liers sous les fenêtres de la ministre pour défendre l’enseignement spé­cia­li­sé et les AESH !

Ce jeu­di 25 jan­vier, des mil­liers de per­son­nels de l’Éducation natio­nale, du sec­teur social et médi­co-social, agents ter­ri­to­riaux et hos­pi­ta­liers, per­son­nels de l’enseignement agri­cole, des parents d’élèves, de toute la France, sont venus crier leur colère à…

Soli­da­ri­té totale avec les agriculteurs

La FNEC FP-FO tient tout d’abord à appor­ter son sou­tien à la famille de l’agricultrice et de sa fille décé­dées tra­gi­que­ment mar­di matin lors de la mobi­li­sa­tion des agri­cul­teurs. Notre soli­da­ri­té est totale avec cette cor­po­ra­tion qui se mobi­lise contre les…