Compte-ren­­du de la réunion au minis­tère du 3 octobre 2022 « Concer­ta­tion sur l’attractivité et la reva­lo­ri­sa­tion du métier enseignant »

4 Oct, 2022AESH, Compte ren­du, Défense du sta­tut, Ensei­gne­ment spé­cia­li­sé, Postes, Salaires

En bref :

  • Reva­lo­ri­sa­tion « incon­di­tion­nelle » qui ne concerne que la 1ere moi­tié de carrière
  • Reva­lo­ri­sa­tion liée à de nou­velles missions
  • Indem­ni­té REP et REP + ver­sée à tous les per­son­nels (AED, AESH, assis­tants sociaux…)

Décla­ra­tion de la FNEC FP-FO :

Mon­sieur le Ministre,

Vous nous pro­po­sez cette réunion d’ouverture de la concer­ta­tion sur l’attractivité et la reva­lo­ri­sa­tion du métier ensei­gnant dans une situa­tion inédite de chaos, où les per­son­nels de l’Éducation natio­nale, comme tous les sala­riés de ce pays, se trouvent pris à la gorge face à la mon­tée de l’inflation. Avec l’explosion des prix de l’électricité, du gaz, du fuel, on nous annonce même, au nom de soi-disant éco­no­mies d’énergie, qu’il ne fau­drait plus se chauf­fer, et ren­voyer les per­son­nels et les élèves chez eux comme à l’université de Stras­bourg par exemple.

Le Pré­sident de la Répu­blique en appelle aux sacri­fices au nom « de notre liber­té et de nos valeurs ».

Dans le même temps, les divi­dendes ver­sés aux action­naires du CAC 40 au 2ème tri­mestre atteignent 44,3 mil­liards d’euros. Ces chiffres ver­ti­gi­neux sont à mettre en cor­ré­la­tion avec les 10 mil­lions de per­sonnes qui vivent en des­sous du seuil de pau­vre­té (AESH et AED par exemple pour notre ministère).

Pour la FNEC FP-FO, il n’est pas ques­tion de renon­cer aux reven­di­ca­tions sous pré­texte de crise éco­no­mique ou énergétique.

La FNEC FP-FO refuse la feuille de route du pré­sident de la Répu­blique qui a indi­qué vou­loir géné­ra­li­ser la méthode inau­gu­rée à Mar­seille. Le modèle mar­seillais, ce sont des droits et des moyens dis­tri­bués de façon inégale selon le quar­tier, selon les déci­sions poli­tiques locales. C’est la néga­tion de l’école de la Répu­blique que nous défendons.

La FNEC FP-FO reven­dique l’abandon de la future réforme des lycées pro­fes­sion­nels qui vise à les trans­for­mer en centres d’apprentissage bas de gamme et se féli­cite de l’appel à la grève le 18 octobre de la qua­si-tota­li­té des orga­ni­sa­tions syn­di­cales dans les Lycées pro­fes­sion­nels pour le retrait de la réforme.

Avec sa confé­dé­ra­tion, la FNEC FP-FO s’oppose à la réforme des retraites que le pré­sident de la Répu­blique vou­drait impo­ser avec report de l’âge de départ à 65 ans, un texte devant être pro­po­sé avant la fin de l’hiver pour une entrée en vigueur à l’été 2023…

Concer­nant le bud­get 2023 de l’Éducation natio­nale qui a été pré­sen­té, il aug­mente de 3,7 mil­liards certes. Mais 1,7 mil­liard est déjà consa­cré à l’augmentation de la valeur du point d’indice de 3,5% qui, alors que l’inflation pour­rait atteindre les 8%, enté­rine un effon­dre­ment sans pré­cé­dent du pou­voir d’achat des personnels.

Alors que quelques semaines après la ren­trée 2022, les postes et les per­son­nels manquent, les classes sont sou­vent sur­char­gées, les pre­miers pro­blèmes de rem­pla­ce­ment sur­gissent, l’enseignement spé­cia­li­sé est réduit à peau de cha­grin…, ce bud­get pré­voit que 2000 postes d’enseignants seront sup­pri­més à la ren­trée 2023 : 1000 dans le pre­mier degré public, 500 dans le second degré public qui se rajoutent aux 7900 postes sup­pri­més depuis 5 ans, et 500 dans l’enseignement privé.

La FNEC FP-FO reven­dique au contraire les créa­tions de postes néces­saires, le recru­te­ment de per­son­nels sta­tu­taires par le biais de concours excep­tion­nels, dès le niveau licence, ou des listes com­plé­men­taires (nous reven­di­quons le recru­te­ment des 300 res­tants dans le pre­mier degré) ain­si que la titu­la­ri­sa­tion des per­son­nels contrac­tuels qui le sou­haitent. Pour­quoi le concours réser­vé aux contrac­tuels est-il si tar­dif ? Pour n’est-il pas acces­sible à tous les per­son­nels ? Sera-t-il acces­sible pour les ensei­gnants qui ont un niveau licence ?

Aucune créa­tion de postes n’est pré­vue dans les autres corps, alors que l’École manque de tout (per­son­nels admi­nis­tra­tifs, infir­miers, méde­cins, assis­tants sociaux, per­son­nels de direction…).

Vous annon­cez la créa­tion de 4000 postes d’AESH, mais en refu­sant de répondre aux reven­di­ca­tions un vrai sta­tut et un vrai salaire, l’abandon des PIAL, com­ment garan­ti­rez-vous que ces postes soient pour­vus alors que les can­di­dats font déjà défaut sur les postes exis­tants ? Cela nous appa­raît comme une annonce à bon compte !

Concer­nant les salaires jus­te­ment, objet prin­ci­pal de cette réunion, 935 mil­lions d’euros seraient pré­vus pour les ensei­gnants : 635 mil­lions d’euros consa­crés à la reva­lo­ri­sa­tion incon­di­tion­nelle des ensei­gnants, mais seuls les ensei­gnants en début de car­rière la per­ce­vraient. Où sont les pro­messes du pré­sident de la Répu­blique de 10 % pour tous ? 300 mil­lions d’euros seraient consa­crés aux ensei­gnants qui accep­te­raient de nou­velles tâches… Quelles tâches sup­plé­men­taires devraient-elles être réa­li­sées alors que les per­son­nels sont déjà à bout ? La FNEC FP-FO refuse cette logique du « tra­vailler plus pour perdre moins ».

Pour les per­son­nels sociaux et de san­té, les per­son­nels admi­nis­tra­tifs et tech­niques, les per­son­nels d’inspection et de direc­tion, il est ques­tion d’une « reva­lo­ri­sa­tion » de 66 mil­lions d’euros, ce qui est déri­soire au vu du nombre de ces per­son­nels. Et rien pour les AESH et les AED qui vivent tou­jours sous le seuil de pauvreté !

Ce bud­get est la confir­ma­tion de l’effondrement du pou­voir d’achat des per­son­nels, ce qui est inacceptable ! 

Les per­son­nels ne veulent que leur dû : aug­men­ta­tion immé­diate de la valeur du point d’indice a mini­ma au niveau de l’inflation et ouver­ture de dis­cus­sions pour rat­tra­per le pou­voir d’achat per­du depuis 20 ans !

Pour la FNEC FP-FO, toutes ces annonces consti­tuent une décla­ra­tion de guerre contre les sala­riés, contre l’École publique. Il n’est nul besoin de concer­ta­tion école par école, éta­blis­se­ment par éta­blis­se­ment, pour savoir que la coupe est pleine.

Tout comme la confé­dé­ra­tion ne s’associera pas au Conseil Natio­nal de la Refon­da­tion, la FNEC FP-FO refuse la logique des grandes concer­ta­tions mélan­geant les mul­tiples « acteurs de l’Éducation » qui n’ont pour but que de pré­pa­rer de nou­velles expé­ri­men­ta­tions et déré­gle­men­ta­tions. La FNEC FP-FO por­te­ra ses reven­di­ca­tions en toute indé­pen­dance et demande leur satis­fac­tion dès maintenant.

Pour la défense des salaires, du Sta­tut, des condi­tions de tra­vail et nos retraites, la FNEC FP-FO par­tage l’objectif de sa confé­dé­ra­tion de pré­pa­rer « une mobi­li­sa­tion inter­pro­fes­sion­nelle, c’est-à- dire la grève, comme en 2019, pour obte­nir du gou­ver­ne­ment qu’il renonce à toutes ses contre- réformes. »

Compte-ren­du :

Minis­tère de l’Éducation natio­nale (MEN) : le ministre est reve­nu sur les deux dimen­sions des « reva­lo­ri­sa­tions » proposées :

  • La reva­lo­ri­sa­tion socle ou incon­di­tion­nelle (635 mil­lions) qui a pour but de réduire le retard de rému­né­ra­tions des ensei­gnants par rap­port aux autres cadres de caté­go­rie A et défi­nir des moda­li­tés de dérou­le­ment de car­rière. Mais au final, le ministre pré­cise que cela ne concer­ne­rait que la pre­mière moi­tié des car­rières (jusqu’à 20–25 ans de car­rière). Les sta­giaires ne seraient pas concer­nés. Pour les autres, on peut mettre à l’étude une amé­lio­ra­tion des taux de pas­sage à la hors classe et à la classe excep­tion­nelle (note de FO : donc sou­mis à l’arbitraire du PPCR).
  • L’exercice de nou­velles mis­sions (300 mil­lions). Le ministre indique connaître les réserves de cer­taines orga­ni­sa­tions et recon­naît que la charge de tra­vail des ensei­gnants est déjà consé­quente. Il s’inscrit dans la lettre du pré­sident Macron aux ensei­gnants qui a pré­ci­sé la nature des mis­sions : rem­pla­ce­ment, sui­vi indi­vi­dua­li­sé, accom­pa­gne­ment, orientation…

De plus, les indem­ni­tés REP et REP+ seront désor­mais ver­sées pour tous les per­son­nels y exer­çant : AED, AESH, CPC, IEN, assis­tants sociaux…

Note de FO : Cette déci­sion répare une injus­tice de longue date et est le pro­duit des mobi­li­sa­tions des per­son­nels, en par­ti­cu­lier AESH, dans laquelle la FNEC FP-FO a pris toute sa part.

Il pré­cise que ces « reva­lo­ri­sa­tions » s’inscrivent dans un cadrage bud­gé­taire contraint, mais qu’elles n’ont jamais été aus­si consé­quentes. Si l’on cumule les déci­sions du Gre­nelle, l’augmentation de 3,5 % et les déci­sions à venir, on arrive aux 10 % en moyenne (!).

Les autres per­son­nels ne sont pas oubliés avec des enve­loppes spécifiques.

FO : La FNEC FP-FO demande de pré­ci­ser si ces « reva­lo­ri­sa­tions » seront indi­ciaires ou indem­ni­taires. Nous reven­di­quons bien évi­dem­ment de l’indiciaire. Nous rap­pe­lons notre désac­cord avec les mis­sions sup­plé­men­taires. Les 10 % « en moyenne » ne nous ont pas convain­cus… On est loin du compte pour la grande majo­ri­té des col­lègues. Pour les autres per­son­nels, l’enveloppe est ridi­cu­le­ment faible. La FNEC FP-FO rap­pelle ses ques­tions concer­nant les postes.

MEN : Rien n’est encore déci­dé concer­nant l’indemnitaire ou l’indiciaire.

Concer­nant les concours excep­tion­nels pour les contrac­tuels, il y a des obs­tacles juri­diques inso­lubles dans le second degré (!).

Pour les contrac­tuels pre­mier degré, il y aura une base d’ancienneté mini­male, une épreuve écrite et une épreuve orale. Il sera acces­sible aux per­son­nels selon les moda­li­tés de recru­te­ment des contrac­tuels donc au niveau licence.

Mon­treuil, le 3 octobre 2022

10 mil­liards de coupes sup­plé­men­taires au bud­get, des mil­liers de postes mena­cés… Ça suf­fit ! Par­tout, dis­cu­tons de la grève pour blo­quer le gouvernement !

La tra­duc­tion bud­gé­taire des décla­ra­tions du ministre Le Maire, annon­çant un plan d’économie sans pré­cé­dent de 10 mil­liards d’euros sur le dos des ser­vices publics et des per­son­nels n’a pas tar­dé. Les décrets qui mettent en œuvre et déclinent ces annonces par…

Rejet mas­sif du « choc des savoirs » : dis­cu­tons de la grève pour le bloquer

Lors du Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février, 6 textes sur le « choc des savoirs » ont été pré­sen­tés. La FNEC FP-FO a voté contre l’ensemble des textes, comme la grande majo­ri­té des membres du CSE. Ce « choc contre les savoirs » s’inscrit dans la…

Compte-ren­­du de l’audience avec la ministre Bel­lou­bet le 15 février 2024

La FNEC FP-FO a été reçue par la nou­velle ministre de l’Education natio­nale Bel­lou­bet le jeu­di 15 février 2024. La ministre a pré­ci­sé qu’il s’agissait d’une pre­mière ren­contre, qu’elle n’était pas en capa­ci­té d’apporter des réponses à toutes nos questions. «…

Ces­­sez-le-feu et arrêt des mas­sacres en Pales­tine comme en Ukraine !

La FNEC FP-FO a pris connais­sance du com­mu­ni­qué inter­syn­di­cal natio­nal inti­tu­lé « Soli­da­ri­té avec la résis­tance des tra­vailleurs ukrai­niens » et appe­lant à mani­fes­ter le 24 février pour sou­te­nir l’Ukraine contre la Rus­sie. Elle note que cet appel n’a pas été…

Décla­ra­tion FO au Conseil Supé­rieur de l’Éducation du 8 février 2024 (« choc des savoirs »)

Mon­sieur le pré­sident, Mes­dames et Mes­sieurs, Le Conseil Supé­rieur de l’Éducation convo­qué aujourd’hui se réunit alors que depuis 4 mois, la popu­la­tion pales­ti­nienne se fait mas­sa­crer par les bom­bar­de­ments israé­liens, avec des dizaines de mil­liers de morts…

Le gou­ver­ne­ment nous laisse-t-il le choix ? Assem­blées Géné­rales et réunions syn­di­cales par­tout pour déci­der et s’organiser en vue de le bloquer

La grève très lar­ge­ment sui­vie le 1er février a expri­mé l’immense colère des per­son­nels de l’Éducation natio­nale face au sac­cage de l’École publique par le gou­ver­ne­ment Macron-Attal-Oudéa-Cas­té­ra. Comme des mil­lions de sala­riés, ils refusent l’effondrement de…

Grève puis­sante dans l’Éducation natio­nale ce jeu­di 1er février : Pour faire céder la ministre sur nos reven­di­ca­tions, dis­cu­tons des suites main­te­nant, dis­cu­tons de l’action efficace !

Dans le 1er comme dans le 2d degré, les per­son­nels ont fait mas­si­ve­ment grève à l’appel de la FNEC FP- FO, la FSU, la CGT Educ’action, Sud Édu­ca­tion. La CFDT et l’UNSA ont éga­le­ment appe­lé à la mobi­li­sa­tion. Dans toute la France, des cor­tèges impo­sants ont…

Les agri­cul­teurs veulent blo­quer le gou­ver­ne­ment : n’est-ce pas le moment ?

La colère gronde dans les écoles, les éta­blis­se­ments et les ser­vices, avec les annonces de sup­pres­sions de classes et de postes, l’escroquerie du “choc des savoirs” qui va désor­ga­ni­ser les éta­blis­se­ments, les mesures gou­ver­ne­men­tales contre le Sta­tut, contre…

Des mil­liers sous les fenêtres de la ministre pour défendre l’enseignement spé­cia­li­sé et les AESH !

Ce jeu­di 25 jan­vier, des mil­liers de per­son­nels de l’Éducation natio­nale, du sec­teur social et médi­co-social, agents ter­ri­to­riaux et hos­pi­ta­liers, per­son­nels de l’enseignement agri­cole, des parents d’élèves, de toute la France, sont venus crier leur colère à…

Soli­da­ri­té totale avec les agriculteurs

La FNEC FP-FO tient tout d’abord à appor­ter son sou­tien à la famille de l’agricultrice et de sa fille décé­dées tra­gi­que­ment mar­di matin lors de la mobi­li­sa­tion des agri­cul­teurs. Notre soli­da­ri­té est totale avec cette cor­po­ra­tion qui se mobi­lise contre les…