5 octobre : jour­née mon­diale des ensei­gnants : défense incon­di­tion­nelle des sta­tuts, des postes et des liber­tés syn­di­cales des enseignants

4 Oct, 2018Non clas­sé

La jour­née mon­diale des ensei­gnants s’inscrit dans un contexte inter­na­tio­nal où les poli­tiques menées par les gou­ver­ne­ments et sus­ci­tées par les ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales (FMI, Banque mon­diale, Union Euro­péenne) sont très éloi­gnées des exi­gences affir­mées dans les recom­man­da­tions de 1966 et de 1997 de l’OIT et de l’UNESCO.

En France, le Ministre de l’Education natio­nale, M. Blan­quer, sou­haite sup­pri­mer 1800 postes dans le cadre de la poli­tique de sup­pres­sion des 120 000 postes dans la fonc­tion publique d’ici à la fin du quiquennat.

Le gou­ver­ne­ment Macron s’oriente clai­re­ment vers un désen­ga­ge­ment pro­gres­sif de l’état de l’école répu­bli­caine, ser­vice public de l’éducation : remise en cause des garan­ties sta­tu­taires, recru­te­ment crois­sant de per­son­nels non-titu­laires et pré­caires, gel des trai­te­ments, ralen­tis­se­ments des carrières…

Cela se conjugue avec des contre-réformes qui mettent en place une ter­ri­to­ria­li­sa­tion de l’école. D’une région à une autre, d’une ville à une autre, d’un éta­blis­se­ment à un autre, les élèves n’auront plus accès aux mêmes conte­nus, aux mêmes exa­mens et donc, aux mêmes diplômes.

Dans le même temps, l’é­va­lua­tion des ensei­gnants par grille de com­pé­tences et l’audit annon­cé des éta­blis­se­ments sco­laires ne peuvent mener qu’à des pres­sions sup­plé­men­taires qui auront des consé­quences sur les car­rières des ensei­gnants et sur leur indé­pen­dance pédagogique.

C’est le sens des contre-réformes du lycée, du bac­ca­lau­réat, de Par­cour­sup et de la licence reje­tée par la FNEC-FP FO, la FSU, Soli­daires et les orga­ni­sa­tions étu­diantes et lycéennes, lUNEF, lUNL et la FIDL.

Le lycéen, futur étu­diant et sala­rié sui­vrait un par­cours indi­vi­dua­li­sé et des cer­ti­fi­ca­tions par blocs de com­pé­tences le livrant in fine à la sélec­tion à l’en­trée de la fac sur la base de ce par­cours. Il sera éga­le­ment livré au contrat de gré à gré face au patronat.

C’est une logique qui s’ins­crit dans une remise en cause glo­bale de toutes les garan­ties col­lec­tives des fonc­tion­naires comme des sala­riés du pri­vé. Tout comme le pro­jet de réforme des retraites du gou­ver­ne­ment. C’est pour­quoi la FNEC-FP FO appelle, avec sa confé­dé­ra­tion Force Ouvrière, à la mobi­li­sa­tion du 9 octobre avec la CGT et Solidaires.

Le finan­ce­ment par l’état de l’école et de l’université, l’existence de pro­grammes et de diplômes natio­naux, les mêmes pour tous, garan­tissent l’égalité des élèves sur tout le territoire.

Les garan­ties sta­tu­taires, dont la car­rière, la sta­bi­li­té de l’emploi, les liber­tés péda­go­giques et aca­dé­miques des ensei­gnants sont essen­tielles comme le rap­pellent les recom­man­da­tions de 1966 et de 1997.

Enfin le recru­te­ment par concours de fonc­tion­naires titu­laires de leur poste, une for­ma­tion ini­tiale sous sta­tut de fonc­tion­naire et une for­ma­tion conti­nue assures par l’é­tat sont indis­pen­sables, pour les mêmes raisons.

C’est pour­quoi la FNEC-FP FO condamne le pro­jet du ministre qui consiste à recru­ter, des la L2, des pro­fes­seurs appren­tis sous contrat, sous payés, taillables, cor­véables et licen­ciables en fonc­tion des ajus­te­ments budgétaires.

Les ensei­gnants sont ceux qui trans­mettent le savoir, ils sont les pre­miers défen­seurs de la liber­té d’ex­pres­sion et de l’esprit cri­tique. Leurs reven­di­ca­tions doivent être entendues.

La FNEC-FP FO exige du ministre qu’il sorte de sa surdité.

La France n est pas iso­lée. Les condi­tions de tra­vail, les trai­te­ments et les droits syn­di­caux et démo­cra­tiques des ensei­gnants dont fra­gi­lises dans le monde entier.

La FNEC-FP FO, atta­chée à la soli­da­ri­té inter­na­tio­nale, réaf­firme son sou­tien aux ensei­gnants et à leurs orga­ni­sa­tions qui, dans le monde entier, se battent pour leurs reven­di­ca­tions et la défense de leurs liber­tés syn­di­cales recon­nues par les conven­tions 87 et 98 de l’OIT.

Décla­ra­tion de la FNEC FP-FO au CHSCT M du 22 novembre 2022 – copie

Mon­treuil, le 25 novembre 2022 Mon­sieur Pap NDIAYE Ministre de l’Education natio­nale et de la Jeu­nesse 110 rue de Gre­nelle 75357 PARIS 07 SP Objet : Inclu­sion sco­laire sys­té­ma­tique – demande d’audience en urgence Mon­sieur le ministre, La…

Décla­ra­tion de la FNEC FP-FO au CHSCT M du 22 novembre 2022 

Mon­sieur le Ministre, Mon­sieur le Pré­sident du CHSCT Mes­dames et Mes­sieurs, Ce CHSCT Minis­té­riel (le der­nier sans doute) se déroule dans des condi­tions indignes et irres­pec­tueuses à la fois des repré­sen­tants des per­son­nels (donc des per­son­nels) et des textes…

La FNEC FP-FO ne par­ti­ci­pe­ra pas à la « réunion d’échange sur la voie professionnelle »

Mon­sieur le ministre, Madame la ministre délé­guée, Nous avons bien reçu votre invi­ta­tion à une « réunion d’échange sur la situa­tion de la voie pro­fes­sion­nelle » le ven­dre­di 25 novembre avec MM. Jean-Marc HUART, direc­teur de cabi­net du ministre de l’Éducation…

Appel de la réunion natio­nale AESH/AED en visio orga­ni­sée par la FNEC FP-FO le mer­cre­di 16 novembre 2022

Nous, AESH et AED, par­ti­ci­pants à la réunion natio­nale orga­ni­sée par la FNEC FP-FO, avec la pré­sence de FO ensei­gne­ment agri­cole, le mer­cre­di 16 novembre 2022, nous féli­ci­tons des près de 200 connexions et des 26 prises de parole de délé­gués man­da­tés par leur…

Compte ren­du de la réunion natio­nale AESH/AED orga­ni­sée par la FNEC FP-FO en visio le mer­cre­di 16 novembre 2022

Plus de 230 ins­crip­tions ! Plus de 150 connexions ! 58 dépar­te­ments repré­sen­tés ! Une dizaine de comi­tés dépar­te­men­taux d’AESH pré­sente ! 26 prises de parole. La réunion natio­nale AESH/AED a été un véri­table suc­cès. La qua­si-tota­li­té des prises de parole a…

Compte-ren­­du de l’audience de la FNEC FP-FO au minis­tère du 15 novembre 2022

Une délé­ga­tion de la FNEC FP-FO a été reçue en audience par M. Le Goff, direc­teur adjoint du cabi­net du ministre et M. Crus­son, conseiller social. Plu­sieurs points ont été abor­dés : Aban­don du pro­jet de réforme de la voie pro­fes­sion­nelle et refus de la double…

Un amen­de­ment glis­sé par le gou­ver­ne­ment dans le pro­jet de loi de finances pas­sé avec le 49–3 : une étape sup­plé­men­taire pour pri­va­ti­ser le réseau AEFE

Un amen­de­ment au pro­jet de loi de finances 2023 a été adop­té, concer­nant les éta­blis­se­ments en ges­tion directe (EGD) du réseau AEFE. Il consti­tue une véri­table marche à la pri­va­ti­sa­tion des quelques 68 EGD qui sub­sistent, contre 566 éta­blis­se­ments privés…

Nou­velle baisse du nombre de can­di­dats aux concours : FO reven­dique le retour à un recru­te­ment à Bac+3 et l’augmentation des salaires dans la Fonc­tion publique !

Le gou­ver­ne­ment vient d’annoncer la pro­lon­ga­tion de deux semaines, c’est-à-dire jusqu’au 2 décembre, du délai d’inscription aux concours de per­son­nels de l’Éducation natio­nale (ensei­gnants, CPE, PsyEN, per­son­nels admi­nis­tra­tifs…) en rai­son d’un nombre…

6 lycés pro­fes­sion­nels mena­cés à Paris dès 2023 ! D’autres en 2024 ! Réforme Macron de casse des lycées pro­fes­sion­nels : tout est lié ! Tous au ministère !

La grève et les mani­fes­ta­tions his­to­riques du 18 octobre ont mon­tré la déter­mi­na­tion des pro­fes­seurs de lycée pro­fes­sion­nel à blo­quer la nou­velle réforme Macron-Grand­jean de la voie pro­fes­sion­nelle (62% de gré­vistes, des « LP morts », 3 000 mani­fes­tants à…

Concer­ta­tion sur l’attractivité et la reva­lo­ri­sa­tion du métier ensei­gnant : des pro­po­si­tions inacceptables !

Le minis­tère a réuni trois groupes de tra­vail avec les orga­ni­sa­tions syn­di­cales repré­sen­ta­tives pour dis­cu­ter de « l’attractivité et la reva­lo­ri­sa­tion du métier ensei­gnant ». On pou­vait dis­cu­ter de tout… sauf d’une chose : la répar­ti­tion de l’enveloppe…