Soutien à la grève au Centre Pompidou

25 Avr, 2017Actualités, Culture

Les salariés du Centre Pompidou entament leur seconde semaine de grève à l’appel du syndicat FO et de la section UNSA. La grève est suivie par toutes les catégories de personnels qui refusent de lâcher sur leurs revendications.

Depuis la création de « Beaubourg », les emplois du Centre Pompidou dérogent au statut de la fonction publique qui veut que tout emploi permanent soit occupé par des fonctionnaires. Ils ne sont pas les seuls concernés : le sont également les personnels ouvriers des CROUS, des milliers de personnels dans plusieurs établissements publics relevant de plusieurs ministères. Au Ministère de la Culture, sont touchés notamment les agents du Centre des Monuments nationaux, des personnels du Château de Versailles. En application de la loi déontologie de 2016, les salariés recrutés avant mars 2012 auront la possibilité d’être titularisés.

Le syndicat FO du Centre Pompidou s’est toujours prononcé en faveur de la titularisation, à condition que les acquis des agents, obtenus par la bataille syndicale tout au long des trente dernières années, soient maintenus.

Ce n’est pas ce que prévoit le décret qui vient d’être publié le 30 mars dernier.
Le passage à la grille de la fonction publique entraînerait des baisses de salaire allant jusqu’à 20%.
Les agents du Centre Pompidou auraient le « choix » entre devenir fonctionnaires au prix de ces pertes ou rester contractuels dans un statut voué à disparaître, sans garantie du maintien de leur emploi.
Et alors qu’aujourd’hui les salariés du Centre Pompidou relèvent tous du même statut, il y aurait demain deux catégories de personnels, traités différemment, mis en concurrence.
A moyen terme, l’ensemble des acquis collectifs, et y compris les emplois des agents choisissant de rester contractuels seraient menacés.

Tous les jours, les salariés de toutes les catégories, de tous les services se réunissent en AG avec FO et l’UNSA. Jeudi dernier, ils ont adopté une motion qui se conclut ainsi : «  nous nous sommes battus pour gagner nos acquis, nous n’y renoncerons pas » !

Ils exigent du ministère qu’il accepte de négocier des garanties en matière de maintien de tous les acquis, ce qui nécessite de reporter la sortie du régime dérogatoire tant que ces garanties n’ont pas été négociées. Sans garanties, ils refusent la sortie du dérogatoire.

Un tel report a été décidé pour les personnels ouvriers des CROUS et pour les salariés des agences de l’eau. Au CROUS, FO exige : soit on nous donne la garantie du maintien de nos acquis, soit le dérogatoire est maintenu. De toute évidence, le report auquel le gouvernement a été contraint dans les CROUS, suite à la mobilisation des personnels engagés par FO et au refus par la CGT des conditions de sortie du dérogatoire prévues par le gouvernement, est un point d’appui pour amplifier le rapport de force et obtenir gain de cause.

Depuis le début de la grève au Centre Pompidou, une semaine, les syndicats FO et UNSA ont été reçus trois fois au ministère. Les premières réponses obtenues ne changent rien au problème de fond : contrairement aux vagues promesses du ministère, aucune garantie n’est apportée sur les emplois.

Devant cette situation de blocage, le syndicat FO et la section UNSA du Centre, s’appuyant sur l’AG des personnels, se sont adressés au chef du gouvernement : la seule solution pour sortir du conflit est l’ouverture de véritables négociations conduisant à des garanties pour les salariés. En persistant dans son refus d’ouvrir des négociations, le gouvernement porte la responsabilité de la poursuite et du durcissement du conflit.

La FNEC FP FO apporte tout son soutien aux personnels du Centre Pompidou et à leurs revendications jusqu’à ce qu’ils obtiennent satisfaction, notamment en intervenant à tous les niveaux en lien avec la confédération.

Elle invite ses syndicats à adresser des motions de soutien aux salariés qui entament leur seconde semaine de grève.

Montreuil le 3 avril 2016

Multiplication des attaques contre l’École publique, l’Université et leurs personnels

Chaque jour qui passe met un peu plus en évidence que la crise du Covid-19 devient prétexte à poursuivre et amplifier les contre-réformes engagées à l’encontre de l’école publique républicaine et ses personnels. Ce n’est pas ça, l’école publique et laïque La...

Déclaration de la FNEC FP-FO au Comité Technique ministériel du 20 mai 2020

La FNEC FP-FO revendique le retrait immédiat de la loi sur l’état d’urgence « sanitaire », que le gouvernement vient de prolonger, toujours sans tests de dépistage systématique, sans masques, sans mesures réellement sanitaires. Il se donne les pleins pouvoirs pour...

Réforme des concours et de la «formation des enseignants» : un concentré de territorialisation et de contractualisation

Dans ce domaine comme dans d’autres, la crise du Covid-19 n’a aucunement infléchi les projets du ministère : en effet la nouvelle présentation le 14 mai du projet d’arrêté «fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters MEEF» enkyste la...

Courrier au ministre sur la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes »

Monsieur le Ministre, Nous avons été stupéfaits à la lecture de la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes », publiée sur le site du ministère, et annexée à la circulaire du 5 mai 2020 relative à la réouverture des établissements...

Comité Technique Ministériel : le ministre déréglemente et territorialise au prétexte de la crise sanitaire !

Le Comité Technique Ministériel de l’Education nationale, réuni le 5 mai en présence du ministre, avait à l’ordre du jour la réouverture des écoles et des établissements. La FNEC FP-FO a fait valoir les revendications des milliers de personnels et la colère qui monte...

« Protocoles » sanitaires : la FNEC FP-FO refuse le chaos que veut nous imposer le ministre !

Les projets de « protocoles », dont tout le monde a été destinataire avant les organisations syndicales, ont mis en lumière l’impréparation et la précipitation du ministre face aux injonctions présidentielles et patronales pour une réouverture « coûte que coûte » le...

Annonces du Premier ministre : aucune réponse, aucune garantie !

Le Premier ministre a présenté son plan de déconfinement : il a surtout mis en avant les impératifs économiques, face auxquels la santé des personnels et des élèves ne compte pas. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, sauf dans les établissements...

Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépistage systématique, sans tous les moyens de protection nécessaires !

Les personnels soussignés considèrent que l’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse,...

Imposer les congés en plein confinement : une honte ! Abrogation des ordonnances !

Cela fait plus d’un mois que les personnels assurent la continuité des activités dans les services comme dans les établissements, parfois dans des conditions difficiles, en présentiel, en télétravail, en dispense d'activité ou en ASA… Les agents sont toujours présents...

Les stagiaires ne doivent pas être les victimes collatérales du Coronavirus !

 Dans la plupart des académies, les recteurs ont annoncé une titularisation des stagiaires en décembre 2020. Inadmissible ! En quoi ont-ils démérité ? Rien ne justifie ce report. Rien ne justifie que le statut de stagiaire, leur mutation et déroulement de carrière...