Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépis­tage sys­té­ma­tique, sans tous les moyens de pro­tec­tion nécessaires !

24 Avr, 2020Non clas­sé

Les per­son­nels sous­si­gnés consi­dèrent que l’annonce du pré­sident de la Répu­blique le 13 avril de rou­vrir les crèches, écoles et éta­blis­se­ment sco­laires à par­tir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics res­te­ront fer­més, est irres­pon­sable, dan­ge­reuse, impos­sible. L’Ordre des méde­cins dénonce dans ce choix « un manque abso­lu de logique », qui ne pour­ra qu’aggraver l’épidémie. L’Organisation Mon­diale de la San­té (OMS) pré­co­nise la mise en place du dépis­tage sys­té­ma­tique pour sor­tir de la crise sanitaire.

Les gestes bar­rières ne pour­ront être res­pec­tés compte tenu de l’âge des élèves ou du nombre d’élèves par classe. Com­ment évi­ter une nou­velle flam­bée épi­dé­mique quand près de 900.000 pro­fes­seurs et 12 mil­lions d’élèves seront ras­sem­blés en classe, aux­quels il faut ajou­ter tous les per­son­nels d’éducation, d’administration, de direc­tion, les per­son­nels médi­co-sociaux, ain­si que les per­son­nels ter­ri­to­riaux, ame­nés à se dépla­cer et à entrer en contact ? Sans par­ler des regrou­pe­ments dans la cour de récréa­tion, de la sieste en mater­nelle, des repas col­lec­tifs, des inter­nats, des transports…

Le CHSCT minis­té­riel indique dans un avis voté par FO et FSU : ” Le CHSCT M demande un dépis­tage géné­ra­li­sé aux per­son­nels et aux élèves comme préa­lable à toute reprise d’activité. ”

Nous, soussigné(e)s consi­dé­rons que sans dépis­tage géné­ra­li­sé, sans les mesures de pro­tec­tion néces­saires, toute reprise est inacceptable.

Nous refu­sons que l’école et nos vies soient la variable d’ajustement des besoins du MEDEF.

Nous, soussigné(e)s, exi­geons des préa­lables à toute reprise d’activité :

  • Le dépis­tage sys­té­ma­tique de tous les per­son­nels et des élèves ;
  • La mise en œuvre de toutes les mesures de pro­tec­tion néces­saires (équi­pe­ments de pro­tec­tion à hau­teur des besoins, dés­in­fec­tion totale des locaux, tests quotidiens…).

Je rejoins les 56 643 signataires !