Décla­ra­tion de la FNEC FP-FO au Comi­té Tech­nique minis­té­riel du 20 mai 2020

22 Mai, 2020CTM/CSE

La FNEC FP-FO reven­dique le retrait immé­diat de la loi sur l’état d’urgence « sani­taire », que le gou­ver­ne­ment vient de pro­lon­ger, tou­jours sans tests de dépis­tage sys­té­ma­tique, sans masques, sans mesures réel­le­ment sani­taires. Il se donne les pleins pou­voirs pour impo­ser des condi­tions de reprise au ser­vice d’un objec­tif : pré­ci­pi­ter la des­truc­tion des ser­vices publics, géné­ra­li­ser la déré­gle­men­ta­tion. Pleins pou­voirs éga­le­ment aux employeurs pour faire voler en éclats toutes les règles ins­crites dans le Code du Tra­vail, les conven­tions col­lec­tives et les sta­tuts. La Com­mis­sion Exé­cu­tive de la confé­dé­ra­tion FO appelle à ce que soit mis fin à ce régime d’exception au regard de son impact sur les liber­tés fon­da­men­tales et indi­vi­duelles, y com­pris les liber­tés syn­di­cales, comme sur le droit du travail.

Les mani­fes­ta­tions qui se sont mul­ti­pliées ces der­niers jours sont la démons­tra­tion que le gou­ver­ne­ment n’a pas réus­si à confi­ner l’action reven­di­ca­tive. La FNEC FP-FO s’en féli­cite. Dans un dépar­te­ment, des ensei­gnantes de mater­nelle viennent de déci­der la grève pour dénon­cer l’hypocrisie du pro­to­cole sanitaire.

Après les avoir confi­nés pen­dant deux mois, le ministre ren­voie les élèves sur le che­min de l’école. Mais est-ce vrai­ment l’école ? C’est un milieu hos­tile, dans lequel ils sont tenus de res­ter der­rière leur table, sans contact avec qui que ce soit, dans lequel ils sont contraints de sta­tion­ner dans la cour sur des empla­ce­ments signa­lés par des croix peintes au sol. Et on demande aux per­son­nels de l’éducation natio­nale de faire res­pec­ter ces consignes. Et pour res­pec­ter le nombre d’élèves accueillis au sein de chaque classe, il fau­drait que les per­son­nels opèrent un tri, déci­dant quel élève a le droit ou pas d’aller à l’école ? C’est une situa­tion insupportable.

Le pro­to­cole du ministre est une mys­ti­fi­ca­tion qui ne sert qu’à contour­ner la ques­tion du dépis­tage et trans­for­mer l’école en gar­de­rie municipale.

Les mai­ries sont som­mées de prendre en charge les condi­tions de la reprise et inter­viennent dans l’organisation péda­go­gique des écoles, contre l’avis des ensei­gnants. Ces inter­ven­tions muni­ci­pales sont le résul­tat de l’abandon volon­taire des pré­ro­ga­tives de l’Education Natio­nale que vient de déci­der le ministre.

Les ensei­gnants se voient impo­ser une charge de tra­vail insup­por­table avec le tra­vail en dis­tan­ciel et en pré­sen­tiel, par­fois pour suivre d’autres élèves que ceux de leur classe. Les obli­ga­tions de ser­vice, le groupe classe sont ain­si remis en cause dans des dis­po­si­tifs tem­po­raires dont le ministre indique déjà qu’ils seraient « l’école de demain ».

Ce n’est pas ça, l’école publique.

Au même moment, des dépu­tés viennent de pré­sen­ter une pro­po­si­tion de loi pour avan­cer vers le sta­tut de direc­teur et la mise en place d’écoles auto­nomes : une véri­table provocation !

Il y a bien une volon­té d’utiliser la crise pour aller au bout de la ter­ri­to­ria­li­sa­tion de l’école et remettre en cause les sta­tuts, la liber­té péda­go­gique, le bac­ca­lau­réat, les exa­mens nationaux.

Sur ce sujet, le Secré­taire Géné­ral de notre confé­dé­ra­tion s’est adres­sé au ministre de l’Éducation nationale :

« Le Pré­sident de la Répu­blique avait assor­ti l’annonce de l’instauration d’un état d’urgence sani­taire, dont le gou­ver­ne­ment, avec le par­le­ment, vient de déci­der la pro­lon­ga­tion de sa déci­sion de sus­pendre toutes les réformes en cours, à com­men­cer par la réforme des retraites. Nous ne pour­rions com­prendre que cela ne vaille pas pour ce qui concerne l’Éducation natio­nale, a for­tio­ri sur des orien­ta­tions struc­tu­relles sujettes à contro­verses fondées. »

Force Ouvrière n’est pas la seule à dénon­cer ces orien­ta­tions. Dans une récente tri­bune, des ensei­gnants, for­ma­teurs, cher­cheurs, ins­pec­teurs du pre­mier et second degrés, ins­pec­teurs géné­raux, direc­teurs aca­dé­miques, cadres de l’ad­mi­nis­tra­tion cen­trale dénoncent le pro­jet réac­tion­naire du ministre, la mise au pas des per­son­nels, les réformes qui n’ont fait qu’accentuer les inéga­li­tés sociales, et l’instrumentalisation de la laï­ci­té à des fins poli­tiques. « Nous obser­vons, conster­nés, un sys­tème édu­ca­tif détour­né de ses fon­de­ments répu­bli­cains et de ses valeurs et ne pou­vons nous taire. »

Les per­son­nels veulent de vraies garan­ties sani­taires. Ils veulent le res­pect de leurs mis­sions. Ils refusent la trans­for­ma­tion de l’école en gar­de­rie. Ils veulent le main­tien de leurs sta­tuts. Il est urgent de réta­blir les condi­tions d’une sco­la­ri­té nor­male pour tous les élèves.

Je vous remercie.

Inter­pel­la­tions poli­cières, gardes à vue : la réponse du gou­ver­ne­ment aux lycéens est inadmissible !

La FNEC FP-FO condamne avec la plus grande fer­me­té l’interpellation par les forces de l’ordre du pré­sident de la FIDL, Sacha HALGAND, le mer­cre­di 5 mai. Il a été inter­pel­lé alors qu’il mani­fes­tait devant le lycée Saint-Exu­pé­ry à Mantes-la-Jolie pour dénon­cer les…

Bre­vet et Bac­ca­lau­réat : le ministre place les per­son­nels et les élèves dans une situa­tion impos­sible ! Il doit prendre ses responsabilités

La double peine pour les élèves et les per­son­nels Des mois de cours sup­pri­més, une pré­pa­ra­tion aux exa­mens dif­fé­rente d’un éta­blis­se­ment à un autre, un enchaî­ne­ment de confi­ne­ment, décon­fi­ne­ment et un ensei­gne­ment hybride dégra­dé… Les lycéens, avec leurs parents, se…

AESH : plus que jamais déter­­mi­­né-es, en grève le jeu­di 3 juin !

L’intersyndicale natio­nale CGT éduc’action, FNEC-FP-FO, FSU, SNALC, SNCL-FAEN, SUD édu­ca­tion appelle à une nou­velle jour­née de grève le 3 juin pour obte­nir satis­fac­tion aux reven­di­ca­tions légi­times des AESH pour l’amélioration des salaires et la créa­tion d’un…

Vio­lences inad­mis­sibles contre la CGT : Sou­tien sans faille à nos cama­rades ! Pas touche au droit de manifester !

La mani­fes­ta­tion du 1er mai à Paris, comme ailleurs, a été mar­quée par des cor­tèges mas­sifs et déter­mi­nés. En plein état d’urgence, des dizaines de mil­liers de mani­fes­tants se sont mobi­li­sés sur leurs reven­di­ca­tions, sur les reven­di­ca­tions des organisations…

Jour­née inter­na­tio­nale des tra­vailleurs du 1er mai 2021 : pour les liber­tés syn­di­cales, pour défendre nos conquêtes sociales !

Au congrès de l’Internationale de l’Éducation en 2019, la réso­lu­tion por­tée par FNEC-FP FO/France, SNE­TAA-FO/­France, F‑SYNTER/Burkina Faso,SYNAFEN/Niger, SNAPEST/Algérie, UNPEF/Algérie, GEW/Allemagne, EGITIMSEN/Turquie, OLME/Grèce et KTOEOS/Chypre consta­tait que «…

Par­cour­sup + tam­pon « 100 % pré­sen­tiel » = inéga­li­tés multipliées

La FNEC FP-FO a appris que des éta­blis­se­ments du second degré appo­saient sur les dos­siers de lycéens dépo­sés dans Par­cour­sup la men­tion que les cours sui­vis l’avaient été en tota­li­té en pré­sen­tiel, « 100 % pré­sen­tiel » ! Ain­si, les bache­liers des lycées publics, qui…

Aug­men­ta­tion du temps de tra­vail et dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail pour les per­son­nels du CNED : pour FO, c’est tou­jours NON !

A la suite de l’annonce de la direc­tion géné­rale du CNED de remettre en cause les accords de 2002 concer­nant le temps de tra­vail des per­son­nels du CNED, plus de 200 col­lègues, per­son­nels sur site et ensei­gnants en poste adap­té étaient réunis en assem­blée géné­rale les…

Reprise du 26 avril : le ministre pré­tend répondre aux inquié­tudes des per­son­nels, FO appelle à l’action com­mune sur les reven­di­ca­tions ! Exemplaire

A la veille de la reprise, le gou­ver­ne­ment pré­tend répondre aux inquié­tudes des per­son­nels en décré­tant des mesures « sani­taires », comme l’extension des demi-jauges au col­lège, la fer­me­ture d’une classe dès le pre­mier cas de Covid, la géné­ra­li­sa­tion de…

Compte-ren­­du du CTMEN du 7 avril 2021

Décla­ra­tion limi­naire de la FNEC FP-FO : Depuis une semaine, la fer­me­ture des éta­blis­se­ments sco­laires nous est pré­sen­tée comme « la » solu­tion. Il en est de même pour les dépro­gram­ma­tions mas­sives de soins dans les hôpi­taux impo­sées par Ministre de la San­té. Fermer…

8 avril : des mil­liers d’AESH avec les ensei­gnants et les parents exigent la satis­fac­tion des revendications !

Mal­gré les res­tric­tions de nos liber­tés Plus de 1000 à Paris, 500 à Tours, 250 à Lyon, 100 à Tou­louse, 70 à Avi­gnon, 60 à Pau, 50 à Beau­vais, 40 à Bourg-en-Bresse, 50 à Saint-Étienne, 50 à Mont-de-Mar­san, 50 à Laval, 40 à Nantes… Mal­gré le confi­ne­ment et les…