Coupes budgétaires à l’AEFE Avec les personnels, la FNEC FP-FO exige : maintien de tous les postes !

27 Nov, 2017 | Actualités, Communiqué

L’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) doit faire face à une baisse de son exercice budgétaire pour l’année 2017, après l’annulation de 42 millions de crédit de paiement par le décret n°2017-1182 du 20 juillet 2017 « portant ouverture et annulation de crédits à titre d’avance ». Elle a pu faire face, à hauteur de 8 millions sur ses fonds propres, mais elle doit impérativement supporter une baisse de 33 millions. En 2018 et 2019, son budget sera figé. Cette décision met en péril la mise en paiement des salaires des personnels pour décembre 2017.

 L’AEFE a donc reporté cette charge sur les établissements

  • Les établissements devront passer la participation financière remontée à l’AEFE, de 6% à 9% des frais de scolarité en 2018, puis 7,5% en 2019.
  • L’AEFE demande à l’établissement d’effectuer des avances de trésorerie (sur des remontées de 2018), pour pouvoir boucler le budget 2017, les obligeant à prendre sur les fonds de roulement.
  • Elle prévoit la suppression de 80 postes d’expatriés (sur 1088) et 100 postes de résidents (sur 5435 en 2016/2017) pour la seule année 2018/2019, et prévoirait au total la suppression de 512 postes de titulaires sur trois ans.
  • L’AEFE gèle tous les projets immobiliers, hors sécurité et projets pluriannuels engagés.

Enfin, elle doit elle-même réduire les dépenses propres des services centraux, à hauteur de 10%.

 Les personnels refusent de faire les frais de la politique d’austérité du gouvernement

En octobre 2016, un rapport de la Cour des comptes avait préconisé la baisse du nombre de résidents et de postes d’expatriés, baisse déjà visible. C’est chose faite : la suppression de 100 postes de résidents et 80 postes d’expatriés, à la rentrée 2018, est la première « fournée » d’un plan de plusieurs centaines, prévues pour les années suivantes. Il s’agit, par le non renouvellement de ces postes, de renforcer le poids des recruté locaux, traduction de la flexibilité mise en place dans les ordonnances Macron, dans les établissements du réseau.

Déjà, les chances de résidentialisation, pour les personnels de droit local titulaires de l’Education nationale, étaient quasi nulles. Maintenant, le recours massif à ce type de personnel, dont la totalité des salaires est à la charge de l’établissement, renforcera la précarisation : rupture de carrière en France, et des cotisations retraite pour ne citer que cela.

La charge financière supplémentaire que vont devoir porter les établissements, par leur contribution à l’AEFE et l’emploi accru de personnels de droit local, à 100 % à leur charge, se fera sur les personnels, les familles et les élèves. Le gouvernement tire une balle dans le pied d’un système déjà fragilisé par la concurrence d’autres établissements privés, et remet en question la mission de service public assurée par l’enseignement français à l’étranger. Si le gouvernement touche aux bourses scolaires, déjà réduites les années précédentes, ce seront les familles les plus modestes auxquelles on fermera les portes de la mission de service public qu’est la scolarité.

Face à cette attaque sans précédent sur l’enseignement en France et à l’étranger, la FNEC FP-FO n’accepte aucune régression sociale, nos revendications restent fortes pour les personnels :

  • Renouvellement de tous les détachements,
  • Aucune suppression de postes de résidents et d’expatriés dans le réseau AEFE,
  • Non à l’augmentation du recrutement local
  • Non au rétablissement de la journée de carence,
  • Non à la nouvelle saignée sur notre pouvoir d’achat, par l’augmentation de la CSG, la retenue pour pension civile, et au blocage du point d’indice,
  • Non au renforcement de l’autonomie des établissements, particulièrement à l’étranger, qui est la transposition de l’inversion de la hiérarchie des normes pour l’enseignement.
  • Non à la destruction du code du travail, dont la logique concerne aussi le secteur public.

La FNEC FP-FO dépose un préavis de grève pour le 27 novembre 2017.

Pré-recrutement d’apprentis professeurs : Statut, concours et salaires dans le viseur de la loi Blanquer

Parmi les mesures destructrices du projet de loi Blanquer pour « une école de la confiance », le ministère prévoit la modification du recrutement des AED, qui pourraient être utilisés comme professeurs apprentis à moindre coût. Recrutés par contrat en L2, sans le...

Editorial du Syndicaliste Indépendant n°208 : Soyons lucides !

Parmi les titres multiples et variés des journaux acharnés contre l’existence même de la confédération FO dans une campagne médiatique insupportable, retenons-en un : « A quoi sert FO ? ».D’autres sur certaines ondes, ont d’ailleurs apporté leur réponse : FO doit...

Je vote FO

Face aux réformes gouvernementales qui détruisent tous les droits et garanties collectives,Je vote FOPour Résister, revendiquer, reconquérir tract je vote...

Le statut, rien que le statut ! Retrait des réformes Darmanin-Blanquer

Le ministre de l’Action publique vient de lancer une bombe contre le Statut général : généralisation des recrutements sous contrat, démantèlement des services publics, suppressions de dizaines de milliers de postes, mise en place d’un plan de départs dits «...

Violences scolaires : il est urgent d’arrêter le saccage de l’école républicaine et des statuts!

Après la diffusion ce week-end d’une vidéo montrant un élève d’un lycée de Créteil menacer d’une arme sa professeure, la FNEC FP-FO tient à apporter tout son soutien à la collègue et à l’équipe de l’établissement. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation...

Déclaration de la FNEC FP-FO au CSE du 15 octobre 2018

Monsieur le ministre, Mesdames, Messieurs membres du CSE, Le projet de loi de l’école de la confiance est présenté aujourd’hui au CSE dans la précipitation : nous avons été informés le 2 octobre alors que le texte n’était pas finalisé. Il doit être présenté au...

Fusion des académies Non à la régionalisation de l’Éducation nationale, maintien de toutes nos garanties statutaires nationales !

  Lors du CTM du 4 octobre le calendrier a été confirmé. Le 1° janvier 2020, il n'y aura plus que 13 académies métropolitaines, coïncidant avec les périmètres des grandes régions issues de la loi Notre du gouvernement Valls-Hollande. Le ministère entend multiplier les...

Vademecum sur la laïcité : le ministère doit prendre ses responsabilités

Le ministre de l’Education nationale vient de s’adresser aux enseignants pour les informer de la publication d’un formulaire de saisine et d’un vadémécum. Ces documents sont mis à la disposition des personnels pour les aider à traiter des atteintes au principe de...

5 octobre : journée mondiale des enseignants : défense inconditionnelle des statuts, des postes et des libertés syndicales des enseignants

La journée mondiale des enseignants s’inscrit dans un contexte international où les politiques menées par les gouvernements et suscitées par les institutions internationales (FMI, Banque mondiale, Union Européenne) sont très éloignées des exigences affirmées dans les...

1 800 suppressions de postes dans l’Éducation nationale : le ministre accélère le traitement de choc

Par voie de presse, le ministre Blanquer a annoncé la suppression de 1 800 postes dans le ministère de l’Éducation nationale sur le budget 2019. Blanquer suit le cap des contre-réformes fixé par le gouvernement Afin de baisser les dépenses de l’Etat et réduire les...