Amplifier la mobilisation pour l’abandon du projet de loi BLANQUER

26 Mar, 2019Actualités, Communiqué

 Par dizaines de milliers les enseignants du 1er et 2nd degré ont manifesté le 19 mars lors de la journée de grève interprofessionnelle appelée par les confédérations FORCE OUVRIERE, CGT avec la FSU et Solidaires pour exiger l’abandon du projet de loi du ministre de l’Éducation nationale bien mal intitulée « école de la confiance ».

Dans de nombreux départements à l’exemple de ce qui avait commencé à se dégager en Loire Atlantique, les enseignants se sont réunis en Assemblées Générales le 19 mars le plus souvent avec les syndicats FO de l’enseignement, avec le SNUipp, la CGT educ’action, et SUD.

Dans de nombreux départements les enseignants ont voté la reconduction de la grève pour faire valoir l’exigence d’abandon du projet de loi Blanquer.

Pourtant, à l’image de l’attitude du président de la République et de son gouvernement face aux mouvement social et aux revendications des salariés, le ministre Blanquer reste droit dans ses bottes et maintient son projet de loi.

Ainsi le ministre Blanquer maintient l’article 1 qui introduit le « délit de blasphème » pour les enseignants vis-à-vis des orientations gouvernementales

Ainsi M.Blanquer veut toujours instaurer des EPSF qui signifie la fin de l’école communale et des directeurs d’école, la fin de la distinction de statut entre les PE et les professeurs du 2nd degré en créant un corps unique au rabais (art 4bis du projet Blanquer « par dérogation à l’article L131-2 du code de l’éducation, l’instruction obligatoire peut, au cours des années scolaires 2019-2021, être donnée aux enfants âgés de 3 à 6 dans un établissement d’accueil collectif recevant exclusivement des enfants âgés de plus de 2 ans dits « jardins d’enfants ». »)

Ainsi M.Blanquer envisage purement et simplement de supprimer l’école maternelle publique et le transfert de ses missions dans des jardins d’enfants à la charge des collectivités et des associations privées.

La FNEC FP-FO apporte tout son soutien à ses syndicats et aux personnels engagées pour obtenir l’abandon de ce funeste projet.

C’est pourquoi elle appelle à manifester le samedi 30 mars sur la revendication d’abandon du projet de loi Blanquer

Le 25 mars, les fédérations syndicales, FNEC FP-FO, FERC-CGT, Sud Education et FAEN, font le constat suivant :

Les AG nombreuses et massives et les fortes mobilisations engagées le 19 mars montrent que les personnels rejettent la Loi Blanquer et les contre-réformes dont nous demandons l’abrogation.

Nos fédérations soutiennent et appuient les actions et les reconductions de la grève, décidées par les personnels en AG avec leurs syndicats.

Elles appellent à les amplifier, à poursuivre le mouvement engagé et, dans ce processus, elles appellent à faire du 4 avril un point national de convergence, de grève et de manifestations.

Nos fédérations appellent les personnels à participer massivement aux manifestations du 30 mars pour le retrait total de la Loi “École de la Confiance”.

Elles condamnent toutes intimidations, menaces, et répression à l’encontre des personnels.

Informée d’appels intersyndicaux (FSU, FNEC FP-FO, SGEN CFDT, UNSA Education, FCPE …), en région parisienne, à Toulouse, à Lyon (…) la FNEC FP-FO invite ses structures départementales à finaliser des appels semblables sur cette orientation.

La FNEC FP-FO appelle ses syndicats à continuer à œuvrer pour la tenue d’AG si possible intersyndicales, afin que les enseignants puissent discuter et décider le cas échéant de la reconduction de la grève.

 

Dernière minute : dans le Maine et Loire plus de 400 enseignants en grève le lundi 25 mars se sont réunis à nouveau en AG avec FO, FSU, CGT, SUD (Ils étaient 300 le 19 mars). Ils ont voté la reconduction de la grève pour le mardi 26 mars.

 

Multiplication des attaques contre l’École publique, l’Université et leurs personnels

Chaque jour qui passe met un peu plus en évidence que la crise du Covid-19 devient prétexte à poursuivre et amplifier les contre-réformes engagées à l’encontre de l’école publique républicaine et ses personnels. Ce n’est pas ça, l’école publique et laïque La...

Déclaration de la FNEC FP-FO au Comité Technique ministériel du 20 mai 2020

La FNEC FP-FO revendique le retrait immédiat de la loi sur l’état d’urgence « sanitaire », que le gouvernement vient de prolonger, toujours sans tests de dépistage systématique, sans masques, sans mesures réellement sanitaires. Il se donne les pleins pouvoirs pour...

Réforme des concours et de la «formation des enseignants» : un concentré de territorialisation et de contractualisation

Dans ce domaine comme dans d’autres, la crise du Covid-19 n’a aucunement infléchi les projets du ministère : en effet la nouvelle présentation le 14 mai du projet d’arrêté «fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters MEEF» enkyste la...

Courrier au ministre sur la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes »

Monsieur le Ministre, Nous avons été stupéfaits à la lecture de la fiche pédagogique « Coronavirus et risque de replis communautaristes », publiée sur le site du ministère, et annexée à la circulaire du 5 mai 2020 relative à la réouverture des établissements...

Comité Technique Ministériel : le ministre déréglemente et territorialise au prétexte de la crise sanitaire !

Le Comité Technique Ministériel de l’Education nationale, réuni le 5 mai en présence du ministre, avait à l’ordre du jour la réouverture des écoles et des établissements. La FNEC FP-FO a fait valoir les revendications des milliers de personnels et la colère qui monte...

« Protocoles » sanitaires : la FNEC FP-FO refuse le chaos que veut nous imposer le ministre !

Les projets de « protocoles », dont tout le monde a été destinataire avant les organisations syndicales, ont mis en lumière l’impréparation et la précipitation du ministre face aux injonctions présidentielles et patronales pour une réouverture « coûte que coûte » le...

Annonces du Premier ministre : aucune réponse, aucune garantie !

Le Premier ministre a présenté son plan de déconfinement : il a surtout mis en avant les impératifs économiques, face auxquels la santé des personnels et des élèves ne compte pas. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, sauf dans les établissements...

Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépistage systématique, sans tous les moyens de protection nécessaires !

Les personnels soussignés considèrent que l’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse,...

Imposer les congés en plein confinement : une honte ! Abrogation des ordonnances !

Cela fait plus d’un mois que les personnels assurent la continuité des activités dans les services comme dans les établissements, parfois dans des conditions difficiles, en présentiel, en télétravail, en dispense d'activité ou en ASA… Les agents sont toujours présents...

Les stagiaires ne doivent pas être les victimes collatérales du Coronavirus !

 Dans la plupart des académies, les recteurs ont annoncé une titularisation des stagiaires en décembre 2020. Inadmissible ! En quoi ont-ils démérité ? Rien ne justifie ce report. Rien ne justifie que le statut de stagiaire, leur mutation et déroulement de carrière...